.
virusphoto virusphoto

Identifiant

Mot de passe

Derniers messages Messages du jour Sujets sans réponse S'inscrire

Rejoignez-nous !

VirusPhoto » Forum » Les articles VirusPhoto

Articles : Conseils pratiques Outils de rubrique Rechercher dans cette rubrique
Bouchon objectif Lens Bling [/B][/SIZE] [img]http://www.virusphoto.com/imagehosting/186529f226bcf3fd.jpg[/img]
2 - Le Gaffer : Le ruban adhésif par excellence. Solide il répare, fixe, camoufle et rend de biens nombreux autres services ! [SIZE="2"][B]Voir tous les modèles ici : Ruban adhésif Gaffer[/B][/SIZE] [img]http://www.virusphoto.com/imagehosting/186529f22b04be15.jpg[/img]
3 - Le clamp : La pince pour fixer votre boitier, votre flash etc .. un peu partout et presque sur tous les supports ! [SIZE="2"][B]Voir tous les modèles ici : Le clamp pour fixer son matériel [/B][/SIZE] [img]http://www.virusphoto.com/imagehosting/186529f22d9bb88d.jpg[/img]
4 - Le réflecteur : Indispensable pour les photos en extérieur, avec ou sans flash, pour orienter le lumière ou le contraire. Il en existe de différentes tailles, formes et couleurs selon l’ambiance souhaitée. [SIZE="2"][B]Voir tous les modèles ici : reflecteur photo[/B][/SIZE] [img]http://www.virusphoto.com/imagehosting/186529f230eb4c54.jpg[/img]
5 - Les piles rechargeable Eneloop : Le must de la batterie rechargeable, les Eneloop de Sanyo garantie 3 ans et jusqu’à 1500 recharges. [SIZE="2"][B]Voir tous les modèles ici : Piles rechargeable Eneloop[/B][/SIZE] [img]http://www.virusphoto.com/imagehosting/186529f238130270.jpg[/img]
6 - Une sangle confortable pour votre appareil photo : Qu’elle soit colorée autour de votre cou ou coulissante sur votre épaule, une autre sangle que celle fournie d’origine vous offre toujours pus de confort et de maniabilité. [SIZE="2"][B]Voir tous les modèles ici : sangle appareil reflex[/B][/SIZE] [img]http://www.virusphoto.com/imagehosting/186529f23a675b3c.jpg[/img]
7 - La carte mémoire : Difficile d’enregistrer ses images depuis son appareil sans carte mémoire ! Oui mais faut il encore en posséder une d’une taille assez importante et fiable. Les appareils aujourd’hui produisent de gros fichiers image et vidéo. Il en faut une à la hauteur de votre appareil. Nous vous conseillons une 64 Go de marque Sandisc ou Lexar. [SIZE="2"][B]Voir tous les modèles ici : carte memoire 64 go[/B][/SIZE] [img]http://www.virusphoto.com/imagehosting/186529f2413c5d9f.jpg[/img]
8 - Le microphone : Tout le monde s’y met. la vidéo fait aujourd’hui partie intégrante de nos appareil photo et il est très aisé de faire un petit clip. L’idéal est de posséder un bon micro pour filtrer et ne garder que le meilleur du son extérieur. [SIZE="2"][B]Voir tous les modèles ici : Microphone pour appareil photo[/B][/SIZE] [img]http://www.virusphoto.com/imagehosting/186529f24383ed44.jpg[/img]
9 - La télécommande à intervallomètre : Le déclencheur à distance avec intervallomètre vous permet des prises de vue à intervalles régulière grâce à une minuterie. L’accessoire ultime pour créer des Times Laps ! [SIZE="2"][B]Voir tous les modèles ici : telecommande intervallometre[/B][/SIZE] [img]http://www.virusphoto.com/imagehosting/186529f246231d45.jpg[/img]
10 - Le trépied : Toujours utile pour la photo nocturne, les pauses longues, les autoportraits … L’idéal et celui qui est léger pour le transport et le voyage. [SIZE="2"][B]Voir tous les modèles ici : trépied appareil photo[/B][/SIZE] [img]http://www.virusphoto.com/imagehosting/186529f247f5fd60.jpg[/img][/CENTER]">
Note de l'article : 1 votes - moyenne : 3.0000.

Les 10 accessoires indispensables pour le photographe

[CENTER][B][SIZE="2"]Voici 10 accessoires indispensables pour les photographes. Que vous soyez débutant ou non, cette sélection vous permettra d'être au top sur le terrain. [/SIZE][/B] N'oubliez pas, c'est bientôt Noël, n'hésitez pas à vous inspirer de cette liste ;-) 1 - Le Lens Bling : C’est un bouchon pratique pour vos objectifs. Il permet aux photographes de différencier rapidement et facilement leurs objectifs dans votre sac. [SIZE="2"][B]Voir tous les modèles ici : Bouchon objectif Lens Bling [/B][/SIZE] [img]http://www.virusphoto.com/imagehosting/186529f226bcf3fd.jpg[/img]
2 - Le Gaffer : Le ruban adhésif par excellence. Solide il répare, fixe, camoufle et rend de biens nombreux autres services ! [SIZE="2"][B]Voir tous les modèles ici : Ruban adhésif Gaffer[/B][/SIZE] [img]http://www.virusphoto.com/imagehosting/186529f22b04be15.jpg[/img]
3 - Le clamp : La pince pour fixer votre boitier, votre flash etc .. un peu partout et presque sur tous les supports ! [SIZE="2"][B]Voir tous les modèles ici : Le clamp pour fixer son matériel [/B][/SIZE] [img]http://www.virusphoto.com/imagehosting/186529f22d9bb88d.jpg[/img]
4 - Le réflecteur : Indispensable pour les photos en extérieur, avec ou sans flash, pour orienter le lumière ou le contraire. Il en existe de différentes tailles, formes et couleurs selon l’ambiance souhaitée. [SIZE="2"][B]Voir tous les modèles ici : reflecteur photo[/B][/SIZE] [img]http://www.virusphoto.com/imagehosting/186529f230eb4c54.jpg[/img]
5 - Les piles rechargeable Eneloop : Le must de la batterie rechargeable, les Eneloop de Sanyo garantie 3 ans et jusqu’à 1500 recharges. [SIZE="2"][B]Voir tous les modèles ici : Piles rechargeable Eneloop[/B][/SIZE] [img]http://www.virusphoto.com/imagehosting/186529f238130270.jpg[/img]
6 - Une sangle confortable pour votre appareil photo : Qu’elle soit colorée autour de votre cou ou coulissante sur votre épaule, une autre sangle que celle fournie d’origine vous offre toujours pus de confort et de maniabilité. [SIZE="2"][B]Voir tous les modèles ici : sangle appareil reflex[/B][/SIZE] [img]http://www.virusphoto.com/imagehosting/186529f23a675b3c.jpg[/img]
7 - La carte mémoire : Difficile d’enregistrer ses images depuis son appareil sans carte mémoire ! Oui mais faut il encore en posséder une d’une taille assez importante et fiable. Les appareils aujourd’hui produisent de gros fichiers image et vidéo. Il en faut une à la hauteur de votre appareil. Nous vous conseillons une 64 Go de marque Sandisc ou Lexar. [SIZE="2"][B]Voir tous les modèles ici : carte memoire 64 go[/B][/SIZE] [img]http://www.virusphoto.com/imagehosting/186529f2413c5d9f.jpg[/img]
8 - Le microphone : Tout le monde s’y met. la vidéo fait aujourd’hui partie intégrante de nos appareil photo et il est très aisé de faire un petit clip. L’idéal est de posséder un bon micro pour filtrer et ne garder que le meilleur du son extérieur. [SIZE="2"][B]Voir tous les modèles ici : Microphone pour appareil photo[/B][/SIZE] [img]http://www.virusphoto.com/imagehosting/186529f24383ed44.jpg[/img]
9 - La télécommande à intervallomètre : Le déclencheur à distance avec intervallomètre vous permet des prises de vue à intervalles régulière grâce à une minuterie. L’accessoire ultime pour créer des Times Laps ! [SIZE="2"][B]Voir tous les modèles ici : telecommande intervallometre[/B][/SIZE] [img]http://www.virusphoto.com/imagehosting/186529f246231d45.jpg[/img]
10 - Le trépied : Toujours utile pour la photo nocturne, les pauses longues, les autoportraits … L’idéal et celui qui est léger pour le transport et le voyage. [SIZE="2"][B]Voir tous les modèles ici : trépied appareil photo[/B][/SIZE] [img]http://www.virusphoto.com/imagehosting/186529f247f5fd60.jpg[/img][/CENTER] [...]
Lire la suite de "Les 10 accessoires indispensables pour le photographe"
Commentaires Lectures Dernière activité
22 18 131 17/11/2015 17h57 par Gege83 Aller au dernier message
 
23 pièce(s) jointe(s) Note de l'article : 11 votes - moyenne : 4.2727.

Conseils pour le passage au reflex

[SIZE=2][B]Vous vous posez beaucoup de questions sur votre passage au reflex et c’est légitime. Passer au reflex a un coût immédiat et futur, c’est un investissement et il faut être certain de ses choix. Cet article vous permettra, nous l’espérons, de vous donner de bonnes pistes et vous aider dans ces choix. [/B][/SIZE] La première question essentielle est : Ai-je besoin d’un reflex ? En effet, bien que les marques offrent aujourd’hui d’alléchants packages marketing, ce n’est pas forcément un bon choix. Les premiers reflex bas de gamme sont souvent moins performants qu’un bon bridge. Les kits proposés sur le marché offrent généralement des optiques peu lumineuses et un peu molles. Vous aurez donc des images moins flatteuses que sur votre bridge, voire sur votre compact actuel équipé d’une lentille qui ouvre à f/2,8, par exemple. Si vous pensez faire de meilleures photographies avec l’acquisition d’un reflex alors que vous ne maîtrisez pas les bases techniques de la prise de vue et que votre investissement de départ sera fait dans un reflex premier prix livré avec une optique de base, vous faites fausse route. [SIZE=2][B]Vous possédez un bridge et vous utilisez les modes automatiques :[/B][/SIZE] Apprenez, avec votre bridge à manipuler les modes prioritaires et manuel (P,A,S,M). 
Comprenez la synchronisation vitesse/ouverture, la profondeur de champs et les règles de composition. Vous verrez que votre appareil n’est pas si dépassé que ça et qu'il vous aidera à faire vos premières armes avant de passer au reflex. [URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=81429"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/1864c45b83d1c70c.jpg[/IMG][/URL][URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=81430"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/1864c45b880102b3.png[/IMG][/URL] [SIZE=2][B]Oui, mais il y a des modes automatique sur les reflex ![/B][/SIZE] Ce n’est pas faux, mais admettez qu’il est dommage de passer au reflex pour continuer à prendre vos photos de la même façon qu’avec votre précédent appareil, car oui, le résultat sera le même ! Passer au reflex c'est aussi passer un cap, celui d'apprendre à utiliser un appareil photo. Comprendre pourquoi vous obtenez tel ou tel résultat avec différents réglages vous permettra de corriger vos prises de vue ratées. La maîtrise de ces outils est importante. Dès lors, n'oubliez pas de lire votre manuel, vous y apprendrez un bon nombre de choses. Et si un terme vous est étranger, nous sommes là pour vous aider ! [SIZE=2][B]Je souhaite passer au reflex pour pouvoir changer mes optiques[/B][/SIZE] Un des avantages du reflex est en effet de pouvoir changer ses optiques, encore faut-il investir dans de bonnes optiques. Car là encore, votre bridge risque de rester plus performant sur de nombreux points. De même, si votre premier achat est porté sur un 18-200 mm, est ce vraiment utile d’opter pour un reflex? Vous aurez le même range, voir plus, sur n’importe quel bon bridge sur le marché. [SIZE=2][B]Ok, alors quand passer au reflex ? [/B][/SIZE] Le passage au reflex demande une certaine connaissance technique. Si vous estimez être arrivé au bout des capacités de votre ancien appareil, que vous souhaitez évoluer et apprendre d’avantage, alors c’est sans doute le moment. Mais il faut à présent choisir son matériel ... N'hésitez pas à faire un stage photo pour débutant afin d'évaluer vos capacités et de repartir vers un nouvel horizon. [SIZE=2][B]Quelle gamme, quelle marque, quelles optiques ? [/B][/SIZE] Face à la multitude de marques, de modèles et de prix dans les vitrines des magasins, difficile de savoir où porter son choix. Voyons ensemble ce qui mérite une attention particulière. [B]Quelle gamme ? [/B] Amateur, expert, pro ... Le choix dépendra en fait de vos attentes et de vos connaissances actuelles. Bien sûr le prix est un critère important, mais là encore, il vous faudra passer cet obstacle. N’achetez pas le moins cher juste pour avoir l’impression d’avoir un reflex, ce ne sera pas le cas. Un reflex propose différentes technicités et une ergonomie particulière, que vous ne retrouverez pas sur les entrées de gamme. Si vous possédiez un bridge, inutile d’acheter un reflex amateur, vous ne verrez pas de différences notoires si ce n’est le fait que vous pourrez changer les optiques. 

Si vous désirez vraiment passer au reflex, autant passer aux choses sérieuses ;) [B]La gamme expert[/B] sera sans doute un bon choix. Vous aurez des «sensations» semblables à celles d'un boitier pro, le poids et l’encombrement en moins. Le menu sera plus simpliste mais plus facile d’emploi également. L’ergonomie ne sera pas parfaite mais sera déjà bien meilleure que sur les entrées de gamme où il faudra bien souvent passer par un menu pas toujours intuitif, ce qui vous découragera d'utiliser les modes prioritaires et manuel. Vous serez rassuré de garder les modes tout automatique. La sensibilité ISO est déjà bien maitrisée et votre appareil vous permettra d’obtenir de très bon résultats dans des conditions de faible luminosité. [B]La gamme pro[/B] est réservée, à mon sens, aux professionnels. Les boitiers sont plus imposants, plus lourds, l’ergonomie est poussée à l’extrême certes, mais ce ne sera pas toujours utile pour votre utilisation «amateur». Ils ne sont pas pourvu d’un flash pop-up. La gamme pro peut aussi être un bon choix si vous comptez n'utiliser que des téléobjectifs. Votre ensemble sera alors mieux équilibré. La sensibilité ISO est très élevée, ce qui limitera l’emploi du flash dans les pires conditions. Enfin, un boitier pro est fait pour durer. Il est tropicalisé (ne craint ni la poussière, ni l’humidité) et ne possède pas les modes tout automatique, il faudra donc maîtriser toute la technicité avant son achat. Bien entendu, si votre bourse vous le permet, rien de vous empêche de vous faire plaisir, mais dans tous les cas, et quelque soit votre choix, sachez qu’il est plus intelligent de faire une économie sur le boitier est d’investir dans de bonnes optiques. [SIZE=2][B] Ok pour la gamme expert, mais quelle marque prendre ? [/B][/SIZE] Deux grandes marques sont et seront toujours au sommet: Canon et Nikon. Pour la simple raison que ces deux marques possèdent aujourd’hui le plus grand parc d’optiques à ce jour. Ce qui n’enlève en rien la qualité des autres fabricants, comme Pentax, Sony, Olympus ... Avant d’acheter votre boitier, vérifiez les types d'optiques disponibles pour votre futur boitier, ainsi que leur prix. C'est un bon critère de choix si vous comptez investir dans le long terme. Choisir une marque c’est un peu comme rentrer en religion. On n’en change pas sinon il vous faudra ensuite changer toutes vos optiques également. Comme dit plus haut, il est plus important d’investir en premier lieu dans vos optiques, car vous les garderez. Ainsi, si vous commencez par un boitier expert et que vous évoluez ensuite vers un boitier pro, vous pourrez continuer à utiliser vos bonnes optiques. Un objectif ayant une durée de vie bien plus longue qu’un appareil photo ! Certaines optiques sont sur le marché depuis plus de 10 ans et restent des références. [SIZE=2][B]Et le nombre de pixels, c'est important ? [/B][/SIZE]La course aux pixels est avant tout du marketing. Les amateurs n'impriment pas du A2 tous les jours[SIZE=2][B]. [/B][/SIZE] Ne choisissez pas votre boitier par rapport à son nombre de pixels mais plutôt celui qui a une meilleure sensibilité ISO et un meilleur AF, avec ça, vous ferez la différence sur le terrain. [SIZE=2][B] OK, mais comment choisir ses optiques ?[/B][/SIZE] Une question importante à vous poser : Que vais-je photographier ? Le choix de la focale est un premier critère et il faudra éviter les optiques dont le range propose des extrêmes du type 18-300 mm. Le résultat ne sera pas toujours au rendez-vous et, pour votre apprentissage, il est mieux de vous déplacer que de rester sur place et zoomer. Vient ensuite l’ouverture qu’offre l’optique. Plus elle est grande, plus votre optique sera lumineuse mais aussi capable de fournir une plus petite profondeur de champs avec un joli flou. Idéale pour isoler votre sujet ou photographier en intérieur sous faible lumière. La stabilisation n’est pas vraiment utile en dessous de 85 mm, à moins de trembler fortement, il sera rare d’obtenir une image avec un flou de bouger. Pour en revenir au choix de la focale, votre choix se portera selon vos sujets. Ainsi, pour le portrait, le 35, 50 ou le 85 mm sera un bon choix. Les 50 mm sont des optiques peu coûteuses, à partir de 100 euros, vous repartez avec un objectif lumineux. Il vous sera utile dans toutes les situations, c’est une focale indispensable. Avec l’expérience, vous jugerez utile d’aller vers un 35 ou un 85 mm, selon la distance que vous préférez avoir entre votre sujet et vous. Si vous faites du paysage, de l’architecture, de la photo urbaine, le 50 vous sera utile, mais aussi un plus grand angle. Voir un ultra grand angle, comme le fameux «10-20». Si vous avez l’âme d’un artiste, le Fisheye et sa vue à 180° vous donnera l’occasion de vous exprimer librement ;) Les optiques transtandards, comme les 18-55 mm sont des petits télézooms pratiques au quotidien. Ils permettent de couvrir une bonne partie des prises de vue «ordinaires». Du paysage au portrait. Idéales pour la ballade et plus encore. Plus long, le 18-200 peut s’avérer le compagnon idéal pour vos voyages. 

