.
virusphoto virusphoto

Identifiant

Mot de passe

Derniers messages Messages du jour Sujets sans réponse S'inscrire

Rejoignez-nous !

VirusPhoto » Forum » Les articles VirusPhoto » Reportages et Interviews

Aller au premier non-lu

Interview Sébastien Tixier

Article rédigé par David Nicolas, le 25/05/2009.Voir son profil

Sébastien Tixier explore le rapport entre l'Humain et le monde qui l'entoure par des photos extraordinairement touchantes. Au delà de l'image, c'est une partie de vie, une fraction de temps, une envie, une question, mais surtout, une histoire !...que je vous invite à découvrir dans cette interview.







1- Comment et pourquoi avez-vous commencé à photographier ?

Je me rappelle avoir voulu faire de la photographie depuis très jeune. Mais, encore aujourd’hui, j’avoue ne pas vraiment savoir pourquoi la photographie m’attire plus qu’un autre medium. Je pense que cela est lié à la nature de la photographie, contrairement à la peinture par exemple : une photo est « à priori objective », tout en transcrivant un parti pris. C’est ce paradoxe et cette ambiguïté qui donne à mes yeux la force de la photo.

2- Pouvez vous nous raconter vos débuts ? Comment avez-vous appris ?

Mes débuts sont finalement très récents : cela fait un peu plus de 3 ans que j’ai pris ma toute première photographie ! Jusque là je n’avais presque jamais eu d’appareils dans les mains, même en « photo souvenir ».
J’ai appris de façon complètement autodidacte en me renseignant à droite et gauche, on observant les réalisations d’autres photographes de tous styles, et pour ce qui est de la technique pure, en lisant – essentiellement sur le net.







3- Pourriez vous nous décrire votre parcours ?

C’est avec l’arrivée du numérique que j’ai eu envie d’essayer la photographie. Je pense que ça a été le déclencheur, car il est plus facile d’apprendre la technique et les réglages. J’ai commencé en achetant un « bridge » en mode manuel pour me familiariser avec la technique. Je ne suis venu à l’argentique que plus tard. J’ai commencé par monter mes expositions pour présenter mes travaux, puis les choses se sont faites d’elles mêmes. Dernièrement j’ai été exposé au Festival Européen de la Photo de Nu qui vient de s’achever à Arles.

3- Quel matériel utilisez vous ? Qu’est-ce qui a motivé votre choix ?

J’utilise différents appareils selon les usages. La plupart de mes photos (et l’ensemble de mes travaux personnels) sont réalisées en argentique moyen format avec un Mamiya RZ 67, que ce soit en intérieur ou en extérieur. Pour le travail de commande j’utilise principalement un boîtier reflex numérique. J’ai aussi deux reflex argentiques CANON A1 et ZENIT que j’utilise pour certaines photos, tout dépend des rendus recherchés. Enfin je peux aussi me servir de temps en temps de mon HOLGA ou d’un vieux folding pour lequel je bricole des bobines 620…
Le numérique m’apporte clairement une souplesse et une efficacité pour les commandes ou le reportage. C’est aussi par le numérique que je suis venu à la photo. En revanche, pour mes travaux, je cherchais un appareil qui permette de réaliser des grands tirages, et aussi qui impose une certaine lenteur à la prise de vue. Le RZ, avec son mode opératoire tout manuel, sa plaque de protection du film, etc. est exactement ce que je cherchais ! En plus j’apprécie avec l’argentique les possibilités offertes par le choix des films, leur contraste, négatif ou diapo, etc. et les avantages d’un traitement numérique.







4- Vous travaillez en lumière naturelle. Qu’est-ce que ce choix vous apporte !?

En fait je travaille assez peu en lumière vraiment naturelle ! La plupart du temps je travaille en lumière artificielle, soit en lumière continue, soit en mélangeant lumière continue et lumière flash. Pour le moment assez peu en lumière flash uniquement. Les photos de mises en scènes d’intérieurs se basent effectivement sur un éclairage « naturel » d’intérieur, mais celui-ci est en fait « boosté » par différentes sources ajoutées, et enrichi par d’autres sources hors champ.

5- Pourriez vous nous donner quelques notions sur la gestion de la lumière en général ?

