.
virusphoto virusphoto

Identifiant

Mot de passe

Derniers messages Messages du jour Sujets sans réponse S'inscrire

Rejoignez-nous !

VirusPhoto » Forum » La communauté » Hors-sujet

Aller au premier non-lu
  #1  
non lus 19/01/2008, 11h09
NairamSerball
 
Messages: n/a
Photiz - Faire un don

[DEBAT] Photographier et montrer la misère du monde : voyeurisme ou témoignage ?


Bonjour, j'ouvre cette discussion pour que celles et ceux qui ont envie de débattre du sujet puissent donner leur point de vue sans polluer les critiques de certaines photos avec des discussions de fond, d'éthique, et autres qui n'apportent rien sur le plan de la technique photograhique pure.

Alor les questions dont je vous propose de parler sont les suivantes:
  • Faut-il montrer la misère, le malheur ?
  • Montrer la misère, c'est du voyeurisme ou du témoignage ?
  • Quelle est votre expérience personnelle sur le sujet, comment l'abordez vous ?
(liste non exhaustive, je suis preneur de toute nouvelle proposition).

Important : le sujet étant très sensible, j'encourage chaque participant à garder son calme et répondre respectueusement aux autres tout en respectant tous les points de vue. (Essayons de ne pas obtenir un point de Godwin !)

Dernière modification par NairamSerball 19/01/2008 à 11h13.
Réponse avec citation

Pour participer aux discussions et avoir accès à tous les outils
proposés sur VirusPhoto, inscrivez-vous en quelques secondes : cliquez ici.

Outils de la discussion Chercher dans ce sujet
Rechercher dans la discussion:

Recherche avancée

Noter la discussion
Evaluez cette discussion :
  #3  
non lus 19/01/2008, 12h57
Avatar de Iso
Iso Iso est déconnecté
Membre
Ma pratique de la photo: Je débute
Matériel: 70-300mm f:4-5.6 IS USM- 50mm f:1.8
 
Messages: 761
105 Photiz - Faire un don
C'est un sujet très sensible, et je n'ai pas vraiment eu l'occasion de me positionner dans cette démarche jusqu'a présent ! (en tant que photographe j'entends !)
Je suis sensible au fait que la dignité soit respecté, l'honneur aussi, mais aussi la démarche qui est de témoigner, de rendre compte de l'état de l'homme dans nos sociétés de part le monde !

Prendre en photo la misère n'est pas chose aisée, et peux vite tourner au gros n'importe quoi !
Quelques un seulement le font très bien...selon moi…
Réponse avec citation
  #4  
non lus 19/01/2008, 14h31
Avatar de vinybouper
Membre
Ma pratique de la photo: Passionné de photo
Matériel: SONY Alpha 100
 
Messages: 3 301
27670 Photiz - Faire un don
Bonjour, NairamSerball, je te remercie d’avoir ouvert cette discussion !


A la question « Faut-il montrer la misère, le malheur ? », je te réponds indubitablement « oui » !
Car cela fait, malheureusement, partie de la vie et que nous ne pouvons l’ignorer. « Pourquoi cacher ce que l’on sait – presque – déjà ? »

« Pourquoi montrer ce que l’on sait déjà ? »

Parce que la misère, la pauvreté n’est pas réservée qu’aux autres et qu’un jour où l’autre, elle peut nous atteindre sans crier gare…

Parce que cela peut nous aider à rester humain, à ne pas nous blaser de la misère quotidienne, parce que la misère porte de nombreux visages…

Il est inutile de faire dans le plus en plus gore, ou de surenchérir dans la provocation… le tout est de rester simple, vrai.
Et pourquoi pas de trouver des moyens plus originaux pour parvenir à nos fins ?



« Montrer la misère, c'est du voyeurisme ou du témoignage ? »

Après, tout dépend de l’intention du photographe ! Il se doit, à mon avis, de porter un regard humain sur les personnes miséreuses. Ce regard humain au sens noble du terme – pas celui de l’opportuniste qui profite de la misère du monde * pour s’enrichir – se doit de transparaître à travers la photo. S’il y parvient, il peut changer notre vision du monde, nous la rendre plus vraie, plus proche de la réalité… plus humaine, encore une fois.