Les téléobjectifs vous seront utiles si votre dada est de photographier un sujet éloigné ou qui nécessite une distance, comme l’animalier ou la photo sportive. Leur coût est souvent très élevé, surtout si vous optez pour des téléobjectifs lumineux. Encore une fois, évitez de prendre une optique qui offre un trop large range. Enfin les objectifs macro permettent de photographier de très très près et à taille réelle. Si vous aimez les insectes et les fleurs, ce type d’optique vous ravira. Elles peuvent de plus être utilisées pour le portrait. Méfiez-vous des «signatures» Macro sur certains objectifs. Une optique macro est reconnaissable de deux façons : c’est une focale fixe (Exemple : 50 mm, 60 mm, 90 mm, 100 mm, 150 mm, 180 mm) et le rapport affiché sur l’objectif doit correspondre à ceci : 1:1. Un téléobjectif ne peut donc être une optique macro, elle permettra tout au plus de réduire la distance minimale de mise au point. [URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=81431"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/1864c45b8df052cb.jpg[/IMG][/URL] [SIZE=2][B]Doit-on acheter nos optiques dans la même marque que notre appareil ? [/B][/SIZE] Non, vous pouvez bien entendu acheter une optique d’un fabriquant «toute marque». Les optiques proposées par d’autres fabricants, comme Tamron, Sigma ou encore Tokina, pour ne citer que celles-ci, offrent un très bon compromis à un prix plus avantageux. Certaines de leurs optiques sont mêmes meilleures que celles proposées par la marque de votre appareil. Mais pas toutes ... Je ne vais pas vous inciter à acheter plutôt une marque qu’une autre, mais vous obtiendrez d’excellents résultats avec un 17-50 mm de chez Tamron ou un 50 mm de chez Sigma par exemple. Leurs optiques sont fabriquées et optimisées pour votre appareil au même titre qu’une optique Canon ou Nikon. Ne vous fiez pas aux apparences et demandez conseil, visitez les forums des marques et ne vous laissez pas influencer par le choix des pros ;) [SIZE=2][B]Pourquoi plutôt des optiques fixes ? [/B][/SIZE] Les optiques fixes offrent généralement des ouvertures plus grandes, sont de meilleure qualité et surtout moins coûteuses ! Pourquoi s’en priver ? De plus, le choix d’une optique fixe vous obligera à vous déplacer idéalement pour progresser dans vos compositions et cadrages. [SIZE=2][B]OK compris. Et le débat Canon Nikon ? [/B][/SIZE] C’est un faux débat ! L’une ou l’autre marque ne vous permettra pas d'obtenir de plus belles images. A vous de voir quelle est la marque qui vous convient le mieux. L’ergonomie diffère, la complexité du menu aussi, ainsi que la colorimétrie générale des images obtenues. Et à appareil équivalent de la gamme expert, vous retrouverez les modes tout automatiques sur la gamme expert Canon, pas chez Nikon. L’un ou l’autre, vous ferez un bon choix. [SIZE=2][B]APS-C ou Full Frame ? [/B][/SIZE] Le format APS-C est le plus courant. Il est idéal pour tous types de photo et vous aurez un avantage sur le plein format si vous utilisez des téléobjectifs. Le coefficient étant différent, son facteur multiplicateur vous permettra d'avoir une "allonge" supplémentaire. L'APS-C est donc aussi bien utilisé par les professionnels que par les amateurs. Le plein format, ou Full Frame, s'ouvre depuis peu au grand public désireux de retrouver l'équivalent de l'argentique. Parfait pour le portrait, le paysage ou les personnes désirant imprimer en grand format. Vous aurez également plus de liberté dans vos recadrages. Le plein format numérique est le 24X36 d'aujourd'hui ! Mais ce n'est pas tout ... Techniquement, et sans rentrer dans les détails pour couper court au débat sans fin, le capteur du plein format offre un gain de qualité supplémentaire qui n'est pas négligeable, comme l'obtention d'une profondeur de champs mieux maitrisée, plus douce et moins tranchée. Si le nombre de pixels n'est pas important, sa taille l'est. Avec des pixels plus grands, vous aurez plus de lumière, donc une meilleure sensibilité et moins de bruit numérique. Vous obtiendrez des images de meilleure qualité en fermant d'avantage, ce qui ne sera plus le cas avec un APS-C dès F/16. De même, une optique d'entrée de gamme sera plus flatteuse si utilisée sur un Full Frame. Le piqué sera plus présent. Ceci dit, ne vous jetez pas sur ce format pour ces seules spécificités techniques qui seront, au final, très peu visibles dans de nombreux cas pour de la photographie de tous les jours. Et n'oubliez pas qu'une optique pour ce type d'appareil vous coûtera également plus cher. Toutes les optiques pour APS-C ne sont pas compatibles avec le plein format ... [URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=81428"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/1864c45b783d63ff.jpg[/IMG][/URL] © Steve Kay - Licence Creative Commons [SIZE=2][B]Et la vidéo ? [/B][/SIZE] Aujourd’hui les reflex proposent un mode vidéo. Doit-il être un critère de choix ? A vous de voir si vous comptez aussi réaliser quelques séquences. Croyez moi, on se prend vite au jeu et la qualité est au rendez-vous. Sachez que l’ajout du mode vidéo n’enlève en rien la qualité photographique de votre appareil, c’est une «option» supplémentaire qui n’est peut être pas négligeable. Le Canon 5D Mark II est un appareil devenu culte pour ces deux qualités. Il a même servi à tourner la dernière saison de la série américaine Dr House ... [SIZE=2][B] Un petit mot sur les compacts à objectifs interchangeables ? [/B][/SIZE] Ce sont de très bons appareils. Il vous suffiront dans de nombreux cas. Petit, compact, de bonne construction, sans doute le second boitier par excellence. Si vous optez pour ce type d’appareil, sachez que le nombre d’optiques est très limité, moins de 10, et que le format de prise de vue est au 4/3 . Votre appareil compact sera déséquilibré dès lors que vous lui grefferez un petit zoom. Sa plus grande qualité est sans doute le mode Ai, qui reconnaît la scène ou le sujet à photographier, c’est assez bluffant. Voilà, j’espère que cette synthèse vous permettra de vous orienter convenablement vers votre futur achat. Et si un doute subsiste encore, n'hésitez pas à poser vos questions. [...]
Lire la suite de "Conseils pour le passage au reflex"
Commentaires Lectures Dernière activité
184 55 941 06/12/2014 13h48 par jacline Aller au dernier message
 

090120 Martha MacIsaac - for AP Magazine from Dave Hill on Vimeo.

Mais aussi, voir le rôle de toute une équipe, aussi bien recouvrir de poussière ses modèles que d'agiter un carton pour soulever les cheveux du modèle lors du shoot.

090417 Adventure Girl - Behind the Scenes from Dave Hill on Vimeo.

Si vous êtes à l'aise avec l'anglais, il y a pleins de choses à écouter et retenir. David le souligne pour cette vidéo ici : lorsque vous recouvrez de saletés vos modèles, prennez soin de leur dire de fermer la bouche et les yeux ... [B] [IMG]http://www.virusphoto.com/images/icons/icon2.gif[/IMG] Une cinquantaine de vidéos sont présentes sur Vimeo ( [url]http://vimeo.com/davehill/videos[/url] ) pour suivre Dave comme si on y étiez :) [IMG]http://www.virusphoto.com/images/icons/icon2.gif[/IMG] Vous retrouverez également les BTS sur le site de Dave Hill, [URL="http://www.davehillphoto.com/bts/"]ici[/URL]. Quant à ses photos, elles sont en ligne sur son [URL="http://www.davehillphoto.com/"]portfolio[/URL].[/B] [U][I]Note[/I][/U] : Les vidéos sont disponibles en HD lorsque vous les visionnez directement depuis le site Vimeo.">
Note de l'article : 3 votes - moyenne : 4.3333.

50 shootings de Dave Hill en vidéo, behind the scene

Bon nombre d'entre vous connaissent le photographe [URL="http://www.davehillphoto.com/"]Dave Hill[/URL] dont le traitement de ses images impressionne plus d'un parmi nous. [URL="http://www.strobist.com"]Strobist [/URL](strobist.com), le blog anglophone consacré à l'éclairage en photo (qu'on ne présente plus) nous informe que sur son site internet, Dave Hill propose des vidéos BTS, autrement dit [I]behind the scene[/I] ( qu'on peut traduire par [I]vu depuis les coulisses[/I]). [B]Ces vidéos sont intéressantes car dans un premier temps, elles rappellent à ceux qui ont tendance à l'oublier, qu'une photo fabriqué [I]by [/I]Dave Hill c'est d'abord beaucoup de matériel d'éclairage avant d'être du simple Photoshop. [/B] Ensuite, elles ont l'avantage de montrer comment se déroule un shooting. Quels éclairages sont utilisés, quels techniques pour casser la lumière du jour et garder à la fois la lumière naturelle en arrière plan :

090120 Martha MacIsaac - for AP Magazine from Dave Hill on Vimeo.

Mais aussi, voir le rôle de toute une équipe, aussi bien recouvrir de poussière ses modèles que d'agiter un carton pour soulever les cheveux du modèle lors du shoot.

090417 Adventure Girl - Behind the Scenes from Dave Hill on Vimeo.

Si vous êtes à l'aise avec l'anglais, il y a pleins de choses à écouter et retenir. David le souligne pour cette vidéo ici : lorsque vous recouvrez de saletés vos modèles, prennez soin de leur dire de fermer la bouche et les yeux ... [B] [IMG]http://www.virusphoto.com/images/icons/icon2.gif[/IMG] Une cinquantaine de vidéos sont présentes sur Vimeo ( [url]http://vimeo.com/davehill/videos[/url] ) pour suivre Dave comme si on y étiez :) [IMG]http://www.virusphoto.com/images/icons/icon2.gif[/IMG] Vous retrouverez également les BTS sur le site de Dave Hill, [URL="http://www.davehillphoto.com/bts/"]ici[/URL]. Quant à ses photos, elles sont en ligne sur son [URL="http://www.davehillphoto.com/"]portfolio[/URL].[/B] [U][I]Note[/I][/U] : Les vidéos sont disponibles en HD lorsque vous les visionnez directement depuis le site Vimeo. [...]
Lire la suite de "50 shootings de Dave Hill en vidéo, behind the scene"
Commentaires Lectures Dernière activité
46 21 487 13/07/2012 20h58 par kenny18000 Aller au dernier message
 
Note de l'article : 4 votes - moyenne : 5.0000.

Utiliser un objectif Pentax M sur un boitier numérique

[COLOR=RoyalBlue][SIZE=4]Introduction[/SIZE][/COLOR] Après m'être interrogé et avoir pas mal fouiner sur le net, je vous propose un petit article sur l'utilisation des objectifs Pentax série M sur les boîtiers numériques. Je possède moi-même un boitier [I]Pentax K10D[/I] et un objectif [I]Pentax M 50mm f/1.7[/I]. [LEFT][URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=52250"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/1219749ee0e34d82f0.jpg[/IMG][/URL][/LEFT] Tout d'abord, voici un petit rappel :[LIST] [*][I]f/1.7, f/4-5.6[/I] sont des ouvertures de diaphragme [*][I]55mm, 70-210mm[/I] sont des focales.[/LIST] [COLOR=RoyalBlue][SIZE=4]Les séries d'objectifs Pentax :[/SIZE][/COLOR] [COLOR=SlateGray][SIZE=3][B]La série M[/B][/SIZE][/COLOR] Il n'y a pas d'autofocus. Ne paniquez pas et lisez, plus bas, la section [I]Assistance Autofocus[/I]. La bague de diaphragme est manuelle (pas de position A). Ainsi, ne sont disponibles que les modes manuels (M, B, X) et le mode [I]priorité ouverture[/I] (Av). Les modes P et Vert basculent automatiquement en mode [I]priorité ouverture[/I]. Si vous utilisez le mode [U][I]priorité ouverture[/I][/U], le boitier [U]déclenchera toujours à l'ouverture maximum[/U], qu'elle que soit le position de la bague de diaphragme. De plus, avec cette série d'objectifs, la mesure d'exposition [I]multizone[/I] n'est pas disponible. Il n'y a pas de possibilité d'utiliser un flash P-TTL sans-fil. Je possède un flash [I]Metz 48-AF1[/I] et je suis obligé de l'utiliser en mode [I]Manuel[/I] car en mode [I]P-TTL[/I] le flash fonctionne systématiquement en pleine puissance et donc les photos sont sur-exposée. [COLOR=SlateGray][SIZE=3][B]La série A[/B][/SIZE][/COLOR] Il n'y a pas d'autofocus. Ne paniquez pas et lisez, plus bas, la section [I]Assistance Autofocus[/I]. La bague de diaphragme fonctionne soit en manuel, soit en automatique (sur la position A). Ainsi, sur la position A, tous les modes sont disponibles ; sur les autres positions l'objectif se comporte comme une [I]série M[/I]. La mesure d'exposition [I]multizone[/I] est disponible et le flash fonctionne normalement. [COLOR=RoyalBlue][SIZE=4]Utilisation d'un objectif [I]Pentax série M[/I][/SIZE][/COLOR] Tout d'abord, il faut aller dans le [I]menu C[/I] et passer l'option [U][I]Utiliser bague de diaphragme[/I] à [I]Autorisé[/I][/U]. Ensuite, passer en mode [U][I]focus manuel[/I][/U]. Si vous restez en mode [I]autofocus[/I], la priorité est donnée à la mise au point et vous ne pourrez pas déclencher tant que celle-ci n'est pas correcte sur le collimateur central. A partir de là, vous avez 2 solutions : [COLOR=SlateGray][SIZE=3][B]Mode M[/B][/SIZE][/COLOR] [LEFT][URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=52255"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/1219749ee0e731ea94.jpg[/IMG][/URL][/LEFT] [LIST=1] [*]Régler la bague de diaphragme sur la valeur désirée. [*]Appuyer à mi-course et régler le focus à la main (voir la section [I]Assistance Autofocus[/I]). [*]Presser le bouton [I]vert[/I] (pour le K10D, K20D) ou [I]AE-L[/I] (pour le K100D, K200D...), cela va fermer le diaphragme à la valeur choisie précédemment et mesurer l'exposition. Attention, si vous utilisez un flash, ce dernier n'est pas pris en compte dans la mesure de l'exposition et il vous faudra apporter des corrections aux valeurs calculée par le boîtier. [*]Déclencher.[/LIST]Si les conditions d'éclairage ne changent pas et si vous ne modifiez pas la position de la bague de diaphragme, l'étape 3 n'est plus utile pour les photos suivantes. [COLOR=SlateGray][SIZE=3][B]Mode Av, P[/B][/SIZE][/COLOR] [LEFT][URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=52256"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/1219749ee0e7a5ef77.jpg[/IMG][/URL] [/LEFT] Je rappelle que dans ce mode, peu importe la position de la bague de diaphragme, le diaphragme restera ouvert au maximum lors du déclenchement (et ce, même si vous entendez un bruit dans l'objectif !!)[LIST=1] [*]Appuyer à mi-course et régler le focus à la main (voir la section [I]Assistance Autofocus[/I]). [*]Déclencher. La mesure de l'exposition se fait en temps réel. Mais attention, elle se fait en mode [I]pondéré central[/I] ou [I]spot[/I] (le mode [I]multizone[/I] n'étant pas disponible)[/LIST] [COLOR=RoyalBlue][SIZE=4]Assistance Autofocus[/SIZE][/COLOR] Même si vous êtes en mode [I]focus manuel[/I], lorsque que vous pressez le déclencheur à mi-course et que la mise au point est correcte sur le collimateur central, l'[I]indicateur de focus[/I] s'allume. Si vous avez activé l'option [I]Superposer zone AF[/I], un point rouge apparait aussi dans le collimateur central. C'est quand même sympa, non ?? [COLOR=RoyalBlue][SIZE=4]Fonction "[I]anti-bougé[/I]".[/SIZE][/COLOR] [LEFT][URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=52252"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/1219749ee0e5a36fff.jpg[/IMG][/URL] [/LEFT] Si vous avez activé la fonction "[I]anti-bougé[/I]", l'appareil vous demendera la focale de l'objectif au démarrage. Comme il n'y a pas de contact électrique entre l'objectif et le boitier, ce dernier ne connait pas la valeur de focale de l'objectif alors qu'il en a besoin pour optimiser la fonction anti-bougé. Il faut donc mettre la bonne valeur (focale inscrite sur l'objectif et pas celle équivalente en 24x36) pour avoir une fonction "[I]anti-bougé[/I]" la plus performante possible. [LEFT][URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=52253"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/1219749ee0e62d8feb.jpg[/IMG][/URL][/LEFT] - [...]
Lire la suite de "Utiliser un objectif Pentax M sur un boitier numérique"
Commentaires Lectures Dernière activité
36 30 677 20/03/2016 18h11 par Tangerine Aller au dernier message
 
Note de l'article : 5 votes - moyenne : 2.4000.

