.
virusphoto virusphoto

Identifiant

Mot de passe

Derniers messages Messages du jour Sujets sans réponse S'inscrire

Rejoignez-nous !

VirusPhoto » Forum » Discussions sur la photo » Le café VirusPhoto

Aller au premier non-lu
  #16  
non lus 11/04/2013, 22h41
Avatar de boba
Membre
Ma pratique de la photo: Passionné de photo
Matériel: 5DII, 16-35, 24-105, 70-200 2.8 IS II, 85 1.2, 35 1.4
 
Messages: 5 690
29830 Photiz - Faire un don
Citation:
Posté par lain Voir le message
Faut pas tout prendre au 1er degré des fois

Du coup la question est complètement superflue ?
Réponse avec citation

Pour participer aux discussions et avoir accès à tous les outils
proposés sur VirusPhoto, inscrivez-vous en quelques secondes : cliquez ici.

Outils de la discussion Chercher dans ce sujet
Rechercher dans la discussion:

Recherche avancée

Noter la discussion
Evaluez cette discussion :
  #17  
non lus 14/04/2013, 01h10
Avatar de Irep
Membre
Ma pratique de la photo: Passionné de photo
 
Messages: 350
3665 Photiz - Faire un don
Pas facile hein Lain de partager un coup de cœur…
@Ernst: je trouve tes commentaires très négatifs et blasés. C'est pas très sympa face à quelqu'un d'enthousiaste. En plus, tu ne proposes aucune meilleure lecture.

Je ne connaissais pas ce texte, comme bcp d'autres, car je n'ai pas encore le virus ou le temps de lire sur la philo, la socio, l'esthéto de la photo. Ça viendra. J'ai commencé La chambre claire, il y a longtemps.
C'est donc avec bcp d'intérêt que je découvre ce texte d'HCB. Merci Lain.

Préalables:
• Il y a des coquilles, ce qui laisse penser que ce pdf n'est pas un document entièrement fiable ou fidèle à l'original.
• Certains concepts avancés par HCB sont soit naïfs: affirmations esthétiques données comme règles universelles ; influence d'une esthétique organique et discours un peu nébuleux à ce sujet; soit désuets en effet. Je pense à cette comparaison répétée à une sorte d'univers des formes.

A part ça, je me reconnais dans :
Citation:
J’avais surtout le désir de saisir dans une seule image l’essentiel d’une scène qui surgissait.
Citation:
une certaine parenté se dessine entre tous les portraits d’un même photographe,
Citation:
Le reportage est une opération progressive de la tête, de l’oeil et du coeur pour exprimer un problème, fixer un événement ou des impressions. Un événement est tellement riche qu’on tourne autour pendant qu’il se développe. On en cherche la solution. On la trouve parfois en quelques secondes, parfois elle demande des heures, ou des jours; il n’y a pas de solution standard; pas de recette, il faut être prêt, comme au tennis. La réalité nous offre une telle abondance que l’on doit couper sur le vif, simplifier, mais coupe-t- on toujours ce qu’il faut ? Il est nécessaire d’arriver, tout en travaillant, à la conscience de ce que l’on fait.
Quelquefois, on a le sentiment que l’on a pris la photo la plus forte, et, pourtant, on continue à photographier, ne pouvant prévoir avec certitude comment l’événement continuera de se développer. On évitera cependant de mitrailler, en photographiant vite et machinalement, […].

Pour ce qui suit, je pense que tout le monde sera heureux d'avoir l'aval d'un grand comme lui:
Citation:
Dans l’agrandissement, il faut respecter les valeurs de la prise de vue ou, pour les rétablir, modifier l’épreuve selon l’esprit qui a prévalu au moment de la prise de vue. Il faut rétablir le balancement que l’oeil fait perpétuellement entre une ombre et une lumière, et c’est pour cela que les derniers instants de création photographique se passent dans le laboratoire.

Là, par contre, je pense qu'il s'emmêle les pinceaux :
Citation:
La couleur, en photographie, est basée sur un prisme élémentaire et, pour l’instant, il ne peut en être autrement, car on n’a pas trouvé les procédés chimiques qui permettraient la décomposition et recomposition si complexe de la couleur (en pastel par exemple, la gamme des verts comporte 375 nuances !).