Si le photographe arrive à toucher notre sensibilité - notre cœur - c’est qu’il aura accompli sa mission !


* et du malheur des autres comme dans les pipo magazines ! Ce sont ces magazines qui nous rendent voyeurs...



« Quelle est votre expérience personnelle sur le sujet, comment l'abordez vous ? »

J’ai eu l’occasion de travailler avec plusieurs publics : élèves délinquants, jeunes autistes, adulte handicapé, familles en difficulté…
Souvent (pas toujours), je veille à préserver leur identité, leur dignité. Car il ne suffit pas de montrer un visage, mais aussi d’autres façons de dénoncer la misère…

En tant que témoin, j’essaie d’avoir - et de transmettre - une vision optimiste face à la misère et la difficulté que rencontrent les gens de notre société et de notre époque... Je rends compte des actions que propose une association humanitaire aux familles en difficulté ; j’y participe comme accompagnateur mais aussi comme photographe. J’ai même eu l’occasion de présenter un diaporama lors des congrès départemental et national de cette association ; je ne dis pas cela pour me vanter, mais juste pour dire que notre action - si elle est appréciée et soutenue - peut avoir un plus large rayon d’action !


Pour le public handicapé (autistes, etc.), je rends compte non seulement de leur difficultés motrices, de leur handicap mental… mais aussi de leurs formidables possibilités : intelligence, sensibilité, sens artistique… Ils peuvent surmonter leur condition physique ou mentale… et vivre – presque – comme nous… Et malgré leurs différences – encore plus prononcées que les nôtres – ils n’en restent pas moins hommes ; ils sont comme nous, soit-disant « normaux »… des êtres à part entière, avec des sentiments, des difficultés...

En proposant des activités sportives ou culturelles, en les confrontant au monde qui les entoure, en montrant à notre monde qu’il existe des personnes handicapées - des personnes âgées aussi, par la même occasion - qui sont capables de faire les mêmes activités, telles que la patinoire, le ski…, notre regard sur ces gens peut changer. Nous n’avons plus à être gênés, ni à avoir peur… Ils font partie de la vie, de notre monde, pourquoi les cacher et les laisser cloîtrés dans leur solitude ? Le contact avec l’extérieur - la sociabilisation - ne peut leur être que bénéfique. C’est comme cela qu’ils pourront progresser - et nous aussi par la même occasion !


C’est en se sentant plus proches les uns des autres, que l’on peut se sentir mieux et trouver la force de s’en sortir. C’est en connaissant la vie des autres que l’on peut se sentir concerné et s’impliquer. C’est en vivant leur vie, que nous pouvons comprendre !

J’essaie surtout d’aller plus loin, au-delà de la misère… je veux montrer qu’il y a toujours un espoir, que malgré tout le poids de l’injustice qui accable les plus faibles, on peut esquisser un sourire. C’est pour cela que j’affectionne – entre autre - de travailler et de photographier les enfants qui sont l’avenir logique de l’homme.


Le photographe - quel qu’en soit son niveau - peut être utile à la société. Mais plus la technique sera affinée, plus l'action sera effective !!
Réponse avec citation
  #5  
non lus 19/01/2008, 15h04
Avatar de Gil
Gil Gil est déconnecté
Membre
Ma pratique de la photo: Passionné de photo
 
Messages: 343
2715 Photiz - Faire un don
Bonjour,

Une question qui en appelle une autre, indissociable : dans quel contexte ? A destination de qui ?

A mon sens, typiquement le type de sujets qui ne s'improvise pas et qui impose, au contraire de ce qui est dit plus haut, au photographe de beaucoup réfléchir et de ne pas laisser parler son instinct.

Ce n'est que mon avis.

A+

Gil
Réponse avec citation
  #6  
non lus 19/01/2008, 15h23
Avatar de francois40
Membre
Ma pratique de la photo: La photo est mon métier
Matériel: Canon EOS 450D- Canon 500D-Tamron 18-270 Vc
 
Messages: 2 341
34290 Photiz - Faire un don
Ca aide également à faire vendre du papier!!! pour certains malheureusement!!
Réponse avec citation
  #7  
non lus 19/01/2008, 15h41
Avatar de vinybouper
Membre
Ma pratique de la photo: Passionné de photo
Matériel: SONY Alpha 100
 
Messages: 3 301
27670 Photiz - Faire un don
Les photographes qui soumettent leurs photos à la critique ont autant besoin du regard des autres que les personnes qui vivent dans la misère et qui ont aussi besoin de notre regard.