L'ultrasensibilité du format RAW

Un pré requis avant de lire cette article est de connaitre le format RAW. Le sujet de l'article n'étant pas le RAW mais une application à ce format Je vous renvoi au lien wikipedia sur le sujet [url=http://en.wikipedia.org/wiki/Raw_image_format]Le lien[/url] Une utilité du RAW est l'ultra-sensibilité... En effet avec ce format, il est possible de simuler des vitesse ISO que vous n'avez pas sur le boitier.. Je m'explique La majorité des boitiers sont limitées à 1600 ISO voir 3200. Grâce au RAW on peut simuler par voie logiciel 6400, 12800 et même des 3200 plus propres que les 3200 ISO boitiers.. Génial non ? Comment faire.... En fait c'est pas très compliqué... Mettez vous sur votre gamme ISO la plus élevé de votre boitier et sous-exposer de -xIL (par exemple -1IL). Prenez votre photo en RAW. Au développement de votre photo, sur-exposer autant d'IL que vous avez sous-exposer (donc ici +1IL) Ensuite... ben c'est fini... Ci joint 6 photos Condition de PDV... EOS 40D, mode Av (priorité ouverture), ouverture f13. Photo prise sur trépied. Le logiciel de traitement est Abobe Lightroom 2.1 1600 par boitier (0.5s) [img]http://cedric190985.free.fr/image/tut/ulisopt-1.jpg[/img] [url=http://cedric190985.free.fr/image/tut/ulisogd-1.jpg][color=blue]Cliquez ici [/color][/url]pour avoir la photo en format natif 3600 par logiciel (1/4s) surexposition de +1IL [img]http://cedric190985.free.fr/image/ulisopt-2.jpg[/img] [url=http://cedric190985.free.fr/image/tut/ulisogd-2.jpg][color=blue]Cliquez ici [/color][/url]pour avoir la photo en format natif 6400 par logiciel (1/8s) surexposition de +2IL [img]http://cedric190985.free.fr/image/tut/ulisopt-3.jpg[/img] [url=http://cedric190985.free.fr/image/tut/ulisogd-3.jpg][color=blue]Cliquez ici [/color][/url]pour avoir la photo en format natif 3600 par boitier (1/4s) [img]http://cedric190985.free.fr/image/tut/ulisopt-4.jpg[/img] [url=http://cedric190985.free.fr/image/tut/ulisogd-4.jpg][color=blue]Cliquez ici [/color][/url]pour avoir la photo en format natif 6400 par logiciel +1IL (1/8s) surexposition de +1IL [img]http://cedric190985.free.fr/image/tut/ulisopt-5.jpg[/img] [url=http://cedric190985.free.fr/image/tut/ulisogd-5.jpg][color=blue]Cliquez ici [/color][/url]pour avoir la photo en format natif 12800 par logiciel +2L (1/15s) surexposition de +2IL [img]http://cedric190985.free.fr/image/tut/ulisopt-6.jpg[/img] [url=http://cedric190985.free.fr/image/tut/ulisogd-6.jpg][color=blue]Cliquez ici [/color][/url]pour avoir la photo en format natif Il faut savoir également que la dynamique du capteur chute avec la monté en ISO ainsi que le piqué de l'objectif.... Dernière remarque faut relativiser, le RAW, c'est bien mais pas magique. Vous aurez du bruit omniprésent donc suppression du bruit par moyen logiciel obligatoire et perte de détail (du au lissage). Vous avez sous exposé puis remonté donc vous risquez d'avoir des couleurs fantaisistes et artefacts. Le contraste risque également d'être dur à rattraper... Et surtout faire un tirage grand format de cette photo va être compliqué... D'expérience personnelle, je ne monte jamais en 3200 ISO mais je prendrai ma photo à 1600 ISO -1IL. Attention ces explications ne valent que pour des valeurs ISO extrêmes, il est clair que à 200 ISO par exemple cette méthode est totalement inutile... Pour finir cette méthode n'est pas que réservée au reflex mais aussi aux compacts. Le tout est qu'ils fassent du RAW... Voilà... Si vous avez des questions où des compléments d'information n'hésitez pas à compléter voir même à me corriger. Cédric [...]
Lire la suite de "L'ultrasensibilité du format RAW"
Commentaires Lectures Dernière activité
122 27 604 29/12/2010 11h08 par Cedric190985 Aller au dernier message
 
Note de l'article : 4 votes - moyenne : 4.7500.

Bon plan et astuces pour la pratique du studio photo à la maison

Suite à la lecture de cette article sur virusphoto, "Créer un studio photo à la maison (pour pas cher) [URL]http://www.virusphoto.com/484-creer-un-studio-photo-a-la-maison-pour-pas-cher.html[/URL] i[FONT=Verdana]l y a un environ un an que je me sers de ce type d'éclairage. Je vous propose aujourd'hui de vous décortiquer la première séance portrait que j'avais réalisé avec mes deux enfants et mes cinq neveux.[/FONT] [COLOR=Blue][FONT=Verdana]1-LE MATÉRIEL ET LA MISE EN PLACE[/FONT] [/COLOR] [CENTER][URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=41475"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/212714917931504878.jpg[/IMG][/URL][/CENTER] [COLOR=Blue]Trucs et astuces:[/COLOR] [FONT=Verdana]-allez donc faire un tour dans le vieux matèriel vidéo super 8 à Papy qui dors au grenier: c'est là que j'ai trouvé la torche Kaiser de 1000 watt.:thumbup: -préparer le matériel avant l'arrivée des enfants et choisir une heure qui correspond au rythme des plus jeunes (là c'est la Maman qui parle).:o -si il vous arrive une tuile (genre ampoule halogène qui claque à l'allumage), jouer à "Jacques a dit" avec les enfants pendant que vous réparez: ils adorent![/FONT]:good: exemple:"Jacques a dit restez tranquilles jusqu'à ce que Papa soit décollé du 220volt!":hysterical: [FONT=Verdana][COLOR=Blue]2-EXPOSITION[/COLOR][/FONT] [FONT=Verdana]Pour l'exposition je pratique un éclairage à faible contraste par simplicité; vu le nombre de jeunes modèles il est difficile, voir impossible de les placer "définitivement" plus de 3 secondes. Donc avec un faible écart de diaphragme entre droite et gauche vous obtenez une image douce et leurs "légers" déplacements ne posent pas de problème. Voici un lien qui explique la notion de "Ratio" et de contraste [URL="http://cours.cegep-st-jerome.qc.ca/570-346-f.d/lumi%C3%A8re2.htm"]http://cours.cegep-st-jerome.qc.ca/570-346-f.d/lumière2.htm[/URL] [COLOR=Blue]3-CADRAGE et COMPOSITION[/COLOR] Pour la composition et le cadrage, je travaille sur pied pour pouvoir faire un montage ensuite. Il faut qu'ils soient assez prés les uns des autres pour ne pas augmenter le contraste et le plus possible sur le même plan pour la faible profondeur de champs; il faut en même temps faire attention aux ombres projetés des uns sur les autres.[/FONT] [CENTER][URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=41476"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/212714917a47ba3cba.jpg[/IMG][/URL][/CENTER] [COLOR=Blue]4-POST PRODUCTION [/COLOR] Voici les 6 RAW bruts qui m' ont servi à la construction de mon image: [CENTER][URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=41477"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/212714917a796c765a.gif[/IMG][/URL][/CENTER] J'utilisais à l'époque Adobe Photoshop Elements 3.0 Au résultat après environ 5 heures de retouche :mad: (c'était l'une des première...) j'ai obtenu cette image: [CENTER][URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=41478"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/212714917a941a0fca.gif[/IMG][/URL][/CENTER] [COLOR=Blue]Trucs et astuces:[/COLOR] -allez donc faire un tour dans le grenier de Tonton: c'est là que j'ai trouvé ma 2ème torche vidéo de 1000 watt.:thumbup::thumbup: -pour la sauvegarde de la configuration de mon studio je me suis transformé les représentations existantes avec Photoshop Voici ma version du studio pas chère: [CENTER][URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=41479"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/212714917afce3c26a.jpg[/IMG][/URL][/CENTER] -pour les [COLOR=Blue]petits enfants pas sage dans le studio[/COLOR] voila ma solution avec la complicité de mon assistante préférée: [CENTER][URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=41480"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/212714917b229d4c51.jpg[/IMG][/URL][/CENTER] En conclusion: J'espère que cet article vous apportera quelques petites choses et vous donnera l'envie de faire du studio(7 enfants c'est beaucoup mais c'est pas forcement plus compliqué que trois). J'ai pris beaucoup de plaisir à écrire mon premier article, j'espère que vous en prendrez autant à le lire. Pour information c'est sur le net que j'ai trouvé la plus part des solutions de mes éclairages actuels! :hi: tc654 [...]
Lire la suite de "Bon plan et astuces pour la pratique du studio photo à la maison"
Commentaires Lectures Dernière activité
40 47 351 01/08/2014 01h13 par Photos84 Aller au dernier message
 
Note de l'article : 6 votes - moyenne : 4.5000.

Débutants : Conseils pour la manipulation des appareils reflex

[B]Conseils aux débutants pour la manipulation d’un APN reflex[/B] [B]Un reflex numérique nécessite des précautions d'emploi, évidentes pour certains, moins pour les débutants... Tony.M, Oliviercannes, OwInTwist, Buddha, BenZo33, Gote, Chapal et Chien Vert vous proposent une liste de conseils non exhaustive pour vous éviter des gestes imprudents tels que ceux-ci :[/B] [IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/145ab523aa1141.jpg[/IMG] Offrir à l’appareil un p'tit sac photo pour le ranger et le transporter comme il faut. A défaut, enrouler l’appareil dans un T-shirt pour le mettre dans un sac à dos par exemple. Dans ce dernier cas, si l'objectif est long, l'enlever du boîtier et mettre en place les bouchons sur l'objectif et le boîtier. En effet, même si la monture est en métal, elle est fixée sur un boitier en plastique plus ou moins résistant au poids et aux chocs .Veiller à ce que le sac photo reste parfaitement propre. [B]La poussière est la pire ennemie d’un APN (Appareil Photo Numérique) et des objectifs.[/B] [B]Autre ennemie : l'humidité.[/B] Glissez dans votre sac photo du Silicagel emballé dans une chaussette (voir SilicaSec.com - Fleurs Séchées - Gel de Silice, par exemple). Voir aussi le tuto très complet de Tillou : [url]http://www.virusphoto.com/41960-prot...lhumidite.html[/url] (Protéger son appareil photo de l'humidité) . [B]Faire attention lors des changements d'objectifs (y aller doucement avec la monture) et, lors de changements, les faire plutôt avec le boîtier tourné vers le bas.[/B] Si le changement se passe à l'extérieur, se baisser et se mettre dos au vent. Ca évitera l'intrusion de poussières et autres dans le chambre. Eviter de tourner l'objectif (ou le boîtier ouvert) vers le soleil. Faire doucement également avec les clapets des compartiments batterie et carte mémoire ; ils sont en général fragiles. En intérieur, changer d'objectif de préférence dans la salle de bain (là ou il y a le moins de poussière) boîtier tourné vers le bas. En cas de non utilisation de l'appareil pendant un mois (ce qui serait étonnant) l’allumer et faire quelques rafales, histoire de réveiller le boîtier. Il n’est pas nécessaire d’enlever l’objectif en cas de non utilisation prolongée. [B] Pour enlever les poussières du capteur, acheter un kit stylos, chiffon, pinceaux et poires qui fait du bon boulot.[/B] Surtout prendre son temps (il n’est pas rare que cela nécessite plus d'une heure). Lors de l'achat du matériel de nettoyage, faites-vous conseiller par un vendeur sérieux. La marque Sensor Swab semble être une référence en la matière. Transférer les photo avec la carte mémoire et un lecteur de cartes pour éviter d'user la connexion USB (fragile) du boîtier. [B]Faire attention à l'utilisation de la carte mémoire. Le format utilisé (FAT16) n'étant pas forcément géré de la même manière par l’APN que par le PC, il est préférable de laisser le boîtier vider la carte (via la fonction "Formater") plutôt que de le faire par l'ordinateur.[/B] En gros, seul l’APN doit écrire sur la carte (ajouter des photos & les effacer) et le PC n'est là que pour lire les informations (copier, …). Les fichiers Raw prendront plus de places mais c'est avec eux que l’on peut apporter les meilleures retouches et convertir ensuite ces fichiers en Tiff ou Jpeg. [B] Acheter un filtre UV incolore pour protéger les objectifs.[/B] Une télécommande et un trépied seront utiles pour les photos de nuit (paysages, feux d'artifices). [B]Cataloguer les photos[/B] (de préférence avec les logiciels Lightroom ou Aperture) le plus souvent possible pour éviter de passer la journée à trier des centaines de photos. Faire beaucoup d'essais avec différents réglages pour mieux connaître le boîtier et savoir ce que vous préférez. [B]Faire quelques photos en mode simple ; ensuite, lire, relire, re-relire, re-re-relire, ... le mode d'emploi à intervalles réguliers ; vous y trouverez toujours quelque chose qui vous aura échappé lors d'une lecture précédente. [/B] D'autres conseils et idées sont repris dans le tuto de Jeff : [url]http://www.virusphoto.com/15550-100-...os-photos.html[/url] (100 conseils donnés par les membres pour améliorer vos photos) . [B]Et surtout shooter tout ce qui passe par la tête et l'envie ... la technique c'est bien ( et indispensable ) mais la touche ... la patte ... l'oeil du photographe c'est mieux ![/B] Enfin, les Virusiens sont là pour apporter de l’aide.[B][/B] [...]
Lire la suite de "Débutants : Conseils pour la manipulation des appareils reflex"
Commentaires Lectures Dernière activité
78 61 729 06/12/2014 14h04 par jacline Aller au dernier message
 
Note de l'article : 4 votes - moyenne : 5.0000.

[tutoriel] La compile technique photo de l'été

[B]Voilà l’été qui s’offre à nous et c’est une saison où l’on peut faire beaucoup plus de photos. C’est le moment de vous proposer des techniques photos à expérimenter et des conseils à appliquer durant vos vacances.[/B] Je vous recommande tout d’abord la lecture de ces deux articles sur les « [B]photos de vacances[/B] » : [url]http://www.virusphoto.com/457-ameliorer-ses-photos-de-vacances.html[/url] [url]http://www.virusphoto.com/8330-methode-pour-resussir-ses-photos-dete.html[/url] [B][SIZE="3"]Les Voyages[/SIZE][/B] Vous [B]embarquez en avion[/B] pour les vacances ? Prenez quelques précautions avec votre matériel photo : [url]http://www.virusphoto.com/6495-le-guide-du-voyage-en-avion-avec-du-materiel-photo.html[/url] [IMG]http://farm1.static.flickr.com/44/178204701_d18546fd6b.jpg?v=0[/IMG] [I]Photo par [URL="http://flickr.com/photos/jnxyz/"]jnxyz[/URL][/I] Un voyage réussi est [B]un voyage qui se prépare[/B]. Faites le point avant de partir : [url]http://www.virusphoto.com/1508-page-rankingeparer-et-reussir-vos-photos-de-voyage.html[/url] et [B]la checklist[/B] avant de partir : [url]http://www.virusphoto.com/16183-la-checklist-des-accessoires-indispensables-dans-le-sac-photo.html[/url] Si vos vacances prennent la route du littoral, lisez ces conseils pour [B]réussir vos photos sur la plage[/B] (Attention au sable ! :p) [url]http://www.virusphoto.com/8767-le-guide-de-la-photo-sur-la-plage.html[/url] La [B]photo panoramique [/B]est aussi un bon moyen pour figer des paysages magnifiques : [url]http://www.virusphoto.com/19364-10-points-cle-pour-reussir-ses-photos-panoramiques.html[/url] [SIZE="3"][B]La journée[/B][/SIZE] Toutes les heures, le soleil change d’inclinaison. [B]Planifiez vos prises de vue en fonction de l’heure de la journée[/B]. Par exemple, évitez de sortir l’appareil entre 10h et 14h, la lumière est trop forte ;) [url]http://www.virusphoto.com/1244-planifier-vos-prises-de-vue-selon-la-position-du-soleil.html[/url] Et également, quelques ressources utiles sur la toile : [url]http://www.virusphoto.com/18615-des-ressources-pour-tout-savoir-sur-le-lever-et-le-coucher-du-soleil.html[/url] [IMG]http://farm1.static.flickr.com/76/346731050_b25ec914f0.jpg?v=0[/IMG][I] Photo par [URL="http://flickr.com/photos/95097806@N00/"]Jos van der Plas[/URL] [/I] Pour vos photos de paysages, pensez à emporter [B]un compas solaire[/B] pour savoir où se couche et se lève le soleil. Imprimez et glissez dans votre sac photo ce compas : [url]http://www.virusphoto.com/18669-le-compas-du-photographe-a-imprimer-pour-savoir-ou-se-leve-et-se-couche-le-soleil.html[/url] Et pourquoi pas [B]photographier le soleil[/B] en personne ? [url]http://www.virusphoto.com/9117-techniques-pour-photographier-au-soleil.html[/url] Un [B]beau ciel bleu[/B] sur vos photos, ça vous tente ? Pourquoi ne pas s’équiper d’un [B]filtre polarisant[/B] pour l’occasion. C’est un filtre très utile dont on évoque les propriétés ici : [url]http://www.virusphoto.com/8568-tout-savoir-sur-les-filtres-polarisants.html[/url] [IMG]http://farm2.static.flickr.com/1098/1268540919_59f23fec57.jpg?v=0[/IMG] [I]Photo par Entraks[/I] Et pour apprendre d’autre [B]méthodes pour le ciel bleu[/B], c’est là : [url]http://www.virusphoto.com/7075-comment-obtenir-un-beau-ciel-sur-ses-photos-les-methodes.html[/url] L’été est une explosion de couleurs. Profitez-en pour faire des photos colorées et [B]utilisez les couleurs complémentaires[/B]. [url]http://www.virusphoto.com/15647-utiliser-les-couleurs-complementaires-pour-donner-de-limpact-a-ses-photos.html[/url] [B][SIZE="3"]Le soir et la nuit[/SIZE][/B] Inévitablement, vous assisterez à un [B]coucher de soleil[/B] alors pourquoi ne pas le rendre original ? [url]http://www.virusphoto.com/3122-reussir-ses-photos-de-couchers-de-soleil.html[/url] [IMG]http://farm1.static.flickr.com/51/183503927_71e58adba7.jpg[/IMG] [I]Photo de [URL="http://www.flickr.com/photos/tookie/"]tookie[/URL][/I] Par exemple, vous pouvez faire des [B]photos de silhouettes[/B] [url]http://www.virusphoto.com/9902-comment-photographier-des-silhouettes.html[/url] Pour ceux qui se couchent tard, voici quelques pistes pour [B]appréhender la photo de nuit[/B] : [url]http://www.virusphoto.com/14600-reussir-ses-photos-de-nuit.html[/url] Ou encore, [B]photographier la lune[/B] : [url]http://www.virusphoto.com/8678-quelques-astuces-pour-photographier-la-lune.html[/url] Mais aussi, photographier[B] la course des étoiles[/B] : [url]http://www.virusphoto.com/4975-photographier-la-course-des-etoiles-pendant-toute-une-nuit.html[/url] Et le 14 juillet : pétards et [B]feu d’artifice[/B] ! A vous d’immortaliser la fête en maitrisant la technique : [url]http://www.virusphoto.com/723-photographier-un-feu-dartifice.html[/url] Enfin, on termine avec un article sur [B]les concerts et festivals[/B] qui fleurissent en été. Quelques conseils pour s'initier à la photo concert : [url]http://www.virusphoto.com/41952-photo-de-concert-ce-quil-faut-savoir.html[/url] [...]
Lire la suite de "[tutoriel] La compile technique photo de l'été"
Commentaires Lectures Dernière activité
24 43 093 12/06/2013 12h25 par LucieNico Aller au dernier message
 
Note de l'article : 6 votes - moyenne : 4.1667.

