.
virusphoto virusphoto

Identifiant

Mot de passe

Derniers messages Messages du jour Sujets sans réponse S'inscrire

Rejoignez-nous !

VirusPhoto » Forum » Discussions sur la photo » Actualité photo

Noter la discussion : [Article] L'histoire de la peinture selon David Hockney

Aller au premier non-lu
  #1  
non lus 16/05/2013, 18h43
Avatar de Le Ptit Nicolas
Membre
Ma pratique de la photo: Passionné de photo
Matériel: FZ50, D90, D700 et quelques cailloux !
 
Messages: 1 081
13970 Photiz - Faire un don

[Article] L'histoire de la peinture selon David Hockney


Les maîtres anciens faisaient de la photographie !


Le Caravage, Vermeer, Ingres... Autant de peintres qui ont marqué l'évolution de la peinture européenne dans le sens du réalisme. Au terme d'une passionnante enquête*, le peintre anglais David Hockney montre que cette tendance est due à l'usage d'un outillage optique de plus en plus perfectionné.


Les peintres ne parlent pas, ils montrent. David Hockney a mené des travaux révolutionnaires sur l'emploi de miroirs et de lentilles par les grands maîtres d'autrefois. Et ces travaux commencent à bénéficier d'une certaine notoriété. On peut le critiquer, on peut le dénigrer, mais ses idées, qui sont parties de simples soupçons, se sont développées en théorie et sont aujourd'hui largement admises par les universitaires. Son postulat de départ veut que les peintres européens aient fait un usage croissant de divers instruments d'optique, à partir de la Renaissance, afin de réaliser des oeuvres de plus en plus réalistes. De quoi bouleverser à jamais l'image que l'on a de certains des plus grands artistes de l'Histoire. L'idée peut vous répugner, mais Hockney ne cherche ni à haranguer, ni à argumenter. Il montre.
Tout a commencé il y a deux ans. Hockney visitait une grande exposition consacrée à Ingres à la National Gallery de Londres. C'est alors qu'il remarqua la précision et l'étrange exactitude des nombreuses esquisses de portraits réalisées à Rome par l'artiste français. Comment avait-il fait ? Hockney trouvait cela suspect. Quelques infimes indices, dans les coups de crayon, de ces choses que seul un peintre peut déceler, lui rappelaient les dessins, ou plus exactement les décalquages que réalisait Andy Warhol à partir de photographies. Hockney a alors eu une intuition : Ingres n'aurait-il pas utilisé un dispositif optique qui venait d'être inventé au début du XIXe siècle sous le nom de "camera lucida", c'est-à-dire de "chambre claire" [voir ci-contre]. Hockney s'en procura un, se familiarisa avec son usage, et fut bientôt à même de réaliser comme Ingres des portraits au crayon aussi rapides que précis.
C'est là que l'affaire devint amusante. Hockney élargit son enquête en examinant des quantités d'oeuvres peintes entre le XVe et le XIXe siècle. Et plus il les étudiait, plus il dénichait d'indices confortant sa théorie. Dürer, Holbein, Van Eyck, Raphaël, le Caravage, Velázquez, Hals et tant d'autres, auraient utilisé, selon lui, des lentilles et des miroirs. Ce qui ne veut pas dire que ces génies de l'art occidental auraient "triché". En quoi le recours à une lentille tiendrait-il davantage de la tricherie que l'usage d'un fil à plomb ou d'un manuel mathématique pour dessiner une perspective ?
Pour Hockney, tous ces peintres ont pratiqué un art précurseur de la photographie. Quand je l'ai rencontré dans son atelier londonien, ses idées fusaient comme les étincelles d'un tourniquet de feu d'artifice. "La photographie est bien plus ancienne qu'on ne le croit. Simplement, les produits de fixage chimiques ne sont pas apparus avant le XIXe siècle. Le fait de savoir comment travaillaient ces peintres fabuleux nous libère ; cela nous rapproche beaucoup des artistes du passé. Ce ne sont plus des demi-dieux au sommet de leur montagne. En fait, les artistes d'aujourd'hui auraient beaucoup à apprendre de leurs techniques."
Ce n'est pas tout. Hockney s'est également intéressé à un autre procédé, celui de la "camera obscura" [voir schéma page suivante] qui a été utilisé dès le XVIe siècle. Tout le monde accepte désormais l'idée que Vermeer a utilisé ce procédé pour peindre sa célèbre vue de Delft ainsi que ses scènes d'intérieur. On sait aussi que le Caravage ne faisait aucune esquisse préliminaire, qu'il travaillait dans une cave sombre et qu'il utilisait la pointe en bois de son pinceau pour dessiner les contours de ses personnages sur un fond de peinture fraîche, ce qui semble indiquer qu'il utilisait lui aussi le procédé de la chambre obscure. Un soupçon qui devient une certitude lorsqu'on étudie son travail sur la lumière et ses effets de perspective, qui sont très "photographiques". Mais Hockney va encore plus loin, étendant l'usage des lentilles sur quatre siècles et à des dizaines d'autres grands peintres. C'est selon moi le plus grand bouleversement dans notre façon de percevoir les maîtres de la peinture classique.