Et reconnaissons qu'il nous avertit a posteriori :
Citation:
Je viens de m’étendre quelque peu sur un aspect de la photographie, mais il y en a bien d’autres, depuis les photos du catalogue de publicité jusqu’aux touchantes images qui jaunissent au fond des portefeuilles. Je n’ai jamais cherché ici à définir la photographie en général.
Réponse avec citation
  #18  
non lus 14/04/2013, 13h06
Avatar de Sir Steven
Membre
Ma pratique de la photo: Pratique régulière
Matériel: K5 / LX3
 
Messages: 68
1055 Photiz - Faire un don
Citation:
Posté par Ernst Voir le message

Je donne mon point de vue, ça devrait suffire : les temps ont changé, le monde est aujourd'hui en couleur, l'enregistrement en continu est en train de remplacer la photographie au coup par coup, et d'ici quelque temps l'instant décisif se choisira devant l'ordinateur parmi toutes les séquences que l'on aura tournées, si ce n'est déjà le cas.
.

on y est déjà ou presque !

Dernière modification par Sir Steven 14/04/2013 à 13h08.
Réponse avec citation
  #19  
non lus 14/04/2013, 14h03
Avatar de lain
Membre
Ma pratique de la photo: Passionné de photo
Matériel: 35 + 50
 
Messages: 485
3255 Photiz - Faire un don
En lançant ce sujet je pensais qu'on allait parler de règles de composition, de suite de Fibonacci et de photo-reportage, bref de culture de l'image. Un seul a parlé de composition, merci Tolliv. Un seul à pris le temps de citer, merci Irep

Je pense qu'il est utile de regarder en arrière et que l'histoire des arts est utile à la pratique de la photo. Je suis sur que Desiree Dolron n'aurait pas fait Xteriors sans avoir étudié la peinture flamande du 15ème, de même que sa série Exaltation n'aurait pas existé sans le travail de HCB à Bali. Gregory Crewdson n'aurait pas créé Beneath the Roses sans avoir étudié le travail d'Edward Hopper et bouquiner des livres de psychanalyse. Maciej Dakowicz n'aurait pas fait sa série Cardiff after dark sans avoir vue le travail de Martin Parr.

Je pense qu'il faut avoir une culture suffisante pour créer de la culture ; de la photo en ce qui nous concerne. En ce sens étudier le travail de Bresson et d'autres, aussi bien leurs textes que leurs photos, leurs sculptures ou leurs tableaux, me paraît pertinent pour faire évoluer notre pratique. Bresson via sa formation chez les surréalistes et l’ampleur de son œuvre est une mine d'informations. Il serait, à mon sens, dommage de passer à côté.

Bref, pour résumer? je pense que toute la technique du monde sans culture n'est rien d'autre qu'une mauvaise manie.

Dernière modification par lain 14/04/2013 à 14h48.
Réponse avec citation
  #20  
non lus 14/04/2013, 17h51
Avatar de Irep
Membre
Ma pratique de la photo: Passionné de photo
 
Messages: 350
3665 Photiz - Faire un don
Citation:
Alors que je montre qu'on a aujourd'hui des milliers de photos d'actualité toutes plus intéressantes les unes que les autres ? Alors que je constate que jamais les événements n'ont bénéficié d'une telle couverture, aussi bien en prise d'image qu'en diffusion ? Ah bon...
Je parlais de la manière avec laquelle tu as balayer d'un revers de la main le texte de HCB, pas d'un enthousiasme sur notre ère où l'image est omniprésente.

Citation:
Cela c'est autre chose, et ce n'est pas mon problème.

Si, ça l'est, tu es sur un forum.

Citation:
Je ne partage pas ces valeurs chères à certains comme l'humilité, la soif d'apprendre, l'ouverture d'esprit ou l'obligation implicite d'être toujours ravi, ou au pire de suggérer sur la pointe des pieds en s'excusant presque de le faire.
Une objection basée sur l'opposition des extrêmes n'est pas seulement contre-productive, elle est puérile.

Citation:
(vu mes tournures, je pensais pourtant que c'était évident)
Tout à fait d'accord. Ton style pourrait être celui d'un dandy suffisant ayant comme auteurs de chevets Nietzsche et Cioran. J'avais cru bon de ne pas le mentionner, parce que je ne vois pas l'intérêt de préjuger des personnalités derrière les écrits. Mais comme tu insistes.