Protéger son appareil photo de l'humidité

Depuis 4 ans que je promène mon matériel aux Antilles et en Guyane, je me suis découvert un ennemi bien plus redoutable que la poussière pour nos appareils : L’humidité ! Confronté à des taux qui vont de 70 à plus de 85 % de taux d’humidité, j’ai enterré en moins de 24 mois un Ixus 400, un 350d (rideau bloqué et contacts oxydés) et un zoom 70/300 dont les lentilles ressemblaient à la croûte d’un camembert ! Si je n’ai pas de recette miracle à vous proposer, voici l’organisation et les moyens mis en œuvre pour sauver mes nouveaux appareils de ce fléau : [B] 1) La protection rapprochée : [/B] - Pour le boîtier, une protection « [URL="http://www.cameraarmor.us/"]Camera armor[/URL] » Cette protection permet d’éviter les projections d’eau de pluie ou de mer. C’est de plus une excellente protection contre les chocs et les rayures. - En cas de légère pluie : peu coûteux et très efficace, ces petites protections plastiques permettent de faire des photos sous la pluie [URL="http://www.missnumerique.com/sacs-photo-video-housse-valise-etanche/optech/optech-housse-de-protection-rainsleeve-contre-la-poussiere-et-l-eau-pour-appareil-photo-p-2950.html"](ici par exemple)[/URL] - Plus cher mais très efficace, le sac étanche type [URL="http://www.aquapac.net/"]« Aquapac »[/URL]. Conçu pour faire de la plongée avec votre appareil, il est idéal pour partir en forêt tropicale humide par exemple. On y met 2 petits sachets de silicagel et le tour est joué. Inconvénient : il n’est vraiment pas facile de s’en servir pour faire des photos ! [B]2) Le stockage :[/B] - Boîte hermétique avec gels dessicants : Vraiment très efficace, cette mallette repérée dans Chasseur d’images est munie d’un hygromètre. De petite taille, elle se met facilement dans le coffre de la voiture et protège aussi bien de l’humidité que des chocs. Inconvénient : Elle est de petite taille ! [URL="http://www2.photim.com/NewCmd/article.xml?ref=DRYBOX"](voir la Drybox)[/URL] - Le silicagel : A posséder absolument ! Peu onéreux, ces gels sont d’une efficacité redoutable et surtout sont réutilisables à l’infini. J’ai réservé un placard avec une bonne dose de ce produit pour stocker tout ce qui est sensible. Quand leur couleur change, un petit passage au four et c’est reparti. Vous pouvez en [URL="http://www.silicasec.com/"]trouver ici[/URL] [B]3) En randonnée :[/B] Le kit de survie devra obligatoirement comporter en plus des protections déjà citées : - 2 ou 3 sacs poubelle pour protéger l’ensemble en cas de pluie (des 100 litres, bien épais) - Des torchons pour tout essuyer, et surtout s’essuyer soi-même car on transpire beaucoup en chaleur humide et la sueur est particulièrement agressive pour les appareils - Une vieille chaussette remplie de silicagel [URL="http://www.virusphoto.com/vbimghost.php?do=displayimg&imgid=31105"][IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/186483538c3514a8.jpg[/IMG][/URL] Voilà, cela peut vous sembler très contraignant mais c’est efficace… en attendant d’avoir des sous pour l’achat d’un reflex « tropicalisé » ! Nota : Je ne fais aucune publicité particulière pour ces produits, je vous présente juste ceux dont j’ai fait l’acquisition et qui me semblaient abordables. Je ne doute absolument pas qu’il existe d’autres systèmes tout aussi (voire plus) efficaces. [...]
Lire la suite de "Protéger son appareil photo de l'humidité"
Commentaires Lectures Dernière activité
96 59 068 23/03/2016 12h41 par Benderr Aller au dernier message
 
La justice a rejeté leur plainte : [I]"l'imbrication entre le patrimoine historique et les aménagements modernes réalisés est telle qu'elle interdit en pratique de distinguer les deux éléments" et qu'"aucune des cartes postales incriminées ne reproduit isolément l'œuvre des demandeurs, laquelle n'est photographiée que comme accessoire du sujet principal"[/I] Une possibilité de contourner ces restrictions est donc de faire du bien un élément secondaire de l'image.
Par exemple, sur cette photo, c'est le "vieux" bâtiment du Louvre le sujet, je ne pouvais pas faire autrement que d'avoir la pyramide sur la photo : [IMG]http://trancept.free.fr/photos/img_7784 - Louvre.jpg[/IMG] Donc, à moins que l'éclairage du Louvre ne soit protégé, cette photo est diffusable. Par contre si la pyramide a plus d'importance dans l'image, il y a un risque... Qui est laissé à la seule appréciation des juges ! Maître Lagarde précise que pour faire jouer le droit à l'image, il faut que : - Le propriétaire exploite [B]déjà[/B] l'image de son bien - La diffusion de l'image lui cause un trouble [B]anormal[/B] - Le bien soit le sujet [B]principal[/B] de l'image Par exemple, un châtelain s'estimait "salit" par le fait qu'un livre au contenu "libertin" utilise une photo de son château en couverture. La justice n'a pas considéré le trouble comme anormal. Attention : s'assurer que le plaignant est bien le propriétaire du bien. Dans plusieurs affaires, ce n'était en fait pas le cas. Exemple du "bistrot" dans un lieu touristique : les gérants ont porté plainte, alors que c'était une concession de l'état. De même, dans le cas des bichons maltais, les plaignants n'étaient pas propriétaires de tous les chiens, contrairement à ce qu'ils avaient prétendu. Cette affaire a duré longtemps et l'enjeu était important : le droit d'exploiter l'image d'un animal de compagnie. Des éleveurs avaient fait poser des chiens pour le photographe, mais avaient ensuite porté plainte suite à la publication de cartes postales. [B][I]DROIT A L'IMAGE DES PERSONNES[/B][/I] On lit souvent que l'on peut diffuser des photos de personnes prises lors de manifestations. Ce n'est pas aussi simple. En fait, tout dépend de la façon de diffuser la photo. Si le caractère de vos photos est manifestement artistique, vous pourriez avoir gain de cause. En 2004, Luc Delahaye a gagné un procès pourtant mal parti.
En effet, ce photographe a réalisé des portraits de personnes à leur insu dans le métro (là, a priori, il cumule les interdictions) puis les a exposées. Une personne a porté plainte, mais au vu de la démarche artistique, les juges ont fait jouer la liberté d'expression. Mais c'est du cas par cas et la renommée du photographe entre aussi en compte. Autre exemple, le livre d'art [I]Perdre la tête[/I] (Gallimard - octobre 2005) a fait l'objet de 3 procès. Dont un concernant une femme qui avait été prise en photo avec son chien sur un banc public après avoir, d'après elle, manifesté son désaccord.
Pourtant, les juges ont estimé que la photo du [I]"photographe de renom"[/I], ne montre que des [I]"indications anodines"[/I] et que le droit à l'image [I]"n'est pas absolu et doit se concilier avec la liberté d'expression [...] et le droit à l'information"[/I].
Les autres procès concernaient des personnes dont la tutelle estimait que les photos les concernant étaient "dégradantes". Mais, le juge a souligné [I]"l'humanité des personnages, ainsi que celle du [B]regard du photographe[/B] qui traite ses sujets avec [B]respect[/B] et tendresse"[/I]. Plus d'infos dans [URL=http://www.lefigaro.fr/culture/20070827.FIG000000299_le_sacro_saint_droit_a_l_image_battu_en_breche.html]Le Figaro[/URL] et le blog [URL=http://100photo.free.fr/wordpress/index.php/2007/06/12/un-vise-par-trois-proces-en-droit-a-limage.html]Regard9[/URL]. C'est donc du cas par cas, mieux vaut faire signer une autorisation aux personnes avant publication. Ces autorisations doivent être limitées dans le temps et l'usage au risque d'être considérées comme nulles. On peut marquer que les deux parties ignorent l'utilisation et le nombre de reproduction, mais ce peut être risqué. Pour des photos destinées à une campagne publicitaire, il vaut mieux faire appel à des juristes spécialisés. Si la photo est publiée en tant qu'image d'actualité, il y a moins de risques. [IMG]http://trancept.free.fr/photos/07.07.29 - 2463 - Tour de France 2007 - Geraint THOMAS.jpg[/IMG] Geraint THOMAS à l'arrivée du tour de France 2007. Mais attention, il est interdit de photographier les policiers en exercice ou encore les vigiles, de même que n'importe quel employé de société au travail. Je n'ai donc pas le droit de publier cette photo d'un verrier de Murano ? [IMG]http://trancept.free.fr/photos/07.01.05 - VENISE - 4134 - Ile de Murano - Verrerie - Chauffe.jpg[/IMG] Verrier au travail. Lors d'une précédente GayPride, un couple masculin donne son autorisation (verbale) à un photographe du Nouvel Observateur. La photo est utilisée pour illustrer un article sur la Gaypride. Le couple a pourtant porté plainte et eu gain de cause. Mais, un procès identique aujourd'hui n'aurait certainement pas le même jugement car les juges commencent à comprendre qu'ils sont allés trop loin par le passé. Mais la loi n'a pas changé, seulement la jurisprudence. [IMG]http://trancept.free.fr/photos/07.06.30 - 0288 - Gay Pride.jpg[/IMG] Gay Pride 2007 à Paris. Il faut également faire attention aux légendes et au contexte d'utilisation. Par exemple, Paris Match a publié une photo prise dans le RER d'une femme au milieu d'une "bande de jeunes" avec une légende laissant entendre qu'elle avait peur et faisait semblant d'être absorbée par sa lecture. Or, il se trouve que cette légende n'a pas plu à la personne concernée, une professeur de lycée (voir [URL=http://www.afrik.com/article11502.html]cette article[/URL]). Là où ça devient vraiment vicieux pour le photographe, c'est qu'il est censé garantir que sa photo est conforme à l'usage. Or, il ne connaît que rarement à quoi elle va servir, de même que son agence. Pourtant, en cas de problème, le plaignant attaque le journal qui appelle l'agence en garantie, qui elle-même se retourne vers le photographe. Exemple : Vous faites la photo d'une poche de sang, Le Point l'utilise pour illustrer un article sur une affaire de sang contaminé. Or le nom du fabriquant est visible sur la pochette, il porte plainte pour diffamation contre le journal, qui se retourne contre vous... Donc attention à ce que vous mettez en microstock, ce serait bête de se retrouver ruiné pour 1€... [IMG]http://trancept.free.fr/photos/08.01.09 - 6952 - Gouttes eau-nb.jpg[/IMG] En marge de ces discussions juridiques, les points suivants ont été abordés lors de la conférence : - Les policiers déguisés en photographes lors du CPE ont contribué à la mauvaise image des photographes, d'où des agressions. - Si une image est publiée en France, alors les tribunaux français sont compétents pour traiter l'affaire. Des étrangers peuvent attaquer un site internet étranger en France par exemple... - Les photographes se font souvent voler des photos sur internet. Il ne faut pas laisser passer ce genre de pratique, mais il est difficile de faire valoir ses droits si c'est un site étranger. Attention à ne jamais mettre d'image en haute résolution, au risque qu'un "voleur" les place dans un microstock, une pratique qui devient à la mode... - On peut remarquer, qu'étrangement, il n'y a quasiment pas d'affaire de droit à l'image avec la télé, seule la photo a mauvaise presse. D'ailleurs, j'ai assisté à un tournage pour un reportage de M6, la journaliste se contente de demander verbalement, hors camera, leur accord aux personnes filmées. Aller un petit exercice pour la fin, la diffusion de cette photo est-elle possible sans autorisation : [IMG]http://trancept.free.fr/photos/img_5254-Feux_Eiffel.jpg[/IMG] Photo d'une jongleuse lors de la Nuit Blanche à paris le 6 octobre 2007. Tour Eiffel -> Autorisé car Eiffel est mort -> Oui, sauf que là il fait nuit et l'éclairage est protégé ! Tour Eiffel de nuit -> Interdit, sauf que c'est un élément secondaire -> Donc si, ça devrait passer ! La légende précise que c'est un fait d'actualité -> Autorisé -> Pas besoin de masquer la personne. Alors pourquoi la masquer ? Parce que si la photo est autorisée, jouer avec le feuxsur un lieu publique ne l'est pas vraiment... Donc masquer pour éviter de porter préjudice à la jongleuse, si jamais son activité n'était pas autorisée.... La il semble que cela relève de l'article 1382 du Code civil : [I]" Tout fait quelconque de l'homme, qui cause à autrui un dommage, oblige celui par la faute duquel il est arrivé, à le réparer"[/I]. Allez, j'espère ne pas vous avoir fait trop peur... Il faut relativiser. Il serait surprenant qu'un tribunal accepte une plainte pour une photo sur un site non commercial (forum, blog...) sans qu'il y ait eu de tentative de retrait amiable. Donc si quelqu'un vous demande de retirer une photo, faites-le sans délai. Par contre, si vous visez un usage commercial, prenez un maximum de précautions ! Il faut espérer qu'une loi vienne clarifier où s'arrête la protection de chacun et où commence la liberté d'expression des photographes... [B][I]Références :[/B][/I] - [URL=http://www.virusphoto.com/9515-le-droit-a-limage-jurisprudences-francaise-et-transposition-au-droit-belge.html]VirusPhoto : Le droit à l'image : Jurisprudences française et transposition au droit belge[/URL] - Réponse Photo n°182 p170 (tribune sur l'affaire des bichons maltais) - Réponse Photo n°183 p178 (tribune sur les obstructions abusives à la liberté de photographier) - Brochure de l'UPC [I][URL=http://www.upc.fr/fr/accueil/UPC%202006-Mode%20emploi.pdf]Photographe auteur - mode d'emploi[/URL][/I] - Article sur la diffusion des photos privées de la petite Emilie par [URL=http://www.20minutes.fr/article/200168/Media-Les-photos-d-Emilie-ne-sont-pas-jugees-hors-la-loi.php]20 Minutes[/URL] - [URL=http://www.dolphin2001.net/photo/legis/droit/index.html]Dolphin2001[/URL] (Attention certaines infos ne sont plus d'actualité). - [URL=http://www.legalbiznext.com/droit/Droit-a-l-image-et-liberte-d]LegalBizNext[/URL] - Sur ce que l'on peut photographier ou pas : [URL=http://www.planete-powershot.net/forums/topic__topic_8613_page_1.html]sujet de Planet-PowerShot[/URL] - Sur le cas [I]Perdre la tête[/I] : [URL=http://www.lefigaro.fr/culture/20070827.FIG000000299_le_sacro_saint_droit_a_l_image_battu_en_breche.html]article du Figaro[/URL] - Sur le droit des biens : [URL=http://www.bignonlebray.com/departements/pint/article.php3?id_article=146]Cabinet Bignon Lebray[/URL] [B]Non lu mais certainement intéressant :[/B] - Livre (épuisé !) "[I]Photographier dans les lieux publics : Paris et Ile-de-France[/I]" de [URL=http://www.ladocumentationfrancaise.fr/catalogue/9782110038456/index.shtml]La Documentation française[/URL] - La Bible des photographes auteurs : [I]Profession Auteur-Photographe[/I] d'Eric Delamarre (Des extraits sur [URL=http://www.edelamarre.com/FORMATION/form00.html]son site[/URL]) - Marie SERNA [I]L'image des personnes physiques et des biens[/I] - édition ECONOMICA - André Bertrand [I]Droit à la vie privée et droit à l'image[/I]">
Note de l'article : 8 votes - moyenne : 4.3750.