C’est aussi une façon de dire qu’on est là et qu’on existe.

Sans les photos qui témoignent de la misère, ce serait comme si la misère n’existait pas.

Ce serait comme si on vivait dans notre propre monde, un monde propre, un monde bien à part, a wonderful world, un monde idéal, parfait, notre paradis…
mais le paradis n’existe pas sur la terre, lorsque certains vivent l’enfer !

Il faut prendre le monde comme un seul être : avec sa beauté, ses richesses, sa sensibilité, ses qualités, et ses défauts aussi…
Il faut le prendre comme s’il était capable du meilleur, comme du pire…

Il n’y a pas d’être parfait, il n’y a pas de monde parfait.

Le monde a l’image que nous lui donnons, il est à l’image de ce que nous sommes. Des hommes, ni plus, ni moins.
(Bien sûr, il n'y a pas que l'homme dans le monde !)


La photo peut alors apporter la Vérité de ce qui existe, de ce qui est.

C'est une noble tâche qui incombe au photographe.


Bénis soient ceux qui savent toucher le cœur des hommes !

Et qui, par leur bienveillance, rendent le monde plus humain...
Réponse avec citation
  #8  
non lus 19/01/2008, 19h21
Membre
Ma pratique de la photo: Pratique régulière
 
Messages: 16
565 Photiz - Faire un don
Pour allez plus vite on va faire dans le hard. Qui pense que les images de camps de concentration n'auraient jamais du être montré? Qui ici se cache les yeux devant les images du darfour? Et enfin qui trouve les photos de nature morte (une beau lys dans un vase) bouleversante?
Réponse avec citation
  #9  
non lus 20/01/2008, 00h39
Avatar de Iso
Iso Iso est déconnecté
Membre
Ma pratique de la photo: Je débute
Matériel: 70-300mm f:4-5.6 IS USM- 50mm f:1.8
 
Messages: 761
105 Photiz - Faire un don
Citation:
Posté par paul22 Voir le message
Pour allez plus vite on va faire dans le hard. Qui pense que les images de camps de concentration n'auraient jamais du être montré? Qui ici se cache les yeux devant les images du darfour? Et enfin qui trouve les photos de nature morte (une beau lys dans un vase) bouleversante?
Tu veux en venir où exactement ?
Allez plus vite on va faire dans le hard ?

Dernière modification par Iso 20/01/2008 à 00h43.
Réponse avec citation
  #10  
non lus 20/01/2008, 01h28
Avatar de Gaetan
Magister populi
Ma pratique de la photo: Passionné de photo
 
Messages: 3 778
999967154 Photiz - Faire un don
Citation:
Posté par paul22 Voir le message
Pour allez plus vite on va faire dans le hard. Qui pense que les images de camps de concentration n'auraient jamais du être montré? Qui ici se cache les yeux devant les images du darfour? Et enfin qui trouve les photos de nature morte (une beau lys dans un vase) bouleversante?

Ce qui fait que l'on est dans le témoignage ou que l'on tombe dans le voyeurisme c'est la démarche du photographe. La démarche, aussi bien dans l'acte de réalisation de la photo que dans le but recherché.

Entre celui qui va à la rencontre des gens et celui qui utilise un téléobjectif sans se faire voir, il y a selon moi, d'un côté un voyeur, de l'autre un reporter.

Enfin pour répondre à ta dernière phrase, la photo peut servir à plusieurs chose... dénoncer ou célébrer. Un art peut avoir plusieurs fins en soi. Ne serait-ce qu'en littérature, tu as à la fois la poésie engagée, et la poésie lyrique.
Réponse avec citation
  #11  
non lus 20/01/2008, 14h13
Avatar de JanMari
Membre
Ma pratique de la photo: Aucune connaissance
Matériel: Canon/Tamron/Sigma
 
