.
virusphoto virusphoto

Identifiant

Mot de passe

Derniers messages Messages du jour Sujets sans réponse S'inscrire

Rejoignez-nous !

VirusPhoto » Forum » Les articles VirusPhoto

Articles : Tutoriels sur la technique photo Outils de rubrique Rechercher dans cette rubrique
blanc par exemple, on a un risque de voir apparaître des irisations (un peu similaires à des irisations dues à des aberrations chromatiques). Heureusement, les constructeurs ont su mettre en oeuvre un filtre qui attenue très fortement ce phénomène. On l'appelle filtre passe-bas ou bien filtre anti-aliasing. [B][SIZE=3]2. Le filtre anti-aliasing (A-A) ou filtre passe-bas[/SIZE][/B] [I]N.b.: attention, ici "passe-bas" sous-entend passe-bas spatial (donc lissage), ce qui n'a rien à voir avec un filtre passe-bas en audio qui correspondrait en optique à un filtre qui laisserait uniquement passer par exemple le rouge (ondes à basses fréquences en optique du visible) ou bien qui couperait les UV en ne laissant passer que le visible (qui est en basses fréquences en comparaison aux UV). [/I] Le principe de ce filtre est d'étaler la lumière qui arrive sur un sous-pixel pour qu'elle recouvre un pixel entier. Ainsi, les artefacts décrits précédemment sont très largement attenués. Son fonctionnement est en général basé sur des principes de polarisation de lumière. Le résultat est qu'un faisceau lumineux est divisé en deux faisceaux formant un très léger angle : [URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=20239"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/40004746c68ff239e.png[/IMG][/URL] Etant donné que ce système (de formation du second rayon) est souvent basé sur la polarisation de la lumière qui arrive sur le capteur, on s'étonne donc moins que le capteur du 350D de canon annonce un filtre polarisant devant son capteur. Cela fait partie de son filtre passe-bas. C'est néanmoins je crois un cas isolé qui ne vaut pas pour les autres APN. Pour le vérifier ceci sur votre propre APN, il suffit de viser son écran plat d'ordinateur avec l'appareil photo et de prendre des photos successives en inclinant le boitier de 45° supplémentaires à chaque fois. Si aucune image n'est noire, c'est que le capteur ne comporte pas de filtre polarisant. [I][B][SIZE=2]Pour conclure[/SIZE][/B][/I] Cet article n'entre sciemment pas dans les détails techniques, l'idée étant de donner un aperçu du fonctionnement du passe-bas des capteurs, plutôt que de décrire de façon scientifique ce fonctionnement. J'essaierai autant que possible de répondre aux éventuelles questions...">
Note de l'article : 5 votes - moyenne : 4.2000.

Filtre passe-bas du capteur. Késako ?

Dans la série "j'aime bien savoir comment fonctionne mon APN", après les iso, voici une explication du pourquoi du comment du filtre passe-bas sur les capteurs. Tout d'abord, il est utile de rappeler que tous les APN n'ont pas cette "fonctionnalité" vu que c'est une partie assez onéreuse du capteur et assez difficile à mettre proprement en oeuvre. Les reflex en sont par contre vraisemblablement tous équipés. Les capteurs des reflex sont le plus souvent équipés de deux types de filtres. Un filtre en longueur d'onde qui coupe les infra-rouges (IR) et ultra-violets (UV) indésirables et un filtre passe-bas. [I]N.b.: le filtre qui coupe les IR empèche d'ailleurs sur certains capteurs de pouvoir faire de la photo proche infra-rouge qui rend les feuilles des arbres blanches et les ciels noirs... mais ce n'est pas le sujet de cet article ;) [/I] Le capteur d'un APN est composé de pixels dont chacun est composé de sous-pixels rouge-vert-bleu. A ces trois sous-pixels s'ajoute éventuellement sur certains capteurs un sous-pixel supplémentaire achromatique destiné aux basses lumières (comme pour l'oeil humain d'une certaine manière : voir le rôle des [URL="http://fr.wikipedia.org/wiki/B%C3%A2tonnet"]bâtonnets[/URL]). Mais cette structure a certains défauts ! [SIZE=3][B]1. Artefacts [/B][/SIZE] Pour simplifier l'explication on va prendre un capteur qui est une bande de pixels, et chaque pixel ne va avoir que deux sous-pixels rouge et vert. Le pricinpe reste exactement le même pour un capteur qui a des pixels ordonnés en mosaïque, avec 3 sous-pixels (ou plus) chacun. Notre capteur va donc se présenter comme ceci : [URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=20230"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/40004746b2bc65771.png[/IMG][/URL] Rouge + Vert = Jaune, donc on va essayer de voir des bandes jaunes (qui alternent avec des bandes noires) avec ce dispositif. On se place dans une situation de macrophoto avec un rapport 1:1, comme ça ça simplifie les calculs pour les distances entre deux bandes. une distance (latérale, i.e. par exemple entre deux bandes) sur l'objet = cette même distance sur le capteur. Voici l'objet que l'on va essayer de photographier : [URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=20231"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/40004746b790791ad.png[/IMG][/URL] On appelle L la distance entre deux bandes. On appellera i la largeur d'un pixel composé de deux sous-pixels. Lorsque L = 2 x i tout se passe bien : [URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=20232"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/40004746b99be1a5d.png[/IMG][/URL] Si on recompose ce qui est enregistré par le capteur, on obtient bien une alternance de deux jaunes, deux noirs, deux jaunes etc. Par contre, lorsque par exemple L vaut deux fois et demi i, on obtient ceci : [URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=20234"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/40004746bd7b628bb.png[/IMG][/URL] Et alors si on recompose ce qui est enregistré par le capteur, on obtient : [URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=20235"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/40004746bf03025e6.png[/IMG][/URL] Des pixels verts commencent à apparaître... avec le même rapport entre L et i, on aurait aussi obtenir ceci : [URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=20233"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/40004746bd2d2dab5.png[/IMG][/URL] et la recomposition aurait donné : [URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=20236"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/40004746bf331e909.png[/IMG][/URL] Des pixels verts foncé et rouges foncé apparaissent... Ces phénomènes sont très gênants dès que l'on essaie de photographier des objets qui ont des motifs périodiques. Mais en réalité, on est même gêné dès qu'on photographie un objet contrasté. Dès qu'il y a un passage noir > blanc par exemple, on a un risque de voir apparaître des irisations (un peu similaires à des irisations dues à des aberrations chromatiques). Heureusement, les constructeurs ont su mettre en oeuvre un filtre qui attenue très fortement ce phénomène. On l'appelle filtre passe-bas ou bien filtre anti-aliasing. [B][SIZE=3]2. Le filtre anti-aliasing (A-A) ou filtre passe-bas[/SIZE][/B] [I]N.b.: attention, ici "passe-bas" sous-entend passe-bas spatial (donc lissage), ce qui n'a rien à voir avec un filtre passe-bas en audio qui correspondrait en optique à un filtre qui laisserait uniquement passer par exemple le rouge (ondes à basses fréquences en optique du visible) ou bien qui couperait les UV en ne laissant passer que le visible (qui est en basses fréquences en comparaison aux UV). [/I] Le principe de ce filtre est d'étaler la lumière qui arrive sur un sous-pixel pour qu'elle recouvre un pixel entier. Ainsi, les artefacts décrits précédemment sont très largement attenués. Son fonctionnement est en général basé sur des principes de polarisation de lumière. Le résultat est qu'un faisceau lumineux est divisé en deux faisceaux formant un très léger angle : [URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=20239"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/40004746c68ff239e.png[/IMG][/URL] Etant donné que ce système (de formation du second rayon) est souvent basé sur la polarisation de la lumière qui arrive sur le capteur, on s'étonne donc moins que le capteur du 350D de canon annonce un filtre polarisant devant son capteur. Cela fait partie de son filtre passe-bas. C'est néanmoins je crois un cas isolé qui ne vaut pas pour les autres APN. Pour le vérifier ceci sur votre propre APN, il suffit de viser son écran plat d'ordinateur avec l'appareil photo et de prendre des photos successives en inclinant le boitier de 45° supplémentaires à chaque fois. Si aucune image n'est noire, c'est que le capteur ne comporte pas de filtre polarisant. [I][B][SIZE=2]Pour conclure[/SIZE][/B][/I] Cet article n'entre sciemment pas dans les détails techniques, l'idée étant de donner un aperçu du fonctionnement du passe-bas des capteurs, plutôt que de décrire de façon scientifique ce fonctionnement. J'essaierai autant que possible de répondre aux éventuelles questions... [...]
Lire la suite de "Filtre passe-bas du capteur. Késako ?"
Commentaires Lectures Dernière activité
23 26 826 12/02/2012 16h36 par mdoigny Aller au dernier message
 
2 pièce(s) jointe(s) Note de l'article : 4 votes - moyenne : 3.0000.

La photo Low-Key pas à pas

La photo low-key consiste à faire sortir de l'ombre uniquement quelques parties de l'image, contrairement au high-key qui en est l'inverse (quelques parties qui se distinguent du blanc). Voici quelques pistes pour réaliser simplement des photos low-key. [SIZE=3][B]1. Le matériel[/B][/SIZE] J'ai utilisé ici : - Un flash commandé à distance (2 flashs pour certaines photos, on le verra après). - Un diffuseur pour le flash (facile à mettre en place avec un papier calque si l'on ne dispose pas d'un "vrai" diffuseur). [SIZE=3][B]2. Les réglages du boîtier[/B][/SIZE] Les photos ont été prises dans une pièce avec de la lumière ambiante. On passe donc l'appareil en mode manuel, et l'on modifie les réglages afin que l'image soit noire ou très sombre lorsque l'on n'utilise pas de flash. Par exemple, ici, on a utilisé une sensibilité de 200 ISO, une vitesse de 1/100 et une ouverture à f/13. [SIZE=3][B]3. Les réglages du flash[/B][/SIZE] Le flash est utilisé en mode manuel. Une fois les réglages ci-dessus appliqués à l'appareil photo, on place le flash en position, puis on effectue quelques tests en modifiant sa puissance. Il est important de bien vérifier l'histogramme sur l'appareil photo à chaque test, afin d'être certain que les parties illuminées ne soient pas "brûlées". [SIZE=3][B]4. L'emplacement du flash[/B][/SIZE] Cette photo fait partie des échantillons de tests qui ont servi à régler la puissance du flash. Je tiens ici le flash à bout de bras, au niveau du visage, et à 90° par rapport à la position du visage : [IMG]http://farm3.static.flickr.com/2031/2073609834_1281a130fb.jpg?v=0[/IMG] Ici, seulement une partie du visage est donc visible. En déplaçant un peu le flash vers l'avant, on éclaire plus ou moins l'autre partie du visage. La difficulté étant d'avoir les deux yeux éclairés tout en conservant un certain contraste : la "ligne" entre l'ombre et la lumière est mince. Ici par exemple, l'oeil gauche est masqué : [IMG]http://farm3.static.flickr.com/2115/2072817635_2c145d28c6.jpg?v=0[/IMG] Alors qu'un tout petit changement d'angle aurait permis de le faire apparaître : [IMG]http://farm3.static.flickr.com/2087/2072817505_c0a9689c77.jpg?v=0[/IMG] [SIZE=3][B]5. Un second flash pour les contours [/B][/SIZE]En plaçant un second flash à l'arrière du modèle, en faisant attention à ce qu'il ne soit pas visible depuis l'appareil photo, on va éclairer les contours et dissocier le modèle du fond. Voici pour l'exemple, une photo avec uniquement le flash arrière déclanché : [IMG]http://farm3.static.flickr.com/2334/2072817245_4f0beabb5b.jpg?v=0[/IMG] Puis une photo avec les deux flashs en fonctionnement (le contour des cheveux est éclairé sur la droite) : [IMG]http://farm3.static.flickr.com/2242/2072817445_6754739f80.jpg?v=0[/IMG] Pour terminer, il ne s'agit pas d'une méthode idéale, mais simplement de quelques pistes à adapter. Dans quelques jours, je rédigerai un autre article illustré de photos, cette fois sur le High-Key. [...]
Lire la suite de "La photo Low-Key pas à pas"
Commentaires Lectures Dernière activité
118 79 877 30/11/2013 23h30 par ptiflo72 Aller au dernier message
 
Note de l'article : 3 votes - moyenne : 4.0000.