Le droit à l'image des biens et des personnes

UPDATE du 07/03/2011 : Cet article commence à dater et une nouvelle source d'information plus fraiche et mieux informée que moi est apparue : [url=http://droit-et-photographie.over-blog.com/]Droit et photographie[/url] Cependant il me semble que je n'ai pas trop écrit de bêtises et cet article reste donc une bonne entrée en matière. Cet article est le compte rendu, avec divers compléments, de ce que j'ai retenu de la conférence de l'[URL=http://www.upc.fr/]UPC[/URL] lors du salon de la photo le 6 octobre 2007. Intervenants : -[I]Jorge Alvarez[/I] : Photographe et secrétaire général de l'UPC. -[I]Jean-Louis Lagarde[/I] : Avocat spécialisé dans la propriété intellectuelle et les droits tiers. [B]Avertissement :[/B] Je ne suis pas juriste, j'ai essayé de vérifier la véracité des informations dans la mesure du possible mais des erreurs peuvent subsister, n'hésitez pas à faire vos propres recherches. D'autre part, il s'agit de droit français, il en va tout autrement dans d'autres pays. L'article est découpé en deux parties, le droit à l'image des biens, puis celui des personnes. [CENTER][IMG]http://www.edelamarre.com/DOSSIERSPP/visuel07.jpg[/IMG] Photo : [URL=http://www.edelamarre.com/]Eric Delamarre[/URL][/CENTER] Avant d'entrer dans le vif du sujet, il faut distinguer la liberté de prise de vue de celle de diffusion. En règle générale, vous avez le droit de prendre des photos de ce que vous voulez et où vous voulez. Même si les exemples d'interventions de vigiles sont de plus en plus nombreux... Pour les paparazzi en herbe, sachez qu'il faut respecter la vie privée et la dignité du sujet : Article 226-1 du Code pénal : [I]"Est puni d'[B]un an d'emprisonnement et de 45.000 euros d'amende[/B] le fait, au moyen d'un procédé quelconque, volontairement de porter atteinte à l'intimité de la vie privée d'autrui : [...] 2? En fixant, enregistrant ou transmettant, sans le consentement de celle-ci, l'image d'une personne se trouvant dans un lieu privé. Lorsque les actes mentionnés au présent article ont été accomplis au vu et au su des intéressés [B]sans qu'ils s'y soient opposés, alors qu'ils étaient en mesure de le faire, le consentement de ceux-ci est présumé[/B]"[/I]. Mais attention, ici on parle de la réalisation de la photo, pas de sa diffusion, qui, elle, doit se faire avec le [I]"consentement express et écrit"[/I]. Et ça ne dit pas ce qui est considéré comme un lieu privé : il y a bien sûr, votre maison, jardin et voiture mais aussi tous les lieux privés à usage public (entreprise, magasin, musée, bar, parc d'attraction, golf...). Là où il y a plus de problèmes, c'est quand vous diffusez des photos. Le simple fait de déposer une image sur un site personnel, accessible à tous, est une diffusion publique, au même titre que si elle avait fait la une des journaux. La liberté de prise de vue de celle de diffusion ne semble pas liée : par exemple la prise de vue dans les gares et trains SNCF est interdite, pourtant la diffusion de telles photos ne donnent pas lieu à des poursuites... Commençons donc par l'image des biens. [B][I]DROIT A L'IMAGE DES BIENS[/B][/I] Beaucoup de photographes ont connaissance du droit à l'image des personnes, mais nombre d'entres eux ignorent qu'il peut y avoir un problème avec les biens (bâtiments, objets, œuvres d'art). En général, la diffusion est autorisée si la photo est prise depuis un espace public et que sa diffusion ne trouble pas la jouissance du bien. [I]"Le droit de réaliser, publier, exploiter l'image des biens d'autrui, et ce sans l'autorisation du propriétaire est admis, pourvu que la reproduction et l'exploitation commerciale ne causent pas un préjudice particulier à ce dernier"[/I]. (Cour de cassation, 1ère Ch. Civile, 2 mai 2001. n°99-10709 ). Exemple de "la maison entre les rochers" en Bretagne (Voir le site [URL=http://docarmor.free.fr/valarmor/valouest/plougre3.htm]Doc Armor[/URL]) : la diffusion des photos a fait que l'endroit est devenu très touristique et que les promeneurs pique-niquaient dans le jardin de la maison et montaient sur son toit par les rochers, amenant le propriétaire à porter plainte : le trouble de jouissance était bien existant. [IMG]http://trancept.free.fr/photos/07.08.24%20-%204002.jpg[/IMG] Plougrescant - Castel Meur. Cependant, la propriété du bien (article 544 du code civil) ne donne pas le monopole de l'image du bien au propriétaire. La Cour de Cassation (Arrêt n° 516 du 7 mai 2004) a statué : [I]"Le propriétaire d'une chose ne dispose pas d'un droit exclusif sur l'image de celle-ci ; qu'il peut toutefois s'opposer à l'utilisation de cette image par un tiers lorsqu'elle lui cause un trouble anormal"[/I]. Cependant il existe des détours juridiques à cela, par exemple pour les biens publics, il existe un régime d'autorisation préalable à la prise de vue. Ce n'est pas un droit d'auteur ou d'architecte, mais un péage. Tout comme le propriétaire d'un Renoir peut demander un paiement pour faire des photos du tableau, ou même l'interdire. Mais attention : le droit du propriétaire est différent du droit de l'architecte. Les droits d'auteur de l'architecte sont exigibles 70 ans après sa mort. Il n'est donc pas autorisé de publier des photos de nombreux bâtiments, par exemple la pyramide du Louvre car [URL=http://fr.wikipedia.org/wiki/Pei_Cobb]Pei[/URL] est encore en vie. Par contre, qu'en est-il de bâtiments moins prestigieux, tels qu'une barre HLM ou une maison individuelle ? Mais, il n'y a pas que les droits de l'architecte. Par exemple la mort de Gustave Eiffel (1832-1923) date de plus de 70 ans, on peut donc publier des photos de la tour Eiffel, mais pas de nuit, car l'éclairage est une [I]"œuvre de l'esprit"[/I] de la société qui l'a conçu. Les feux d'artifice et autres sons et lumières sont également protégés. A part peut-être en les publiant en tant que photos d'actualité. En effet, l'article 10 de la [I]"Convention Européenne de sauvegarde des Droits de l'Homme et des libertés fondamentales"[/I] (C.E.D.H.) signée à Rome, le 4 novembre 1950, qui dispose : [I]"[...] Toute personne a droit à la liberté d'expression. Ce droit comprend la liberté d'opinion et la liberté de recevoir ou de [B]communiquer des informations[/B] ou des idées [...]"[/I] Autre exemple : la place des Terreaux et leurs colonnes de Buren (voir [URL=http://www.adbs.fr/site/publications/droit_info/adi/adi57.php]cette page[/URL] ) Les architectes de la rénovation de la place et l'artiste Buren ont porté plainte contre des éditeurs de cartes postales.
La justice a rejeté leur plainte : [I]"l'imbrication entre le patrimoine historique et les aménagements modernes réalisés est telle qu'elle interdit en pratique de distinguer les deux éléments" et qu'"aucune des cartes postales incriminées ne reproduit isolément l'œuvre des demandeurs, laquelle n'est photographiée que comme accessoire du sujet principal"[/I] Une possibilité de contourner ces restrictions est donc de faire du bien un élément secondaire de l'image.
Par exemple, sur cette photo, c'est le "vieux" bâtiment du Louvre le sujet, je ne pouvais pas faire autrement que d'avoir la pyramide sur la photo : [IMG]http://trancept.free.fr/photos/img_7784 - Louvre.jpg[/IMG] Donc, à moins que l'éclairage du Louvre ne soit protégé, cette photo est diffusable. Par contre si la pyramide a plus d'importance dans l'image, il y a un risque... Qui est laissé à la seule appréciation des juges ! Maître Lagarde précise que pour faire jouer le droit à l'image, il faut que : - Le propriétaire exploite [B]déjà[/B] l'image de son bien - La diffusion de l'image lui cause un trouble [B]anormal[/B] - Le bien soit le sujet [B]principal[/B] de l'image Par exemple, un châtelain s'estimait "salit" par le fait qu'un livre au contenu "libertin" utilise une photo de son château en couverture. La justice n'a pas considéré le trouble comme anormal. Attention : s'assurer que le plaignant est bien le propriétaire du bien. Dans plusieurs affaires, ce n'était en fait pas le cas. Exemple du "bistrot" dans un lieu touristique : les gérants ont porté plainte, alors que c'était une concession de l'état. De même, dans le cas des bichons maltais, les plaignants n'étaient pas propriétaires de tous les chiens, contrairement à ce qu'ils avaient prétendu. Cette affaire a duré longtemps et l'enjeu était important : le droit d'exploiter l'image d'un animal de compagnie. Des éleveurs avaient fait poser des chiens pour le photographe, mais avaient ensuite porté plainte suite à la publication de cartes postales. [B][I]DROIT A L'IMAGE DES PERSONNES[/B][/I] On lit souvent que l'on peut diffuser des photos de personnes prises lors de manifestations. Ce n'est pas aussi simple. En fait, tout dépend de la façon de diffuser la photo. Si le caractère de vos photos est manifestement artistique, vous pourriez avoir gain de cause. En 2004, Luc Delahaye a gagné un procès pourtant mal parti.
En effet, ce photographe a réalisé des portraits de personnes à leur insu dans le métro (là, a priori, il cumule les interdictions) puis les a exposées. Une personne a porté plainte, mais au vu de la démarche artistique, les juges ont fait jouer la liberté d'expression. Mais c'est du cas par cas et la renommée du photographe entre aussi en compte. Autre exemple, le livre d'art [I]Perdre la tête[/I] (Gallimard - octobre 2005) a fait l'objet de 3 procès. Dont un concernant une femme qui avait été prise en photo avec son chien sur un banc public après avoir, d'après elle, manifesté son désaccord.
Pourtant, les juges ont estimé que la photo du [I]"photographe de renom"[/I], ne montre que des [I]"indications anodines"[/I] et que le droit à l'image [I]"n'est pas absolu et doit se concilier avec la liberté d'expression [...] et le droit à l'information"[/I].
Les autres procès concernaient des personnes dont la tutelle estimait que les photos les concernant étaient "dégradantes". Mais, le juge a souligné [I]"l'humanité des personnages, ainsi que celle du [B]regard du photographe[/B] qui traite ses sujets avec [B]respect[/B] et tendresse"[/I]. Plus d'infos dans [URL=http://www.lefigaro.fr/culture/20070827.FIG000000299_le_sacro_saint_droit_a_l_image_battu_en_breche.html]Le Figaro[/URL] et le blog [URL=http://100photo.free.fr/wordpress/index.php/2007/06/12/un-vise-par-trois-proces-en-droit-a-limage.html]Regard9[/URL]. C'est donc du cas par cas, mieux vaut faire signer une autorisation aux personnes avant publication. Ces autorisations doivent être limitées dans le temps et l'usage au risque d'être considérées comme nulles. On peut marquer que les deux parties ignorent l'utilisation et le nombre de reproduction, mais ce peut être risqué. Pour des photos destinées à une campagne publicitaire, il vaut mieux faire appel à des juristes spécialisés. Si la photo est publiée en tant qu'image d'actualité, il y a moins de risques. [IMG]http://trancept.free.fr/photos/07.07.29 - 2463 - Tour de France 2007 - Geraint THOMAS.jpg[/IMG] Geraint THOMAS à l'arrivée du tour de France 2007. Mais attention, il est interdit de photographier les policiers en exercice ou encore les vigiles, de même que n'importe quel employé de société au travail. Je n'ai donc pas le droit de publier cette photo d'un verrier de Murano ? [IMG]http://trancept.free.fr/photos/07.01.05 - VENISE - 4134 - Ile de Murano - Verrerie - Chauffe.jpg[/IMG] Verrier au travail. Lors d'une précédente GayPride, un couple masculin donne son autorisation (verbale) à un photographe du Nouvel Observateur. La photo est utilisée pour illustrer un article sur la Gaypride. Le couple a pourtant porté plainte et eu gain de cause. Mais, un procès identique aujourd'hui n'aurait certainement pas le même jugement car les juges commencent à comprendre qu'ils sont allés trop loin par le passé. Mais la loi n'a pas changé, seulement la jurisprudence. [IMG]http://trancept.free.fr/photos/07.06.30 - 0288 - Gay Pride.jpg[/IMG] Gay Pride 2007 à Paris. Il faut également faire attention aux légendes et au contexte d'utilisation. Par exemple, Paris Match a publié une photo prise dans le RER d'une femme au milieu d'une "bande de jeunes" avec une légende laissant entendre qu'elle avait peur et faisait semblant d'être absorbée par sa lecture. Or, il se trouve que cette légende n'a pas plu à la personne concernée, une professeur de lycée (voir [URL=http://www.afrik.com/article11502.html]cette article[/URL]). Là où ça devient vraiment vicieux pour le photographe, c'est qu'il est censé garantir que sa photo est conforme à l'usage. Or, il ne connaît que rarement à quoi elle va servir, de même que son agence. Pourtant, en cas de problème, le plaignant attaque le journal qui appelle l'agence en garantie, qui elle-même se retourne vers le photographe. Exemple : Vous faites la photo d'une poche de sang, Le Point l'utilise pour illustrer un article sur une affaire de sang contaminé. Or le nom du fabriquant est visible sur la pochette, il porte plainte pour diffamation contre le journal, qui se retourne contre vous... Donc attention à ce que vous mettez en microstock, ce serait bête de se retrouver ruiné pour 1€... [IMG]http://trancept.free.fr/photos/08.01.09 - 6952 - Gouttes eau-nb.jpg[/IMG] En marge de ces discussions juridiques, les points suivants ont été abordés lors de la conférence : - Les policiers déguisés en photographes lors du CPE ont contribué à la mauvaise image des photographes, d'où des agressions. - Si une image est publiée en France, alors les tribunaux français sont compétents pour traiter l'affaire. Des étrangers peuvent attaquer un site internet étranger en France par exemple... - Les photographes se font souvent voler des photos sur internet. Il ne faut pas laisser passer ce genre de pratique, mais il est difficile de faire valoir ses droits si c'est un site étranger. Attention à ne jamais mettre d'image en haute résolution, au risque qu'un "voleur" les place dans un microstock, une pratique qui devient à la mode... - On peut remarquer, qu'étrangement, il n'y a quasiment pas d'affaire de droit à l'image avec la télé, seule la photo a mauvaise presse. D'ailleurs, j'ai assisté à un tournage pour un reportage de M6, la journaliste se contente de demander verbalement, hors camera, leur accord aux personnes filmées. Aller un petit exercice pour la fin, la diffusion de cette photo est-elle possible sans autorisation : [IMG]http://trancept.free.fr/photos/img_5254-Feux_Eiffel.jpg[/IMG] Photo d'une jongleuse lors de la Nuit Blanche à paris le 6 octobre 2007. Tour Eiffel -> Autorisé car Eiffel est mort -> Oui, sauf que là il fait nuit et l'éclairage est protégé ! Tour Eiffel de nuit -> Interdit, sauf que c'est un élément secondaire -> Donc si, ça devrait passer ! La légende précise que c'est un fait d'actualité -> Autorisé -> Pas besoin de masquer la personne. Alors pourquoi la masquer ? Parce que si la photo est autorisée, jouer avec le feuxsur un lieu publique ne l'est pas vraiment... Donc masquer pour éviter de porter préjudice à la jongleuse, si jamais son activité n'était pas autorisée.... La il semble que cela relève de l'article 1382 du Code civil : [I]" Tout fait quelconque de l'homme, qui cause à autrui un dommage, oblige celui par la faute duquel il est arrivé, à le réparer"[/I]. Allez, j'espère ne pas vous avoir fait trop peur... Il faut relativiser. Il serait surprenant qu'un tribunal accepte une plainte pour une photo sur un site non commercial (forum, blog...) sans qu'il y ait eu de tentative de retrait amiable. Donc si quelqu'un vous demande de retirer une photo, faites-le sans délai. Par contre, si vous visez un usage commercial, prenez un maximum de précautions ! Il faut espérer qu'une loi vienne clarifier où s'arrête la protection de chacun et où commence la liberté d'expression des photographes... [B][I]Références :[/B][/I] - [URL=http://www.virusphoto.com/9515-le-droit-a-limage-jurisprudences-francaise-et-transposition-au-droit-belge.html]VirusPhoto : Le droit à l'image : Jurisprudences française et transposition au droit belge[/URL] - Réponse Photo n°182 p170 (tribune sur l'affaire des bichons maltais) - Réponse Photo n°183 p178 (tribune sur les obstructions abusives à la liberté de photographier) - Brochure de l'UPC [I][URL=http://www.upc.fr/fr/accueil/UPC%202006-Mode%20emploi.pdf]Photographe auteur - mode d'emploi[/URL][/I] - Article sur la diffusion des photos privées de la petite Emilie par [URL=http://www.20minutes.fr/article/200168/Media-Les-photos-d-Emilie-ne-sont-pas-jugees-hors-la-loi.php]20 Minutes[/URL] - [URL=http://www.dolphin2001.net/photo/legis/droit/index.html]Dolphin2001[/URL] (Attention certaines infos ne sont plus d'actualité). - [URL=http://www.legalbiznext.com/droit/Droit-a-l-image-et-liberte-d]LegalBizNext[/URL] - Sur ce que l'on peut photographier ou pas : [URL=http://www.planete-powershot.net/forums/topic__topic_8613_page_1.html]sujet de Planet-PowerShot[/URL] - Sur le cas [I]Perdre la tête[/I] : [URL=http://www.lefigaro.fr/culture/20070827.FIG000000299_le_sacro_saint_droit_a_l_image_battu_en_breche.html]article du Figaro[/URL] - Sur le droit des biens : [URL=http://www.bignonlebray.com/departements/pint/article.php3?id_article=146]Cabinet Bignon Lebray[/URL] [B]Non lu mais certainement intéressant :[/B] - Livre (épuisé !) "[I]Photographier dans les lieux publics : Paris et Ile-de-France[/I]" de [URL=http://www.ladocumentationfrancaise.fr/catalogue/9782110038456/index.shtml]La Documentation française[/URL] - La Bible des photographes auteurs : [I]Profession Auteur-Photographe[/I] d'Eric Delamarre (Des extraits sur [URL=http://www.edelamarre.com/FORMATION/form00.html]son site[/URL]) - Marie SERNA [I]L'image des personnes physiques et des biens[/I] - édition ECONOMICA - André Bertrand [I]Droit à la vie privée et droit à l'image[/I] [...]
Lire la suite de "Le droit à l'image des biens et des personnes"
Commentaires Lectures Dernière activité
122 79 849 29/06/2013 02h29 par Cver1 Aller au dernier message
 
2 pièce(s) jointe(s) Note de l'article : 3 votes - moyenne : 5.0000.