Je ne pense pas être un expert en gestion de lumière, je l’utilise de façon assez habituelle. Pour les mises en scènes, destinées à des tirages de grande tailles, je cherche à travailler dans des conditions optimales de qualité : l’usage du moyen format et de films plutôt lents nécessitent donc d’avoir un niveau d’éclairage assez élevé dans la scène – et d’exposer en fonction. Pour conserver le rendu naturel de la scène, je renforce les lumières déjà existantes en leur joignant des flashs ou de la lumière continue selon les possibilités et le résultat cherché. Ensuite j’ajoute si besoin des lumières ponctuelles ou des boites à lumières (gommage d’ombres, ou mise en relief du sujet ou d’un élément du décor, ou ajout de nouvelles lumières d’ambiance, etc). Enfin je contrôle l’écart entre les hautes et les basses lumières en jouant sur des lumières de remplissage pour m’assurer que la dynamique de contraste est bonne pour la prise de vue.







6- Si vous deviez définir votre style, quel serait-il ?

C’est une très bonne question, je n’en ai pas la moindre idée
Mais si vous avis des avis, ça m’intéresse !

7- Quelles ont été les événements “clé” de votre apprentissage ?

Tout cela est encore très récent, c’est dur à dire. Pour le moment je ne note pas forcément de moment « clé », je dirais plutôt, ne jamais cesser d’apprendre et d’être curieux, et continuer de connaître comment travaillent d’autres photographes.

8- Quel conseil donneriez vous a un débutant désireux de devenir un jour aussi bon que vous ?

J’ai surtout encore beaucoup à apprendre ! Mais, je pense vraiment qu’en s’efforçant à « disséquer » les images d’autres photographes que l’on aime ou non, on apprend énormément.

9- Si vous deviez citer UNE référence en matière de photographie, quelle serait-elle ?

En terme d’influence sur mes travaux je dirais … David Lynch, non pas pour ses photographies à proprement parler mais pour ses films. Ou du moins l’alchimie réalisateurs / cadreurs / directeurs de la photo, qui fait que chaque image de ses films est une fantastique photographie. Dans Blue Velvet, la 1ere scène « A Candy Colored Clown » dans l’appartement est une photographie que j’aurais aimé faire.







10- Vous touchez à plusieurs styles….reste-il tout de même un fil conducteur entre vos photos ?

Mon travail sur l'urbain et son abandon, c'est finalement pour moi une façon de travailler sur l'Humain, sous l'angle de la déshumanisation, et d’interroger sur notre rapport au monde : quand je photographie les lieux abandonnés, il s'agit d'anciennes habitations, d'anciens lieux de vies. Dans les mises en scènes, comme "d’Histoires de Vies Ordinaires" par exemple, il s’agit là d’interroger sur l’Humain et nos questionnements intimes, notre rapport à nous-mêmes. Mais dans ces mises en scènes, ce n’est jamais le modèle qui est le sujet direct de la photo mais l’histoire qui l’entoure. D’ailleurs là aussi j'accorde une importance particulière aux décors.

11- Quelles sont vos méthodes de travail ?

Je dirais que chaque image naît de façon différente à chaque fois, mais par contre il s'écoule généralement toujours de nombreux mois entre l'idée initiale et la prise de vue : le temps que l’idée mûrisse et que les éléments se mettent plus précisément en place. J'ai besoin de ce cheminement pour mieux comprendre sur quoi portent ces idées initiales, vers quoi elles me dirigent, et de quoi parleront les photographies. C’est ce qui m’aide à faire des choix pour les détails de la mise en scène. Même pour les photographies en extérieur je ne suis pas un photographe de « l’instant », d’ailleurs je n’ai que rarement un appareil sur moi. Par contre j’observe beaucoup et je note. Ensuite je reviens un autre jour sur les lieux en ayant choisi la journée et la lumière pour faire la photo.







12- Une fois la photo réalisée, y a t il un gros travail de retouche ? Quel logiciel utilisez vous ?

Je travaille essentiellement en argentico-numérique : les films sont scannés, et ce sont les fichiers numériques qui en sont issus qui me servent de « masters ». La chromie et un éventuel parti pris sont réglés autant que possible dès le scan pour obtenir une image la plus proche possible de celle attendue, ensuite dans Photoshop je vais affiner les contrastes, la densité, etc. Une fois le scan équilibré, si des modifications ont lieu, il peut s’agir de déboucher certaines zones d’ombres, éventuellement corriger certaines lumières, accentuer un virage couleur, etc. : en gros, ni plus ni moins que ce que l’on ferait lors d’un tirage argentique.

