.
virusphoto virusphoto

Identifiant

Mot de passe

Derniers messages Messages du jour Sujets sans réponse S'inscrire

Rejoignez-nous !

VirusPhoto » Forum » Les articles VirusPhoto

Articles : Tutoriels sur la technique photo Outils de rubrique Rechercher dans cette rubrique
Note de l'article : 2 votes - moyenne : 1.5000.

Tout sur les accessoires d'éclairage

[COLOR=#000000]Voici un récapitulatif des accessoires d'éclairage les plus utilisés. Cet article a pour but de faire comprendre l'utilité de chacun de ces accessoires, et la manière de les utiliser pour avoir de bons résultats. On s'intéresse ici aux accessoires qui permettent de modifier une source de lumière (parapluie, réflecteur...) et non aux sources elles-mêmes, qui feront l'objet d'un autre article. Avant de commencer, rappellons cette règle d'or en matière d'éclairage :[B] Plus une source de lumière est proche du sujet, et plus sa surface est grande, plus les ombres seront douces. Au contraire, plus la source de lumière est éloignée du sujet, et plus sa surface est petite, plus les ombres seront marquées.[/B] Cette règle permet de comprendre l'intérêt d'utiliser des accessoires qui agrandissent la surface de la source de lumière, et les différences de rendus que l'on a selon l'endroit où l'on place cette lumière par rapport au sujet. [SIZE=3][B]1. Les parapluies[/B][/SIZE] [/COLOR][COLOR=#000000] Les parapluies photo sont utilisés pour adoucir la lumière. Il en existe dans une multitude de tailles et de finitions différentes. Le parapluie peut être utilisé comme réflecteur, ou comme diffuseur (la lumière passe alors à travers). [IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/1460128b2c23bb.jpg[/IMG] La taille du parapluie est importante. La règle évoquée plus haut permettra d'orienter son choix vers un modèle plus ou moins grand selon la dureté de lumière que l'on souhaite. La couleur du parapluie influence la température de la couleur de la photo. Un parapluie doré donnera une couleur chaude, un parapluie argenté ne modifiera pas la balance des blancs. Il existe même des modèles "zébrés" qui alternent argenté et doré. Certains fabricants permettent de retourner le parapluie et de l'utiliser comme diffuseur : la lumière passe alors à travers le tissu (on peut enlever la partie noire). [SIZE=3][B]2. Les diffuseurs[/B][/SIZE] Un diffuseur est un accessoire à travers lequel on fait passer la lumière pour l'adoucir. Traditionnellement, on les appelle "soft box". Certains diffuseurs se fixent directement sur le flash, comme sur cet exemple : [IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/14601279e32be7.jpg[/IMG] L'intérêt consiste à agrandir et à diffuser la lumière du flash, pour obtenir de meilleurs résultats en adoucissant les ombres. En utilisant cet accessoire, on peut se placer à une distance plus rapprochée du sujet sans "écraser" la scène avec une lumière trop directe. On obtient un résultat qui s'approche bien plus d'une lumière naturelle. [/COLOR][COLOR=#000000] En studio, on peut utiliser une soft-box prévue pour cet usage. De nombreux modèles sont disponibles, dans des tailles diverses. En général, elles sont rectangulaires ou carrées, mais on en trouve en forme octogonale, circulaire, etc... [/COLOR][COLOR=#000000][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/1460128983c12d.jpg[/IMG] [B][SIZE=3]3. Les réflecteurs[/SIZE][/B] [/COLOR][COLOR=#000000]Un réflecteur n'est rien d'autre qu'une surface qui réfléchit la lumière. On peut donc utiliser un réflecteur avec tout type de lumière : un flash, un éclairage de studio, la lumière naturelle du soleil... Comme les parapluies, les réflecteurs sont disponibles en différentes couleurs (doré, argenté...), si l'on souhaite modifier l'aspect de la lumière. Les réflecteurs vendus dans le commerce ont l'avantage d'être facilement transportables, même s'ils font plus d'un mètre de hauteur une fois dépliés. Mais on peut utiliser une surface moins couteuse, comme une planche de polystyrène par exemple. [IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/1460129bd7b941.jpg[/IMG] Avec un réflecteur, on suit toujours la règle d'or indiquée au début de cet article. Plus le réflecteur est grand, plus on adoucit les ombres. On peut bien entendu cumuler plusieurs réflecteurs, de différentes tailles, pour jouer avec plusieurs sources de lumière. [SIZE=3][B]4. Combinaisons d'accessoires[/B][/SIZE] [/COLOR][COLOR=#000000]On peut utiliser un réflecteur avec un diffuseur et un parapluie. Un parapluie et une soft-box peuvent fonctionner ensemble, mais vous pouvez aussi les utiliser séparément... A vous de choisir selon l'effet recherché ! Chacun de ces accessoires ont leurs propres caractéristiques, et en les testant dans différentes mises en place, vous apprendrez à les utiliser au mieux, pour le type de photographie que vous pratiquez. La maîtrise de la lumière est plus un art qu'une science... [/COLOR] [...]
Lire la suite de "Tout sur les accessoires d'éclairage"
Commentaires Lectures Dernière activité
28 24 587 02/02/2014 13h18 par Norbert Aller au dernier message
 
Note de l'article : 2 votes - moyenne : 3.0000.