Noir et blanc : de la prise de vue argentique au traitement numérique

[SIZE="6"]Noir et blanc : de la prise de vue argentique au traitement numérique[/SIZE] [CENTER][IMG]http://i274.photobucket.com/albums/jj264/CYdapple/exemplenetb.jpg[/IMG][/CENTER] Cet article parle essentiellement de comment profiter du traitement numérique de vos photos, tout en continuant de jubiler sur le grain incroyable du noir et blanc argentique. Nous allons donc aborder les deux étapes principales pour disposer de ce type de workflow, à savoir : 1. Le développement : comment développer ses pellicules noir et blanc 2. Le scan : comment numériser ses négatifs. [SIZE="5"][B]I. Développer soi même ses négatifs N&B[/B][/SIZE] [SIZE="4"][B]1. Pour bien commencer[/B][/SIZE] On a souvent l’impression que ceci est compliqué alors qu’il n’en est rien. Le matériel nécessaire est très peu onéreux, et, si l’on est rigoureux, les résultats sont toujours au rendez-vous. Attention, il est nécessaire d’avoir une pièce noire et totalement noire pour pouvoir extraire le film sans la voiler, l’enrouler sur une spire de développement et la mettre à l’abris de la lumière dans la cuve de développement. Pour développer soi même ses photos, on a besoin de matériel standard que l’on trouve dans toutes les maisons ou que l’on peut acheter pour une somme modique à peu près n’importe où. • Des ciseaux • Un thermomètre pour bain capable de monter à 60°. Il existe des thermomètres de labos qui sont spécifiques pour cela, mais on peut utiliser un thermomètre pour le bain de bébé, qui marche aussi bien. • Une montre chronomètre ou un chrono simple. • Des bouteilles de lait opaques, en plastique Ca protège le lait de la lumière, donc ca protégera votre chimie de la lumière aussi !! • Des gants en caoutchouc (il vaut mieux manipuler la chimie avec des gants et des lunettes). Ensuite, il va vous falloir du matériel un peu plus spécifique, mais pas franchement onéreux : • Une cuve de développement photo de type patterson ou autre. Cela coûte un peu moins de 40€ pour une double spire. Si vous développer vos ne développer qu’un film 35mm à la fois, une cuve avec une spire suffit, si vous vous voulez développer 2 films 35 en même temps ou que vos travaillez avec des films 120 ou 220 (Moyen format), une cuve double spire est franchement à conseiller. • Un révélateur, le choix du révélateur est important, nous reviendront dessus plus tard. • Un fixateur, non-tannant si possible. D’autres chimies sont utiles mais pour autant, on peut s’en passer : • Un bain d’arrêt • Un agent mouillant. [SIZE="4"][B]2. Développer son film : quelques bases théoriques[/B][/SIZE] Le développement d’un film se fait en 4 étapes distinctes : [SIZE="3"][U]a. Le bain de révélateur :[/U][/SIZE] Les parties non oxydées du film vont partir du film. Ne resteront sur le film que les parties oxydées, qui ont donc été en contact avec la lumière. Les parties insolées seront donc noir, les parties faiblement insolées gris transparentes, les parties qui n’ont pas été insolées seront transparentes. On obtient donc l’effet négatif du film. Mais attention, le film est encore sensible à cette étape. Un peu de lumière et le film se voile, tout devient donc noir sur la pellicule. [SIZE="3"][U]b. Le bain d’arrêt : [/U][/SIZE] On arrête l’action du révélateur. Cela peut se faire de deux manières : D’abord par bain d’arrêt chimique : Un révélateur n’agit qu’en milieu basique et devient inactif si le Ph se réduit. Or, les bains d’arrêts chimiques sont très acides ce qui a pour conséquence d’arrêter l’action du révélateur, et d’apprêter le film au bain de fixateur qui se fait en Ph acide. Ensuite, il y a le rinçage à l’eau : Le révélateur stoppe son action par surdilution. On laisse donc l’eau couler abondament dans la cuve pendant une minute. [SIZE="3"][U]c. Le bain de fixateur :[/U][/SIZE] Le fixateur, comme son nom l’indique, fixe le film. Dorénavant, le film ne sera plus sensible à la lumière. Le fixateur va transformer la composition chimique de l’émulsion, qui dorénavant ne s’oxydera plus au contact de la lumière. [SIZE="3"][U]d. Le rincage[/U][/SIZE] Cette fois, le film est définitivement insensible à la lumière, mais pour autant, il va falloir enlever tous les produits chimiques dont il est enduit, ainsi que les particules en suspens, et les traces de calcaires en fonction de la dureté de votre eau. Un agent mouillant peut être utilisé à ce moment là pour faciliter la tâche. Après, on laisse sécher, on coupe, on archive, c’est fini. [SIZE="4"][B]3. Le bain de révélateur, la clé de tout.[/B][/SIZE] Tout se joue dans cette première étape. Le résultat dépend de plusieurs choses : a. Le choix du révélateur b. La température du bain, dont découle la durée du bain. c. Le taux de dilution du révélateur. [U][SIZE="3"]a. Le choix du révélateur[/SIZE][/U] On pourrait classer les révélateurs grosso-modo en 3 grandes familles : - Les polyvalents : Ils donnent des résultats bons dans n’importe quelle situation, que ce soit sans dilution, dilué, sur des films poussés ou sur des films très lents. C’est le cas des révélateurs Ilford ID11, Kodak D76 et Kodak T-max. - Les réducteurs de grain : On s’en sert pour les films lents à 25, 50 ou 100 asa, pour des développements longs. Le résultat est un affinage très sensible du grain, qui sur des films comme cela, est très fin. C’est le cas des révélateurs Ilford Perceptol ou Kodak X-tol. - Les spécialistes des films poussés : Les films poussés sont des films que l’on utilise avec la cellule réglée à des sensibilités bien supérieures. Par exemple, une T-max 400 utilisée à 3200 iso. Le résultat est un grain très fort et très prononcé, et un fort contraste dans l’image. Certains révélateurs permettent d’obtenir une définition de grain optimale et un contraste de qualité. C’est le cas des révélateurs Ilford Microphen ou Kodak Microdol-X. Dans 80% des cas, des révélateurs type Kodak D76 ou Ilford ID11 sont tout à fait adéquats. Par ailleurs, leurs compositions chimiques, préparation et temps de bains sont les mêmes. [SIZE="3"][U]b. La température du bain[/U][/SIZE] C’est là que les choses se compliquent un peu. Par usage, on essaye toujours de développer ses films à une température de 20° C. Sur la boite de votre révélateur, ainsi que sur celle de votre pellicule, vous trouverez toujours un tableau indiquant la durée du bain en fonction de la sensibilité de votre film et de la température du bain. La température joue un grand rôle. On essaye tant bien que mal de rester dans une fourchette de température entre 18° et 25°. Plus le bain est froid, plus la durée du bain est longue, a contrario, plus la température du bain est élevée, plus la durée est courte. De la durée des bains jouent pas mal de chose, plus la durée du bain est longue, plus le grain est fin, donc l’ensemble de l’image sera assez nuancée. En conséquence de quoi, plus le bain est, plus le grain est prononcé et les contrastes durs. 20° est donc une bonne température, c’est un bain assez long pour affiner le grain au maximum, et assez court pour assurer de bonnes nuances et un bon contraste. Vous trouverez toujours dans la documentation de votre révélateur toutes les durées possibles et imaginables en fonction du film. Reportez vous toujours à ces tableaux qui sont simples et faciles d’utilisation. [SIZE="3"][U]c. La dilution[/U][/SIZE] On peut utiliser son révélateur en stock (non dilué), le traitement est donc le plus court possible. On peut réutiliser le bain jusqu’à 3 fois maximum. Si on veut gagner en finesse de grain, il est possible (voir recommandé) de diluer son révélateur pour augmenter la durée du bain de révélateur. On peut le diluer en 1+1 (une dose d’eau pour une dose de révélateur), ici, on double la durée du bain de révélateur. On peut aussi le diluer en 1+4 (3 doses d’eau pour une dose de révélateur), on multiplie la durée du bain par 4. Je ne conseille pas ce niveau de dilution parce que bon, remuer sa cuve de développement pendant 55 minutes, c’est pas super rigolo. Une fois que le révélateur est dilué, on s’en sert en bain perdu. On ne peut s’en servir qu’une seule fois, après, le bain est… perdu. [SIZE="4"][B]3. Développer son film : description étape par étape.[/B][/SIZE] [SIZE="3"][U]a. Préparer le film.[/U][/SIZE] Pour cette étape, vous avez besoin d’une pièce toute noire, d’une paire de ciseaux, de votre cuve et de vos spires auto-enroulante. Dans le noir, il va vous falloir sortir le film de son emballage, l’enrouler sur la spire, mettre la spire sur l’axe de la cuve, tout mettre dans la cuve, placer l’entonnoir et pour finir, fermer la cuve avec le couvercle étanche. Je ne peux rien vous conseiller d’autre que de vous entraîner avant de le faire la première fois, de ne pas vous énerver, de rationaliser votre espace de travail. Entraîner à la lumière avec un vieux film mort par exemple. Pour sortir le film de la pellicule, il y a en gros 3 écoles : - Les arracheurs (c’est moi) : on passe ses doigts dans la fente de la pellicule et on tire pour la déplier entièrement, puis on extrait le film. - Les décapsuleurs : On fait sauter la partie supérieure de la pellicule avec une paire de ciseaux, puis on extrait le rouleau autour duquel est enroulé le film. - Les adeptes de la technologie moderne : ils sont pas bêtes, ils ont un tire-film, eux. Après, il ne reste plus qu’à couper la fin du film pour ne plus s’encombrer du rouleau, on ferme la cuve et on est prêts. [SIZE="3"][U]b. Le bain de révélateur[/U][/SIZE] Notre révélateur est à 20° (ou à la température voulue), on connaît la durée du bain, tout est prêt. On met la quantité prévue de révélateur dans la cuve (à savoir 300ml pour un film 35mm, 500ml pour une bobine 120 ou 220, 600 pour deux films 35). On lance le chrono, on met le couvercle étanche le plus vite possible (là, il faut vraiment se bouger). On tape le *** de la cuve 5 fois ! C’est très important, les bulles d’air qui se sont formées sur le film vont remonter à la surface. On va, durant les 10 première secondes retourner la cuve 5 fois, une seconde la tête en bas, une seconde la tête en haut, comme sur l’illustration suivante : [CENTER][IMG]http://i274.photobucket.com/albums/jj264/CYdapple/dev.gif[/IMG][/CENTER] Les fabricants de chimie photo conseillent d’effectuer ce mouvement de retournement toutes les minutes. Personnellement, je l’effectue toutes les 30 secondes. Donc, toutes les 30 secondes, pendant 10 secondes, une seconde la tête en bas, une seconde la tête en haut, 5 fois d’affilé. Une fois que le bain de révélateur arrive à échéance, on verse le bain dans un récipient (on ne jette jamais sa chimie dans l’évier ou les toilettes, c’est extrêmement polluant), puis on passe HYPER rapidement à l’étape suivante : [SIZE="3"][U]c. Le bain d’arrêt[/U][/SIZE] Sauf si vous utilisez un bain d’arrêt chimique type Ilfostop, laisse l’eau couler abondement dans l’entonnoir de la cuve pendant une minute puis passez à l’étape suivante. Faite attention à ce que l’eau ne soit pas à moins de 5° inférieure ou supérieure au bain de révélateur. Passez à l’étape suivante. [SIZE="3"][U]d. Le bain de fixateur[/U][/SIZE] Versez la quantité voulue de fixateur (Ilford Hypam ou Rapid Fixer, Kodak fixateur T-max) dans la cuve, mettez le couvercle étanche, et remuez votre cuve de haut en bas, par un mouvement ample, pendant 5 à 10 minutes (en principe, au bout de 10 pellicules, vous avez les bras super musclés). Le mieux est d’avoir un bain de fixateur entre 18 et 22°. [CENTER][IMG]http://i274.photobucket.com/albums/jj264/CYdapple/fix.gif[/IMG][/CENTER] Versez le fixateur dans un récipient prévu pour (on ne jette jamais sa chimie dans l’évier ou les toilettes, c’est extrêmement polluant), puis passez à l’étape suivante. [SIZE="3"][U]e. Le rinçage[/U][/SIZE] Si vous avez utilisé un fixateur non-tannant (Kodak T-max, Ilford Rapid Fixer ou Hypam) vous pouvez rincer votre film en économisant beaucoup d’eau, pour ce faire : - Remplissez votre cuve d’eau, fermez-la (la cuve, pas vous), retournez la 5 fois, videz la. - Remplissez votre cuve d’eau, fermez-la, retournez-la 10 fois, puis videz la - Remplissez votre cuve d’eau, fermez-la, retournez-la 20 fois, puis videz la. Si vous utilisez un fixateur tannant.... ben, faite couler de l'eau dans votre cuve (un filé d'eau suffit) pendant 20 à 45 minutes.... c'est tout de suite moins économique et écologique. Le film est maintenant rincé. Vous pouvez enlever l’entonnoir (le film ne craint plus la lumière), remplissez la cuve d’eau, avec un filé d’agent mouillant. Déroulez délicatement le film, enlevez la spire, remuez doucement le film dans l’eau et l’agent mouillant, puis sortez le. Vous devez essorer votre film avant de le mettre à sécher, pour cela : - Passez le à la raclette ou - A la peau de chamois ou - En formant une pince avec votre main, faire glisser tout le film entre votre pouce et votre index. Puis mettez votre film à sécher, toujours pendu, jamais posé !! C’est fini, une fois le film sec, on peut enfin… [SIZE="5"][B]II. Scanner ses négatifs[/B][/SIZE] L’informatique offre beaucoup d’avantages, certes, c’est différent du travail en labo avec un agrandisseur, mais c’est plus souple et plus rapide (et moins dangereux). On peut faire des virages complexes sans utiliser des chimies violentes qui peuvent provoquer une cyanose éclair à la moindre erreur. On peut s’inscrire dans un workflow similaire à celui de son travail sur des fichiers numériques, avoir accès à des outils comme The Gimp, Photoshop, Lightroom etc. Maintenant, scanner ses négatifs de manière satisfaisante n’est pas aussi facile qu’il n’y paraît. [SIZE="4"][B]1. Les deux grandes familles de scanners à négatifs[/B][/SIZE] [SIZE="3"][U] a. Les scanners à rail[/U][/SIZE] Les scanners à rail sont dédiés au scan de négatifs. Ils s’adressent aux amateurs experts et aux professionnels. [B]Atouts :[/B] Le scanner fait une mise au point sur le film. Le scan est précis et très net. Ces scanners ne demandent pas de durée de préchauffage très longue. Les contrastes sont exceptionnels. Ce sont de vrais outils dédiés, qui offrent une puissance et une précision remarquable. [B]Défauts :[/B] Ben, ils ne scannent que les négatifs et diapositives. Ils sont très chers. Même si un amateur peut s’offrir un Nikon Coolscan pour du 35mm, des scanners à rail pour moyen format ne se trouvent pas en dessous de 1500€ minimum. Donc un amateur lambda faisant du 6x45, 6x6 ou 6x7 s’orientera plus naturellement vers un scanner à plat. A moins d’être très riche. [SIZE="3"][U]b. Les scanner à plat[/U][/SIZE] Doté d’un couvercle rétro éclairé, les scanners à plat peuvent se révéler être de bons outils. [B]Atouts :[/B] Ils sont maintenant bon marché Ils sont polyvalents Ils peuvent maintenant tout scanner, du 35mm ou 10X15 Ils offrent, pour les scanners à plat dans les gammes de prix entre 200 et 600€ des systèmes anti rayures et anti poussières assez efficaces. On peut faire du batch scanning et scanner jusqu’à 25 images en même temps. [B]Défauts :[/B] Le scanner ne fait pas la mise au point sur le film, les résultats sont des images plus ou moins floues en fonction de la qualité du scanner. Les scanners à plat sont plus propices aux effets de newton Ces scanners ne sont pas prévus pour des scans en mode multi-exposition, n’ont pas de canal IR ni de vrai traitement ICE. Choisir son scanner dépend pour beaucoup de son budget, du format de neg sur lequel on travail. Pour ma part, je scan mes 35mm avec un scanner à rail, mes moyen formats avec un scanner à plat. [SIZE="4"][B] 2. Des outils pour scanner de manière optimale[/B][/SIZE] Vuescan est un logiciel à avoir absolument si l’on veut des scans de qualité et un workflow efficace. [IMG]http://i274.photobucket.com/albums/jj264/CYdapple/vuescan1.jpg[/IMG] Ce logiciel pilote lui-même les scanners, on ne dépend plus des pilotes du système qui pour certains, sont vraiment catastrophiques. Par ailleurs, il fait tourner sous vista des scanners qui ne sont pas supposés fonctionner sur cet OS, ou sur XP. Il permet de contrôler la procédure de scan à tous les niveaux, avec entre autre, des options de sorties intéressantes, dont l’option RAW très pratique si l’on veut scanner beaucoup d’images à partir d’une seule passe. Compatible avec les profiles ICC et IT8, il permet de calibrer quasiment tous les scanners, et comprend les profils IT8 de beaucoup de types de négatifs (excepté Ilford) et donc, de scanner avec des compensation d’exposition propres au film. Il permet par ailleurs de compenser la nature de l’éclairage même de la photo (tungsten, hallogen, extérieur etc.). Le tout est personnalisable à souhait. On peut par ailleurs jouer sur les niveaux avant même le scan : [CENTER] [IMG]http://i274.photobucket.com/albums/jj264/CYdapple/vuescan2.jpg[/IMG][/CENTER] Il permet donc de faire beaucoup de choses qui sont impossibles avec les drivers natifs des scanners. Par ailleurs, ce logiciel est franchement bon marché. Silverscan est, paraît-il, un autre logiciel très puissant, mais ne le possédant pas, je n’en parlerai pas. [SIZE="4"][B]3. Quel résolution pour scanner ?[/B][/SIZE] Voilà une bonne question. L’échantillonnage dépend surtout de vos besoins. Ils vaux mieux un très bon 2400 dpi qu’un mauvais 4800 dpi. Je pense, contrairement à beaucoup de gens, que dans beaucoup de situations, 2400 dpi est suffisant. Pourquoi ? Du 35 mm scanné à 2400 dpi, ca donne un fichier de 3350 X 2250 pixels, soit approximativement les dimensions d’une image d’un apn de 8 megapixels. Cela garantie une impression sur pas mal de dimensions dans de bonnes définitions. Pour du moyen format, un 6X7 scanné à 2400 dpi est de 6400 X 5300 en moyenne, soit l’équivalant d’un 33 megapixels…. A-t-on vraiment, pour les scans usuels, d’images au double de la définition ? Je sais pas pour vous mais pour moi, quand je doit traiter une image de 12800 par 10600 sur photoshop, ben mon ordinateur souffre, sans oublier les 180 megas que prend le scan sur le disque dur.. Il faut toujours garder présent à l’esprit quel est l’objectif final de ce scan pour ne pas assassiner son pauvre ordi par des images à la limite de ses capacités. Il faut raison garder, et choisir une définition en adéquation avec ses objectifs et ses capacités. Par ailleurs, si vous allez voir un labo avec des fichiers de 12800 par 10600 pour tirer du 10X15... il fera la gueule. [SIZE="4"][B]4. Des options utiles lorsque l’on se sert d’un scanner[/B][/SIZE] - L’ICE : Sur les scanners dotés d’un canal IR (infrarouge), le scanner balaye le négatif pour supprimer les poussières et les anomalies en relief (empreintes etc.) C’est très efficace, mais sur les scanners haut de gamme uniquement (Nikon Coolscan par exemple). Cette option n’existe pas sur les scanners à plat. Cependant beaucoup de scanners à plat disposent d’un système de traintement anti-poussière et anti-rayure, mais rien de comparable avec un vrai système ICE. - L’exposition multiple : Si cette fonction existe sur le scanner, et est activée, le scanner va repasser sur les zones qui lui semblent sous-ex pour voir si il est possible de les compenser. Ca garantie une exposition optimale de votre négatif. Cette option peut être remplacée par l’option… - Multi-passe : qui est assez similaire à l’exposition multiple, à la différence que le scanner va faire des passes complètes et que c’est le logiciel (vuescan) qui va forcer le scanner à repasser plusieurs fois pour choisir la meilleure exposition. C’est donc plus lent et moins performant, mais ca marche sur tous les scanners. [SIZE="4"][B]5. Du RAW pour les scanner, ca sert à quelque chose ?[/B][/SIZE] Comme pour un APN, les logiciels permettant de faire des scans raw n’écrivent dans le fichier que les informations directement issues du scanner, aucun autre traitement n’est pris en compte. C’est du brut de décoffrage. Il s’agit donc, si vous travaillez sur des negatifs N&B d’images forcement en négatifs. Maintenant, la question est, à quoi ca sert ? Ben contrairement aux apn ou on préférera le raw pour la retouche, le scan raw ne sert pas pour la retouche. Il sert à faire de gros scan batch, c'est-à-dire scanner jusqu’à 25 images en une seule passe. Elle est donc surtout utile si l’on a un scanner à plat. Comment faire ? Des logiciels comme vuescan permettent à la fois de créer des raw et de scanner à partir de fichiers. Si dans votre scanner, vous souhaitez scanner les 25 images que contient votre passe-vue, la manière la plus rapide et économique de procéder consiste à : - Scanner l’intégralité de votre passe-vue à la définition voulue et faire une sortie au format raw. A partir de ce moment là, on a plus besoin du scanner, on peut l’éteindre et ranger ses négatifs. - On ouvre vuescan en mode « scan from file » et on indique le chemin du fichier raw. On a plus qu’à détouré dans la preview les 25 images, choisir le traitement et c’est parti, en 5 minutes c’est prêt et déjà traité. Ainsi se conclut ce long article, je suis tout à fait conscient qu’il n’est pas exhaustif, mais j’espère qu’il aura fourni des bases à tous ceux qui se posent des questions à ce sujet. [...]
Lire la suite de "Noir et blanc : de la prise de vue argentique au traitement numérique"
Commentaires Lectures Dernière activité
49 69 357 09/06/2012 23h37 par Analog_oyster Aller au dernier message
 
Note de l'article : 3 votes - moyenne : 4.3333.