Citation:
Ici j'ai une opinion tranchée qui doit en ravir quelques uns et en braquer quelques autres : noir et blanc actuel = aucun intérêt. Sur les dizaines de reportages qu'on peut voir ou lire chaque semaine, le noir et blanc est anecdotique, rien d'autre. Seulement voilà, si on jette un coup d'oeil au site de sa fondation, on s'aperçoit que tout ce beau monde s'accroche au passé avec une obstination qui fait presque peur...
On peut voir les choses comme ça. Cependant, c'est faux. Le noir et blanc n'est pas que le symbole d'une époque où la couleur était inexistante médiocre. C'est un peu comme comparer le dessin et la peinture en affirmant que le premier est désuet, sous-représentatif, etc. Le noir et blanc est, pour ceux qui en font un bon usage, une manière d'aller à l'essentiel, le less is more. Je pensais que tu savais au moins ça

Citation:
Citation:
En plus, tu ne proposes aucune meilleure lecture.
Je donne mon point de vue, ça devrait suffire
Ça t'arrive de penser que d'autres que toi ont du génie ?

Citation:
les temps ont changé, le monde est aujourd'hui en couleur, l'enregistrement en continu est en train de remplacer la photographie au coup par coup, et d'ici quelque temps l'instant décisif se choisira devant l'ordinateur parmi toutes les séquences que l'on aura tournées, si ce n'est déjà le cas.
Soit, et encore, il y a aussi la photo/vidéo à 360°
Alors une certaine photographie sera dans les mains de techniciens et une autre photographie sera dans les mains de gens (techniciens partiellement aussi, bien sûr) pour lesquels déclencher est un jeu de l'esprit qui les met en joie.

Citation:
Résumé : en gros, faire une photo, aujourd'hui, c'est acheter un appareil en état de marche, et appuyer sur un bouton. Il y en a qui se la pètent avec ça, pas de problème, mais qu'on ne me demande pas d'y croire.
Hélas, il reste encore à tourner autour du sujet que l'on cadre. Quel archaïsme !

Je pose la question : est-ce qu'un traitement de texte crée du sens ?
Réponse avec citation
  #21  
non lus 14/04/2013, 22h34
Avatar de Irep
Membre
Ma pratique de la photo: Passionné de photo
 
Messages: 350
3665 Photiz - Faire un don
Citation:
Posté par Ernst Voir le message
Aucune idée, mais de là à idôlatrer l'écriture manuscrite à la plume d'oie sur velin...
Oui, bon OK, tu lis pas ce que j'écris donc tu ne comprends pas.
Tu pourras t'entendre avec roro51 http://www.virusphoto.com/263165-con...linterdit.html

Quant à moi, j'arrête là.
Réponse avec citation
  #22  
non lus 14/04/2013, 22h56
Avatar de Sylvain.F
Membre
Ma pratique de la photo: Passionné de photo
Matériel: On s'en fiche
 
Messages: 489
3335 Photiz - Faire un don
Quelques petit points sur le matériel: j'ai lu dans ce fil, et on le lit souvent sur d'autres, une certaine critique des possibilités matérielles de l'époque argentique, notamment avant l'arrivée de l'auto-focus (les derniers argentiques étant en fait très proches des numériques).
Sincèrement, pour dire ça, il faut ne pas avoir essayé, je veux dire ne pas avoir essayé et persisté. Je laisse de côté les premiers émois de la photographie, de la chambre aux premiers télémétriques. Ces appareils utilisent des procédés assez différents et sont tout de même très anciens.

Il est souvent dit que les argentiques, disons des années 70 à 90, qu'ils soient reflex ou télémétriques, sont plus comparables à des compact en manuel en terme de réactivité ou facilité.
=> Laissez-moi vous dire que ces appareils, dans leurs meilleures gammes, sont de loin meilleurs qu'un compact ou même que la plupart des reflex entrée de gamme question réactivité. Tout est relatif bien entendu. Je photographie surtout en numérique mais il m'arrive souvent de faire de l'argentique N et B: j'utilise un Canon A-1 (par exemple longtemps utilisé par Bresson, et bien d'autres) et quelques autres en monture FD. La réactivité d'un tel appareil (et cela vaut pour beaucoup d'autres) est bien meilleure qu'un petit APS-C ou qu'un compact. Je m'explique:

- L'argentique était limité en terme de réglage potentiel (je parle de la base: vitesse, ISO, ouverture). Cependant, à partir des années 70 on savait déjà faire des appareils avec des cellules d'exposition très justes, des vitesses jusqu’à 1/1000, et une sensibilité gérée jusqu’à 1600, 3200, voir 6400 iso. Ca laisse déjà pas mal de possibilités. Les modes automatiques sont rapidement apparus, on utilisait également des modes priorité vitesse ou ouverture, donc semi auto. On pouvait donc faire du sport, de l'action, ou encore des poses longues. Par contre, photographier une balle de revolver explosant une pomme, là, c'est impossible .