Ecrasement de perspective au télé. Késako ?

On sait que changer de focale permet de voir en plus gros ce qui est plus loin. Pour autant, on n'obtient pas la même image avec deux focales différentes même si on arrive à obtenir à peu près le même cadrage du sujet principal. :blink: Pour plus de détails sur [B]les focales[/B], voir [URL="http://www.virusphoto.com/16951-les-focales-en-images.html"]ce tuto en images[/URL] de Marc Ch. ou bien ce [URL="http://www.virusphoto.com/8450-choisir-un-objectif-pour-les-nuls.html"]tuto-ci[/URL] de Didier. Habituellement, on a pour habitude de dire qu'une grande focale [I]aplatit[/I] ou [I]écrase[/I] la perspective. C'est-à-dire que l'impression que l'on a en regardant une photo prise avec un téléobjectif est que les plans successifs sont plus rapprochés entre eux qu'ils ne le sont en réalité. Nous allons essayer d'illustrer tout ça... [SIZE=3][B]1. Exemples[/B][/SIZE] [URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=20154"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/4000474554c226d28.jpg[/IMG][/URL] [URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=20155"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/4000474554dbc0c74.jpg[/IMG][/URL] La première photo est obtenue avec une focale courte de 18 mm (sur un APS-C). La seconde photo est obtenue avec une focale de 55 mm (toujours sur un APS-C). Le cadrage est à peu près le même au niveau de la fourchette. Bien que le 55 mm (même sur un APS-C) ne soit pas un fort téléobjectif, on voit déjà très nettement que les éléments paraissent beaucoup plus rapprochés entre eux sur la seconde photo que sur la première. Les objets n'ont pourtant bien entendu pas été déplacés entre les deux prises de vue ;) [I]N.b.: Une perspective "naturelle" est obtenue avec un 50mm (pour du 24x36). [/I] [SIZE=3][B]2. Explication[/B][/SIZE] (ou bien au moins, tentative). Prenons la même scène (un petit bonhomme habillé en bleu et une belle girafe sans tache) et on la photographie de deux points différents. [URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=20158"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/40004745572268ff5.png[/IMG][/URL] en 1., le photographe est placé très près avec un grand angle, en 2. il est très loin avec un télé. Il obtient ainsi le même cadrage pour les deux scènes. La taille de l'image du bonhomme ou de la girafe [U]sur la photo[/U], va correspondre exactement à l'angle sous lequel on le voit à partir de l'appareil photo (angle entre les traits pointillés). Dans la scène 1., le bonhomme bleu et la girafe font donc la même taille [U]sur la photo[/U]. Dans la photo 2., la Girafe paraît presque deux fois plus grande que le bonhomme. C'est cela qui fausse notre sens de la perspective. Effectivement, on sait qu'une girafe, c'est a priori plus grand qu'un homme. Donc si on les voit de la même taille, on se doute bien que la girafe est beaucoup plus loin que l'homme (en fait, c'est notre cerveau qui fait l'interprétation tout seul pour nous à partir de ce que l'on voit). Par contre, si on voit la girafe deux fois plus grande que l'homme, alors qu'en réalité, sur les scènes dessinées, la girafe est bien environ deux fois plus grande que l'homme, notre cerveau en déduit que la girafe et l'homme sont a peu près à la même distance de nous. Autrement dit, l'espace entre la girafe et l'homme paraît beaucoup plus petit. [B]Et voilà ![/B] :Lighten: C'est le phénomène d'[I]écrasement[/I] ! [I]Si vous avez du mal à cerner mes explications entre la taille apparente (sur une photo, à l'oeil) et la taille réelle, rappelez-vous de quand vous étiez enfants et que vous mesuriez la taille des objets en faisant un écartement avec vos doigts et que vous l'aligniez devant l'oeil en regardant l'objet à mesurer et que vous disiez finalement "la maison, elle est grande [B]comme ça[/B] !" alors que vous aviez un écartement de deux centimètres entre les doigts. ça vous revient ? ;) hé bien, ici, le principe de mesure des tailles est le même :) Il y a la taille apparente (ce que rigoureusement on appellerait la taille angulaire qui est par exemple la même pour la lune et le soleil), et la taille réelle (si, si, je vous assure, le soleil est plus gros que la lune). Voilà, si vous n'aviez rien compris, vous pouvez tout relire en réfléchissant à ça :D [B]Bon courage ![/B][/I] [...]
Lire la suite de "Ecrasement de perspective au télé. Késako ?"
Commentaires Lectures Dernière activité
34 26 761 20/11/2011 20h40 par lebonche Aller au dernier message
 
Note de l'article : 5 votes - moyenne : 3.4000.

Le bruit numérique et la montée en ISO

Tout photographe utilisant un appareil numérique sera confronté à un moment ou l'autre au bruit numérique engendré par la montée en sensibilité (iso) pour faire de la photo en lumière trop faible. Voici une tentative d'explication du phénomène [I][B]hausse de sensibilité = hausse du bruit[/B][/I]... [SIZE=3][B]1. Quelques rappels sur le fonctionnement d'un APN[/B][/SIZE] Pour simplifier très fort, voici un APN (pour les parties qui nous concernent) : [IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/40004745638fda1d8.png[/IMG] La lumière passe à travers l'iris (diaphragme) qui contrôle la dose de lumière à laisser passer par son ouverture. Ensuite elle passe à travers l'obturateur ouvert (représenté ici fermé) pendant la durée de pose. Elle tombe pour finir sur les pixels du capteur qui la transforme en énergie électrique. Ce signal électrique est amplifié par l'électronique de l'appareil. La sensibilité iso dans un apn correspond au gain d'amplification de l'électronique de l'APN. plus l'iso est élevé, plus le gain est fort. Le gain à iso 400 est 4 fois le gain à iso 100. Par ce schéma, on voit en particulier que si il y a peu de lumière, une fois qu'on a ouvert le diaphragme à fond, une fois qu'on a atteint le temps de pose maximum qu'on trouve tolérable (en fonction des mouvements des objets de la scène ou en fonction des tremblements du photographe s'il n'utilise pas un trépied), il ne reste plus qu'à augmenter l'iso. [SIZE=3][B]2. Le bruit[/B][/SIZE] Un bruit électrique se forme au niveau de chaque pixel pendant la prise de vue. Plus le temps de pose est long, et plus le bruit a loisir de se former. Mais ce bruit ne dépend pas de la quantité de lumière qui arrive sur le capteur. [I]Remarque : le bruit dépend de la température, ce qui explique pourquoi les capteurs de certains systèmes d'imagerie scientifique soient refroidi à l'azote liquide[/I] Plaçons nous donc dans le cas d'un temps de pose donné, à une température donnée, avec un capteur donné (chaque capteur a son bruit propre suivant son type et sa conception). Si il y a [U]beaucoup de lumière[/U], le signal électrique créé par le pixel est très fort et n'aura pas besoin de beaucoup d'amplification ([U]iso faible[/U]). Le bruit est très faible par rapport au signal créé par la lumière. on ne le distingue donc pas sur l'image finale. Le signal provoqué par la lumière est prédominant. Si il y a [U]moins de lumière[/U], le signal électrique créé par le pixel est faible. Le bruit lui par contre est resté le même. Dans le signal qui est envoyé à l'amplificateur, la part de bruit est donc plus forte. Pour obtenir une image bien exposée, on est [U]monté en iso[/U] et donc le gain électrique est plus fort. Le problème est que ce n'est pas que le signal (faible) qui est amplifié, mais également le bruit. Ainsi le bruit, comme le signal est beaucoup plus amplifié à iso forts, ce qui explique qu'une image est beaucoup plus bruitée pour des iso importants... J'espère que le manque d'illustrations ne vous aura pas trop rebuté, et que cette petite explication reste compréhensible... N'hésitez pas à poser des questions, dans la mesure du possible, j'essaierai d'y répondre le plus clairement que je peux ! [I]EDIT : Samu-san propose le lien vers [URL="http://www.clarkvision.com/imagedetail/digital.sensor.performance.summary/"]ce site[/URL] très complet dans [URL="http://www.virusphoto.com/20405-interrogation-sur-la-sensibilite-iso.html"]cette discussion[/URL][/I] [...]
Lire la suite de "Le bruit numérique et la montée en ISO"
Commentaires Lectures Dernière activité
49 28 064 28/11/2011 23h47 par magdalena_gray Aller au dernier message
 
Note de l'article : 3 votes - moyenne : 3.0000.

Une boîte à lumière avec 2 feuilles de papier

On avait vu dans un article précédent que l'on peut se fabriquer un mini-studio avec deux simples lampes de bureau : [URL="http://www.virusphoto.com/18660-sinitier-au-studio-photo-avec-deux-lampes-de-bureau.html"]à voir ici[/URL]. En faisant quelques expériences, on se rend compte que la lumière est très directe, et rend les ombres très prononcées. Sans parler des reflets. Voici un exemple avec une lampe halogène placée directement au-dessus du sujet : [IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/1474603f97137e.jpg[/IMG] L'image n'est guère exploitable. Voici une solution, qui permet de s'initier à l'utilisation d'une "softbox" ou boîte à lumière, en en fabricant une avec une simple feuille de papier. Il s'agit simplement de diffuser la lumière provenant de la lampe : [IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/147460451e975d.jpg[/IMG] Et voici le résultat, à comparer avec un éclairage direct : [IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/14746061c45a3c.jpg[/IMG] En travaillant avec plusieurs sources de lumière, on aurait pu en placer une de plus faible puissance en bas de l'objet, pour atténuer l'ombre portée. On aurait pu également utiliser le fond comme second diffuseur, avec une lampe qui éclairerait à travers la feuille qui sert de support sous le sujet. L'initiation à l'éclairage avec du matériel de base que chacun a sous la main chez soi permet de faire ses premiers essais, avant d'acquérir des éclairages onéreux. Comme on le voit, il suffit de peu de choses ;) [...]
Lire la suite de "Une boîte à lumière avec 2 feuilles de papier"
Commentaires Lectures Dernière activité
41 36 695 11/12/2012 00h55 par Sownia Aller au dernier message
 
Note de l'article : 10 votes - moyenne : 3.7000.