5 astuces pour réussir ses photos en noir et blanc

Voici quelques astuces utiles pour travailler en noir et blanc avec un appareil photo numérique : [SIZE=3][B]1. Utilisez le mode couleur de votre appareil photo, ou utilisez le Raw :[/B][/SIZE] Comme on l'a vu dans [URL="http://www.virusphoto.com/2819-5-facons-differentes-de-convertir-une-image-en-noir-et-blanc.html"]cet article[/URL], faire vous-même le mélange des différentes couches RVB (rouge, vert et bleu, qui composent l'image), en utilisant un logiciel, celà vous apporte un meilleur contrôle sur le résultat final. Si l'appareil photo fait lui-même ce mélange, vous obtiendrez des résultats acceptables, mais vous n'aurez pas la maîtrise que permet le mélange "manuel", adapté au cas particulier de chaque image. Il y a une exception : le cas du Raw. En effet, lorsque vous utilisez le format Raw, avec le mode noir et blanc de l'appareil photo, vous voyez bien l'image noir et blanc sur l'écran LCD, mais l'appareil enregistre toutes les informations (y compris la couleur). [IMG]http://farm1.static.flickr.com/184/415422547_1da121e8af.jpg?v=0[/IMG] [I](Photo par [URL="http://www.flickr.com/photos/eelend/"]eelend[/URL])[/I] [SIZE=3][B]2. Utilisez une sensibilité ISO la plus basse possible[/B][/SIZE] En noir et blanc, il est très important d'éviter le bruit, qui vient lorsqu'on utilise une sensibilité ISO élevée. En effet, en noir et blanc ce bruit devient souvent plus visible que sur une photo classique où les couleurs éloignent l'attention de ces parasites. Vous pourrez toujours diminuer le bruit en post production avec un logiciel, mais autant commencer dès la prise de vue avec des images les plus propres possibles. [SIZE=3][B]3. Choisissez le bon moment[/B][/SIZE] Beaucoup de photographes préfèrent le noir et blanc pour la simple raison que les contrastes y sont mieux mis en valeur que dans la photo couleur. Le choix du moment de la journée, lorsqu'on travaille en extérieur, est donc capital. N'hésitez pas à consulter [URL="http://www.virusphoto.com/1244-planifier-vos-prises-de-vue-selon-la-position-du-soleil.html"]cet article[/URL], qui donne des pistes sur la lumière en fonction de l'heure de la journée. [SIZE=3][B]4. Soignez la composition[/B][/SIZE] Les principes de composition utilisés en photo couleur sont bien entendu les mêmes pour le noir et blanc. A la seule différence qu'ici, vous ne pouvez pas utiliser la couleur pour amener l'oeil dans l'image, ou vers votre sujet. Il faut donc s'entraîner à repérer les formes, les ombres, les contrastes et les textures. A regarder la scène en la convertissant en noir et blanc dans votre tête. Ce qui saute aux yeux dans la scène que vous voyez ne sera pas forcément ce qui sautera aux yeux dans votre image : la couleur n'existe plus, et celà change tout. En prenant l'habitude de s'amuser à "simuler dans sa tête" le rendu noir et blanc de ce qu'on voit à tel ou tel endroit, on peut améliorer sa capacité à composer des images en noir et blanc. [SIZE=3][B]5. Travaillez les contrastes différemment[/B][/SIZE] On l'a déjà dit plus haut, ce qui fait l'intérêt du noir et blanc, c'est souvent l'intensité des contrastes, qui sont parfois relégués derrière l'impact des couleurs dans la photo classique. [IMG]http://farm1.static.flickr.com/130/321276914_245889a3bd.jpg?v=0[/IMG] [I](photo par [URL="http://www.flickr.com/photos/righteye/"]Right Eye[/URL]) [/I] Le travail de retouche de base (niveaux notamment), doit donc se faire différemment de celui qu'on ferait pour une image couleur. Par exemple, c'est une très mauvaise idée de travailler les niveaux sur une image couleur, puis de la passer seulement après en noir et blanc. Souvent, on apprécie un contraste plus fort, qui serait mal venu sur une image couleur. [B]N'hésitez pas à ajouter vos conseils en réponse ![/B] [...]
Lire la suite de "5 astuces pour réussir ses photos en noir et blanc"
Commentaires Lectures Dernière activité
19 47 344 11/12/2012 01h32 par Sownia Aller au dernier message
 
1 pièce(s) jointe(s) Note de l'article : 12 votes - moyenne : 4.0833.

Méthode simple pour calculer et utiliser l'hyperfocale

L'hyperfocale est une notion qui peut paraître complexe, surtout lorsqu'on voit la formule pour la calculer. Nous allons tenter ici de l'expliquer en langage simple et compréhensible, et de donner des outils pratiques pour en faire le calcul. [SIZE=3][B]Qu'est-ce que l'hyperfocale ?[/B][/SIZE] Comme on l'a vu sur l'article concernant la profondeur de champ, la zone de netteté d'une photo est plus ou moins grande selon l'ouverture du diaphragme (f/...) et selon la focale ("zoom" plus ou moins important). Une fois que l'on a bien compris la profondeur de champ, on peut facilement comprendre l'hyperfocale : Lorsqu'on fait la mise au point sur l'infini, selon le diaphragme et la focale utilisés, la zone de netteté commencera plus ou moins loin de l'appareil photo. [B]L'hyperfocale, c'est simplement la distance la plus courte entre l'appareil photo et le début de la zone de netteté quand la mise au point est faite sur l'infini. [/B] [SIZE=3][B]A quoi ça sert de calculer l'hyperfocale ?[/B][/SIZE] Celà vous permet tout simplement de produire des images avec la profondeur de champ la plus grande possible, par exemple lorsque vous voulez que la zone de netteté puisse inclure aussi bien le premier plan que l'arrière plan : [IMG]http://farm1.static.flickr.com/88/239897242_2e52c1aeec.jpg?v=0[/IMG] (photo par [B][URL="http://www.flickr.com/photos/anton572/"][B]anton572[/B][/URL][/B]) [B] Grâce à ce calcul, vous allez savoir, en fonction de vos réglages, à partir de quelle distance de l'appareil photo commence la zone de netteté. [SIZE=3]Quels sont les éléments à connaître ?[/SIZE] [/B]Nous allons éviter d'entrer dans des calculs compliqués. Une chose importante à savoir est celle-ci, qui est une "règle d'or" : [quote][B]1/3 de la zone de netteté se situe devant l'endroit où l'on fait la mise au point, et 2/3 se trouvent derrière cet endroit[/B].[/quote] - Si vous faites la mise au point sur l'infini, le point net le plus proche de vous est le point d'hyperfocale. Donc : [B]- Si vous faites la mise au point sur ce point d'hyperfocale plutôt que sur l'infini, vous augmentez la zone de netteté d'1/3 : vous gagnez 1/3 de la zone de netteté, entre vous et ce point. Si vous êtes situé à la bonne distance, vous obtenez donc une image nette depuis l'infini jusqu'à vous. [/B][IMG]http://farm1.static.flickr.com/46/145940923_67cea4469d.jpg?v=1169924666[/IMG] (Photo par [B][URL="http://www.flickr.com/photos/boise/"][B]Jason Abbott[/B][/URL][/B]) [SIZE=3][B]Comment calculer l'hyperfocale ?[/B][/SIZE] [B]En réalité, beaucoup de photographes "trichent", en faisant la mise au point à 1/3 de la scène, comme expliqué plus haut. En utilisant cette méthode, vous allez obtenir des images nettes, avec une grande profondeur de champ.[/B] Mais si vous souhaitez réellement connaitre la profondeur de champ maximale, vous allez avoir besoin de la calculer. Vous pouvez faire des calculs selon la focale et le diaphragme, avec des forules compliquées. Si vous le souhaitez, vous pouvez toujours utiliser la formule :[quote][B]Distance hyperfocale = focale² / (diaphragme x cercle de confusion)[/B][/quote](Je n'entre pas dans les détails sur le cercle de confusion. On peut utiliser une valeur de 0,02 en général, pour le numérique. Plus de détails par modèles [URL="http://www.dofmaster.com/digital_coc.html"]sur ce lien[/URL]). [B]Pour la focale, indiquez l'équivalent argentique[/B] (différent selon les marques, pour les reflex "grand public" : x1.6 chez Canon, x1.5 chez Nikon, x2 chez Olympus) Voyons plutôt comment faire sans devoir se mettre au maths... Puisqu'en général on ne transporte pas de calculette dans son sac de photo, la meilleure solution est d'imprimer ou d'écrire sur un papier des exemples de calculs correspondant aux focales des objectifs que vous utilisez. [B]:icon_arrow: Voici un [URL="http://www.virusphoto.com/hyperfocale.xls"]document XLS[/URL] proposé au téléchargement par VirusPhoto [/B](pour Excel ou la suite gratuite [URL="http://fr.openoffice.org"]Open Office[/URL])[B], vous n'avez qu'à l'adapter les valeurs par celles de votre matériel, l'imprimer et le glisser dans votre sac photo : [URL="http://www.virusphoto.com/hyperfocale.xls"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/145ed62b316b29.jpg[/IMG][/URL] [/B]Il existe aussi des outils de calcul en ligne, [URL="http://www.outsight.com/hyperfocal.html?formatA=on&DLM=4.27&lens=70&fstop=3.6&focus=30&nearlimit=20.9&farlimit=21.1&DOF=0.2#hyper"]comme celui-ci[/URL] (en anglais) [SIZE=3][B]Comment utiliser ce document pour obtenir de belles images ?[/B][/SIZE] La première chose à faire : utiliser un trépied. Il s'agit ici d'avoir une netteté parfaite, de capturer tous les détails. [B]Ensuite, composez votre image en désactivant l'autofocus : Choisissez un sujet qui se trouve à la distance hyperfocale indiquée par le document proposé plus haut, et faites la mise au point dessus.[/B] (certains appareils argentiques anciens comportent un indicateur d'hyperfocale sur l'objectif). Pour déclancher, utilisez une télécommande, ou le retardateur. En déclanchant à la main, vous allez faire bouger l'appareil et perdre encore de la netteté. [B]Bonnes photos ![/B] [...]
Lire la suite de "Méthode simple pour calculer et utiliser l'hyperfocale"
Commentaires Lectures Dernière activité
65 147 064 07/08/2016 08h17 par myrddin13 Aller au dernier message
 
