.
virusphoto virusphoto

Identifiant

Mot de passe

Derniers messages Messages du jour Sujets sans réponse S'inscrire

Rejoignez-nous !

VirusPhoto » Forum » Les articles VirusPhoto » Reportages et Interviews

Aller au premier non-lu

[Profession] : Photographe au National Geographic - Steve Winter

Article rédigé par Frédéric, le 14/07/2008.Voir son profil

Steve Winter est photographe pour le National Geographic Magazine depuis 1991. Beaucoup d'entre nous aimerait être à sa place pour photographier ce qu'il voit. Des volcans en Islande ou des grizzlis en Russie. Mais ce n'est aussi facile qu'il y paraît ...





Dès son enfance, il aspirait à parcourir le monde pour le National Geographic, ses parents ont toujours cru en lui et qu'il pourrait accomplir ses rêves. Pour cela, il devait se concentrer, rester passionné et ne pas baisser les bras.

Lors de ses études à l'Académie des Beaux-Arts de San Francisco, une de ses idoles, Michael "Nick" Nichols, lui a offert un emploi d'assistant. C'est à ce moment que son aventure a réellement commencé et leur amitié lui a donné un impact sur sa carrière.
"J'ai obtenu mon premier article pour le National Geographic en partie parce que j'avais travaillé sur des petits articles pour leur magazine. J'ai montré mon portfolio au vice-directeur de la photographie Susan A. Smith (à qui je dois beaucoup) et le Directeur de la photographie, Tom Kennedy. Ils m'ont ainsi offert mon premier voyage qui était en quelque sorte une épreuve. J'ai beaucoup appris avec des biologistes et la patience qu'il faut pour un tournage "d'histoire naturelle". J'ai ensuite reçu un contrat et ma carrière au National Geographic a commencé."
En 1992, contrat en poche, il a d'abord mis les pieds dans la forêt tropicale. Son travail consistait à documenter la collaboration entre Merck Pharmaceuticals et le National Biodiversity Institute au Costa Rica, dans leur quête pour trouver de nouveaux médicaments composés dans les forêts tropicales.





Descendu avec sa famille il n'oubliera pas leur première marche dans la forêt avec sa femme, en pleine obscurité matinale.
"Nous avons réalisé que nous ne savions rien sur ce monde, où nous pourrions voir des animaux qui nous sont inconnus et dangereux. Nous sommes alors retournés à l'établissement de recherche et discuté avec les scientifiques qui connaissait la forêt comme leur propre jardin, et avons passé les prochains jours avec eux."
Cette première expérience a changé l'orientation de son travail documentaire. Ces travaux antérieurs étaient centrés sur les citoyens et leur culture. Quand il avait 20 ans, il fit le tour du monde pendant huit mois et prenait tout en photos.

A présent, pour le National Geographic, il se rend en Islande pour photographier un volcan en éruption ou un glacier, fait un reportage sur la création du monde ou la plus grande réserve de tigres au Myanmar, d'autres articles sur l'ours grizzly du Kamchatka dans l'Extrême-Orient Russe.





Les budgets dépendent de la façon de l'emplacement et des distances, ce type d'expédition est insaisissable et difficile à chiffrer en avance.
"Il m'est arrivé d'utiliser les éléphants pendant plusieurs mois pour transporter tout le matériel et l'équipement qui peut dépasser les 30 sacs dans certains cas. D'autres fois, nous avons besoin de chevaux, des jeeps ou des porteurs. Les éléphants sont beaucoup moins chers que des jeeps mais dans le Kamchatka, nous avons eu des dizaines de milliers de dollars en frais de transport d'hélicoptères car il n'y a pas de routes dans la majeure partie de la péninsule. Pour couvrir ces frais, nous recevons une subvention par le Conseil du National Geographic Expeditions."
De nos jours, ces photographes "aventuriers" se doivent être plus créatifs car les budgets sont plus strictes comme dans tous les domaines de l'impression. Mais ils leur reste toujours une marge de manoeuvre pour couvrir les imprévus. le besoin reste essentiel pour le National Geographic : il faut ramener des images de qualité, peu importe comment et dans quelles conditions, intempéries ou déplacement imprévus d'animaux !