Retour d'expérience d'un débutant en photomacrographie

Je ne vais pas vous parler des différentes techniques disponibles en photomacrographie. [URL="http://www.virusphoto.com/8309-quelle-optique-utiliser-en-macro.html"]Un article a déjà été rédigé sur ce sujet sur virusphoto[/URL]. Je conseille également la lecture du dossier dédié à la macro dans le numéro 4 du [URL="http://www.competencemicro.com/booklet.php?id=170"]magazine compétence photo[/URL]. Je souhaite davantage vous faire partager mon expérience de débutant dans ce domaine passionnant, mes erreurs et mes progrès. [B]Petit rappel sur le facteur de grandissement (et pas grossissement)[/B] Tout d'abord, parlons matériel ! J'ai acquis un reflex numérique depuis seulement Juillet 2007. Il s'agit pour moi comme pour la plupart des gens d'un investissement conséquent qui a nécessité plusieurs mois de paiement. Quoi qu'il en soit, j'ai pour seul objectif récent le fameux 18-55mm de Canon livré en standard. Un peu juste pour faire de la macro. Malgré sa mise au point minimum de 28 cm, il n'est pas possible de faire de la macro, on appelera ça plutot de la proxiphotographie (photo ci dessous), c'est à dire avec un rapport de grandissement toujours plus faible que le fameux 1:1. Se lit 1 cm dans sur le capteur égal 1 cm dans la réalité (pour rappel le capteur du 4OOD a pour dimensions physiques 22,2x14,8mm). Un rapport de 1:2 signifie donc qu'un objet de 2 cm de large fera 1 cm sur le capteur. Ca c'est plutot de la proxi. Un rapport de 2:1 signifie donc qu'un objet de 1cm de large fera 2 cm sur le capteur soit pratiquement toute la largeur du capteur et donc de l'image. Ca c'est de la macro ! [CENTER] [URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=19932"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/47924741e07c5486a.jpg[/IMG][/URL] [I]Canon Eos 400D, Pentacon M42 50mm, 1/800s, f1.8, ISO100[/I][/CENTER] [B]Alors comment atteindre des rapports de grandissement aussi important quand on a plus de budget mais qu'on a envie de toucher à la macro ? [/B] Dans mon cas, la providence a voulue que je tombe sur cet article qui parle des objectifs à monture à vis M42. Convaincu, j'ai de suite investi dans un Objectif Pentacon 50mm f/1.8 à monture M42 acheté 30euros sur Ebay. Puis j'ai attrapé le virus, j'ai acheté un Objectif Pentax Super Takumar 135mm f/3.5 et j'ai harcelé toutes mes connaissances pour savoir s'ils n'avaient pas des vieux objectifs M42 dans le grenier. Mon beau père m'a sorti son vieux reflex Zenith muni d'un objectif assez réputé pour faire de la macro, l'Helios 44M 58mm f/2.0. [B]M42, Macro, Quel rapport ?[/B] Et bien, j'ai investi dans un soufflet M42 acheté en Chine pour 30euros. Je sais, j'ai pas choisi le plus facile pour faire de la macro mais la vie n'est pas un long fleuve tranquille. Avec du recul, je me rend compte que j'aurais pu acheter une bonnette pour mon Canon 18-55 ou une bague d'inversion mais je n'aurais surement pas pu atteindre les rapports de grandissement que permet un soufflet. Pour résumé: * une bague d'adaptation M42/Canon EOS 30euros * un objectif M42 30euros * un soufflet macro M42 30euros Soit 90euros pour atteindre des facteurs de grandissement absolument enorme proche de 5:1. Alors les detracteurs du M42 diront tout de suite que mes objectifs n'ont pas le piqué et la qualité d'image des objectifs récents et je ne les contredirais pas. Cependant, je rappelle que mon but etait d'acceder au monde de la macro pour pas cher ! Alors sans plus tarder, voici le resultat de plusieurs séances photos. Pour info, les remarques et explications ci dessous sont basées sur mes constatations et peuvent être erronées. Je compte sur les sachants qui me liront pour me corriger et faire avancer le Schmilblick ! [B]Séance 1: Les fleurs de Cosmos et de Violette.[/B] Premiers essais, premiers extases quand on découvre les détails du macromonde ! Mes premiers sujets, des fleurs evidemment ! Et plus particulièrement, une fleur de cosmos comme ci dessous. [CENTER] [URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=19933"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/47924741e17a943c9.jpg[/IMG][/URL] [I]Canon Eos 400D, Pentacon M42 50mm, 1/800s, f1.8, ISO100[/I][/CENTER] Je la cueille et la place sur mon bar. Je positionne l'ensemble objectif+soufflet+bague+boitier sur mon pied (cf photo ci dessous). Ah oui, j'ai triché, il faut absolument un pied sinon c'est vraiment pas simple. Mon pied coute 40euros, c'est un Velbon tout ce qui a de plus classique avec une tete qui permet des mouvements dans les 3 directions. [CENTER] [URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=19934"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/47924741e1e992654.jpg[/IMG][/URL] [I] Ensemble Pied+Canon Eos 400D+bague+soufflet+Pentacon M42 50mm[/I][/CENTER] [I] Première remarque: vous devez positionner la tete du pied sur le soufflet et non pas sur l'appareil sinon le poids de l'ensemble n'est pas bien réparti et tout bouge à chaque déclenchement.[/I] J'ouvre le soufflet evidemment au maximum pour avoir les plus gros détails et la, c'est le drame. Impossible de trouver la mise au point ! La, je me plonge dans mon bouquin « La pratique du réflex numérique » et je vois qu'on me parle d'augmentation du tirage, d'augmentation du facteur de grandissement ... Alors il faut retenir que le tirage c'est la distance entre l'objectif et le capteur du boitier, Ok ! Et plus j'augmente cette distance, plus ma distance de mise en point minimum de mon objectif diminie et plus le facteur de grandissement G augmente. [CENTER]tirage ↗ = distant map mini ↘ = G ↗[/CENTER] Par exemple, pour mon objectif Pentacon qui a distance minimum de MAP de 33cm, si j'applique un tirage de 125mm, j'atteinds une distance mini de MAP de 1 cm environ et un facteur de grandissement assez enorme (je vous passe le calcul !). Retournons à la pratique, je mets le soufflet au minimum et je déplace mon appareil avec mon pied pour tomber sur le plan de mise en point. Miracle ! [CENTER] [URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=19938"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/47924741e32e94eaa.jpg[/IMG][/URL] [I] Canon Eos 400D, Pentacon M42 50mm, 3,2s, f8.0, ISO200 G de l'ordre de 1:2 (encore de la proxiphotographie)[/I][/CENTER] Je constate que le facteur de grandissement est pas enorme. Alors je tourne la molette du soufflet pour augmenter le tirage, je perds la mise au point. J'essaye de bouger la bague de MAP mais il ne se passe pas grand chose. [I]Deuxième remarque: plus on augmente le tirage, moins la bague de mise au point sert à quelque chose. Au lieu d'avoir une mise au point de 33 cm à l'infini, on peut obtenir à tirage max une mise au point de 10mm à 12mm, ce qui n'est pas top mais qui peut quand meme servir pour regler parfaitement la mise au point. [/I] Je déplace mon pied de quelques centimetres vers la fleur (pas evident dutout) et je retrouve la netteté. [CENTER] [URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=19941"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/47924741e3a99e68d.jpg[/IMG][/URL] [I] Canon Eos 400D, Pentacon M42 50mm, 8,0s, f8.0, ISO400 G de l'ordre de 1:1 (on entre dans la macro) [/I][/CENTER] J'applique la même méthode plusieurs fois (augmentation tirage, déplacement vers l'objet) et je constate qu'a un moment donné, l'augmentation du tirage m'oblige à reculer au lieu d'avancer ! Bizarre non ? Ca donne une courbe un peu comme ça : [CENTER][URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=19950"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/47924741e6c702dc2.gif[/IMG][/URL] [I]Rapport entre la distance de mise au point et le tirage qu'apporte le soufflet[/I] [/CENTER] [I]Troisième remarque: la fonction « distance objectif-objet » par rapport à « tirage » n'est pas une fonction linéaire. [/I] Je constate également que plus j'augmente le tirage, plus la luminosité diminue et plus je suis obligé d'augmenter le temps de pause pour une même ouverture. [I]Quatrième remarque: Le soufflet absorde beaucoup de lumière ![/I] Je me fais quand même la reflexion qu'avoir a bouger l'ensemble (pied+boitier...) n'est pas très pratique, surtout pour réussir une mise au point parfaite. Je décide de faire travailler mon cerveau et puisque j'ai cueilli une fleur, je décide que c'est elle que je vais bouger pour faire la mise au point. Malheureusement, c'est pas facile de positionner la fleur pour avoir l'angle de vue souhaité ! Vous pouvez toujours vous fabriquer un statif pour tenir la fleur. Voir cet article. Un soufflet avec plateau millimétré ne serait pas du luxe ! [I]Cinquième remarque: déplacez l'objet si vous pouvez plutot que tout le matos.