Note de l'article : 3 votes - moyenne : 4.6667.

Les modes scènes

Les appareils numériques offrent une grande diversité de modes d'exposition, appropriés à la nature du sujet ou aux conditions opérationnelles de prise de vue. Ces modes se sélectionnent directement avec un sélecteur rotatif ou dans le menu de votre appareil. Ces modes sont repérés par des icônes ou des abréviations. Nous allons voir ensemble que représente ces modes de façon généraliste mais détaillée afin de couvrir le plus grand nombre d'apn sur le marché, les modes scènes étant propres à chaque marque. [B]Le mode portrait :[/B] Le programme sélectionne une assez grande ouverture afin de flouter l'arrière plan, l'effet étant plus marqué si vous réglez votre zoom sur une focale téléobjectif. L'appareil se configure automatiquement ainsi : avance vue par vue, mode autofocus AF-A, mesure spot. Si vous sortez le flash intégré, il se déclenche si nécessaire. Otarie prise en mode portrait : la face est nette alors que le fond est flouté. [URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=765"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/18645cf142272c75.jpg[/IMG][/URL] [B]Le mode paysage :[/B] La finalité du programme est de sélectionner une petite ouverture de diaphragme, de manière à augmenter la profondeur de champ (la zone pour laquelle l'image est considérée comme nette). Les autres fonctions sont identiques au programme Portrait, à l'exception du flash dont la portée n'excède pas quelques mètres. J'ai pris cette scène en mode paysage : nous distinguons parfaitement Antibes en arrière plan et le voilier, toute la scène est nette. [URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=766"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/18645cf149d7499a.jpg[/IMG][/URL] [B]Le mode Macro : [/B] Conçu pour la photographie [U]en gros plan[/U] de petits sujets, ce mode sélectionne une ouverture de diaphragme modéré. (Exemple : f/5,6). mais à courte distance. La profondeur de champ est très limitée de sorte qu'il faut veiller à faire la mise au point sur la partie al plus significative du sujet. Les autres modes sont les mêmes que pour les programmes Portrait et Paysage. Attention de ne pas utiliser le flash intégré si le sujet se trouve à moins d'un mètre, préférez un flash externe. J'ai pris cette libellule en mode macro ce qui permet d'avoir plus de détail en plan rapproché alors que l'arrière plan est flou comme pour le mode portrait. [URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=767"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/18645cf150bd01cc.jpg[/IMG][/URL] [B]Le mode Sport:[/B] Ce mode favorise les hautes vitesses d'obturation, de manière à régler le mouvement du sujet animé. Les modes Rafale et AF Continu sont activés automatiquement. Il est indispensable d'utiliser le flash si la luminosité est faible mais le sujet est souvent éloigné lors de ces prises de vue.. Notez que l'emploi du flash est interdit en salles de sport ... Il est très facile de prendre une action sportive en mode sport comme je le démontre avec cette prise. Les sujets et l'eau sont figés sur la photo. [URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=768"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/18645cf155f5dc4a.jpg[/IMG][/URL] [B]Mode Nuit : [/B] Utilisé pour le portrait ou la scène de nuit. La raison d'être du portrait de nuit est de photographier un sujet proche de l'appareil avec un arrière plan d''ambiance nocturne. Par exemple, un sujet illuminé par le flash, dans le décor des lumières de la ville. Dans ce mode, la pose est assez longue pour détailler quelque peu l'arrière plan alors que le personnage est correctement exposé par le flash. Pour éviter le bougé, il faut monter l'appareil sur un trépied et prévenir le modèle qu'il doit rester immobile pendant la durée de l'exposition. Pour la scène de nuit (sans flash) est un mode paysage avec pose longue, pouvant se prolonger sur certains appareils. Il convient très bie naux vues de nuit, bénéficiant de l'éclairage public, des vitrines, des feux de voiture, etc. L'emploi du trépied sera souvent nécessaire si vous ne disposez pas d'un stabilisateur interne, par ailleurs, les sujets mobiles seront traduits par des traînées évanescentes qui peuvent être du plus bel effet. Ce paquebot a été photographié en mode nuit sur le port de Nice sans trépied, et sans flash. Stabilisateur enclenché. [URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=769"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/18645cf1603094d8.jpg[/IMG][/URL] Vous constaterez que pour débuter, les modes proposés sont très efficaces et vous permet de vous familiarisez avec votre apn et comprendre les différents réglages. [...]
Lire la suite de "Les modes scènes"
Commentaires Lectures Dernière activité
26 21 773 08/05/2012 15h20 par Biloo Aller au dernier message
 
Note de l'article : 1 votes - moyenne : 1.0000.