Steve Winter a pour habitude de passer trois à cinq mois de tournage sur au moins deux voyages, avec un retour à mi-chemin chez l'éditeur pour se concentrer sur leur besoin. Parfois, il reste, à ses frais, quelques jours supplémentaire pour terminer son reportage "bien comme il faut" .

Sur le terrain, Steve travaille sept jours par semaine, en général de l'aube à la tombée de la nuit, parfois avec une pause au milieu de la journée où la lumière est mauvaise. Mais il prépare toujours son expédition journalière. Il travaille ainsi en étroite collaboration avec des biologistes pour apprendre le plus possible sur l'espèce sur laquelle il est en train de travailler, leur habitat et les problèmes de survie auxquels elle est confrontée dans le monde. Sans cette expertise et sa passion, il ne peut réussir ses reportages.

Mais avant de partir sur le terrain, rien n'est simple, même pour un photographe du National Geographic. L'une des premières choses est d'obtenir le feu vert de l'éditeur sur le reportage proposé et d'obtenir l'autorisation et les permis nécessaires pour travailler dans le pays ou les pays où ils avons besoin de se rendre. Cela peut prendre des mois et nécessite parfois une énorme quantité de querelles bureaucratiques pour obtenir l'accès aux terres sauvages.





Il arrive que certains endroits soient fermés et il est impossible d'y travailler sans l'aide d'un "guide" ou une aide diplomatique comme c'est le cas pour se rendre à Yangon (anciennement Rangoon) où un appel téléphonique à l'ONU peut être utile pour y accéder. Le National Geographic a tout de même une certaine influence et des contacts clés au gouvernement sans lesquels il serait impossible de tourner dans certains endroits.

Autre facteur important : la logistique. Le conditionnement, le déplacement en avions et sur le terrain, gérer les coutumes du pays et les sauvegardes des fichiers numériques est une tâche monumentale. Pour obtenir des équipements dans un autre pays requiert l'approbation de fonctionnaires des douanes locales.
"Quand je suis sur le terrain, il est souvent impossible de remplacer l'équipement endommagé, et je dois avoir des sauvegardes de tout. Je suis particulièrement vigilant sur la sauvegarde de mes fichiers numériques que je fais systématiquement sur pas moins de trois disques durs. Un reportage pèse total de 1,5 To de photo ! Mais j'ai également besoin de tentes, de moustiquaires, une machette pour traverser la jungle et une trousse médicale avec un antivenimeux pour les morsures de serpent."

Pour relever les défis sur le terrain, il est indispensable de se maintenir physiquement, d'avoir une vie saine et une bonne santé. La liste des défis sur le terrain est longue et variée, mais les plus fréquentes sont les attaques d'animaux qu'il photographie, comme les tigres, les rhinocéros, les éléphants.
"Je dis toujours que les plus dangereux sont les créatures microscopiques. Bien que j'ai été chargé par de nombreux animaux, avec une telle peur que je pouvais à peine respirer, je n'ai jamais été blessé. Mais j'ai eu le paludisme, la dengue et la fièvre, des parasites, des vers, la dysenterie amibienne, et de diverses maladies inexpliquées.

Mais l'une des choses les plus effrayante qu'il m'est arrivé est de tomber dans les sables mouvants du Myanmar Hukuang Valley, et de couler rapidement jusqu'à la poitrine. une chance que les chasseurs qui m'accompagnaient m'ont sorti de là, mais j'ai du attendre qu'ils arrêtent de rire !"
Produire un reportage est dur physiquement, il faut savoir passer de la jungle à un camp en haute altitude où la nuit, la température peut descendre jusqu'à - 40 au-dessous de zéro.