Le Portage salarial où comment être rémunéré en toute légalité

[SIZE=4][U]POURQUOI ?[/U][/SIZE] Comme tout bon photographe, vous faites des photos, pas des simples photos, mais de belles photos, vous faites de [B]LA PHOTOGRAPHIE[/B] ! Et en plus, comme votre "travail" est reconnu, il vous arrive d'avoir des sollicitations de travail dans un cadre "professionnel", ou l'on vous demande de faire partager votre talent artistique... Bien evidemment, comme tout le monde, vous aimeriez (parfois) que ce travail puisse être recompensé, mais la mise en place d'une structure juridique adéquat est lourde, compliquée, voire même, peut vous coûter de l'argent plus que de vous en rapporter ! Il existe à ce "problème", une solution simple, rapide à mettre en oeuvre, et qui ne peut que vous rapporter de l'argent : le [B]portage salarial[/B] ! [SIZE=4][U]KESAKO ?[/U][/SIZE] Le portage salarial est une forme d'emploi, qui permet de rémunérer toute une panoplies d'activités, du moment que celles-ci sont [B]issues de votre esprit[/B]. En clair, vous ne pouvez pas bénéficier du portage salarial si vous vendez des patates ou des carottes, mais uniquement si vous vendez votre "savoir penser" (il existe cependant des petites exceptions: avocats, et autres professions "spéciales qui n'y ont pas le droit !) Le portage salarial peut etre une passerelle entre votre emploi actuel, sûr et en CDI, et une future activité libérale en tant que professionnel de la photo, par exemple. Mais le portage salarial peut aussi rester, à long terme, une solution pour ne pas s'encombrer avec un tas de paperasserie qui prends du temps (et donc de l'argent :D ). [SIZE=4][U]COMMENT ?[/U][/SIZE] Le portage simplifie énormément l'activité indépendante : vous trouvez un "porteur", qui sera par la suite un ou votre employeur (supplémentaire, si vous avez déjà une activité). De nombreuses sociétés de portage salarial existent à travers la france. Je n'en citerais aucune, car ce serait une forme de publicité, et serait déloyal pour celles que je n'aurais pas cité ! Une fois votre porteur choisi, vous demanderez un entretien préalable avec lui, pour être sur que celui-ci veut bien de vous. Vous verrez alors avec lui toutes les formalités : ses frais de gestion, le type de contrat qu'il vous propose, supporte-t-il votre activité ? Sachez entre autre, que votre "porteur" vous amputera d'une légère comission pour s'occuper de VOTRE paperasse à votre place, en plus des charges sociales et patronales qu'il paiera pour vous. Une fois que vous avez trouvé votre porteur, vous avez surement un client ! Si ce n'est pas le cas, bah faut en trouver un :D ! Il vous reste donc à signaler le travail qui va etre effectué ou qui a été effectué à votre porteur, ainsi que les coordonnées du client. Votre porteur rédigera alors un contrat de "mise à disposition" qui décrit au client qu'il va vous louer à celui-ci, pour quelle durée et quel tarif. Une fois le travail effectué, vous le signalerez au porteur, qui effectuera la facturation au client : Certainnes societé de portage vous réglerons un acompte, basé sur le smic bien souvent, et vous reglera le solde une fois que le client a payé la facture; D'autres, attendent que le client ait réglé la facture, puis vous payent. Dans tout les cas, vous serez alors salarié de la societé de portage, qui vous fera alors un contrat pour la période travaillée (CDD), voire même un CDI si votre travail avec eux est réccurent ! Il y est bien entendu associé un réglement de charges sociales pour votre compte. La plupart des porteurs (à ma connaissance) permettent de déduire, (avant le calcul des charges, sur le salaire brut donc), l'achat de matériel. Ceci a beaucoup d'avantages : vous ne payez aucune charges sur la part de revenu qui a servi a l'achat du matériel, et le matériel reste votre propriété ! [SIZE=4][U]Cas pratique :[/U][/SIZE] Vous avez trouvé un client, qui vous demande d'effectuer une série de shoots, pour un tarif que vous avez convenu avec lui, forfaitaire de 1.000 Euros. Vous effectuez le contrat avec votre porteur, et votre client. Vous travaillez, dur, et vous sortez des photos (youpiii :yay: !!!) Vous avez acheté un flash, d'une valeur de 150 Euros TTC (maximum autorisé par l'URSSAF=15%). Vous envoyez au porteur la facture du flash, ainsi que l'ordre d'envoyer la facture au client. En supposant que votre porteur ait une marge raisonnable, vous aurez donc : Un salaire brut de [COLOR=Red]1000 [/COLOR]Euros, duquel vous déduisez [COLOR=SeaGreen]150 [/COLOR]euros (le flash que vous avez acheté) plus éventuellement des frais de route (que vous pouvez ou non refacturer au client) Il en resulte un salaire brut de 850 euros (voire moins...) Le porteur déclare vos charges, prends sa comission, et il vous reste, grossomodo, [B]425 euros, et un flash[/B] qui est VOTRE possession ! Bien entendu, ces salaires sont à déclarer aux impots... Rien ne vous empeche comme dans n'importe quelle autre forme d'activité, de facturer à la photo, ou de "forfaitiser" l'ensemble ! Pour terminer, voici le site de la [URL="http://www.fenps.fr/societes3.htm"]fédération nationale du portage salarial[/URL], référençant un certain nombre de sociétés, acceptant ou non la facturation des particuliers. Voila, j'espere que c'est assez clair, et bon shoots !:D [...]
Lire la suite de "Le Portage salarial où comment être rémunéré en toute légalité"
Commentaires Lectures Dernière activité
64 32 180 21/01/2013 16h23 par Muricarius Aller au dernier message
 
[COLOR=white][B]Dénomination[/B][/COLOR][COLOR=white][B]Remarques[/B][/COLOR][COLOR=white][B]Usage général[/B][/COLOR]
[IMG]http://www.fusina.net/demo/Image%209.png[/IMG]Compact Flash (CF)Le plus courant et le moins compact, mais c'est celui qui offre les plus grosses capacités de stockage dans des vitesses de transfert les plus variés, s'adaptant ainsi à de nombreux usages. C'est aussi celui qui offre les débits les plus importants. Enfin, ce sont des supports assez bon marché. Il existe deux variantes : le type 1 (3.3 mm), le plus courant, et le type 2 d'une épaisseur de 5mm.APN, Lecteur MP3
[IMG]http://www.fusina.net/demo/Image%2010.png[/IMG]Memory Stick Duo & Pro DuoFormat propriétaire de Sony. L'association avec SANDISK a changé la donne en permettant à ce format de profiter du savoir-faire de ce dernier qui va faire évoluer le MS vers le MS PRO. A la clé, une élévation des performances et des spécificités d'origine repoussées avec des versions de 32 Go et des débits de 20Mo/s. Depuis 2006, le format MS Pro Duo est le plus courament utilisé. Leur avantage : une capacité théorique élevée de 32 Go dans un format très réduits (Micro), mais seuls les 8Go sont dispos pour l'instant. PSP, téléphones mobiles, appareils photo et caméscopes
[IMG]http://www.fusina.net/demo/Image%2011.png[/IMG]Memory Stick & MS Pro et Micro
[IMG]http://www.fusina.net/demo/Image%2012.png[/IMG]Multimedia Card (MMC)Les MMC sont très proches des SD Card, à tel point qu'on peut lire une MMC dans un emplacement de SD Card mais pas l'inverse. Elles offrent une vitesse de transfert très faible, de l'ordre de 2.5Mo/s. Autant dire, minable ! Les MMC Plus permettent d'offrir un gain de performance non négligeable de 52Mo/s !!! Une variante de format existe, afin de satisfaire essentiellement les exigeances d'intégration dans certains matériels multimedia (téléphones, balladeurs) supportant des consommations faibles comme pour les MMC Mobile & RS-MMC. Hélas, un format qui tombe en désuétude. [I]NB : le nouveau format [B]miCard[/B] serait une évolution proposée par MultiMediaCard Association, à l’origine des cartes MMC. Elle offrira des débits de 60Mb/sec (qui pourrait même être doublé si techniquement la technologie flash NAND n'était pas un frein), dépasser les 2To de stockage, et pourra se connecter directement dans le bus USB. A suivre...[/I] PDA, appareils photo, caméscopes, lecteurs MP3
[IMG]http://www.fusina.net/demo/Image%2018.png[/IMG]MMC Mobile & RS-MMC
[IMG]http://www.fusina.net/demo/Image%2014.png[/IMG]Secure Digital (SD)Ce sont des proches cousines des format MMC, mais en plus épais. Le format SDHC est assez récent (2006) et repousse les limites de ces cartes. Cette gamme possède des classes qui permettent de déterminer les niveaux de performances : - classe 2 : 2 Mo/s - classe 4 : 4 Mo/s - classe 6 : 6 Mo/s Dans les faits, leur débit est bien supérieur à ces indications, la classification indiquant ici le taux minimum. Cependant le débit ne peut dépasser les 25Mo/s. On les trouve en haute capacité (8Go) et souvent à des taux de transfert très rapide (x133) PDA, téléphones, appareils photo, caméscopes, lecteurs MP3, consoles (Wii) ou PlayStation III, PDA
[IMG]http://www.fusina.net/demo/Image%2015.png[/IMG]Mini Secure Digital (Mini SD)
[IMG]http://www.fusina.net/demo/Image%2016.png[/IMG]Micro SD
[IMG]http://www.fusina.net/demo/Image%2017.png[/IMG]XD Picture Card (XD)Le format xD et le format SmartMedia (abandonné depuis) sont deux types de cartes mémoire utilisés par Olympus et Fujifilm. Très limitatif. A éviter pour sa rareté et son peu d'avenir. Leur capacité est aussi très limitée (2Go)APN
[I]Important : Les visuels des cartes ne sont pas à l'échelle entre eux[/I] [I]Les MicroDrives au format CF (vous savez, les mini disques durs) au format TYPE II ont depuis été un peu écartée, étants désormais plus lents et plus chers que les CF à mémoire flash. [/I] [B][SIZE=2][COLOR=DeepSkyBlue]Capacités de stockage[/COLOR][/SIZE][/B] Aujourd'hui, nous avons un large choix de cartes avec des capacités variables. Fort heureusement, la hausse de la capacité de stockage a accompagné les besoins des utilisateurs, ou plutôt à celle de l'évolution des performances de capteurs (CMOS, CCD de plusieurs Mpixels) qui a induit l'augmentation de la taille des fichiers images. Les plus grosses capacité sont les CF de type 2 qui se proposent [U]actuellement[/U] jusqu'à 16Go. Mais dans les faits, on peut atteindre plus de 137 Go. Il faut simplement que les industriels puissent les fabriquer en série à des coûts raisonnables. Les cartes MS PRO et Duo qui peuvent potentiellement atteindre les capacités maximales de 32 Go Les SDHC ont repoussé les limites de SD et permettent d'atteindre 32Go avec des débits honorables de 25Mo/sec. [B][SIZE=2][COLOR=DeepSkyBlue]Vitesse de transfert ou type de carte[/COLOR][/SIZE][/B] Il faut distinguer 2 choses : la vitesse de lecture et d'écriture. La première, généralement plus rapide, n'a d'intérêt que pour la copie ou lecture de vos photos à partir du support. La deuxième est utile pour obtenir des temps d'attente entre chaque photo moins long. Dans le cas d'appareils possédant des modes rafales, l'usage d'une carte rapide en écriture se révèle nécessaire afin d'éviter le phénomène du goulot d'étranglement et de bloquer ou ralentir la prise de photos. [B]Les unités de mesure[/B] Cette vitesse est exprimé en kB/s (kilobyte) - Ne pas confondre avec Bit !!! - ou encore Ko/s, ce qui, à quelques rares exceptions près, est similaire. On peut d'ailleurs s'étonner que le débit des cartes mémoires est exprimé ainsi alors que l'usage veut qu'on utilise les Kb/s (bits) ou Kbd/s (Baud). Je pense que le fait que ces technologies s'adressent au grand public expliquent cette dérive de convention. Souvent, on lit : "[B]133x[/B]". Mais qu'est-ce que cela veut dire ? Quel est l'unité de référence ? En fait, le "x" vaut "150kB/s" soit 150 Ko/sec. Lorsque vous lisez 133x, il faut donc lire [B]133 x 150Ko/sec[/B], soit un [U]débit théorique[/U] d'environ de 20Mo/sec. [B]Dénominations commerciales[/B] Ceci étant, les constructeurs utilisent différentes notations ou dénominations qui parfois ont du mal a être comprises par le commun des mortels. C'est pourquoi nous allons passer en revue les différents types de carte que l'on retrouve sur le marché. Voici donc un tableau récapitulatif des vitesses exactes et dénominations utilisées (CF essentiellement).
[COLOR=white][B]Dénomination/Distinction commerciale[/B][/COLOR][COLOR=white][B]Vitesse[/B][/COLOR][COLOR=white][B]Débit théorique[/B][/COLOR][COLOR=white][B]Capacités max. (en CF, Dec.2007)[/B][/COLOR][COLOR=white][B]Usage[/B][/COLOR]
"Standard" (Kingston) et parfois "Elite Pro" avec la vitesse !!! (Kingston) 50x7.5Mo/sJusqu'à 4GoPetits compacts
"eFilm" (Delkin)55x8Mo/sJusqu'à 4GoPetits compacts
"Ultra II" (Sandisk)60x10Mo/sJusqu'à 8Gocompacts + Bridge (ancien)
Cartes de couleur Cyan (Transcend) "premium" (Lexar) "High Speed" (Dan-Elec)80x12Mo/sJusqu'à 4GoBridge + Reflex entrée de gamme
"Extreme III" (Sandisk) Cartes de couleur Orange (Transcend) "Professional" (Lexar) "Elite Pro" (Kingston) "133 XS" (Dan-Elec)133x20Mo/sJusqu'à 16GoBridge + Reflex
"eFilm Pro" (Delkin)140x21Mo/sJusqu'à 8GoReflex
"Extreme IV" (Sandisk) "Cartes de couleur vertes" (Transcend) "Ultimate" (Kingston)266x40Mo/sJusqu'à 8GoReflex Pro
"Professional UDMA" (Lexar) "PRO UDMA" (Transcend)300x45Mo/sJusqu'à 8GoReflex Pro
Il est à noter que ce sont généralement les CF qui possédent des débits et capacités les plus importantes. Vous n'êtes donc pas assurés de retrouver ces spécificités sur d'autres formats de carte. Les cartes possédant le système UDMA (Ultra DMA) leur confèrent des spécificités bien supérieures à la norme. C'est une technologie assez récente, du moins sur les cartes mémoires, dérivés des disques durs. On flirte ainsi avec des débits E/S proches de certains disques durs. A réserver aux pros ;) [B][SIZE=2][COLOR=DeepSkyBlue]Lecteurs de carte[/COLOR][/SIZE][/B] Il est fortement recommandé d'utiliser des lecteurs de carte afin d'obtenir des performances dignes de ce nom. L'usage du port USB de l'APN facilite il est vrai la migration des données de la carte vers l'ordinateur car il n'impose pas d'extraire le support de stockage et l'utilisation d'un lecteur de carte. Cependant les débits sont bien inférieurs aux capacités de lecture des cartes et dans le cas d'un carrte de grosse capacité, le gain de temps d'un lecteur de carte lors de la copie peut être très significatif. De plus, vous évitez d'user les batteries de votre APN ;) [B][U]Il existe différents lecteurs de carte : [/U][/B]- les [B][I]intégrés[/I][/B], ceux inclus d'office dans les ordinateurs de bureaux ou portables. Le format CF est souvent ignoré. - l'usage de [B][I]lecteurs de carte sur [I]port PCMCIA[/I][/I][/B] (PC Card Adaptater) pour portable est, de par sa compacité, assez pratique à utiliser. Cependant, le débit est très lent (2Mb/sec). Il est donc à éviter. Le format [I]ExpressCard[/I] est l'un des plus intéressant, le débit étant proche de celui d'un port USB2 (les MACBOOK et MACBOOK PRO en sont équipés). Enfin, les [I]CardBus[/I] sont à retenir car on atteind un débit de 133Mb/sec. - il existe aussi les [I][B]lecteurs de carte reliés par cable USB[/B][/I]. Selon les modèles, de nombreux formats de carte peuvent être supportés. Quand certains mettent plus de 5 formats, dites-vous qu'il est universel ;) ("21 formats" est totalement fantaisiste !) Cependant, vous êtes tributaire du taux de transfert théorique du port qui va de 480Mb/s pour le USB2 et jusqu'à 12Mb/s pour l'USB1. Mais il atteint rarement plus de 60Mb/s, se cantonnant à des débits de 30Mb/s (cela vient d'une limite des contrôleurs gérant l'interface entre USB et la carte mémoire). Autant dire que cela peut être rédhibitoire, surtout si votre port USB est un peu "encombré" par plusieurs autres périphériques. - il est possible de se munir d'un [B][I]lecteur de carte sur port FW[/I][/B] (Firewire). SANDISK en offre un qui permet de satisfaire les débits de ses cartes les plus rapides (EXTREME IV). Je rappelle que le port FW 800 atteind lui des débits réels de 800Mb/s (soit 100 Mo/s) ! Autant dire, le must. Par ailleurs, dites-vous qu'un lecteur FW 400 sera toujours plus rapide qu'un lecteur USB 2. - des [B][I]videurs de carte[/I][/B], autre alternative, vous permettent de vider sans ordinateurs vos données. Là encore, faites attention aux spécificités techniques (débit) et formats acceptés. Vous risqueriez d'avoir quelques surprises... [B][SIZE=2][COLOR=DeepSkyBlue]Entretien d'une carte[/COLOR][/SIZE][/B] Une carte n'a pas besoin de soin particulier, enfin presque. Evitez bien sûr de la salir, de la faire tomber, d'y marcher dessus ! Elle peuvent durer des années sans soucis, il suffit d'en prendre soin et d'éviter de la laisser trainer à l'air libre. Sachez aussi que certains modèles ont des conditions d'utilisation haut delà de la norme. C'est le cas des Extreme IV de Sandisk qui peuvent supporter des variations de températures EXTREME mais aussi des chutes de plusieurs mètres ! [B]Carte endommagée : [/B]Cela arrive. Avant toute chose, avant de la reformater, sachez utiliser un logiciel de récupération. Un [URL="http://www.virusphoto.com/17916-recuperer-des-photos-effacees-sans-faire-appel-a-un-marabout.html?highlight=cartes"]sujet[/URL] a été réalisé dans ce sens. Si celle-ci présente trop d'erreur ou semble peu fiable, avant de la jeter, assurez-vous qu'elle ne soit pas garantie à vie. Plusieurs constructeurs le proposent sur quelques produits de leur gamme (Delkin, Sandisk,...) quand ce n'est pas 10 ans ! J'adore l'accroche apposée par certains marchants : "Garantie limitée à vie !" :D [U]Pensez à lire les sujets suivants : [/U][URL]http://www.virusphoto.com/1497-18-astuces-pour-augmenter-la-duree-de-vie-dune-carte-memoire.html?highlight=cartes+m%E9moires[/URL] [URL]http://www.virusphoto.com/17916-recuperer-des-photos-effacees-sans-faire-appel-a-un-marabout.html?highlight=cartes[/URL] [I]Je tiens à signaler que le formatage d'une carte après chaque usage n'est pas nécessaire. Cela peut se justifier en cas d'erreur de lecture/écriture ou encore, si vous constatez des lenteurs ou une perte de contenance. J'ai posé la question sur l'incidence de la durée de vie d'une carte formatée après chaque usage auprès d'un fabricant... j'attend la réponse ;)[/I] [B][SIZE=2][COLOR=DeepSkyBlue]Conclusion[/COLOR][/SIZE][/B] Cet article vous permettra je l'espère de choisir vos cartes mémoires en connaissance de cause. En effet, choisir une carte rapide et chère n'aura d'intérêt que si vous souhaitez copier ou lire vos photos rapidement. Encore faut-il être équiper des bons périphériques. Il faut également savoir que beaucoup d'APN ne savent pas atteindre en écriture les performances d'une carte ultra-rapide. Une carte x80 ou x133 sera donc dans bien des cas suffisantes. Le choix d'un APN dépend aussi de son système de stockage. Pensez-y. A cela, il y a une raison technique mais aussi pécunière. A l'heure d'aujourd'hui, il semble évident de choisir des formats Compact Flash (CF) pour obtenir des gains de vitesse importants et de grosses unités de stockage tout en ayant des coûts raisonnables à l'achat. Ce n'est pas pour rien que les appareils PRO les ont choisi. Mais l'avenir, avec l'évolution des technologies, nous dira si ce format restera la référence en ce domaine. Rien n'est moins sûr...">
Note de l'article : 5 votes - moyenne : 5.0000.