Messages: 145
1925 Photiz - Faire un don
Bonjour,
Le contexte même dans lequel va être prise la photo fera que l'on la montrera ou pas.
Cela va surtout dépendre de ce qu'on va mettre comme émotions dans cette photo et aussi de ce qu'elle va nous renvoyer à nous même et à notre propre histoire.
Ensuite seulement on s'en servira pour témoigner ou dénoncer ou plus simplement comme souvenir.
A titre perso j'ai pris des photos dans un camp de concentration (je sentais que je devais témoigner).
Après les évènements de 1992 en Croatie je n'ai pu prendre aucune photos lorsque je me suis arrêté dans un village qui avait été rasé par les bombes. Il ne restait qu'une maison debout et comme c'était un café, je suis allé y boire quelques verres. Je pensais que le peu d'argent que ces gens gagneraient (tout de suite, maintenant)était plus important que les photos que je pourrais prendre.
En fait, à chaque fois c'est le "cœur" qui parle et qui décide.
Ce n'est peut-être pas le cas pour les reporters mais eux sont formés pour !
Réponse avec citation
  #12  
non lus 21/01/2008, 14h45
--
 
Messages: n/a
Photiz - Faire un don
Citation:
Posté par entraks Voir le message
Ce qui fait que l'on est dans le témoignage ou que l'on tombe dans le voyeurisme c'est la démarche du photographe. La démarche, aussi bien dans l'acte de réalisation de la photo que dans le but recherché.


Salut,
Pas seulement le photographe, le lecteur y est aussi pour beaucoup.
Pour revenir sur la réflexion de paul22, les images de camps de concentration sont pour certains lecteurs un témoignage important, mais pour d'autre une source de voyeurisme et ils y voient un moyen de satisfaire leurs pulsions morbides.
Pour certains, les vidéos de décapitation au couteau de cuisine régulièrement pratiquée en Iraq sont des témoignages, pour d'autres, ce sont des images de propagande, mais pour d'autres encore, ce sont des sources inépuisables de satisfaction morbide.

C'est identique pour ce qui est de la photographie de misère, certains s'en serve et d'autres s'en régale.
C'est bête hein, mais c'est comme ça.

Pour conclure, j'estime que malgré ces tordus voyeurs, photographier la misère est TRES important, c'est même vital.
Expliquer aux gens que des enfants meurent de faim au darfour, c'est une chose, mais très peu savent ce que ça veux dire.
Par contre, collez leur sous les yeux une photo d'un petit africain squelettique avec les intestins gonflés par la faim, et qui pleure sur le cadavre de sa maman morte de faim, c'est autre chose!!
Ça a plus d'impact!!
vaaaala pour mon avis perso sur la chose
Réponse avec citation
  #13  
non lus 21/01/2008, 16h36
Avatar de Caramel
Membre
Ma pratique de la photo: Pratique régulière
 
Messages: 7 410
58120 Photiz - Faire un don
sujet difficile et forcément sujet a polémique...

vous parlez beaucoup de dignité humaine, il faut respecter la dignité humaine dans une image...

Par exemple...

une photo d'un clodo vautré sur un matelas, completement bourré, a moitié debrailler et qui cuve dans son vomit... respecte t'elle la dignité humaine au regard d'une certaine catégorie de gens bien assis dans la vie et bien pensant ?

pourtant à ce type, c'est son quotidien, il est croisable tous les jours dans la rue... la dignité, lui il s'en fou, il veut juste a bouffer (le minimum) et a boire (le maximum)... et qu'on lui foute la paix...

cette photo bafoue t'elle la dignité humaine ?? moi je dis OUI
fallait elle la faire ? moi je dis OUI

maintenant, je conçois que cela puisse choquer...
mais c'est la réalité qui choque pas l'image....
Réponse avec citation
  #14  
non lus 21/01/2008, 22h00
Avatar de vinybouper
Membre
Ma pratique de la photo: Passionné de photo
Matériel: SONY Alpha 100
 
Messages: 3 301
27670 Photiz - Faire un don
Cela dépend aussi de comment notre œil a été éduqué, de son taux de sensibilité et de sa capacité à assimiler la Vérité nue, crue…

Dans un monde de communication, où la guerre et l’influence se jouent à travers les images – et ne parlons pas des jeux vidéos, il n’est pas étonnant que de nombreux photographes jouissent d’un pouvoir immense, voire absolu… en tout cas, là où la liberté de la presse et d’expression n’est pas encore bannie et répréhensible. Mais il est vrai aussi que la vie de photographe n’est pas de tout repos !