Le Mode M - Réservé aux experts ?

Le mode M (manuel d'exposition) vous permet d'adopter tout couple vitesse/diaphragme désiré, en suivant ou non les indications d'exposition correcte qui sont données par le système de posemètre de l'appareil. En clair, le mode M offre au photographe expert qui maîtrise la technique la possibilité de surexposer ou sous exposer une scène, dans un but créatif. En règle général, l'écran LCD et le viseur indique alors l'écart entre l'exposition correcte standard, donc celle calculée par l'appareil, et l'exposition telle que vous l'avez réglé en spécifiant la vitesse et le diaphragme. Selon les valeurs vitesse/diaphragme que vous avez imposées, votre image est correctement exposée selon le système posemètre du boîtier (la valeur 0 de l'échelle), ou surexposée(+) ou sous-exposée(-). L'échelle graduée en valeurs Ev (ou IL selon les modèles) vous permet de connaître la valeur de cet écart, par rapport à l'exposition présumée correcte par l'appareil. Exemple : un écart de +1 (entre le 0 de l'échelle et le curseur indiquant votre exposition) signifie que l'image est surexposée d'une valeur Ev, tandis que -1 veut dire sous-expostion d'une valeur Ev. L'échelle étant graduée par tiers de valeur (0,3) Ev. Il est surtout important de se souvenir qu'une valeur Ev est équivalente à une division du diaphragme ou à une valeur normalisée de l'échelle des vitesses du simple au double. Une erreur d'exposition de 1 Ev en plus ou moins est très visible sur l'image, parfois fatale. Je vous conseille donc de corriger l'image de manière plus précise (+ ou - 0,3 Ev par exemple) Les réglages d'exposition en mode M sont donc plutôt complexes pour les débutants. Si vous n'êtes pas un expert en technique photographique (vous le deviendrai rapidement grâce à virusphoto) je vous conseille, avant d'essayer ce mode, de vous familiariser avec les modes [URL="http://www.virusphoto.com/1792-le-mode-auto-et-p-les-tout-automatique.html#post16428"]P[/URL], [URL="http://www.virusphoto.com/1660-mode-s-maitriser-la-vitesse-dobturation.html"]S[/URL], et [URL="http://www.virusphoto.com/1680-mode-a-maitriser-louverture-du-diaphragme.html"]A [/URL]qui sont d'ailleurs conçus pour une pratique de la prise de vue au plus haut niveau utilisés par tous les professionnels. [I]PS : Je rappel que ce tuto est établie par rapport à ma connaissance de l'appareil que j'utilise, si vous avez des remarques au sujet des valeurs et autre abréviation, merci de les indiquer, vos précisions seront utiles aux autres utilsateurs. Merci.[/I] [...]
Lire la suite de "Le Mode M - Réservé aux experts ?"
Commentaires Lectures Dernière activité
41 27 550 23/01/2010 00h38 par KiuTek Aller au dernier message
 
Note de l'article : 2 votes - moyenne : 3.0000.

Le mode AUTO et P - Les tout-automatique

[B]Le mode AUTO[/B] Il est conçu pour la plus grande simplicité d'emploi, les automatismes de l'appareil se chargeant de toutes les fonctions de prise de vue (mise au point, exposition, flash, etc. .) En mode AUTO, tous les réglages sont à leur valeur par défaut, même si certains peuvent être débrayés. A celle ou celui qui souhaite pour ses débuts utiliser un reflex à la manière d'un compact d'entrée de gamme, je lui suggère de ne pas toucher aux autres fonctions ni réglages. [B]Le mode P[/B] Avec ce mode tout-automatique, l'appareil détermine et règle l'exposition, mais contrairement au mode AUTO, il permet de modier le couple vitesse/diaphragme sans changer la valeur d'exposition. A la première mesure, l'appareil règle l'exposition correcte selon un couple un couple V/D standard équilibrant au mieux les deux paramêtres. Vous pouvez les modifier temporairement en agissant directement sur une molette de commande (selon les modèles) Ce programme décalable vous permet donc de sélectionner tous les couples vitesse/diaphragme équivalent à l'exposition correcte pour la prise de vue concernée. Le décalage de programme est désactivé en cas d'emploi du flash, mais par pression sur la touche AEL vous pouvez obliger l'appareil à sélectionner le mode Synchro vitesse lente. En dépit du très utile décalage de programme offer par le mode P, je vous conseille de lui préférer les modes [URL="http://www.virusphoto.com/1680-mode-a-maitriser-louverture-du-diaphragme.html"]A[/URL] et [URL="http://www.virusphoto.com/1660-mode-s-maitriser-la-vitesse-dobturation.html"]S[/URL]. En effet, seul dans ces modes précités l'appareil mémorise les valeurs que vous avez changé, même si vous mettez votre appareil hors tension. Ce qui n'est pas le cas avec le mode P. [I]PS : Je rappel que ce tuto est établie par rapport à ma connaissance de l'appareil que j'utilise, si vous avez des remarques au sujet des valeurs et autre abréviation, et autres fonctions merci de les indiquer, vos précisions seront utiles aux autres utilsateurs. Merci.[/I] [...]
Lire la suite de "Le mode AUTO et P - Les tout-automatique"
Commentaires Lectures Dernière activité
6 18 517 11/02/2007 17h47 par oonicooo Aller au dernier message
 