Guide pratique des cartes mémoires

[B][SIZE=2]Les fêtes de Noel approchent et il se peut que vous souhaitiez augmenter la capacité de stockage de votre APN. Rien de tel que de passer au crible les différents formats existants et de comprendre à quoi correspondent les vitesses et informations qui les accompagnent[/SIZE][/B]. [CENTER] [IMG]http://www.virusphoto.com/imagehosting/80947614fcfb804f.jpg[/IMG] [/CENTER] [B][SIZE=2][COLOR=DeepSkyBlue]Formats de carte[/COLOR] [/SIZE][/B] Ils en existent de nombreux et ont pour origine soit des spécificités techniques singulières ou encore, si l'on peut dire, un caprice de constructeur (gain de place, envie d'imposer un standard).
[COLOR=white][B]Dénomination[/B][/COLOR][COLOR=white][B]Remarques[/B][/COLOR][COLOR=white][B]Usage général[/B][/COLOR]
[IMG]http://www.fusina.net/demo/Image%209.png[/IMG]Compact Flash (CF)Le plus courant et le moins compact, mais c'est celui qui offre les plus grosses capacités de stockage dans des vitesses de transfert les plus variés, s'adaptant ainsi à de nombreux usages. C'est aussi celui qui offre les débits les plus importants. Enfin, ce sont des supports assez bon marché. Il existe deux variantes : le type 1 (3.3 mm), le plus courant, et le type 2 d'une épaisseur de 5mm.APN, Lecteur MP3
[IMG]http://www.fusina.net/demo/Image%2010.png[/IMG]Memory Stick Duo & Pro DuoFormat propriétaire de Sony. L'association avec SANDISK a changé la donne en permettant à ce format de profiter du savoir-faire de ce dernier qui va faire évoluer le MS vers le MS PRO. A la clé, une élévation des performances et des spécificités d'origine repoussées avec des versions de 32 Go et des débits de 20Mo/s. Depuis 2006, le format MS Pro Duo est le plus courament utilisé. Leur avantage : une capacité théorique élevée de 32 Go dans un format très réduits (Micro), mais seuls les 8Go sont dispos pour l'instant. PSP, téléphones mobiles, appareils photo et caméscopes
[IMG]http://www.fusina.net/demo/Image%2011.png[/IMG]Memory Stick & MS Pro et Micro
[IMG]http://www.fusina.net/demo/Image%2012.png[/IMG]Multimedia Card (MMC)Les MMC sont très proches des SD Card, à tel point qu'on peut lire une MMC dans un emplacement de SD Card mais pas l'inverse. Elles offrent une vitesse de transfert très faible, de l'ordre de 2.5Mo/s. Autant dire, minable ! Les MMC Plus permettent d'offrir un gain de performance non négligeable de 52Mo/s !!! Une variante de format existe, afin de satisfaire essentiellement les exigeances d'intégration dans certains matériels multimedia (téléphones, balladeurs) supportant des consommations faibles comme pour les MMC Mobile & RS-MMC. Hélas, un format qui tombe en désuétude. [I]NB : le nouveau format [B]miCard[/B] serait une évolution proposée par MultiMediaCard Association, à l’origine des cartes MMC. Elle offrira des débits de 60Mb/sec (qui pourrait même être doublé si techniquement la technologie flash NAND n'était pas un frein), dépasser les 2To de stockage, et pourra se connecter directement dans le bus USB. A suivre...[/I] PDA, appareils photo, caméscopes, lecteurs MP3
[IMG]http://www.fusina.net/demo/Image%2018.png[/IMG]MMC Mobile & RS-MMC
[IMG]http://www.fusina.net/demo/Image%2014.png[/IMG]Secure Digital (SD)Ce sont des proches cousines des format MMC, mais en plus épais. Le format SDHC est assez récent (2006) et repousse les limites de ces cartes. Cette gamme possède des classes qui permettent de déterminer les niveaux de performances : - classe 2 : 2 Mo/s - classe 4 : 4 Mo/s - classe 6 : 6 Mo/s Dans les faits, leur débit est bien supérieur à ces indications, la classification indiquant ici le taux minimum. Cependant le débit ne peut dépasser les 25Mo/s. On les trouve en haute capacité (8Go) et souvent à des taux de transfert très rapide (x133) PDA, téléphones, appareils photo, caméscopes, lecteurs MP3, consoles (Wii) ou PlayStation III, PDA
[IMG]http://www.fusina.net/demo/Image%2015.png[/IMG]Mini Secure Digital (Mini SD)
[IMG]http://www.fusina.net/demo/Image%2016.png[/IMG]Micro SD
[IMG]http://www.fusina.net/demo/Image%2017.png[/IMG]XD Picture Card (XD)Le format xD et le format SmartMedia (abandonné depuis) sont deux types de cartes mémoire utilisés par Olympus et Fujifilm. Très limitatif. A éviter pour sa rareté et son peu d'avenir. Leur capacité est aussi très limitée (2Go)APN
[I]Important : Les visuels des cartes ne sont pas à l'échelle entre eux[/I] [I]Les MicroDrives au format CF (vous savez, les mini disques durs) au format TYPE II ont depuis été un peu écartée, étants désormais plus lents et plus chers que les CF à mémoire flash. [/I] [B][SIZE=2][COLOR=DeepSkyBlue]Capacités de stockage[/COLOR][/SIZE][/B] Aujourd'hui, nous avons un large choix de cartes avec des capacités variables. Fort heureusement, la hausse de la capacité de stockage a accompagné les besoins des utilisateurs, ou plutôt à celle de l'évolution des performances de capteurs (CMOS, CCD de plusieurs Mpixels) qui a induit l'augmentation de la taille des fichiers images. Les plus grosses capacité sont les CF de type 2 qui se proposent [U]actuellement[/U] jusqu'à 16Go. Mais dans les faits, on peut atteindre plus de 137 Go. Il faut simplement que les industriels puissent les fabriquer en série à des coûts raisonnables. Les cartes MS PRO et Duo qui peuvent potentiellement atteindre les capacités maximales de 32 Go Les SDHC ont repoussé les limites de SD et permettent d'atteindre 32Go avec des débits honorables de 25Mo/sec. [B][SIZE=2][COLOR=DeepSkyBlue]Vitesse de transfert ou type de carte[/COLOR][/SIZE][/B] Il faut distinguer 2 choses : la vitesse de lecture et d'écriture. La première, généralement plus rapide, n'a d'intérêt que pour la copie ou lecture de vos photos à partir du support. La deuxième est utile pour obtenir des temps d'attente entre chaque photo moins long. Dans le cas d'appareils possédant des modes rafales, l'usage d'une carte rapide en écriture se révèle nécessaire afin d'éviter le phénomène du goulot d'étranglement et de bloquer ou ralentir la prise de photos. [B]Les unités de mesure[/B] Cette vitesse est exprimé en kB/s (kilobyte) - Ne pas confondre avec Bit !!! - ou encore Ko/s, ce qui, à quelques rares exceptions près, est similaire. On peut d'ailleurs s'étonner que le débit des cartes mémoires est exprimé ainsi alors que l'usage veut qu'on utilise les Kb/s (bits) ou Kbd/s (Baud). Je pense que le fait que ces technologies s'adressent au grand public expliquent cette dérive de convention. Souvent, on lit : "[B]133x[/B]". Mais qu'est-ce que cela veut dire ? Quel est l'unité de référence ? En fait, le "x" vaut "150kB/s" soit 150 Ko/sec. Lorsque vous lisez 133x, il faut donc lire [B]133 x 150Ko/sec[/B], soit un [U]débit théorique[/U] d'environ de 20Mo/sec. [B]Dénominations commerciales[/B] Ceci étant, les constructeurs utilisent différentes notations ou dénominations qui parfois ont du mal a être comprises par le commun des mortels. C'est pourquoi nous allons passer en revue les différents types de carte que l'on retrouve sur le marché. Voici donc un tableau récapitulatif des vitesses exactes et dénominations utilisées (CF essentiellement).
[COLOR=white][B]Dénomination/Distinction commerciale[/B][/COLOR][COLOR=white][B]Vitesse[/B][/COLOR][COLOR=white][B]Débit théorique[/B][/COLOR][COLOR=white][B]Capacités max. (en CF, Dec.2007)[/B][/COLOR][COLOR=white][B]Usage[/B][/COLOR]
"Standard" (Kingston) et parfois "Elite Pro" avec la vitesse !!! (Kingston) 50x7.5Mo/sJusqu'à 4GoPetits compacts
"eFilm" (Delkin)55x8Mo/sJusqu'à 4GoPetits compacts
"Ultra II" (Sandisk)60x10Mo/sJusqu'à 8Gocompacts + Bridge (ancien)
Cartes de couleur Cyan (Transcend) "premium" (Lexar) "High Speed" (Dan-Elec)80x12Mo/sJusqu'à 4GoBridge + Reflex entrée de gamme
"Extreme III" (Sandisk) Cartes de couleur Orange (Transcend) "Professional" (Lexar) "Elite Pro" (Kingston) "133 XS" (Dan-Elec)133x20Mo/sJusqu'à 16GoBridge + Reflex
"eFilm Pro" (Delkin)140x21Mo/sJusqu'à 8GoReflex
"Extreme IV" (Sandisk) "Cartes de couleur vertes" (Transcend) "Ultimate" (Kingston)266x40Mo/sJusqu'à 8GoReflex Pro
"Professional UDMA" (Lexar) "PRO UDMA" (Transcend)300x45Mo/sJusqu'à 8GoReflex Pro
Il est à noter que ce sont généralement les CF qui possédent des débits et capacités les plus importantes. Vous n'êtes donc pas assurés de retrouver ces spécificités sur d'autres formats de carte. Les cartes possédant le système UDMA (Ultra DMA) leur confèrent des spécificités bien supérieures à la norme. C'est une technologie assez récente, du moins sur les cartes mémoires, dérivés des disques durs. On flirte ainsi avec des débits E/S proches de certains disques durs. A réserver aux pros ;) [B][SIZE=2][COLOR=DeepSkyBlue]Lecteurs de carte[/COLOR][/SIZE][/B] Il est fortement recommandé d'utiliser des lecteurs de carte afin d'obtenir des performances dignes de ce nom. L'usage du port USB de l'APN facilite il est vrai la migration des données de la carte vers l'ordinateur car il n'impose pas d'extraire le support de stockage et l'utilisation d'un lecteur de carte. Cependant les débits sont bien inférieurs aux capacités de lecture des cartes et dans le cas d'un carrte de grosse capacité, le gain de temps d'un lecteur de carte lors de la copie peut être très significatif. De plus, vous évitez d'user les batteries de votre APN ;) [B][U]Il existe différents lecteurs de carte : [/U][/B]- les [B][I]intégrés[/I][/B], ceux inclus d'office dans les ordinateurs de bureaux ou portables. Le format CF est souvent ignoré. - l'usage de [B][I]lecteurs de carte sur [I]port PCMCIA[/I][/I][/B] (PC Card Adaptater) pour portable est, de par sa compacité, assez pratique à utiliser. Cependant, le débit est très lent (2Mb/sec). Il est donc à éviter. Le format [I]ExpressCard[/I] est l'un des plus intéressant, le débit étant proche de celui d'un port USB2 (les MACBOOK et MACBOOK PRO en sont équipés). Enfin, les [I]CardBus[/I] sont à retenir car on atteind un débit de 133Mb/sec. - il existe aussi les [I][B]lecteurs de carte reliés par cable USB[/B][/I]. Selon les modèles, de nombreux formats de carte peuvent être supportés. Quand certains mettent plus de 5 formats, dites-vous qu'il est universel ;) ("21 formats" est totalement fantaisiste !) Cependant, vous êtes tributaire du taux de transfert théorique du port qui va de 480Mb/s pour le USB2 et jusqu'à 12Mb/s pour l'USB1. Mais il atteint rarement plus de 60Mb/s, se cantonnant à des débits de 30Mb/s (cela vient d'une limite des contrôleurs gérant l'interface entre USB et la carte mémoire). Autant dire que cela peut être rédhibitoire, surtout si votre port USB est un peu "encombré" par plusieurs autres périphériques. - il est possible de se munir d'un [B][I]lecteur de carte sur port FW[/I][/B] (Firewire). SANDISK en offre un qui permet de satisfaire les débits de ses cartes les plus rapides (EXTREME IV). Je rappelle que le port FW 800 atteind lui des débits réels de 800Mb/s (soit 100 Mo/s) ! Autant dire, le must. Par ailleurs, dites-vous qu'un lecteur FW 400 sera toujours plus rapide qu'un lecteur USB 2. - des [B][I]videurs de carte[/I][/B], autre alternative, vous permettent de vider sans ordinateurs vos données. Là encore, faites attention aux spécificités techniques (débit) et formats acceptés. Vous risqueriez d'avoir quelques surprises... [B][SIZE=2][COLOR=DeepSkyBlue]Entretien d'une carte[/COLOR][/SIZE][/B] Une carte n'a pas besoin de soin particulier, enfin presque. Evitez bien sûr de la salir, de la faire tomber, d'y marcher dessus ! Elle peuvent durer des années sans soucis, il suffit d'en prendre soin et d'éviter de la laisser trainer à l'air libre. Sachez aussi que certains modèles ont des conditions d'utilisation haut delà de la norme. C'est le cas des Extreme IV de Sandisk qui peuvent supporter des variations de températures EXTREME mais aussi des chutes de plusieurs mètres ! [B]Carte endommagée : [/B]Cela arrive. Avant toute chose, avant de la reformater, sachez utiliser un logiciel de récupération. Un [URL="http://www.virusphoto.com/17916-recuperer-des-photos-effacees-sans-faire-appel-a-un-marabout.html?highlight=cartes"]sujet[/URL] a été réalisé dans ce sens. Si celle-ci présente trop d'erreur ou semble peu fiable, avant de la jeter, assurez-vous qu'elle ne soit pas garantie à vie. Plusieurs constructeurs le proposent sur quelques produits de leur gamme (Delkin, Sandisk,...) quand ce n'est pas 10 ans ! J'adore l'accroche apposée par certains marchants : "Garantie limitée à vie !" :D [U]Pensez à lire les sujets suivants : [/U][URL]http://www.virusphoto.com/1497-18-astuces-pour-augmenter-la-duree-de-vie-dune-carte-memoire.html?highlight=cartes+m%E9moires[/URL] [URL]http://www.virusphoto.com/17916-recuperer-des-photos-effacees-sans-faire-appel-a-un-marabout.html?highlight=cartes[/URL] [I]Je tiens à signaler que le formatage d'une carte après chaque usage n'est pas nécessaire. Cela peut se justifier en cas d'erreur de lecture/écriture ou encore, si vous constatez des lenteurs ou une perte de contenance. J'ai posé la question sur l'incidence de la durée de vie d'une carte formatée après chaque usage auprès d'un fabricant... j'attend la réponse ;)[/I] [B][SIZE=2][COLOR=DeepSkyBlue]Conclusion[/COLOR][/SIZE][/B] Cet article vous permettra je l'espère de choisir vos cartes mémoires en connaissance de cause. En effet, choisir une carte rapide et chère n'aura d'intérêt que si vous souhaitez copier ou lire vos photos rapidement. Encore faut-il être équiper des bons périphériques. Il faut également savoir que beaucoup d'APN ne savent pas atteindre en écriture les performances d'une carte ultra-rapide. Une carte x80 ou x133 sera donc dans bien des cas suffisantes. Le choix d'un APN dépend aussi de son système de stockage. Pensez-y. A cela, il y a une raison technique mais aussi pécunière. A l'heure d'aujourd'hui, il semble évident de choisir des formats Compact Flash (CF) pour obtenir des gains de vitesse importants et de grosses unités de stockage tout en ayant des coûts raisonnables à l'achat. Ce n'est pas pour rien que les appareils PRO les ont choisi. Mais l'avenir, avec l'évolution des technologies, nous dira si ce format restera la référence en ce domaine. Rien n'est moins sûr... [...]
Lire la suite de "Guide pratique des cartes mémoires"
Commentaires Lectures Dernière activité
43 21 818 01/10/2012 11h07 par Tom54 Aller au dernier message
 
Les 15 articles
les plus récents

Les 15 articles
les plus suivis

Les 15 articles
les plus consultés


Options d'affichage
Afficher les articles 1 jusqu'à 13 de 78
Trier par Ordre de tri
Depuis
Outils de rubrique Rechercher dans cette rubrique
Rechercher dans cette rubrique :

Recherche avancée



LinkBacks Enabled by vBSEO © 2011, Crawlability, Inc.
Powered by vBulletin® Version 3.8.2 - Copyright ©2000 - 2013, Jelsoft Enterprises Ltd.
2006 - 2015 © ® VirusPhoto. Tous droits réservés.