Je suis intimement persuadé qu’il y a autant de façons de montrer la pauvreté, la misère, l’horreur de la guerre (etc.) que de photographes !! Et je suis persuadé que la démarche dans l’exploitation et la gestion de la réalité compte pour beaucoup dans la manière où les photos seront reçues !!

Certains surenchérissent dans leur témoignage en montrant des images de plus en plus « choc » pour - soit-disant - que l’œil ne s’habitue jamais à la misère du monde au quotidien. Mais il ne suffit pas de choquer pour marquer les esprits. D’autres choquent, rien que pour choquer. Des rapaces, des vautours qui se nourrissent de la mort lente de l’homme, de sa faiblesse*, de sa charogne !!

* Il y a souvent ce rapport de force entre le photographe et ses sujets ; il n’est pas toujours aisé de se sentir l’égal de ses sujets. Sans le photographe (en tant que témoin), les sujets n’existeraient pas, sans ses sujets, le photographe non plus. C’est du donnant-donnant, la photographie est un échange. Le Photographe - avec un grand P - est celui qui sait rendre honneur à la vie et rendre la dignité à l’homme… en le rendant au niveau de l’homme, non comme un moins que rien, un sous-homme ou un être inférieur.


Nous nous devons de connaître la réalité comme elle est, même si elle est terrible. Nous nous devons de la connaître mais pas au point de nous en rendre accrocs, ni voyeurs… nous devons prendre en considération toute l’ampleur du drame humain, mais aussi nous en détacher suffisamment, et prendre du recul… :

Savoir que ça existe - ce qui n’est pas si mal - même si nous ne pouvons rien y faire !



PS : Au passage, je suis ravi qu'un tel débat n'échauffe pas trop les esprits et que ce post ne part pas en c... en vrille !
Réponse avec citation
  #15  
non lus 22/01/2008, 05h12
--
 
Messages: n/a
Photiz - Faire un don
C'est vrai que pour un débat aussi risqué (il faut bien l'avouer), les esprits sont super calmes
Ca fait du bien de retrouver le bon vieux VP d'antan

Citation:
Certains surenchérissent dans leur témoignage en montrant des images de plus en plus « choc » pour - soit-disant - que l’œil ne s’habitue jamais à la misère du monde au quotidien. Mais il ne suffit pas de choquer pour marquer les esprits.
Je suis à la fois daccord, et à la fois pas daccord.
Daccord parce que la surenchère parfois est non seulement de mauvais gout, mais aussi se fait de plus en plus au détriment de l'aide directe qu'un photographe peut offrir, il préfèrera prendre sa photo.
Mais je ne suis pas daccord parce que je pense que plus c'est choquant, et plus ça marque les esprits!
Si je prend l'exemple de la sécurité routière (éloigné de la misère daccord, mais il y a un rapport au choc ) entre les clips du genre :" un petit clic vaut mieux qu'un grand choc" et les clips du genre de celui ci.......

C'est la plus choquante qui me marque le plus et à laquelle je pense TOUJOURS en prenant le volant avec ma petite famille.

Je pense que pour ce qui est de la misère, c'est pareil. Plus c'est choquant, révoltant, insuportable et plus il y aura d'impact, c'est paradoxal.
Réponse avec citation
VirusPhoto » Forum » La communauté » Hors-sujet

Réponse

Discussion précédente / suivante dans cette rubrique :
« PB Flickr/iMac/Wifi | Un mot, un seul. »

Non-lu Non-lu  
Bloguer ceci Outils de la discussion Rechercher dans la discussion Note: Note de la discussion : 1 vote(s), moyenne 5,00.

Outils de la discussion Rechercher dans la discussion
Rechercher dans la discussion:

Recherche avancée
Noter la discussion
Noter la discussion:

 


LinkBacks Enabled by vBSEO © 2011, Crawlability, Inc.
Powered by vBulletin® Version 3.8.2 - Copyright ©2000 - 2013, Jelsoft Enterprises Ltd.
2006 - 2017 © ® VirusPhoto. Tous droits réservés.