13- Quels sont vos rapports avec les modèles ? Et comment se déroule la séance ?

Je n’ai pour l’instant jamais travaillé avec des modèles professionnels. Il s’agit d’amies ou de connaissances. Pour beaucoup il s’agit de la 1ere séance. Dans le cadre de mes travaux personnels, c’est un choix qui m’intéresse car je suis attaché au caractère très naturel et la fragilité des expressions : la peau raconte énormément d'histoires, et la palette d'émotions et de personnalités qui s'expriment par ces nus, de la pudeur, la maladresse, à la femme/enfant sont des choses que je cherche à exploiter dans ce travail.
Les séances sont le plus souvent des échanges « donnant – donnant », je réalise des photographies pour le modèle, et si elle est intéressée pour collaborer sur un travail personnel c’est quelque chose qui est alors envisagé en cours de séance. Dans tous les cas c’est évidement le modèle qui décide de ce qu’elle accepte ou pas.







14- Pourriez vous nous parler de votre série Hashima ? (motivations, réalisations, expression… )

J’ai commencé la photographie en m’intéressant aux textures et aux matières des murs des villes ; rapidement, j’ai été fasciné par les lieux abandonnés : non seulement pour la force graphique, mais aussi parce que je trouve à ces anciens lieux de vie quelque chose de très organique et d’humain. L’île d’Hashima au Japon sur laquelle je me suis rendu avec des amis photographes a cela d’unique qu’elle est vierge de toute dégradation humaine ; il n’y a que les intempéries et l’érosion qui l’ont façonnée telle qu’elle est aujourd’hui. Et puis le contexte est magnifique, cette île au milieu de l’océan. Ce travail synthétise pour moi mes recherches sur les lieux abandonnées : il s’agit d’une ville entière, avec ses lieux de vies, de travail, d’intimité. Comme je le disais plus haut, il s’agit pour moi d’un travail sur l’Humain et la déshumanisation, réfléchir sur les traces que nous laissons derrière nous, comment l’économie peut nous affecter. Cette série a été mon premier travail avec le Mamiya RZ 67 (sur du film diapo Fujichrome Velvia 100F).

15- Pourriez vous nous parler de votre série « Que reste il de nos rêves ? » ? (motivations, réalisations, expression… )

Il s’agit de mon tout premier travail photographique. C’est un questionnement sur la confrontation entre nos rêves d’enfants et la réalité adulte. J’ai voulu y faire figurer plusieurs personnages très différents, mais tous avec une pose similaire suggérant qu’ils se posent les mêmes questions. Le ballon et le parapluie sont autant choisis pour leur force graphique que pour leur symbolisme et l’imaginaire qu’ils produisent chez les gens. La mise en scène est absurde et – je l’espère – poétique, pour exprimer l’état saisi entre « espoir-malgré-tout » et amertume dans lequel ils se trouvent, tout en restant à mi chemin avec un trait d'humour.







16- Pourriez vous nous parler de votre série Latences ? (motivations, réalisations, expression… )

Cette série est en cours de réalisation : il reste encore un gros travail de prises de vues et de choix dans la sélection ! Ce qui m’intéresse ce sont ces moments faits de « riens ». Un peu comme suspendu entre un avant et un après, mais dont on n’est pas plus sûr qu’il s’y soit passé quelque chose ! J’ai choisi des scènes à la fois rurales et urbaines, le plus souvent prises en photo le soir juste avant le couché du soleil. Une sorte de témoignage de nos environnements d’habitations et un essai sur la banalité. D’un point de vue photographique, c’est un peu l’opposé du paradigme de « l’instant décisif » !

17- Pourriez vous nous parler de votre série Histoire de Vies Ordinaires ? (motivations, réalisations, expression… )

Ce travail "Histoires de Vies Ordinaires" regroupe plusieurs petites séries (ou « Histoires »), exprimant chacune une variation différente ; mais pris dans son ensemble, on peut dire qu'il s'agit de poser la question du bonheur et de nos désillusions. Selon les histoires, je m'attarde alors plus sur le temps, ou encore sur le côté routinier de certaines situations… Sur ces situations de vies ordinaires je cherche à traduire le ressenti et les émotions du sujet de façon visuelle, et à les matérialiser physiquement dans la scène elle-même. C’est une mise en scène dans laquelle se côtoient, à la fois le décor lui-même, et la symbolisation visuelle d’un état d’esprit.