- Les modes semi auto ou auto étaient particulièrement rapides et réactifs, plus à mon sens que les derniers appareils (qui prennent en compte bien plus de facteurs, et sont plus complexes car numériques). Si l'on appuie sur le déclenchement, c'est instantané, là ou il existe un mini délai (voir un gros délai) en numérique, en particulier sur les appareils les plus cheap. En numérique, si la mise au point n'est pas terminée, ou que le processeur s'affole pour une raison ou une autre, cela ne déclenche pas. En argentique peu importe.

- L'auto-focus, parlons en. C'est une avancée prodigieuse. Pourtant, sur les petits appareils numériques ou les reflex d'entrée de gamme, l'autofocus est lent, parfois très imprécis, et bloque le déclenchement (en mode AF). L'AF à donc son lot de lourdeur. Beaucoup pensent qu'en argentique la MAP manuelle est laborieuse. C'est tellement faux ! Dans un bon viseur, l'utilisation d'un stygmomètre et de microprismes est d'une efficacité redoutable, et d'une précision excellente ! Par contre, cela demande de la pratique, mais pour qui en a pris l'habitude, c'est extrêmement rapide, plus que nombreux numériques. Pour ma part, seuls les excellents AF comme ceux du 7D ou du 5DIII (ou équivalents chez la concurrence) me font oublier mon stygmomètre. Mais il faut voir le prix de ces appareils. Là ou la MAP manuelle devient plus délicate (notamment plus lente car plus exigeante), ce sont pour les ouvertures type f/1.4. Perso je trouve ca difficile jusqu'a f/1.8. A partir de f/2, avec de l'expérience, ca reste correct. Dans tous les cas cela prend plus de temps, surtout en portrait serré. Beaucoup de numériques sont aussi trop mauvais et/ou imprécis pour donner de bons résultats en plan rapproché à f/1.4. Ceci dit: premièrement en 35mm il n'y a pas besoin de descendre à f/2 pour un joli bokeh, on a déjà de beaux effets même à 2.8 ou 4, alors qu'avec les appareils à petit capteur... on est loin du résultat. Deuxièmement on peut facilement utiliser l'argentique à plus faible ouverture, genre f/4, f/5.6 et, dans ce cas, la MAP est encore plus facile car ne nécessite pas autant de précision (et je répète que stygmomètre + microprismes, c'est redoutable !).

- Je pense donc ni plus ni moins que lorsqu'un gars comme Bresson parle d'instant, de réactivité, il n'y a pas tant de différence que ça entre le contexte technologique de l'époque, et celui actuel. En tout cas, pas pour une utilisation "courante".


Loin de moi le désir de faire passer le vieil argentique comme meilleur que le numérique, ou de renouer avec la nostalgie du passée. Ce n'est pas du tout le cas. Les derniers appareils offrent une gamme de possibilités absolument exceptionnelles. Mais il faut faire attention aux jugements hâtifs ou à la toute puissance des nouvelles technologie, point parfois bien plus marketing que pratique. Les gains actuels en réactivité ne font que gommer les défauts apportés par les premiers numériques, forcement très perfectibles, il faut du temps pour affiner une technologie. Un vieil appareil n'est pas du tout un handicap en terme de réactivité, en tout cas pour qui sait l'utiliser. C'est peut-être là la grande différence: je pense qu'un numérique se prend plus vite en main, et reste donc plus accessible, là ou beaucoup d'argentiques demandent une certaine expérience et une connaissance approfondie de la photo. Il faut quand même souligner de nombreux inconvénients de l'argentique dont je ne parle pas: la faible autonomie en terme d'image (pellicules 36 poses), le temps de recharger une pellicule, leur prix, la difficulté pour trouver certaines piles, l'impossibilité de changer les iso "à la volée" etc...