Pour mieux réfléchir, Hockney a créé une impressionnante galerie de photos et de cartes postales reproduisant des tableaux, qu'il a affichées sur un mur de son atelier de Los Angeles. Les oeuvres qui ont retenu son attention s'étalent du début du XIVe jusqu'au XIXe siècle et sont réparties en Europe du Nord et du Sud. Ce panorama fait apparaître de façon frappante les avancées du réalisme, qui correspondraient aux progrès enregistrés dans la fabrication des lentilles. "Les historiens de l'art disent que soudain, en 1420, tout le monde s'est mis à mieux dessiner, ricane David Hockney. A partir de cette date, on ne voit plus jamais un panier mal dessiné dans l'art occidental. Soudain, ils sont tous parfaitement tressés, avec des proportions parfaites." Or on sait que cette date de 1420, explique-t-il, est celle où les artisans des Pays-Bas mettent au point la fabrication de très bonnes lentilles en verre poli, qui vont très vite être exportées à Florence puis dans le reste de l'Italie. Et ainsi de suite.
Les projections dont disposaient les artistes dans leur chambre noire "étaient bien meilleures que la télévision à haute définition, ajoute Hockney. En termes de clarté et de couleurs, elles sont étonnantes, d'une incroyable beauté." Mais du temps de Van Eyck ou du Caravage, il n'y avait qu'un seul moyen de les conserver : en les dessinant. Une prise de note, en quelque sorte. "C'étaient des projections vivantes ; autrement dit, s'il y a des fleurs, ces fleurs finiront par mourir. Si c'est une personne, elle finira par bouger. Mais il ne fait aucun doute qu'ils voyaient des images en couleur, des projections optiques qui ressemblaient à des tableaux." Une idée qui lui arrache un gloussement satisfait. Les grands maîtres voyaient des images mouvantes en couleur, de la proto-télévision. Cela nous les rend plus proches, non ?
S'étant familiarisé avec l'emploi du prisme d'Ingres, ayant créé son mur d'images, et tout en parcourant les galeries du monde entier pour prendre des notes, Hockney a présenté par télécopie sa théorie à des historiens de l'art et à des amis, en particulier à Martin Kemp, professeur d'histoire de l'art à l'Université d'Oxford, et à Charles Falco, spécialiste de l'optique. Partout, les preuves ne cessaient de s'accumuler. Un simple artiste, un homme travaillant à la main, au crayon et au pinceau, semblait avoir découvert ce que tous les cerveaux associés de la communauté de l'histoire de l'art n'avaient su voir.
Ce qui ne ressort pas dans le livre publié par Hockney sur la question, mais devient évident dès qu'il vous en parle, c'est la façon dont cette grande idée se rattache aisément aux autres travaux plus conventionnels de Hockney sur le dessin, la peinture et la photographie. A première vue, la théorie peut sembler complexe. Mais on peut en donner une version simplifiée. Imaginons l'histoire de l'art subdivisée en trois périodes, toutes définies par la photographie.
La première correspondant à l'emploi des lentilles par les peintres de la Renaissance, pratique qui se prolonge jusqu'au milieu du XIXe siècle. Ce sont ces "trucs de métier" qu'Hockney s'est mis en tête de retrouver et de dévoiler aux profanes. Si les preuves écrites de ces pratiques sont rares, ajoute-t-il, c'est parce que les lentilles étaient considérées comme des objets dangereux, proches de la sorcellerie. Il semble même qu'elles aient été placées, au tout début, sous la surveillance de l'Eglise.
La deuxième période s'ouvre avec l'avènement de la photographie proprement dite. Le fait de pouvoir fixer l'image de la réalité sur un support constitue une menace pour les peintres professionnels qui cherchaient jusqu'alors à produire des images restituant la réalité telle que l'oeil la voit. Sur ce plan, le cliché va très vite détrôner le tableau. Les artistes réagissent alors en abandonnant la recherche du réalisme et de la précision en essayant de revenir à l'ère d'avant les lentilles (comme les préraphaélites en Angleterre) ou en mettant l'accent sur un style délibérément brut et antiphotographique (Cézanne, Van Gogh, Picasso, etc.).
Arrive enfin la troisième phase, celle que nous connaissons aujourd'hui et qui a été ouverte par l'irruption de l'ordinateur. David Hockney raconte que le grand photographe français Cartier-Bresson lui avait annoncé, en 1975, qu'il allait abandonner la photographie. Aujourd'hui, Hockney affirme avoir compris la signification de cette date. "Cartier-Bresson a démarré en 1925, à l'époque où sont arrivés les appareils 35 mm et les pellicules rapides, deux innovations qui permettaient de se balader avec un appareil photo partout. Plus besoin de trépied : une sorte d'âge d'or. Puis l'ordinateur a surgi, vers 1975, qui a bouleversé la photographie en ouvrant la possibilité de traiter l'image. Pour Cartier-Bresson, la photographie perdait sa pureté."
Les logiciels comme Photoshop de chez Adobe permettent en effet de manipuler les images. La photographie chimique cède la place au numérique, que l'on peut manipuler à l'infini. Or qu'implique la manipulation, demande Hockney ? Une intervention manuelle sur le support photographique, une fabrication à la main. On retourne au dessin en quelque sorte. "Les photos sont de plus en plus souvent retravaillées à la main. Si bien que la photographie a perdu sa véracité, qui était au départ sa qualité primordiale."
C'est ainsi que la théorie de Hockney se boucle : "Pendant quatre cents, voire cinq cents ans, la main était un élément de l'appareil photographique. Les peintres en faisaient partie intégrante en utilisant la lentille. Puis, pendant cent soixante ans, il y a eu la photographie chimique, qui est en train de disparaître. Avec la photo numérique, la main fait son retour. Voilà pourquoi...", dit-il en ouvrant une revue de mode pour mieux illustrer son propos "... les photographes se mettent aujourd'hui à faire du dessin et de la peinture."