[/I] Ah, la mise au point, parlons en ! Attendez vous à avoir les yeux qui pleurent ! Il n'y a evidemment pas d'autofocus avec mes objectifs M42 ! Ceci dit, même avec des objectifs récents, on est obligé de faire la mise au point à la main pour des facteurs de grandissement important. La taille de votre viseur est essentielle, sur le Canon EOS 400D, c'est un peu trop petit pour la macro (c'est bien d'ailleurs un des défauts du 400D). La procédure à suivre pour faire une photo avec un objectif M42: * J'ouvre la bague d'ouverture à fond pour faire la mise au point. * Je positionne mon appareil en mode Priorité à l'ouverture. * J'appuie à mi course pour faire la mesure de l'exposition. * Je note le Temps d'exposition que propose le boitier. * Je passe en mode Manuel et applique ce temps. * Je prends une photo ! * Je constate l'exposition avec l'histogramme et je recommence. * Je modifie l'ouverture directement sur l'objectif et applique un temps d'exposition sur le boitier inversement proportionnel. Si à f/1.8, j'ai besoin de 1/250s alors à f2.8 j'aurais besoin de 1/125s ... Coté profondeur de champ, vous allez vite constater qu'a une echelle aussi petite, une ouverture de f/1.8 n'est pas idéale car il n'y a pas grand chose qui arrive à être dans le plan focal de 1mm de large. [I]Sixième remarque: Pour des objets inanimés, utilisez des ouvertures de f/8.0 minimum et choisissez des temps de pause assez long pour avoir un jolie histogramme décalé vers la droite mais sans cramer les blancs. [/I] Vous risquez de constater que votre photo est un peu flou malgré toutes vos précautions. C'est normal ! Quand vous déclenchez, vous appliquez une vibration à votre boitier qui met du temps à s'estomper. [I]Septième remarque: Utilisez le retardateur ou une télécommande pour déclencher la photo car la moindre vibration de l'appareil entrainera un flou sur la photo. On en reparlera plus tard. [/I] Une fois sur votre ordinateur, vous risquez de constater certaines taches sombres sur vos photos. Et oui ! Ceux sont les poussières qui étaient sur vos lentilles de l'objectif ! La moindre poussière ne pardonne pas en macro. Il faut penser à nettoyer parfaitement le matériel avant une séance. Malheureusement, même en passant 1 heure sur le nettoyage, il restera des poussières. Les objectifs M42, de part leur age, ne sont pas d'ailleurs exempt de tout un tas de poussière qui ont réussi à s'infiltrer à l'intérieur de l'objectif. Alors comment faire ? [I]Huitième remarque: Nettoyez autant que possible l'objectif et corrigez les imperfections au post traitement avec la fonction « Supprimer les tons directs » d'Adobe Lightroom. [/I] Au final, ce jour la, mon meilleur résultat a été ces 2 clichés: [CENTER][URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=19945"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/47924741e4adc7176.jpg[/IMG][/URL] [I]Canon Eos 400D, Pentacon M42 50mm, 8,0s, f8.0, ISO400 G de l'ordre de 5:1 (je ne pense pas d'un pistil face plus d'1mm de large) [/I] [URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=19946"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/47924741e4f3ef177.jpg[/IMG][/URL] [I]Pistil de fleur de Violette. Canon Eos 400D, Pentacon M42 50mm, 30,0s, f16.0, ISO100 G de l'ordre de 5:1 [/I][/CENTER] [B]Séance 2: Les fleurs d'Hibiscus et de Lys.[/B] Dans ma séance précédente, je ne me suis pas préoccupé de l'éclairage parce que j'avais pas mal de lumière du jour. Pendant cette séance, j'ai travaillé uniquement avec un éclairage hallogène de salon et une petite lampe de chevet. J'ai pas vraiment progressé et je suis resté complétement dans mon trip « C'est beau la nature » sans vraiment m'occuper de la qualité de mon image. Une remarque quand même. [I]Neuvième remarque: le post traitement est essentiel en macro. Il va vous permettre en plus de supprimer de poussière de mettre en avant les couleurs, les formes que vous souhaitez. [/I] [CENTER][URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=19947"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/47924741e545b5ed2.jpg[/IMG][/URL] [I]Pistil de fleur d'Hibiscus Canon Eos 400D, Pentacon M42 50mm, 30,0s, f?, ISO100 [/I] [URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=19948"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/47924741e57fdf651.jpg[/IMG][/URL] [I]Pistil de fleur de Lys Canon Eos 400D, Pentacon M42 50mm, 8,0s, f?, ISO200 [/I] [/CENTER] [B]Séance 3: L'araignée en plein air.[/B] [CENTER][URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=19949"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/47924741e5ca46562.jpg[/IMG][/URL] [I]Notre top model, l'araignée ! Canon Eos 400D, Pentacon M42 50mm, 1/6s, f?, ISO200 [/I] [/CENTER] La encore, j'ai fait cette séance sur un coup de tête à la nuit tombante (super mauvaise idée en macro surtout quand on a pas de flash digne de ce nom) et surtout à l'air libre dans mon jardin ! Les leçons de cette séance: un temps de pause long en extérieur est irrémédiablement synonyme de flou en raison de la faible brise qu'on ne sent meme pas mais qui berce inlassablement la toile d'araignée. Pourtant mon araignée etait exemplaire et ne bougeait pas une pate. J'étais pourtant à 1cm de ces mandibules ! J'ai été assez déçu du résultat sur mon PC. Et oui, meme sur un ecran 3'' de l'appareil, on se rend pas compte du flou! [I]Dixième remarque: Utilisez un eclairage assez puissant pour pouvoir obtenir des temps de pause très faible en extérieur malgré une ouverture assez faible. [/I] [CENTER][URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=19951"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/47924741e742d5130.jpg[/IMG][/URL] [I]Canon Eos 400D, Pentacon M42 50mm, 1/3s, f1.8, ISO800[/I] [URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=19952"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/47924741e76f05d26.jpg[/IMG][/URL] [I]Canon Eos 400D, Pentacon M42 50mm, 1/3s, f1.8, ISO800[/I] [/CENTER] [B]Séance 4: Les insectes en plein air.[/B] Ici, c'était en pleine journée mais cette fois avec une combinaison de matériel un peu différent (toujours en M42): mon objectif Helios 58mm (mise au point mini de 50cm) couplé avec un doubleur de focale (soit un 116mm en 24x36) et associé à une bague allonge qui a doublé mon tirage. Je pouvais donc effectuer des photos à 25 cm avec un 116mm. Idéal pour les insectes qui butinent ! Défaut de cet assemblage, le doubleur divise par 2 l'ouverture et donc on a une perte importante de lumière. [CENTER][URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=19953"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/47924741e7a57eb32.jpg[/IMG][/URL] [I]Ensemble doubleur de focale + bague allonge[/I] [/CENTER] J'ai pu constater que meme en pleine journée avec des temps de pause assez court et une ouverture de f/8.0, il etait difficile d'avoir une photo bien nette a main levée ! Le challenge est d'autant plus grand avec des insectes en mouvement perpetuel ! Cependant, impossible d'utiliser le soufflet et le pied pour des sujets en mouvements. Résultats: [CENTER][URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=19954"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/47924741e7fdab6c1.jpg[/IMG][/URL] [I]Canon Eos 400D, Pentacon M42 50mm, 1/200s, f8.0, ISO400 + Flash[/I] [URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=19955"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/47924741e83cc9926.jpg[/IMG][/URL] [I]Canon Eos 400D, Pentacon M42 50mm, 1/200s, f8.0, ISO200[/I] [URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=19956"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/47924741e8622baa4.jpg[/IMG][/URL] [I]Canon Eos 400D, Pentacon M42 50mm, 1/200s, f8.0, ISO400 + Flash[/I] [/CENTER] [B]Séance 5: Le cactus mouillé.[/B] Nouvelle séance en intérieur avec une petite préparation. Notre sujet: un cactus. [CENTER][URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=19957"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/47924741e89ad190f.jpg[/IMG][/URL] [I]Canon Eos 400D, Super Takumar M42 135mm, 1/15s, f?, ISO100[/I] [/CENTER] Je trouve une jolie feuille Canson mauve de Scrapbooking avec des reflets argentés que je positionne sur mon bureau en faisant une courbe avec un cadre photo. Je place le pot de cactus dessus. Je positionne 2 lampes de bureau directionnelles de chaque côté. Je positionne le pied et tout le matos avec le soufflet. Je vaporise le cactus avec de l'eau. Et c'est parti ! Avant de prendre une photo, je decide d'utiliser la balance des blancs personnalisées, c'est la première fois que j'utilise cette technique. Je photographie une feuille blanche et je m'en sers comme blanc de référence pour mes photos suivante. Même s'il ne s'agit pas d'un gris 18%, je suis assez content du résultat car malgré un eclairage artificielle, j'obtiens un blanc assez realiste que je n'ai pas besoin de retoucher dans Lightroom. Deuxième technique expérimentale pour moi, le relevage du miroir avant de prendre la photo. En effet, j'ai constaté lors de mes séances précédentes que le miroir entrainait un leger flou lors de la prise de la photo. Même avec le retardateur à 10s, rien à faire ! Normal, la vibration apparaît lors du relevage du miroir ! Je décide donc de mettre tous les moyens de mon coté: * je pose l'extrémité du soufflet (assez lourde à cause du poids de l'objectif) sur un support stable. * je sers bien toutes les vis du pied. * j'active la fonction de relevage du miroir avant le declenchement du diaphragme. * j'active le retardateur. Et voici le résultat: [CENTER][URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=19958"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/47924741e9c1e16a0.jpg[/IMG][/URL] [I]Canon Eos 400D, Helios 44M M42 58mm, 1,6s, f11, ISO100[/I] [URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=19959"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/47924741e9ff039a8.jpg[/IMG][/URL] [I]Canon Eos 400D, Helios 44M M42 58mm, 4,0s, f11, ISO100[/I] [/CENTER] [B]Récapitulatif de toutes mes remarques et conseils:[/B] * Positionnez la tete du pied sur le soufflet et non pas sur l'appareil sinon le poids de l'ensemble n'est pas bien réparti et tout bouge à chaque déclenchement. * Plus on augmente le tirage, moins la bague de mise au point sert à quelque chose. * La fonction « distance objectif-objet » par rapport à « tirage » n'est pas une fonction linéaire. * Le soufflet absorde beaucoup de lumière ! * Déplacez l'objet si vous pouvez plutot que tout le matos. * Pour des objets inanimés, utilisez des ouvertures de f/8.0 minimum et choisissez des temps de pause assez long pour avoir un jolie histogramme décalé vers la droite mais sans cramer les blancs. * Utilisez le retardateur ou une télécommande pour déclencher la photo car la moindre vibration de l'appareil entrainera un flou sur la photo. * Nettoyez autant que possible l'objectif et corrigez les imperfections au post traitement avec la fonction « Supprimer les tons directs » d'Adobe Lightroom. * Le post traitement est essentiel en macro. Il va vous permettre en plus de supprimer de poussière de mettre en avant les couleurs, les formes que vous souhaitez. * Utilisez un eclairage assez puissant pour pouvoir obtenir des temps de pause très faible en extérieur malgré une ouverture assez faible. * Stabilisez l'extrémité du soufflet au maximum. * Utilisez la fonction de relevage du miroir de votre appareil. [...]
Lire la suite de "Retour d'expérience d'un débutant en photomacrographie"
Commentaires Lectures Dernière activité
58 31 264 07/11/2013 23h06 par bloodef Aller au dernier message
 
Note de l'article : 7 votes - moyenne : 4.1429.