La digiscopie

[B]La digiscopie est une technique photographique qui consiste à combiner un appareil photo numérique à une longue vue d'observation. [/B] Mise au point par des ornithologue elle est particulièrement indiquée pour ceux qui veulent réaliser des photo d'oiseaux. Mais elle peut tout aussi bien être utilisée pour effectuer de la macro, la mise au point minimale n'excede pas 3m pour certains modèles de longus vues. [URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=721"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/145cc7daf104ae.jpg[/IMG][/URL] D'autres aussi y trouveront leur interet par exemple pour des photographies d'architecture, etc....tout cela est d'autant plus vrai que le numérique a atteint sa maturité technologique et que certains fabricants, comme swarovski proposent du matériel spécifiquement adapté aux reflex. Autre argument en faveur de la digiscopie: son Prix. ertes, une longue vue n'est pas donnée, mais couplée à votre appareil elle vous fournira des focales dont vous n'aviez jamais osez rever: [B]1000, 2000, 3000[/B] voir plus (5000). Et ce pour une some bien inferieure à ce qu'il faut débourser pour un super téléobjectif et un doubleur. [U][B]Comment ca marche: [/B][/U] [U]La mise au point[/U]: c'est en effet la principale difficulté de la digiscopie! plusieures méthodes sont employées afin d'obtenir cette MAP correcte. 1) Faire la MAP sur la longue vue avant de fixer l'appareil sur l'adaptateur. Affiner ensuite avec l'autofocus de l'appareil en controlant le résultat sur l'écran. Méthode convenable quand votre autofocus accroche autrechose que votre sujet. 2) L'appareil déjà en place, faire la MAP sur la longue vue en s'aidant de l'écran. Laisser ensuite l'autofocus de l'appareil gérer la MAP finale. C'est la méthode la plus courante. 3) L(appareil déjà mis en place, désactiver l'autofocus, régler l'objectif sur l'infini et faire la MAP uniquement sur la longue vue en contrôlant le résultat sur l'écran. [U]Mesure de l'exposition[/U] La mesure centrale pondérée convient la plupart du temps. Cependant, il est parfois utile de recourir à la mesure spot, notamment dans le cas d'un sujet placé en contre jour. [U]Ouverture et Vitesse d'Obturation:[/U] Inutile de diaphragmer, car cela ne fera pas grande différence au niveau de la netteté. A l"inverse, ouvrez pour capter un maximum de lumière et pouvoir adopter une vitesse d'obturation elevée (1/125s Minimum). C'est encore le meilleur moyen de réaliser des clichés bien nets. [U][B]Marques spécialisées dans la digiscopie:[/B][/U] CARL ZEISS, LEICA, NIKON, SWAROVSKI, KOWA, VIXEN. [U][B]La digiscopie sur internet[/B][/U] [URL="http://www.oiseaux-nature.com"]Document sans titre[/URL] [URL="http://www.digiscopie.com"]digiscopie - Accueil[/URL] [URL="http://www.digimages.info"]Digimages naturalistes d’Alain Fossé[/URL] [URL="http://www.numeriscopages.com"]Numériscopages[/URL] [URL="http://www.laurencepoh.com"]Laurence Poh - Father of Digiscoping[/URL] [...]
Lire la suite de "La digiscopie"
Commentaires Lectures Dernière activité
21 19 394 16/02/2010 11h06 par Nath Aller au dernier message
 
Note de l'article : 4 votes - moyenne : 3.7500.

Mode A - Maîtriser l'ouverture du diaphragme

L'ouverture du diaphragme est l'un des facteurs les plus importants en photographie. Elle n'a pas seulement un effet sur l'exposition mais elle influe également sur la netteté de l'image. En utilisant le mode A (mode de priorité à l'ouverture), la valeur f désirée peut être sélectionnée manuellement. L'appareil photo peut ensuite calculer et sélectionner automatiquement la vitesse d'obturation en fonction des conditions d'éclairage. Situé dans l'objectif, le diaphragme est l'ouverture réglable qui contrôle la quantité de lumière entrant dans l'appareil photo, mais c'est la valeur f/chiffre qui s'affiche à l'écran et que vous avez la possibilité de modifier. Cette valeur est la relation entre la taille du diaphragme et la distance focale de l'objectif. Il faut retenir que plus la valeur f est élevée plus le diamètre d'ouverture est petit. La plus grande ouverture du diaphragme possible (soit la plus petite valeur f) dépend de l'objectif utilisé. Cette information est inscrite sur la partie avant de l'objectif. Les différents paramètres disponibles de la valeur f ont un effet direct sur l'image obtenue car l'ouverture de l'iris détermine ce qu'on appelle la profondeur de champ. Il s'agit de la plage de mise au point d'une photo, soit la distance à laquelle les objets restent nets. Pour exemple, sélectionner une valeur f plus faible et donc augmenter l'ouverture du diaphragme permet de diminuer la plage de mise au point. Ainsi, vous pouvez prendre des photos sur lesquelles le sujet reste net tandis que l'arrière plan apparaît flou. A l'inverse, en fermant le diaphragme, c'est-à-dire en choisissant une valeur f plus grande, vous obtiendrez une plage de mise au point plus large et tous les éléments de l'image, qu'ils soient proches ou éloignés, seront nets. Il n'y a pas mieux pour prendre de magnifiques photos de paysages. N'oubliez pas que la profondeur de champ dépend également d'autres facteurs comme la distance focale ou celle du sujet. En augmentant la distance focale ou en se rapprochant du sujet, la profondeur de champ est réduite. L'exemple par l'image : J'ai réuni deux vases l'un derrière l'autre et équipé mon apn d'un 18/70 3,5-5,6; La mise au point se fera toujours sur le vase rouge. Sur la première photo, j'ouvre le diaphragme à f5,6, Le vase rouge est net, le deuxième et l'arrière plan sont flous. [URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=684"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/18645c9d7e671f14.jpg[/IMG][/URL] Sur la seconde j'ouvre à f20, les deux vases sont nets et l'arrière reste flou. [URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=685"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/18645c9d80727518.jpg[/IMG][/URL] Enfin sur la dernière j'ouvre à f36. Les deux vases et l'arrière plan sont nets. [URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=686"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/18645c9d818e672c.jpg[/IMG][/URL] [...]
Lire la suite de "Mode A - Maîtriser l'ouverture du diaphragme"
Commentaires Lectures Dernière activité
34 56 460 22/01/2012 14h29 par Florian_ Aller au dernier message
 
Note de l'article : 4 votes - moyenne : 3.5000.