Si Steve Winter trouve beaucoup plus difficile de se trouver loin de sa famille et tient à conserver une "relation" quotidienne afin d'être au courant de ce qui se passe chez lui, le retour à la maison peut tout aussi être difficile. Le réajustement à la vie après de longs mois dans un coin reculé du monde ne deviendra jamais une routine. Chaque voyage est différent.


Sur le terrain, prêt à travailler, son succès est en partie dû aux appareils photo numériques. Pouvoir passer en revue la journée et prendre connaissance de ce qu'il a encore besoin de photographier enlève de la pression. A l'époque des films, la seule façon que Steve avait de sauvegarder et prendre connaissance de ses clichés était de les envoyer par courrier express et d'attendre le retour du National Geographic. A présent, il lui suffit de les importer dans son logiciel de worflow et de visionner ses images. S'il n'est pas content du résultat, il retourne sur le terrain le lendemain.

Steve Winter utilise un Canon EOS 1D Mark III et une variété de lentilles allant de 16 mm à 1200 mm. Deux ordinateurs portables Mac et Aperture 2. Grâce au numérique, il peut produire jusqu'à 150.000 images pour un seul reportage.


Steve Winter
Photographe Consultant pour le National Geographic Magazine


Retrouver Steve Winter sur :

Steve Winter Photography

nationalgeographicstock.com - The World's Best Stock Photos. Online.


/////

Traduction et adaptation d'après un article du magazine American Photo.
Outils de la discussion Rechercher dans la discussion
Outils de la discussion
  #2  
non lus 15/07/2008, 01h00
Avatar de Pi Production
Membre
Ma pratique de la photo: Passionné de photo
Matériel: Canon 5D Mark II
 
Messages: 4 591
39354 Photiz
Beau portrait, passionnant à lire et à relire.C'est le genre de taff dont je rêve
Réponse avec citation
  #3  
non lus 15/07/2008, 01h09
Avatar de Erod
Membre
Ma pratique de la photo: Je débute
Matériel: K7+grip+Sigma 17-70+Sigma 70-300+Pentax 50+Pentax 24
 
Messages: 459
4625 Photiz
Passionnant en effet

PS: T'as vu Eric faut pas avoir peur des tortues, tu pourrai pas, non ?
Réponse avec citation
  #4  
non lus 15/07/2008, 01h16
Avatar de Pi Production
Membre
Ma pratique de la photo: Passionné de photo
Matériel: Canon 5D Mark II
 
Messages: 4 591
39354 Photiz
Citation:
Posté par Erod Voir le message

PS: T'as vu Eric faut pas avoir peur des tortues, tu pourrai pas, non ?

..Ah non Etienne les tortues ça va mais par contre être à table avec le mec qui a l'air de bien picoler ça par contre ça me fait peur en voyant la tête de Steve on sent le traquenard quand même
Réponse avec citation
  #5  
non lus 15/07/2008, 04h23
Nouveau membre
Ma pratique de la photo: Passionné de photo
Matériel: SLR et argentique
 
Messages: 2
40 Photiz
Tres bon article. Cela nous montre vraiment le dure travail du photographe du National!
On se lavoura... tout le monde desire ce travail!
Réponse avec citation
  #6  
non lus 15/07/2008, 06h00
Avatar de guysoni
Membre
Ma pratique de la photo: Passionné de photo
Matériel: CANON 400D - 7D
 
Messages: 76
910 Photiz
Extrêmement intéressant et travail beaucoup plus difficile qu'on aurait pu penser. C'est encourageant pour nous tous d'apprendre que même un pro de ce calibre doit prendre plusieurs centaines de photos avant de capter ''la photo'' parfaite recherchée. Un gros merci à Photojunkie pour nous avoir présenté cet excellent photographe.
Réponse avec citation
  #7  
non lus 15/07/2008, 11h15
Avatar de enquidu
Membre
Ma pratique de la photo: Passionné de photo
Matériel: 5D, Canon 17-40L, Canon 85mm f1.8
 
Messages: 1 183
7515 Photiz
Tres interressant à lire, je suis bluffé quand même : 150 000 images pour un reportage !!
Réponse avec citation
  #8  
non lus 15/07/2008, 12h20
Avatar de Franck C.
Membre
Ma pratique de la photo: Pratique régulière
Matériel: [boitier Pentax] ; [objos Samyang / Asahi] ; [mes yeux]
 
Messages: 235
1525 Photiz
Article très intéressant, qui nous montre la difficulté et la passion qu'il faut pour être photographe au National (pour être photographe tout court).