18- Y a-t-il dans votre portfolio une photo que vous affectionnez particulièrement ? Si oui, pourquoi ?

Toutes les photos ont une histoire, c’est très dur de choisir une photo qui me plaise plus que d’autres. Non je ne pourrais pas dire. Et ca change en permanence en fonction de mon état d’esprit !

19- Quels sont les photographes que vous admirez ?

En vrac, très connus ou moins connus, les travaux de Gregory Crewdson, Stephen Shore, Erwin Olaf, Nadav Kander, énormément. Eric Beaudelaire. Geert Goiris, Alec Soth ou encore Saudek. L’héritage de la photographie de Düsseldorf, Elger Esser, et plus récemment l’esthétisme de la photographie « du nord », je pense notamment à Riitta Päiväläinen. Des photographes de mode comme Bruno Dayan, David Bellemere, les jeunes photographes Lucie & Simon, beaucoup d’autres !

20- Où puisez-vous votre inspiration ?

Sans doute inconsciemment dans les travaux des photographes que j’aime ou de ceux dont les travaux m’interpellent et me font réfléchir. Mais les idées viennent toutes différemment : cela peut venir d'un détail graphique initial, autour de laquelle très lentement va se construit l’histoire. Je pense notamment aux étoiles façon carton-pâte sur l'une des photos. Pour d'autres il peut s'agir de photos construites à partir d’images qui peuvent venir à l’esprit quand on est sur le point de s'endormir : les photos avec les fils rouges par exemple. Ensuite, c'est un cheminement pour préciser l'image, et au final la photo est souvent très éloignée de la vision initiale !

21- Quel est le “Souffle”, les émotions, le message, que vous souhaitez faire passer à travers vos créations ?

Je pense que je veux surtout susciter chez le spectateur un questionnement sur l’Humain au sens large, quelqu’en soit le résultat. Je ne fais que fournir mes propres pistes d’interprétations, même si la routine ou les rêves sont des thèmes récurrents chez moi.







22- Quel regard portez vous sur la photographie aujourd’hui ?

La plupart des photographes qui m’inspirent ou me touchent sont des photographes contemporains ou « émergents » : j’apprécie énormément la photographie actuelle, son fond, sa forme, et les différentes mutations que la photographie a pu connaître. Je trouve aussi intéressant les approches actuelles basées sur une vision plus plasticienne de la photographie et son mélange à d’autres média : c’est tout cela qui contribue à mon intérêt pour la photo !

22- Une anecdote ?

Je faisais des photos de nu en extérieur avec une modèle à 6h du matin, dans tout un ensemble d’allées de box de parking… On s’est mis devant le seul box où quelqu’un est venu chercher sa voiture …

23- Parcourez vous régulièrement un forum ou une communauté de passionné ?

J’ai commencé la photo par le forum « café salé » et j’y suis encore régulièrement.
Plus occasionnellement ça m’arrive aussi de parcourir d’autres forums. C’est très intéressant, et ça permet de confronter de nombreux avis différents.

24- Quels sont vos projets ? Comment imaginez-vous la suite de votre parcours ?

Là je fais le bilan du Festival Européen de la Photo du Nu dont je reviens. Plein de rencontres très intéressantes. Je suis en contact avec quelques galeries pour la suite, notamment pour la série « Histoires de Vies Ordinaires », j’attends d’en savoir plus prochainement, et j’espère que cela débouchera sur plein de bonnes choses







25- Auriez vous envie d’essayer un autre type de photo ? Si oui, lequel ?

Je pense faire quelques essais en intégrant des références à la photo de mode. C’est un style auquel j’ai mis du temps à m’intéresser mais je trouve qu’il y a de nombreuses idées à exploiter…

Une remarque ?
Merci pour l’intérêt et l’interview ! Et bonne continuation à toute l’équipe !

Merci Sébastien pour le soin et l'implication que tu as mis à faire cette interview. Une belle rencontre que j'espère prolonger longtemps !

Je vous invite à découvrir la totalité de l'univers artistique de Sébastien Tixier ici !