Mode S - Maitriser la vitesse d'obturation

En mode S (mode de priorité à l'obturation), vous choisissez manuellement la vitesse d'obturation souhaitée, puis l'appareil photo sélectionne automatiquement un degré d'ouverture adapté aux conditions de luminosité. La fonction de réglage manuel de la vitesse d'obturation est utile pour prendre en photo des objets en mouvement. Une vitesse d'obturation rapide peut capturer un objet à un instant précis, ce que l'œil humain est incapable de faire. Par exemple, si vous photographiez la ligne d'arrivée d'un 100 mètres en vitesse d'obturation rapide et que l'appareil photo est fixe, les coureurs apparaîtront figés sur la photo. Si vous tentez de prendre la même photo en vitesse d'obturation lente, les coureurs seraient flous, car ils auraient continué à avancer pendant le temps d'ouverture de l'obturateur. D'ailleurs, cela pourrait très bien être un effet recherché. Imaginons que vous souhaitez photographier une cascade. Si l'appareil est fixe et que la vitesse d'obturation est lente, l'eau qui s'écoule apparaîtra floue, évoquant peut-être une impression de mouvement continu, alors que les objets statiques, comme les rochers, seront tout à fait nets sur la photo. Plus la durée d'ouverture de l'obturateur est longue, plus les objets en mouvement apparaîtront flous sur la photo. [B]Quel impact avec un boitier stabilisé ?[/B] Les mouvements involontaires de l'appareil, qui peuvent survenir lorsque l'appareil est tenu à la main et lorsque la vitesse d'obturation est lente, donnent également un résultat flou. Le stabilisateur peut éviter ce phénomène. (Si votre apn n'en possède pas, choisissez une vitesse d'obturation plus rapide, et/ou utilisez un trépied) Cette fonction compense les mouvements de l'appareil en déplaçant le capteur dans la direction opposée à celle du mouvement détecté. Ce dispositif permet de prendre des photos sans utiliser de trépied avec des durées d'exposition beaucoup plus longues qu'avec d'autres appareils photo numérique qui ne possèdent pas cette fonction. [B]En chiffres : [/B] Sur les appareils photo reflex, la vitesse d'obturation varie habituellement entre 30 et 1/4 000 secondes. La vitesse d'obturation peut être augmentée ou diminuée par palier de 1/3 EV (cela signifie qu'il existe deux positions intermédiaires entre chaque palier où la vitesse d'obturation est doublée : p. ex. 1/30 s, 1/40 s, 1/50 s et 1/60 s). Sur l'écran LCD et le viseur, les fractions de seconde sont affichées sous forme de nombres entiers : 60 s'affiche pour 1/60e de seconde. Les vitesses d'obturation égales ou supérieures à 0,4 secondes sont indiquées par des guillemets après le chiffre, par exemple 5" pour 5 secondes, 0"4 pour 0,4 secondes, etc. E[I]xemple par l'image : J'ai photographier mon fils roulant à toute allure avec sa moto, voici les résultats. La première à été prise avec un obturation rapide, le fond est bien nette et le pilote figé, la seconde avec une obturation plus lente est flou. Avec une vitesse moyenne vous pourriez obtenir le sujet flou et le fond net ... A vous de trouvez vos réglages selon le sujet et la photo désirée ![/I] [URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=680"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/18645c9181d1ffac.jpg[/IMG][/URL] [URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=681"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/18645c9182dea191.jpg[/IMG][/URL] [...]
Lire la suite de "Mode S - Maitriser la vitesse d'obturation"
Commentaires Lectures Dernière activité
33 46 995 12/12/2010 16h04 par Fisher24 Aller au dernier message
 
Note de l'article : 2 votes - moyenne : 3.5000.

Comprendre la luminosité

Une grande majorité des reflex dispose de trois modes pour mesurer et interpréter la lumière disponible, les mesures Multisegment, Pondérée centrale et Spot. Elles se distinguent dans leur manière d'évaluer l'importance des différentes parties de l'image. Le composant de mesure de la luminosité est constitué de plusieurs cellules hexagonales de mesure, appelées cellules en nid d'abeilles généralement. Chacune de ces cellules photoélectriques enregistre une valeur de luminosité individuelle. Il est important de comprendre que ces cellules ne mesurent pas la couleur naturelle des objets ou la luminosité ambiante mais elles déterminent uniquement la quantité de lumière réfléchie par les sujets à l'écran à un moment précis. Un sujet réfléchit plus de lumière en plein soleil que par mauvais temps . Le composant de mesure de la luminosité règle les paramètres d'exposition en conséquence, de sorte que l'image obtenue garde la même tonalité quelles que soient les conditions d'éclairage. La mesure de la luminosité reproduit les tons moyens avec précision. Ainsi, vous pouvez prendre des détails en photo, que vous soyez dans des endroits sombres ou lumineux. Plus les cellules de mesure sont nombreuses, plus les informations communiquées à l'appareil photo sont détaillées. De ce fait, l'image finale est généralement plus réaliste. Si, par exemple, plusieurs sujets clairs se trouvent sur la photo, il se peut qu'un système de mesure composé uniquement de quelques cellules ne tienne compte que de ces quelques objets lumineux, même si les conditions d'éclairage sont en fait moins bonnes. Il en résulterait une sous-exposition : les sujets apparaîtraient plus sombres que prévu. [B] [U]Le Mode Multisegment : [/U][/B][INDENT]Le mode le plus important est le mode Multisegment. Un ordinateur situé à l'intérieur de l'appareil photo traite les valeurs obtenues par les cellules en calculant l'endroit où la gamme de tons moyens devrait être placée, puis il utilise ces informations pour sélectionner l'ouverture de diaphragme et la vitesse d'obturation appropriées. Cela crée une image détaillée, qui équilibre les zones lumineuses et sombres. Ce mode est également lié à la mise au point automatique. Il est donc en mesure de détecter la position du sujet et d'évaluer les contrastes. C'est pourquoi les parties nettes de l'image sont considérées comme les plus importantes. La luminosité moyenne est calculée d'après celles-ci. Remarque importante pour les portraits en contre-jour.[/INDENT][B][U]Mode pondéré central : [/U][/B][INDENT]Le mode de mesure pondéré central, contrairement à l'analyse intelligente du mode Multisegment, utilise des informations de base collectées par l'appareil photo et y recourt lorsque le centre de l'image doit être mis en valeur. Ceci est particulièrement vrai pour les portraits, où le sujet est généralement positionné au centre. Cette méthode utilise une distribution de mesure fixe et concentre 80 % de la mesure sur les sept cellules en nid d'abeilles situées au centre de l'image. Cette caractéristique se révèle très utile pour réaliser des portraits en contre-jour, car le sujet peut contenir différents points lumineux et sombres ; de plus, c'est lui qui doit être exposé correctement et non le contre-jour. [/INDENT][U][B]Le Mode Spot : [/B][/U][INDENT]Non disponible sur tous les modèles, le mode de mesure spot est utilisé lorsque seul un petit objet au centre de l'image est important. Dans ce mode, la valeur d'exposition d'une seule cellule en nid d'abeilles du centre de l'écran est utilisée pour établir la combinaison ouverture du diaphragme/vitesse d'obturation. Le point à mesurer est indiqué par un cercle dans le centre du viseur. La mesure spot est utile pour photographier les petits sujets en plein soleil comme en pleine nuit, par exemple un petit animal en forêt. La précision du mode Spot dépend des appareils photo, et est mesurée en pourcentage de l'image. Par exemple : 2% signifie que la mesure va être effectuée sur un point qui représente 2% de la surface totale de l'image. C'est un mode de mesure précis. On peut aussi l'utiliser pour faire plusieurs mesures dans l'image, et après faire ses réglages soi même. [/INDENT][U][B]Bouton AEL :[/B][/U][INDENT] Le bouton de verrouillage automatique de l'exposition est utile lorsque les modes de mesure pondéré central et spot pourraient être utilisés mais que le sujet ne se trouvera pas au centre de la photo. Dans un premier temps, l'appareil photo vise le sujet central pour qu'une mesure de la luminosité soit effectuée. En appuyant sur le bouton AEL, les paramètres d'exposition sont verrouillés et l'appareil photo peut être déplacé afin de décentrer le sujet de l'image pour des raisons esthétiques, mais lorsque la photo sera prise, elle restera parfaitement exposée. Les résultats sont très significatif lors de prise de photo urbaine où les immeubles font de l'ombre aux autres. [/INDENT]Profitant ce matin d'une belle matinée sur les plages d'Antibes, je vous offre un exemple par l'image : Sur la première photo, j'ai éffectué la mise à l'horizon assombrie par le ciel. Résultat, les maisons au loin sont sombres, comme pratiquement tout le reste de la photo. [URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=677"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/18645c910d3b10d6.jpg[/IMG][/URL] Pour corriger cela, j'ai fait une nouvelle mise au point sur la plage et je l'ai vérouillé en appuyant sur la touche AEL, ensuite j'ai recadrer l'horizon avant de shoter. Voici le résultat, l'image est plus clair et lumineuse. Lisez bien votre manuel concerant le fonctionnement de votre touche AEL et à vous de jouer ! [URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=679"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/18645c911b4baf01.jpg[/IMG][/URL] [...]
Lire la suite de "Comprendre la luminosité"
Commentaires Lectures Dernière activité
20 21 945 22/01/2012 14h30 par Florian_ Aller au dernier message
 