source (Courrier International) :
L'HISTOIRE DE LA PEINTURE SELON DAVID HOCKNEY


Réponse avec citation

Pour participer aux discussions et avoir accès à tous les outils
proposés sur VirusPhoto, inscrivez-vous en quelques secondes : cliquez ici.

Outils de la discussion Chercher dans ce sujet
Rechercher dans la discussion:

Recherche avancée

Noter la discussion
Evaluez cette discussion :
  #2  
non lus 16/05/2013, 19h06
Avatar de lain
Membre
Ma pratique de la photo: Passionné de photo
Matériel: 35 + 50
 
Messages: 485
3255 Photiz - Faire un don
C'est génial ! Merci pour ce super article. J'aime beaucoup l'idée des 3 phases. Un post comme il en faudrait plus
Réponse avec citation
  #3  
non lus 23/06/2013, 17h38
Woltex
 
Messages: n/a
Photiz - Faire un don
Vraiment intéressent !
Réponse avec citation
  #4  
non lus 23/06/2013, 18h30
Avatar de mala04
Membre
Ma pratique de la photo: Pratique régulière
 
Messages: 307
7560 Photiz - Faire un don
Réponse avec citation
  #5  
non lus 23/06/2013, 22h18
Avatar de Le Ptit Nicolas
Membre
Ma pratique de la photo: Passionné de photo
Matériel: FZ50, D90, D700 et quelques cailloux !
 
Messages: 1 081
13970 Photiz - Faire un don
avec plaisir
Réponse avec citation
VirusPhoto » Forum » Discussions sur la photo » Actualité photo

Réponse

Non-lu Non-lu  
Bloguer ceci Outils de la discussion Rechercher dans la discussion Noter la discussion

Outils de la discussion Rechercher dans la discussion
Rechercher dans la discussion:

Recherche avancée
Noter la discussion
Noter la discussion:

 


LinkBacks Enabled by vBSEO © 2011, Crawlability, Inc.
Powered by vBulletin® Version 3.8.2 - Copyright ©2000 - 2013, Jelsoft Enterprises Ltd.
2006 - 2017 © ® VirusPhoto. Tous droits réservés.