10 points-clé pour réussir ses photos panoramiques

Bonjour à tous, Comme cela m’a été proposé sur mon post consacré à mon travail sur la photographie panoramique, je vais essayer de vous transmettre quelques astuces pour faire de la photo panoramique. [SIZE=3][COLOR=black][B]1 Choix de l’appareil et d’une focale[/B][/COLOR][/SIZE] Je ne parlerai pas ici des appareils dédiés à la photo panoramique, ils sont fort chers et donc peu utilisé par le photographe lambda… A priori, n’importe quel appareil photo numérique peut faire l’affaire ; je préconiserai un reflex pour ses possibilités « manuelles » (cf. plus bas) et un objectif grand angle (une focale de 30/35mm eq 24x36) me parait idéale ; une focale plus courte engendre des déformations trop importantes (horizon courbé par exemple), une focale trop longue ne permet pas de garder un premier plan (sauf en faisant un panoramique sur 2 niveaux) L’objectif utilisé doit avoir le moins de vignettage possible, ce qui serait problématique lors de la juxtaposition et de la fusion des images. NB : ne pas utiliser la fonction panoramique éventuellement intégrée dans certains compacts… un ordinateur et un bon logiciel feront bien mieux que le petit processeur et le petit microgiciel de votre appareil ;-) [COLOR=DarkOrange][B][SIZE=3][COLOR=black]2 Trouver un sujet[/COLOR][/SIZE][/B] [/COLOR] Tout ou presque peut être photographié en panoramique, l’idéal étant cependant une scène « allongée » soit horizontalement (paysage, intérieur d’une pièce…) soit, et on y pense moins, verticalement (bâtiment, arbre, escalier…). Il faut avoir l’œil panoramique et penser panoramique… la composition de la photo ne diffère pas tellement d’une photo « normale » à ceci près que la sacro-sainte règle des tiers n’est pas simple à appliquer à mon avis… on aura plutôt une lecture gauche/droite ou 1er plan/arrière plan en face d’une photo panoramique. Il est important, et ce n’est pas toujours facile, d’incorporer un premier plan dans la composition de la photo ; cela donne de la profondeur à l’image. Je dis « pas toujours facile » car dans la réalité notre œil de photographe est souvent attiré par une scène lointaine lorsqu’on pratique la photographie panoramique. Or si le paysage est beau au loin, le premier plan est parfois anodin voire peut gâcher la photo. Incorporer des sujets en mouvement complique la chose. En effet, si un élément se déplace dans une zone de chevauchement entre 2 photos, on obtient un « fantôme ». Il faut une exacte concordance entre 2 images pour que la fusion soit parfaite. Ainsi un personnage qui s’est déplacé entre les 2 photos apparaît souvent en filigrane sur le panorama final. Plusieurs solutions pour éviter le problème : - Eviter les sujets mobiles !! - Attendre qu’ils soient dans une zone sans chevauchement. - Gommer les sujets avant assemblage, voire après. - Le logiciel panorama factory gère mieux que les autres ce phénomène ; il adapte la fusion en fonction des différences entre deux photos. [COLOR=#ff8c00][SIZE=3][COLOR=black][B]3 Pied ou main levée ?[/B][/COLOR][/SIZE] [/COLOR] Le pied est bien sûr idéal, il permet une rotation de l’appareil en gardant la ligne d’horizon au même niveau et de ne pas bouger pour un panoramique nocturne. En plein jour, dans la pratique, on peut très bien s’en passer. Le risque de « bouger » en grand angle est faible même en diaphragmant beaucoup. Pour garder la ligne d’horizon, on peut s’aider des collimateurs autofocus l’appareil en est pourvu. Dans bien des cas, c’est suffisant. [SIZE=3][COLOR=black][B]4 Point nodal de l’objectif.[/B][/COLOR][/SIZE] Les spécialistes (les vrais !) en photo panoramique disent qu’il faut que la rotation de l’appareil se fasse autour du point nodal de l’objectif. Sans rentrer dans des détails techniques, il ne se situe pas au bout de l’objectif, ni au niveau du boîtier, il varie en fonction de chaque objectif et de la focale. Sur un pied classique, l’axe de rotation passe par le boîtier. Il en résulte un décalage au niveau des perspectives entre les différentes photos, notamment pour les premiers plans bien rapproché. Il existe des trépieds spécifiques ou des bricolages (avec des équerres métalliques) permettant d’effectuer la rotation par le point nodal. Dans la pratique, là encore le problème ne se pose pas souvent. Il faut simplement faire attention à main levée de tourner autour de l’appareil photo et non pas de faire tourner l’appareil autour de soi… [COLOR=#ff8c00][SIZE=3][COLOR=black][B]5 Mettre son appareil photo en mode manuel[/B][/COLOR][/SIZE] [/COLOR] L’appareil doit être en mode manuel pour retrouver un homogénéité de : - exposition - température de couleur - Zone de netteté (hyperfocale et autofocus débrayé si possible) En effet, des différences trop importantes se verraient au niveau de la fusion des images par le logiciel d’assemblage. Une attention particulière est à apporter à l’exposition. La scène photographiée peut comporter de grandes différences de luminosité. Je préconise, soit de prendre la mesure sur la partie principale à vos yeux (mais avec un risque de surexposer certaines zones), soit de prendre la mesure sur la zone la plus lumineuse (avec un risque de sous exposition mais plus facile à récupérer ensuite). Vous pouvez aussi bracketer mais attention à ne pas mélanger les photos ensuite… vous êtes obligé de prendre les photos par série (soit expo normale, soit sur-exposée soit sous-exposée) et non en prenant la meilleure pour chaque image. [COLOR=#ff8c00][SIZE=3][B][COLOR=black]6 Prendre les photos[/COLOR][/B][/SIZE] [/COLOR] Prendre la série de photos en pensant à préserver des zones communes entre les photos (20 à 30% de chevauchement). Ne pas hésiter à prendre « large ». On peut toujours recadrer après ; par contre s’il manque un bout, c’est dramatique !! Si l’appareil le permet, il faut évidemment shooter en raw, pour des raisons de qualité d’image et parce que certains logiciels (Panorama Factory et Autopano Pro) gère bien ce format en utilisant toute la dynamique du raw pour effectuer la fusion. [URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=19319"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/27034731a24e4c368.jpg[/IMG][/URL] [COLOR=#ff8c00][B][SIZE=3][COLOR=black]7 Choisir un logiciel d’assemblage[/COLOR][/SIZE][/B] [/COLOR] Il est tout à fait possible d’utiliser Photoshop ou tout autre logiciel gérant les calques pour monter soit même ses panoramiques. Pour ma part, je pars du principe que les logiciels font ça beaucoup mieux que moi. Pourquoi ? - leur puissance de calcul pour repérer les points communs entre les images, gérer les fusions dépasse la puissance de calcul de mon humble petit cerveau. - Les logiciels actuels sont capables, en automatique, de donner des rendus optimum, tout en permettant des corrections manuelles et certains gèrent les fichier en raw. - Leur prix est raisonnable (de gratuit à quelques dizaines d’euros) - Il vaut mieux prendre du temps pour prendre des photos sur le terrain que de se transformer en geek de la photo ;-) Je ne vais pas détailler la marche à suivre pour l’utilisation de ces logiciels ; la plupart ont une interface très intuitive. Une remarque sur les images à assembler : toujours utiliser des images de bonne qualité, sans les retoucher avant l’assemblage (surtout pas d’accentuation !!) Les retouches se font après l’assemblage. L’idéal est le format raw, sinon un tiff (mais parfois volumineux) ou un jpg qualité maxi. Ca donne ça: [URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=19320"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/27034731a2d1b14b8.jpg[/IMG][/URL] [COLOR=#ff8c00][SIZE=3][COLOR=black][B]8 Retoucher - recadrer[/B][/COLOR][/SIZE] [/COLOR] Là, n’importe quel logiciel de retouche photo fera l’affaire dès lors qu’il permet par exemple de corriger les niveaux/courbes, netteté, éventuellement tampon de duplication pour supprimer d’éventuels « fantômes ». Le recadrage d’impose souvent (parfois le logiciel d’assemblage le fait) car des zones « noires » bordent l’image. Avant [URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=19317"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/27034731a05245bfd.jpg[/IMG][/URL] Après [URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=19318"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/27034731a1142756f.jpg[/IMG][/URL] [SIZE=3][COLOR=black][B]9 Tirage[/B][/COLOR][/SIZE] On peut évidemment se contenter de garder une version « virtuelle » de son panorama. Pour ma part, je ne conçois pas la photo, même numérique, sans tirage final (des photos réussies bien sûr !!). Vous pouvez tirer les photos sur votre imprimante ou dans votre labo habituel. Certains labos proposent des tirages panoramiques. [I]Astuce : pensez à mettre plusieurs panoramas sur le même fichier pour un tirage en format standard… cela vous évitera de couper des bandes blanches et vous économiserez des sous ![/I] [URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=19315"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/270347319ec64e5b8.jpg[/IMG][/URL] Personnellement, pour les tirages grand format, je fais confiance à Vision-360, un spécialiste de ce type de format. Le prix est raisonnable et la qualité des tirages très bonne. De plus, ils répondent rapidement aux mails que vous pouvez leur envoyer. (Je précise que je n’ai pas d’avantages chez eux… malheureusement ;-) [COLOR=#ff8c00][SIZE=3][COLOR=black][B]10 Encadrement[/B][/COLOR][/SIZE] [/COLOR] Ce n’est pas toujours facile de trouver des cadres pour ce format de photo. Chez Ikea on trouve des cadres bois/verre pour 14,5 € en format 88*30 mais le verre n’est pas anti-reflet. [URL="http://www.ikea.com/fr/fr/catalog/products/40078049"]Ikea[/URL] En ce moment, je suis à la recherche d’une solution type contre-collage sur alu ou pvc… Si quelqu’un a des expériences de ce type de technique je suis preneur d’infos. [...]
Lire la suite de "10 points-clé pour réussir ses photos panoramiques"
Commentaires Lectures Dernière activité
99 60 615 02/11/2014 09h02 par Overdoz Aller au dernier message
 
Note de l'article : 2 votes - moyenne : 3.5000.