Note de l'article : 7 votes - moyenne : 4.7143.

La vérité sur les mégapixels : un test édifiant

Voici un article qui va certainement vous faire réfléchir à deux fois lors de votre prochaine acquisition d'un appareil photo numérique. [URL="http://pogue.blogs.nytimes.com/"]David Pogue[/URL], qui écrit sur les blogs technologiques du New York Times, a fait un test intéressant qui montre qu'[B]un appareil photo avec un grand nombre de mégapixels n'apporte pas de différence décelable au tirage.[/B] Il s'est rendu dans un laboratoire professionnel, avec trois photos parfaitement identiques : [B]- La première avec une résolution de 13 mégapixels - La seconde avec une résolution de 8 mégapixels - La troisième avec une résolution de 5 mégapixels[/B] Il s'agit de la même photo, parfaitement identique, qui a été redimensionnée. [B]Chacune des trois photos a été imprimée en format 40x60 cm.[/B] [B] Théoriquement[/B], une résolution de 10 mégapixels donne une image de 3640 pixels pour le plus grand côté, ce qui permet de l'imprimer en 300 DPI à seulement 30 centimètres de large pour le plus grand côté, au maximum, pour avoir une qualité acceptable. [B]Et bien, David Pogue va nous prouver que ce n'est pas forcément vrai :[/B] Une fois les trois photos imprimées, il les a affichées sur un mur dans une rue passante, et a interrogé les badauds pour leur demander s'ils voyaient une différence. [URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=663"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/145c82fc78a93e.jpg[/IMG][/URL] Même le technicien au labo photo lui a dit qu'il était fou, qu'il y aurait une différence énorme entre la version 5 mégapixels et la version 13 mégapixels, et que tout le monde allait voir la différence. [B]Il a procédé au test pendant 45 minutes. Des dizaines de personnes se sont arrêtées et se sont prêtées au jeu, en disant qu'il était impossible de déceler une différence, même en collant leurs yeux aux tirages...[/B] [B]Une seule personne[/B] a réussi à classer les 3 images dans le bon ordre de résolution mais c'était un professeur de photo, et il a dit qu'il donnait l'ordre au hasard... Selon David Pogue, la différence est théorique, et en pratique elle est indécelable. On pourrait donc utiliser une résolution de 5 mégapixels même pour des tirages en 40x60 cm. [B]Bref, lorsque vous achetez un appareil photo, ne vous intéressez pas uniquement aux mégapixels...[/B] L'article de David Pogue [URL="http://pogue.blogs.nytimes.com/2006/11/21/21pogues-posts-2/"]est disponible ici[/URL], en anglais. [...]
Lire la suite de "La vérité sur les mégapixels : un test édifiant"
Commentaires Lectures Dernière activité
45 63 156 12/03/2010 22h49 par JPGeb Aller au dernier message
 
Note de l'article : 9 votes - moyenne : 3.6667.

Les filtres pour la photo numérique

Certains filtres utilisés en photographie argentique n'ont pas d'utilité en numérique. C'est le cas des filtres teintés, qui permettent de corriger ou de modifier la balance des blancs : c'est devenu inutile en numérique puisqu'on peut soi-même ajuster la teinte de l'image. Par contre, certains filtres sont toujours très utiles en numérique, et c'est le sujet de cet article. [SIZE=3][B]Le filtre polarisant[/B][/SIZE] L'effet d'un filtre polarisant ne peut pas être simulé en numérique. Un filtre polarisant permet de donner un bleu plus profond au ciel, de renforcer le contraste des sujets qui reflètent la lumière (fleurs, feuilles...), et de réduire la réflection des surfaces non-métalliques comme le verre et l'eau. Il reste donc très utile en numérique, et c'est même le filtre "number one" pour la plupart des photographes. Exemple : [URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=130"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/14591145fb7426.jpg[/IMG][/URL] Note : pour un APN reflex, choisissez un polarisant circulaire. Pour faire fonctionner un filtre polarisant, faites-le tourner jusqu'à ce que les réflections soient minimisées au maximum. Dans les faits, un filtre polarisant est strié d'une multitude de micro-sillons qui empêchent une partie de la lumière réfléchie d'entrer dans l'objectif. Selon l'orientation de l'appareil et du filtre, plus ou moins de lumière réfléchie sera filtrée. [SIZE=3][B]Le filtre UV[/B][/SIZE] Le filtre UV bloque la lumière ultraviolette. L'effet "anti UV" est particulièrement utile en montagne. Dans les faits, ce filtre est utilisé la plupart du temps pour protéger l'objectif. Si l'on souhaite uniquement protéger son objectif, et donc conserver tout le temps le filtre UV vissé, il faut bien le choisir et ne pas hésiter à monter en gamme pour éviter de dégrader l'image avec un filtre de mauvaise qualité. Pour protéger son objectif, on peut aussi utiliser un pare-soleil (en complément ou en association). [SIZE=3][B]Le filtre ND[/B][/SIZE] Le filtre ND (ND = Neutral Density = Densité Neutre) a le même effet que les lunettes de soleil ont sur les yeux. Il s'agit simplement de limiter la quantité de lumière qui entre dans l'objectif. Plus l'indice est élevé, plus le filtre est sombre. La plupart du temps, on utilise un filtre ND pour pouvoir utiliser une pose longue lorsqu'il y a beaucoup de lumière. Par exemple, lorsqu'on veut obtenir des trainées laissées par le passage des voitures en plein jour, ou lorsqu'on souhaite obtenir ce genre d'effets avec un filet d'eau, une rivière ou autre : [U][URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=132"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/145911788c1081.jpg[/IMG][/URL][/U] Un filtre ND200 à ND400 (200 et 400 = indices d'assombrissement, plus il est élevé, plus le filtre est sombre) est indiqué pour ce type de photos. [SIZE=3][B]Les autres filtres[/B][/SIZE] Il existe aussi des filtres ND progressifs, qui permettent un dégradé d'assombrissement (par exemple, pour assombrir uniquement le ciel sur une image). On pourrait aussi parler ici des filtres infrarouge, mais ils seront abordés dans un article dédié, étant donné que leur utilisation est très spécifique. [...]
Lire la suite de "Les filtres pour la photo numérique"
Commentaires Lectures Dernière activité
31 83 573 27/03/2013 17h02 par Batave Aller au dernier message
 