Merci.
Réponse avec citation
  #9  
non lus 15/07/2008, 12h43
Avatar de Killim
Membre
Ma pratique de la photo: Pratique régulière
Matériel: Pentax K10D grippé, 18-55 et 50 mm, tamron 28-80 et 70-300
 
Messages: 99
1455 Photiz
Un bon article. Intéressant de voir les coulisses du travail.
Réponse avec citation
  #10  
non lus 15/07/2008, 13h40
Avatar de belcreations
Membre
Ma pratique de la photo: Pratique occasionnelle
Matériel: Un reflex avec bandoulière !!!
 
Messages: 804
6720 Photiz
Entre coder des lignes de programmes dans un bureau ou partir à l'aventure même hasardeuse !!!
Mon choix se porterai quand même sur l'aventure

Chouette reportage !
Réponse avec citation
  #11  
non lus 15/07/2008, 14h47
Avatar de javierrej
Membre
Ma pratique de la photo: Pratique régulière
Matériel: argentique et numérique
 
Messages: 61
1045 Photiz
super chouette article,
cela donne envie d'exotisme et d'aventures, à l'heure ou presque tout le monde part en vacances.
Réponse avec citation
  #12  
non lus 15/07/2008, 16h39
Avatar de zechocobo
Membre
Ma pratique de la photo: Pratique régulière
Matériel: Pentax
 
Messages: 82
705 Photiz
Merci pour l'article, ça vais rêver et en même temps je ne sais pas si j'aurai le courage de cet homme...
Réponse avec citation
  #13  
non lus 15/07/2008, 16h43
Avatar de David Nicolas
Membre
Ma pratique de la photo: Passionné de photo
Matériel: Canon 350D, 24-70mm L, Flash studio
 
Messages: 1 402
13160 Photiz
Un article passionnant, de superbes images.... Merci pour cette découverte !
Réponse avec citation
  #14  
non lus 15/07/2008, 19h39
Avatar de Chien Vert
Membre
Ma pratique de la photo: Pratique régulière
Matériel: Nikon D40X
 
Messages: 1 579
15150 Photiz
Super article. Merci !
Réponse avec citation
  #15  
non lus 15/07/2008, 19h39
Avatar de Ombre Mortelle
Membre
Ma pratique de la photo: Passionné de photo
Matériel: Nikon
 
Messages: 27
1536 Photiz
Bel article oui, Merci. 150000 photos pour un reportage Diantre ! c'est enorme. heureusement que c'est du numérique !!
Réponse avec citation
VirusPhoto » Forum » Les articles VirusPhoto » Reportages et Interviews

Commentaire

Discussion précédente / suivante dans cette rubrique :
« Interview de Fabien Ferrer, photographe Toulousain | [Entrevue] : Florent Poiget, lauréat Festimago 2008 »

Non-lu Non-lu  
Bloguer ceci Outils de l'article Rechercher dans cet article Note: Note de l'article : 4 votes - moyenne : 4,25.

Outils de l'article Rechercher dans cet article
Rechercher dans cet article:

Recherche avancée
Noter la discussion
Noter la discussion:

 


LinkBacks Enabled by vBSEO © 2011, Crawlability, Inc.
Powered by vBulletin® Version 3.8.2 - Copyright ©2000 - 2013, Jelsoft Enterprises Ltd.
2006 - 2017 © ® VirusPhoto. Tous droits réservés.