Commander ses flashs à distance : l'utilité et les méthodes

On a déjà abordé à plusieurs reprises sur VirusPhoto les raisons qui font préférer l'usage d'un flash externe à celui d'un flash interne. Entre autres possibilités, le flash externe a l'avantage d'être orientable, ce qui permet de réfléchir par exemple sa lumière sur un plafond, un mur, ou toute autre surface. Celà permet notamment d'éviter "d'écraser" le visage d'un modèle avec la lumière du flash, et de se rapprocher au maximum du rendu de la lumière naturelle. [B]Mais on peut aller beaucoup plus loin en dissociant complètement le flash de l'appareil photo.[/B] C'est une perspective énorme qui s'ouvre, et qui permet des travaux créatifs qui n'ont plus rien à voir avec les possibilités auxquelles on est résigné avec un flash fixé à l'appareil photo. Je vous propose pour s'en rendre compte, quelques exemples de mise en place de flashs télécommandés particulièrement intéressants (les vidéos sont en anglais, mais les images parlent d'elles-mêmes) : [ame="http://www.youtube.com/watch?v=sqMI72jsXRQ"]YouTube - Confessions of a Photographer - episode 01[/ame] [ame="http://www.youtube.com/watch?v=brSWJZmJ2m8"]YouTube - Confessions of a Photographer - episode 02[/ame] [ame="http://www.youtube.com/watch?v=g18tXTmm-Qs"]YouTube - Confessions of a Photographer - episode 03[/ame] Si vous souhaitez en voir plus, je vous invite à visiter [URL="http://bertstephani.com/blog"]le blog de l'auteur de ces vidéos[/URL]. [B]Maintenant que l'on a vu clairement les possibilités infinies offertes par la commande du flash à distance, voici maintenant les méthodes pour mettre en place ces techniques :[/B] [SIZE=3][B]1. La commande infrarouge intégrée au boîtier[/B][/SIZE] C'est le cas sur plusieurs boîtiers, notamment chez Canon et Nikon. L'appareil photo permet nativement de commander les flashs. L'inconvénient : il n'y ne doit y avoir aucun obstacle entre le flash et le boîtier, l'infrarouge étant un faisceau lumineux invisible à l'oeil. Si l'on coupe sa trajectoire, alors la commande ne fonctionnera pas. [B][SIZE=3]2. Le cordon[/SIZE][/B] [IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/147322d0e861a9.jpg[/IMG] Tous les fabricants proposent des cordons qui permettent de déclancher le flash à distance. Le câble peut se brancher sur une prise dédiée, ou directement sur le sabot. L'inconvénient est évident : c'est le câble... [SIZE=3][B]3. Les commandes radio[/B][/SIZE] [IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/147322cc33bbca.jpg[/IMG] On trouve sur internet des commandes radio efficaces, à partir de 25€ (récepteur inclus), soit souvent plus abordables qu'un câble vendu par le constructeur. Elles permettent de commander un ou plusieurs flashs à distance, sans les inconvénients de l'infrarouge, puisqu'il s'agit d'ondes radio, qui ne sont donc pas coupées par un obstacle. L'inconvénient : ces commandes ne sont pas compatibles TTL. On trouve plusieurs modèles sur l'excellent [B][URL="http://www.gadgetinfinity.com/home.php"]Gadget Infinity[/URL][/B], pour quelques dizaines d'euros. Voir également sur [URL="http://www.ebay.com"]E-Bay[/URL] en cherchant "flash trigger", ou encore [URL="http://alzodigital.com/online_store/wireless_flash_trigger.htm"]sur ce site[/URL]. Voici également [URL="http://jeremykuster.blogspot.com/2007/10/gi-cactus-v2s-modification-tutorial.html"]un bricolage[/URL] qui permet d'augmenter la portée de ces commandes radio (en anglais). [SIZE=3][B]4. Le top du top : les Pocket Wizards[/B][/SIZE] [IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/147322c8d314a7.jpg[/IMG] Il s'agit ici d'un équipement professionnel sans équivalent, aux multiples possibilités. L'inconvénient est clairement le coût (il faut disposer d'au moins deux Pocket Wizards : un en émission, un en réception). [URL="http://www.pocketwizard.com/"]Voir le site officiel.[/URL] Lire également [URL="http://www.cyrilbruneau.com/blog/2007/01/pocket-wizard-pour-en-finir-avec-le.html"]cet article[/URL] en français. [SIZE=3][B]Aller plus loin[/B][/SIZE] [B]Pour aller plus loin dans l'utuilisation des flashs externes "sur le terrain", on pourra choisir une solution qui permette de commander plusieurs flashs en même temps.[/B] Nul besoin de vider son compte en banque : un second flash servira souvent d'appoint, et un modèle de base fera certainement l'affaire. On en trouve pour quelques dizaines d'euros (voir notamment sur [URL="http://www.gadgetinfinity.com/"]Gadget Infinity[/URL], sur [URL="http://www.ebay.com"]E-Bay[/URL] ou encore au rayon occasion de la Fnac... un bon vieux modèle basique fera l'affaire pour un flash secondaire d'appoint) [B]On pourra s'équiper ou fabriquer des accessoires pour flash[/B], qui permettront de moduler et de modifier la lumière émise. Des tutoriaux sur le sujet ont déjà été publiés sur VirusPhoto, et d'autres sont à venir. --- Edit 8/11 : J'édite l'article pour ajouter l'accessoire à 2€ qui change la vie : il permet de fixer un flash sur n'importe quel trépied photo à vis classique. Inutile donc d'acheter des pieds spéciaux pour flash, le trépied bas de gamme made in Carrefour fera l'affaire : [IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/14732fcad2c8c0.jpg[/IMG] Un modèle est [URL="http://www.bhphotovideo.com/c/product/119417-REG/General_Brand_SF947_Flash_Accessory_Shoe_with.html"]disponible ici[/URL] et [URL="http://www.bhphotovideo.com/bnh/controller/home?shs=DO.25FSMA&ci=0&sb=ps&pn=1&sq=desc&InitialSearch=yes&O=productlist.jsp&A=search&Q=*&bhs=t"]un autre ici[/URL] pour quelques euros. Si l'on souhaite avoir un matériel un peu plus sophistiqué, voici un autre support de flash pour trépied plus élaboré (environ 36€) : [IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/14732fe2d8ba24.jpg[/IMG] L'avantage : il se fixe sur un trépied mais peut aussi être attaché n'importe où grâce à la pince incorprorée. [URL="http://www.adorama.com/BG175F.html"]Disponible notamment ici[/URL]. Je n'en n'ai pas trouvé dans des boutiques en ligne françaises, n'hésitez pas à proposer des liens. [...]
Lire la suite de "Commander ses flashs à distance : l'utilité et les méthodes"
Commentaires Lectures Dernière activité
26 31 242 05/05/2012 11h14 par Mathieu A33 Aller au dernier message
 
Note de l'article : 3 votes - moyenne : 3.0000.

S'initier au studio photo avec deux lampes de bureau

Je vous propose une expérience illustrée : s'initier au studio photo pour pas cher, avec deux lampes de bureau. [B]Important :[/B] Pour plus de facilité, on préfèrera s'équiper de lampes halogènes : l'ampoule étant plus petite, les ombres sont plus marquées, et on va donc mieux se rendre compte des effets obtenus par le déplacement des lampes. Nous avons besoin de deux lampes, donc, et d'un fond accompagné de son support. Pour ma part, j'ai utilisé un set de table, supporté par un cadre photo : [IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/1472f7331910cd.jpg[/IMG] Mon "studio" ressemble donc à ceci : [IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/1472f735ad61fa.jpg[/IMG] Comme sujet, j'ai choisi simplement quelques objets, que j'ai placé sur le fond : [IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/1472f738dd7842.jpg[/IMG] [B]Informations importantes pour la suite :[/B] - On veillera à utiliser un trépied. La faible puissance des lampes est compensé par un temps de pose plus long, qui nécessite que l'appareil soit stable. - On ne va pas s'attarder sur la balance des blancs dans cet article, mais il sera indispensable de s'y pencher. Dans le cas d'un éclairage "non standard" comme c'est le cas ici, on peut étalonner ses photos avec un dispositif comme le Digigrey par exemple. - Dernier point : on travaillera toujours dans l'obscurité : la température de la couleur de la lumière du jour est différente de celle de nos lampes, et va donc venir parasiter l'image si elle est présente. Tout est ok ? Au boulot, donc : [B]En modifiant l'emplacement et la distance des lampes, on va modifier les contrastes, et le rendu de l'image. Au fil des expérimentations, on va positionner les lampes tantôt près du "sol", tantôt en hauteur, et en modifiant également leur profondeur par rapport au sujet (devant/derrière). [IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/1472f756a50d09.jpg[/IMG] [IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/1472f7584f011c.jpg[/IMG] [IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/1472f7629bf887.jpg[/IMG] [/B] [B]Après quelques photos, on se rend compte des deux données suivantes : - Plus la lampe est proche, plus les ombres sont fortes. - Plus la lampe est éloignée, plus les ombres sont douces.[/B] On peut avoir à la fois un éclairage dur et doux, en positionnant les deux lampes de manière totalement différente : l'une très proche, l'autre très éloignée. Voici un exemple : [IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/1472f749a34d2f.jpg[/IMG] L'image obtenue est celle-ci : [IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/1472f74c31adca.jpg[/IMG] On voit que la lampe de droite, positionnée juste au-dessus de la première bougie, vient donner du contraste à l'image, alors que la seconde, plus éloignée, permet de donner un éclairage global plus doux à l'ensemble de la scène. Très vite, on sera tenté de travailler avec des lampes supplémentaires, avec la possibilité de varier l'intensité de chaque lampe... Puis à bricoler des diffuseurs et des réflecteurs pour les lampes. Dans ce cas, vous aurez certainement attrapé le virus du studio... [B]Avant d'investir dans du matériel, il est passionnant de faire ses propres tests avec des lampes de bureau et du matériel "maison" : on apprend à avoir une réelle maîtrise sur l'éclairage, puisqu'on doit tout faire par soi-même, trouver ses propres astuces avec ce qu'on a sous la main... C'est à vous ! [/B] [...]
Lire la suite de "S'initier au studio photo avec deux lampes de bureau"
Commentaires Lectures Dernière activité
30 43 511 10/11/2011 17h08 par man24 Aller au dernier message
 
Note de l'article : 5 votes - moyenne : 4.6000.