Note de l'article : 5 votes - moyenne : 3.4000.

Les règles de composition en photographie

La composition, c'est l'art de combiner plusieurs éléments pour former un ensemble harmonieux. En photographie, la composition est importante pour obtenir des images réussies, harmonieuses, et qui ont un impact visuel. Les règles de composition, communément admises, ne sont pas pour autant obligatoires. Si on essaye de les appliquer dans chaque photo que l'on prend, on perd toute créativité. Mais une fois qu'on connait ces règles de composition, on est mieux préparé à trouver des opportunités pour faire des images qui ont un impact fort, ou qui sont simplement harmonieuses. Avant de prendre une photo, vous devez penser à ce que vous voulez montrer dans cette image, et à la façon dont vous allez disposer les parties intéressantes de la photo. Demandez-vous : Quel est le sujet principal ? Dans quel angle doit être lumière pour mettre en valeur ce sujet principal ? A quel endroit de l'image le sujet principal doit-il être placé ? [B][SIZE=3]La règle des tiers[/SIZE][/B] Elle est utilisée depuis des siècles, dans la peinture, et c'est certainement la technique de composition la plus importante. [IMG]http://www.virusphoto.com/img/tiers.jpg[/IMG] La règle des tiers est très simple : L'image peut être divisée en 3 parties verticales, et 3 parties horizontales. Les intersections entre les lignes verticales et horizontales sont les meilleurs endroits pour placer les éléments importants de votre image. En plaçant votre sujet principal sur l'une des 4 intersections, vous donnez à votre photo un meilleur impact que s'il était placé en plein milieu de l'image. Les divisions de l'image en tiers peuvent aider à composer le reste de l'image. Par exemple, elles peuvent servir pour diviser le ciel de la terre. Au lieu de placer l'horizon au milieu de l'image, placez-le au tiers supérieur ou inférieur pour un meilleur résultat. [SIZE=3][B]Simplicité[/B][/SIZE] Il s'agit ici de donner une information simple à comprendre dans votre image. Si le sujet principal est en gros plan, alors l'arrière plan doit rester relativement simple pour éviter que l'oeil ne s'y perde. Il s'agit de donner une place moins intéressante à tout ce qui n'est pas important dans l'image. Evitez en particulier les lignes et les objets qui conduisent l'oeil ailleurs que sur le sujet principal. [B][SIZE=3] Un cadre dans l'image[/SIZE][/B] Vous pouvez utiliser des éléments naturels ou existants pour ajouter plus de sens à votre sujet, comme s'ils formaient un cadre autour de l'image. Ce peut être des arbres, une fenêtre ouverte au travers de laquelle on voit la scène, l'embrasure d'une porte... Si vous utilisez cette technique, assurez-vous que le sujet principal est bien celui sur lequel vous avez fait la mise au point. Vous pouvez fermer le diaphragme pour obtenir une large profondeur de champ, et pour que tout soit net du premier plan à l'arrière plan. [B][SIZE=3]Les textures pour renforcer l'intérêt de l'image[/SIZE][/B] Les textures peuvent donner de l'intérêt à une image. Quand on voit une texture sur une photo, on imagine ce que l'on ressent à la toucher, et on entre vraiment dans l'histoire racontée par l'image. Travailler sur les textures est une excellente idée lorsqu'on prend des photos de pierres, de murs, de surfaces, de mains... Pour que les textures se révèlent, il faut une lumière qui soit orientée presque de la même manière que la texture (pour avoir le plus d'ombres possible). Par exemple, les textures de surfaces horizontales se révèlent au lever et au coucher du soleil en lumière naturelle, lorsque le soleil est à une position basse. [B][SIZE=3]Les lignes pour conduire vers le sujet principal[/SIZE][/B] Les lignes sont utilisées pour conduire l'oeil dans une image, pour l'amener au sujet principal. Des lignes droites, courbes, parallèles ou diagonales sont intéressantes. Exemples : routes, rivières, ponts, branches... Tout ou presque peut servir à dessiner une ligne qui amène l'oeil à votre sujet principal. [B][SIZE=3]Les couleurs pour ajouter de l'émotion[/SIZE][/B] Les couleurs apportent de l'émotion dans vos images. Certaines couleurs inspirent la joie, la chaleur, ou le froid, la répulsion... Les couleurs peuvent être utilisées pour ajouter un sens ou renforcer un aspect ou un autre de vos photos, mais elle ne doivent pas écarter l'attention du sujet de l'image. (une couleur vive sur un objet qui n'est pas intéressant, et une couleur pâle sur le sujet principal, ce n'est pas une utilisation judicieuse, par exemple). On peut travailler sur les contrastes entre les couleurs, mais aussi entre les plage de luminosité (foncé/clair), comme on le fait en noir et blanc sans se soucier de la couleur. [...]
Lire la suite de "Les règles de composition en photographie"
Commentaires Lectures Dernière activité
29 45 729 16/01/2014 22h12 par magicfab38 Aller au dernier message
 
Les 15 articles
les plus récents

Les 15 articles
les plus suivis

Les 15 articles
les plus consultés


Options d'affichage
Afficher les articles 66 jusqu'à 78 de 88
Trier par Ordre de tri
Depuis
Outils de rubrique Rechercher dans cette rubrique
Rechercher dans cette rubrique :

Recherche avancée



LinkBacks Enabled by vBSEO © 2011, Crawlability, Inc.
Powered by vBulletin® Version 3.8.2 - Copyright ©2000 - 2013, Jelsoft Enterprises Ltd.
2006 - 2015 © ® VirusPhoto. Tous droits réservés.