--

David Nicolas, Chroniqueur pour Virusphoto.com
Outils de la discussion Rechercher dans la discussion
Outils de la discussion
  #2  
non lus 25/05/2009, 18h28
Avatar de Raoul21
Membre
Ma pratique de la photo: Pratique régulière
Matériel: Nikon D700 - 24 1.4 - 50 1.8 - 85 1.8 - SB600
 
Messages: 2 128
27920 Photiz
Merci beaucoup pour cette interview!
Un style très marqué et des compositions très originales, j'adhère à 100%!
Réponse avec citation
  #3  
non lus 27/05/2009, 00h48
Nouveau membre
Ma pratique de la photo: Je débute
Matériel: nikon d90 / 18.105
 
Messages: 3
120 Photiz
j'ai kiffé grave ! encore ...
Réponse avec citation
  #4  
non lus 30/05/2009, 12h25
Avatar de A-délia-n
Membre
Ma pratique de la photo: Pratique occasionnelle
Matériel: olympus E-420 & Canon 1000
 
Messages: 95
1490 Photiz
Superbe interview, et style magnifique ! j'adore !!
Réponse avec citation
  #5  
non lus 30/05/2009, 23h45
Membre
Ma pratique de la photo: Passionné de photo
 
Messages: 16
495 Photiz
Il est bon le type !
Réponse avec citation
  #6  
non lus 02/06/2009, 15h45
Avatar de Gee
Gee Gee est déconnecté
Membre
Ma pratique de la photo: Aucune connaissance
Matériel: canon dslr & prime lens mostly
 
Messages: 354
5710 Photiz
toptop. vu sur cfsl.
Réponse avec citation
  #7  
non lus 03/06/2009, 19h02
Avatar de Azety
Membre
Ma pratique de la photo: Passionné de photo
Matériel: mes yeux, mon feeling
 
Messages: 407
3985 Photiz
Heyyyy SebTix ! coupain du café salé !

j'avais déja lu tes nombreux post de réponses aux diverses critiques des photos que tu postes au fur et à mesure , donc ta méthode de travail m'est familière ,

mais là , c'est une interview assez personnelle et j'apprécie la spontanéité et le naturel de l'interview.

Bon après j'aurais des questions techniques ( un peu naïves , pour ne pas dire débiles ) mais je veux pas t'embêter avec ça ^^
Réponse avec citation
  #8  
non lus 04/06/2009, 11h12
Avatar de David Nicolas
Membre
Ma pratique de la photo: Passionné de photo
Matériel: Canon 350D, 24-70mm L, Flash studio
 
Messages: 1 402
13160 Photiz
Azety, envois moi tes questions par mp ou mail, je ferais une annexe technique à l'interview avec Sébastien.
Réponse avec citation
  #9  
non lus 04/06/2009, 11h24
Avatar de Azety
Membre
Ma pratique de la photo: Passionné de photo
Matériel: mes yeux, mon feeling
 
Messages: 407
3985 Photiz
ho ben , les questions techniques un peu bateau , classique , du genre " comment se déroule une séance photo avec tes modèles / dans un lieu urbain " .

Je n'ai pas de question précise en fait , juste la curiosité de voir le photographe en action , et donc d'essayer de le comprendre.

Tu me diras , c'est ce que l'interview a fait. Mais elle est très spirituelle et théorique , et j'aime bien être une souris qui observe la pratique ;-)
Réponse avec citation
  #10  
non lus 08/06/2009, 07h48
Avatar de befamao
Membre
Ma pratique de la photo: Passionné de photo
Matériel: 5DmarkII+24-105mm+100-400mm L IS USM
 
Messages: 136
1075 Photiz
super univers ... merci pour la découverte !
Réponse avec citation
VirusPhoto » Forum » Les articles VirusPhoto » Reportages et Interviews

Commentaire

Discussion précédente / suivante dans cette rubrique :
« Profession : Photographe sous marin - Brian Skerry | Interview David Maire »

Non-lu Non-lu  
Bloguer ceci Outils de l'article Rechercher dans cet article Note: Note de l'article : 1 votes - moyenne : 5,00.

Outils de l'article Rechercher dans cet article
Rechercher dans cet article:

Recherche avancée
Noter la discussion
Noter la discussion:

 


LinkBacks Enabled by vBSEO © 2011, Crawlability, Inc.
Powered by vBulletin® Version 3.8.2 - Copyright ©2000 - 2013, Jelsoft Enterprises Ltd.
2006 - 2017 © ® VirusPhoto. Tous droits réservés.