Le Light painting en détail

Le Light Painting, beaucoup d’entre nous l’on déjà expérimenté, pour écrire des petits mots, faire des gribouillis, c’est amusant, mais rarement original. Cirius nous avez déjà proposé un tuto à ce sujet, mais j’avais envie de le développer un peu. ([URL]http://www.virusphoto.com/820-faire-du-light-painting.html[/URL]) Sans aucune prétention, je vais essayer de vous expliquer comment j’utilise la lumière de mes lampes torches pour créer des images aux allures presque irréelles. On m’a souvent demandé mes « petits trucs » lorsque je présentai mes clichés à la critique, alors en voici quelques uns : Bon, pour ceux qui n’ont toujours pas compris de quoi il s’agit, voici un exemple rapide de light painting (encore appelé space drawing) : [CENTER][URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=18154"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/5734715d7f6baee2.jpg[/IMG][/URL][/CENTER] [B][SIZE=4]Comment ça marche ?[/SIZE][/B] [URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=18156"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/5734715d859cae7e.jpg[/IMG][/URL] Pour commencer, il est préférable de placer l’appareil sur un trépied, ou au moins trouver un endroit stable. Ensuite, il faut être dans un environnement le plus sombre possible. La méthode est simple, on déclenche avec un long temps de pose, et en orientant la source de lumière en direction de l’appareil, on trace des lignes de lumières. Pour ce genre d’exercice d’écriture, le temps de pose n’est pas nécessairement très long, mais l’idéal est d’avoir un mode Manuel, afin de pouvoir optimiser les réglages. [U]Sensibilité iso :[/U] la plus faible possible. [U] F/ :[/U] autour de f/7.1 , pour avoir un piqué convenable, une pdc moyenne, et avoir une luminosité relativement forte. [U]Vitesse :[/U] Elle dépend du temps qu’il vous faut pour écrire, ou faire votre « dessin », mais plus le temps de pose sera long, plus votre image sera bruitée. [U]Focal :[/U] ici encore, a vous de juger, et de prendre des repères pour écrire dans le cadre. Voilà qui poses les bases, mais on peut aussi utiliser le light painting dans un autre but. Faire ressortir un élément d’une photo nocturne. [B][SIZE=4] Comment ça marche ?[/SIZE][/B] [URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=18157"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/5734715d8caf2a44.jpg[/IMG][/URL] Ici il ne faut plus diriger la source de lumière vers l’appareil, mais au contraire vers la partie de notre photo que l’on veut illuminer. Puis on déplace notre faisceau sur l’objet afin de rendre homogène la lumière sur celui-ci ( comme avec un pinceau, pour étaler de la peinture à l’eau ), et ainsi éviter de cramer une zone, et d’en laisser une autre sombre. Sur ce schéma le peintre se trouve devant l’appareil, mais attention de bien vous placer entre la source de lumière et l’appareil, sans quoi, vous risquez de voir apparaître les fameuses lignes vue précédemment. Il faut aussi penser à ne pas s’auto éclairer, sinon vous serez présent, plus ou moins en transparence sur la photo, selon la durée de votre exposition à la lumière. Libre à vous de combiner les deux méthodes. Il est bien entendu possible de se placer hors du cadre pour éclairer votre sujet, mais dans ce cas il faut penser à vous déplacer d’un coté et de l’autre de l’objet pour ne pas créer d’ombres fortes. [B][SIZE=4]Et la couleur dans tout ça ?[/SIZE][/B] Il est relativement simple de colorer sa lumière, on a tous vue en grande surface de petites lampes torches/porte clef à LED blanche, bleu, rouge, … Rarement de fortes puissances, mais permettant de faire des lignes lumineuses fantaisies. Pour illuminer de gros sujet, j’utilise un phare halogène, fonctionnant sur batterie (que l’on trouve en magasin de bricolage). De ce type : [URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=18159"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/5734715da845a495.jpg[/IMG][/URL] Et pour la couleur, je place devant cette lampe des « gélatines ». Ce sont des feuilles plastiques transparentes existant dans de multiples couleurs. On peut en acheter chez les vendeurs Hi-Fi/spectacle pour quelques Euros. Mais cela fonctionne aussi avec des intercalaires plastiques. Enfin dernier petit truc, j’utilise ce que les techniciens du spectacle appel un diffuseur, cela se présente aussi sous forme d’une feuille plastique, qui a comme propriété, comme son nom l’indique, de diffuser la lumière, et ainsi d’étaler le point chaud d’une lampe, ce qui rend encore plus homogène la lumière. Voici quelques unes de mes réalisations, mêlant ces procédés. [URL="http://www.flickr.com/photos/autisticxkid/sets/72157600210201849/"][IMG]http://farm2.static.flickr.com/1067/1396908875_cf5020072d.jpg?v=0[/IMG][/URL][URL="http://www.flickr.com/photos/autisticxkid/sets/72157600210201849/"][IMG]http://farm2.static.flickr.com/1344/1142667735_23f56e6e1b.jpg?v=0[/IMG][/URL] [URL="http://www.flickr.com/photos/autisticxkid/sets/72157600210201849/"][IMG]http://farm2.static.flickr.com/1078/1097783211_82f1154ae0.jpg?v=0[/IMG][/URL][URL="http://www.flickr.com/photos/autisticxkid/sets/72157600210201849/"][IMG]http://farm2.static.flickr.com/1438/558621159_a8cf8fb2c1.jpg?v=0[/IMG][/URL] Pour terminer, une petite anecdote sur le light painting . Voici le célèbre Pablo Picasso, dessinant un Centaure sur une photo prise par Gjon Mili. Picasso aurait expérimenté cette technique dès 1924… (comment fait il pour être immobile alors qu’il a forcement bougé pour tracé son dessin. Un coup de flash une fois le tracé effectué, et c’est dans la poche, hum… Mili travaillait déjà à la photo au flash et au stroboscope.) [URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=18162"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/5734715dac83193c.jpg[/IMG][/URL] liens: -Les anglais devenu célèbre grâce a leur vidéo-montage: [URL="http://www.myspace.com/lichtfaktor"]MySpace.com - LICHTFAKTOR - 99 - Male - Köln, Nordrhein-Westfalen - www.myspace.com/lichtfaktor[/URL] -Un groupe Flickr de light-painters francophones, avec de nombreux membres de virus photo: [URL="http://www.flickr.com/groups/peinture-lumiere/"]Flickr: Peinture Lumière.[/URL] Voilà voila… à vous ! [...]
Lire la suite de "Le Light painting en détail"
Commentaires Lectures Dernière activité
115 205 345 02/05/2013 15h54 par zygomatique Aller au dernier message
 
Note de l'article : 7 votes - moyenne : 3.7143.

Les focales en images

Suite à de nombreuses questions sur le choix des focales et leurs correspondances, j'ai pensé qu'il serait utile d'avoir tout ca en images. On a coutume de dire que la focale référence est le 50mm. Voici donc à quoi correspond chaque focale courament utilisée. Pensez bien qu'il s'agit de format 24x36 et que pour comparer aux reflex numériques, il faut multiplier les chiffres de vos focales par : 2.0 olympus et panasonic 1.7 sigma 1.6 canon (sauf 1D, 5D et 1Ds) 1.5 pentax, samsung, sony, minolta, nikon, fuji 1.3 canon 1D [URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=18136"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/794715c4057601f.jpg[/IMG][/URL] [URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=18139"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/794715c417d7216.jpg[/IMG][/URL] [URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=18140"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/794715c48a37138.jpg[/IMG][/URL] [URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=18141"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/794715c4ac9cc1a.jpg[/IMG][/URL] [URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=18142"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/794715c4cb807eb.jpg[/IMG][/URL] [URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=18143"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/794715c4e237d61.jpg[/IMG][/URL] [URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=18144"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/794715c4f3d2c33.jpg[/IMG][/URL] [URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=18146"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/794715c559456a1.jpg[/IMG][/URL] [URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=18147"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/794715c522e0cca.jpg[/IMG][/URL] [URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=18149"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/794715c5a64582f.jpg[/IMG][/URL] [URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=18150"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/794715c58c3154a.jpg[/IMG][/URL] [URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=18153"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/794715c601df8a4.jpg[/IMG][/URL] [IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/794715c5d4ddffb.jpg[/IMG] [...]
Lire la suite de "Les focales en images"
Commentaires Lectures Dernière activité
56 56 596 03/01/2012 23h05 par Baxos Aller au dernier message
 
Note de l'article : 6 votes - moyenne : 2.0000.

Format vertical ou horizontal : comment choisir ?

[I]J’ai souvent remarqué que chez certains débutants, le format vertical était délaissé voir même carrément oublié. Cette erreur peut laisser perplexe quant à la manière qu’un débutant a de cadrer ses photos. Penser d’abord « Horizontal ou vertical ? » permet de commencer la composition de son cliché avant même d’avoir regardé dans le viseur. Le format vertical à ses forces et ses faiblesses à l’instar du format horizontal. Voilà quelques caractéristiques de ces deux types de format.[/I] [B]Format horizontal :[/B] [IMG]http://farm2.static.flickr.com/1376/1296713501_b1c65bf3c6.jpg[/IMG] [I][SIZE=1]Photographie d’Entraks. (C) 2007 - Levé de soleil sur Cancale.[/SIZE] [/I] On l’appelle aussi format « paysage » car c’est celui qui est privilégié pour les photos de paysages, et surtout, celui qui met le plus en valeur ce type de photographie. En effet, il donne une sensation de tranquillité à la scène et rend l’image stable, paisible. Il offre également la possibilité de jouer sur de grandes perspectives, en intégrant différents éléments au premier et à l’arrière-plan. Ce format donne l’impression d’espace. [B]Format vertical :[/B] [IMG]http://farm2.static.flickr.com/1098/1268540919_59f23fec57.jpg[/IMG] [I][SIZE=1]Photographie d’Entraks. (C) 2007 - Harbor of Saint Malo, “At Hanchor”[/SIZE][/I] Egalement appelé format « portrait » car utilisé le plus souvent pour les portraits puisqu’il permet d’intégrer la tête et le buste de la personne dans le cadre de l’image. Le format vertical, à l’inverse du format horizontal, dynamise l’image. Les perspectives et diagonales sont accentués… Les éléments verticaux paraissent plus impressionnants, plus « agressifs ». A privilégier pour insister sur la verticalité de certains bâtiments… Une image au format vertical ne transmet pas généralement une impression de tranquillité, de calme. [...]
Lire la suite de "Format vertical ou horizontal : comment choisir ?"
Commentaires Lectures Dernière activité
19 19 668 03/12/2009 14h03 par mich85270 Aller au dernier message
 
Note de l'article : 10 votes - moyenne : 4.5000.

La profondeur de champ... en profondeur !

Aucune formule mathématique dans cet article ! Nous allons essayer de comprendre "avec les mains" l'influence de la [B]taille du pixel[/B], de l'[B]ouverture[/B], de la [B]focale[/B], de la [B]distance de l'objet[/B]... et nous en profiterons pour parler de [I]sténopés[/I] et de [I]téléobjectifs à miroirs[/I] (catadioptriques). Tout un programme ! ;) De nombreux articles et discussions ([URL="http://www.virusphoto.com/25-la-profondeur-de-champ.html"]ici[/URL], [URL="http://www.virusphoto.com/20-le-diaphragme.html"]là[/URL], [URL="http://www.virusphoto.com/14824-fourchette-de-profondeur-de-champs-et-apn-avec-capteur-non-full-frame.html"]là[/URL] et [URL="http://www.virusphoto.com/2900-methode-simple-pour-calculer-et-utiliser-lhyperfocale.html"]là[/URL]) traitent de cet aspect assez technique de la photographie, aucun n'évoque cependant d'où viennent ces effets. D'où ce tutoriel qui a l'objectif ambitieux de combler ces lacunes ! Accorchez-vous à vos slips, c'est parti... :yay: Voici tout d'abord les quelques conventions que nous allons utiliser pour "sentir" les notions de netteté et de profondeur de champ. - L'objectif sera toujours assimilé à une lentille fine limitée par le diaphragme. - L'objectif est supposé idéal, c'est à dire qu'un point donne un point. - On dira que la [I]mise au point est faite sur un point[/I] si l'image de ce point se trouve exactement sur le capteur. La mise au point s'effectue avec un objectif assimilé à une lentille fine en déplaçant la lentille. - On dira qu'un [I]objet est net[/I] si l'image d'un point de cet objet, centrée sur un photosite (pixel dans notre cas) ne recouvre que ce pixel et aucun autre. [SIZE=3][B]I. Mise au point[/B][/SIZE] Dans ce cas, la mise au point est faite pour le point donné : [URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=17713"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/4000470bd8d8ce7a3.png[/IMG][/URL] Plus l'objet est près et plus on doit éloigner la lentille du capteur. Pour un objet dit "à l'infini" (plus loin qu'une vingtaine de fois la focale), la lentille est placée telle que le capteur soit dans son plan focal (distance capteur-lentille = focale). [SIZE=3][B]II. Netteté[/B][/SIZE] Et voici différents cas de réglage de netteté. Au feu rouge, l'objet comportant le point ne serait pas net, au feu vert... et oui, vous avez deviné, c'est net ! :thumbup: [URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=17714"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/4000470bd9359ec35.gif[/IMG][/URL] Voilà, grâce à cette technique hypnotique simple, vous commencez à saisir comment ça fonctionne. [I]N.B.: Attention, les gifs animés peuvent avoir des effets secondaires type épilépsie... à regarder avec modération. [/I] :bangin: [SIZE=3][B]III. Camera obscura[/B][/SIZE] Et c'est ici déjà que l'on peut parler du [B]sténopé[/B]... Si vous faites le lien avec [URL="http://www.virusphoto.com/8922-objectif-pour-reflex-a-environ-2-euros.html"]cet article[/URL], vous allez pouvoir déterminer en théorie quel taille doit faire le trou d'épingle de votre objectif ! Par rapport aux schémas précédents, on ramène le diaphragme à une ouverture tellement faible que l'on peut retirer la lentille... on obtient une chambre noire, ou camera obscura, ou sténopé. [URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=17715"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/4000470bdc252c365.gif[/IMG][/URL] même principe que précédemment : feu vert, tout roule, feu rouge, l'image est floue. En y réfléchissant bien, les pixels ne faisant maintenant guère plus que quelques microns, et le trou devant en faire encore moins... on obtient des tailles théoriques difficiles à atteindre mécaniquement. C'est pour cela qu'il ne faut pas trop attendre d'un sténopé point de vue netteté. Cela n'est toutefois vrai que si on considère l'image en plein format. Ainsi, en réduisant l'image, on obtient des résultats tout à fait corrects. On raisonne alors sur des couples de pixels plutôt que sur des pixels simples pour estimer la netteté. [SIZE=3][B]IV. Profondeur de champ[/B][/SIZE] Maintenant que nous nous sommes familliarisés avec la notion de netteté, il est possible de passer à la raison d'être de ce tutoriel : [B]la profondeur de champ[/B] ! La profondeur de champ va être donnée par les deux points extrèmes pour lesquels l'image sera nette. Dans les schémas suivants, j'ai par ailleurs essayé à chaque fois de donner (en rouge) le point de référence pour lequel la mise au point a été faite. On notera qu'on retrouve géométriquement la relation qui dit qu'on a un tier de la profondeur de champ qui vient vers l'appareil photo pour deux tiers qui partent vers l'inifini... [URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=17716"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/4000470be0769592b.png[/IMG][/URL] [I]Remarque importante : tous les schémas, à partir du schéma précédent, ont été réalisés en respectant scrupuleusement les règles de construction géométriques propres au lentilles minces édictées dans tous les bons livres d'optique. Ainsi le rapport 1/3-2/3 que l'on retrouve visuellement n'est le fruit ni du hasard, ni d'un trucage...[/I] [SIZE=3][B]V. En fonction de la taille du photosite[/B][/SIZE] Plus les photosites sont gros, plus la profondeur de champ est grande. [URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=17717"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/4000470be1f2cba2e.gif[/IMG][/URL] Ainsi un compact aura généralement une profondeur de champ beaucoup plus courte qu'un réflex dont les pixels sont plus gros... mais encore, les indications d'hyperfocale présentes sur les vieux objectifs sont bien souvent faussées avec l'utilisation d'un capteur APS-C qui aura de plus petits pixels que le photosite caractéristique d'un pellicule photo standard. [SIZE=3][B]VI. En fonction de l'ouverture du diaphragme[/B][/SIZE] C'est la relation la plus connue... plus on ouvre le diaphragme, plus la profondeur de champ diminue. Et ça se vérifie en images : [URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=17718"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/4000470be248a654b.gif[/IMG][/URL] Quelle que soit la mise au point effectuée, si l'on pouvait fermer le diaphragme autant que l'on veut, on pourrait obtenir la netteté pour n'importe quel objet (c'est-à-dire qu'on pourrait alonger suffisament la profondeur de champ pour qu'il s'y trouve englobé). On revient à la technique du sténopé ! Mais en pratique les diaphragmes ferment rarement plus qu'à f:22. [SIZE=3][B]VI. En fonction de la distance de mise au point[/B][/SIZE] Un effet moins direct est que plus on fait la mise au point loin, plus la profondeur de champ est grande. C'est lié au fait que des objets éloignés sont tous imagés quasiment à la focale de l'objectif, alors que des objets plus rapprochés sont beaucoup plus dispersés lorsqu'ils sont imagés à travers l'objectif. Voici l'effet obtenu : [URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=17719"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/4000470be31d2a298.gif[/IMG][/URL] [SIZE=3][B]VII. En fonction de la focale de l'objectif[/B][/SIZE] Un effet similaire est observé quand on fait varier la focale de l'objectif. L'objet sur lequel est fait la mise au point reste à la même distance (il paraitra donc plus gros). Par ailleurs, le nombre d'ouverture est gardé constant. C'est à dire que pour des focales plus grandes, le diamètre d'ouverture sera plus grand. On pourra se référer à [URL="http://www.virusphoto.com/9051-objectifs-la-guerre-des-nombres.html"]ce tutoriel[/URL] pour plus de détails sur ces considérations nombresques ! [URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=17720"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/4000470be5214e1ba.gif[/IMG][/URL] Ceci explique en particulier que les objectifs fisheye (très courte focale, très grand angle) aient une profondeur de champ impressionante. [SIZE=2][I]Effet compensé[/I][/SIZE] Si l'on combine les deux effets précédents de focale et de distance de mise au point (quelle idée !), on obtient un résultat surprenant. Avec le même cadrage mais deux objectifs de focale différente, si vous gardez la même ouverture, vous obtenez exactement la même profondeur de champ. C'est à dire qu'avec un télé, il faudra plus vous reculer pour avoir le même cadrage, mais que globalement si vous prenez une personne devant un objet situé un mètre derrière, que vous faites la mise au point sur cette personne et que sa tête fait 2/3 de votre image, si vous changez d'objectif et que vous vous placez de façon à ce que sa tête fasse toujours 2/3 de votre image, l'objet d'arrière plan reste flou s'il était flou et reste net s'il était net. Ceci à même ouverture, je le rappelle. Par contre, effectivement, la perspective ne sera pas la même, les téléobjectifs ayant tendance à "écraser" les distances par rapport aux grands angles. [SIZE=3][B]VIII. Objectif à miroirs[/B][/SIZE] Pour finir, nous allons parler du cas très particulier de l'objectif à miroirs ou objectif catadioptrique... Pour en savoir plus sur ces objectifs, on pourra lire avantageusement ces discussions ou articles : [URL="http://www.virusphoto.com/13692-tout-savoir-sur-les-teleobjectifs-catadioptriques-aussi-appeles-a-miroir.html"]ici[/URL] et [URL="http://www.virusphoto.com/12382-objectif-a-miroir-besoin-dinfos.html"]là[/URL]. Ces objectifs ont la particularité d'avoir un diaphragme d'ouverture fixe (en général f:8) et d'avoir une pastille au milieu de l'ouverture pour placer le miroir secondaire (comme pour certains téléscopes). Le nombre d'ouverture de 8 correspond pour ce cas très particulier non pas à f/D avec D le diamètre du diaphragme, mais bien à f/D avec D qui serait le diamètre hypothétique du diaphragme d'un objectif qui aurait la même luminosité... ce qui veut dire, vu que la pastille centrale mange de la lumière, qu'en réalité le diamètre réel est beaucoup plus grand que f/8 pour compenser ce manque de lumière. Sur le Tamron 500mm f/8 par exemple, le diamètre réel est de 80mm or 500/8=62,5mm ce qui est bien inférieur à 80mm. La pastille d'obstruction est de 35mm de diamètre. Ainsi, le diamètre total plus grand compense l'obstruction. Pour en revenir à nos moutons... la profondeur de champ est donnée par les rayons lumineux qui passent par le bord de l'objectif. Ainsi, on en déduit que pour le téléobjectif à miroir, il faut utiliser le diamètre d'ouverture réel pour les calculs de profondeur de champ, plutôt que le nombre donné qui concerne uniquement la luminosité. C'est à dire par exemple dans le cas du Tamron 500mm, l'ouverture réelle étant de 80mm, on utilisera un nombre d'ouverture de 500/80 soit environ 6.2 pour les calculs d'hyperfocale ! Voilà, c'était le petit complément pour vérifier si tout était bien compris ;) Excusez-moi de n'avoir pas résisté à la tentation de glisser quelques calculs... :Lighten: [SIZE=3][B]Pour conclure[/B][/SIZE] J'espère que ces schémas auront su vous éclairer dans la compréhension des phénomènes de mise au point, de netteté et de profondeur de champ. Cet article est une simple approche de ces phénomènes. Pour les comprendre plus en détail, il peut être utile - dans un premier temps, de savoir réaliser les constructions d'optique géométriques pour les lentilles minces soi-même, (pour retrouver seul ces dépendances pour la profondeur de champ) - dans un second temps, de jeter un oeil sur la physique des lentilles épaisses qui change un petit peu la donne concernant par exemple les distances minima de mise au point. Et bon courage ! :hi: [I]Juste une petite note pour finir... Etant donné la masse de travail que représente ces figures, si vous souhaitez les ré-utiliser, je vous remercie de m'en faire part. Par ailleurs des versions plus haute définition (et non animées) sont disponibles. [/I] [...]
Lire la suite de "La profondeur de champ... en profondeur !"
Commentaires Lectures Dernière activité
76 58 370 11/05/2012 23h47 par e.tardieux Aller au dernier message
 
Les 15 articles
les plus récents

Les 15 articles
les plus suivis

Les 15 articles
les plus consultés


Options d'affichage
Afficher les articles 14 jusqu'à 26 de 88
Trier par Ordre de tri
Depuis
Outils de rubrique Rechercher dans cette rubrique
Rechercher dans cette rubrique :

Recherche avancée



LinkBacks Enabled by vBSEO © 2011, Crawlability, Inc.
Powered by vBulletin® Version 3.8.2 - Copyright ©2000 - 2013, Jelsoft Enterprises Ltd.
2006 - 2015 © ® VirusPhoto. Tous droits réservés.