Dernière modification par Sylvain.F 14/04/2013 à 23h13.
Réponse avec citation
  #23  
non lus 14/04/2013, 23h04
Avatar de Sylvain.F
Membre
Ma pratique de la photo: Passionné de photo
Matériel: On s'en fiche
 
Messages: 489
3335 Photiz - Faire un don
Je pense que quand des photographes célèbres parlent de la façon de photographier, ils font référence à "leur" façon. Même quand Bresson parle d'un idéal photographique, il parle de "son" idéal. Il ne renie pas qu'il existe d’autres idéaux (il le dit lui-même), donc attention a ne pas déformer ses propos. J'ai rarement vu un grand photographe présenter son approche comme étant l'unique valable à ses yeux. Tous, ou presque, vantent la diversité, et d'ailleurs chacun sait aussi apprécier le travail des autres, aussi différent soit-il (technique, sujet, philosophie...).

On peut très bien parler d'un idéal comme un absolu à atteindre parmi d'autres absolus. Ce qui serait dommageable, c'est de s'attaquer à la diversité de ces idéaux. Mais qui le fait ?

Il est tout aussi déplorable de traiter le noir et blanc comme l'ombre un passé démodé et révolu, autant qu'il est déplorable de le traiter comme une quintessence photographique. Aucun extrême ne rattrape l'autre. C'est une voie, parmi d'autres, qui entraîne une réflexion et une approche différente de la couleur. Le snobisme n'a, selon moi, de toute manière pas sa place dans l'art, ni dans l'information.
Réponse avec citation
  #24  
non lus 15/04/2013, 00h12
Avatar de Irep
Membre
Ma pratique de la photo: Passionné de photo
 
Messages: 350
3665 Photiz - Faire un don
Citation:
Posté par lain Voir le message
Je pense qu'il faut avoir une culture suffisante pour créer de la culture ; de la photo en ce qui nous concerne.
Pour créer intentionnellement de la culture et jouer à "dépasser" la génération précédente, peut-être. Mais pour manier un medium et en produire quelque chose que d'autres appelleront Art, non.

D'accord pour le reste.
Réponse avec citation
  #25  
non lus 15/04/2013, 19h50
Avatar de Sylvain.F
Membre
Ma pratique de la photo: Passionné de photo
Matériel: On s'en fiche
 
Messages: 489
3335 Photiz - Faire un don
Je doute que tu ais lu mes propos.

-Tu compares de l'argentique sans expérience de l'argentique, à du numérique avec expérience du numérique et sachant que le numérique se prend bien plus rapidement en main. De nos jours les gens prennent un vieil argentique, le manipulent 5 minutes, puis concluent que c'est trop limité. C'est pas comme ça que ça marche, la maîtrise de l'argentique, si l'on veut la pousser loin, demande de la pratique, de l'expérience, une très bonne connaissance de la photo, et une maîtrise depuis la prise de vue jusqu’à la chambre noire. Alors qu'un bridge ou un APS-C, à moins d'être un débutant total tu vois tout de suite ce qu'il a dans le ventre. Un certain nombre de photographes (je ne généralise pas) ayant choisis de rester en argentique (par choix, on va pas s'étendre là dessus) restent aussi sur de vieux modèles, sans systématiquement chercher les derniers boîtiers argentiques (qui sont très semblables aux numériques). Pourtant en leur parlant 2 minutes, on voit que ce ne sont en rien des nostalgiques du passé, seulement ils n'ont rien à y gagner: leur expérience gomme largement les quelques limites de ce vieux matériel qui sont, je le répète, largement moindre que ce que le commun des gens s'imagine. Evidemment cela vaut pour leur style et leur approche (souvent du photo-reportage), ceux qui se sont lancés dans des pratiques plus extrêmes ne peuvent pas en dire de même (HDR, photo high-speed, time lapse etc...).

-Le post-traitement n'est pas une nouveauté numérique, on post-traitait énormément en argentique et les possibilités sont immensément plus grande que ce que le commun des photographes s'imagine: solarisation, retouche partielle des contrastes, retouche de zone, gommage etc... évidemment le numérique a pu amener ce concept plus loin mais aussi de manière plus destructrice: les photos très retouchées ca fait beau en 800x600, mais en impression A3 c'est à vomir. Et c'est à partir de ce moment qu'une mode de la photo ultra-retouchée est apparue (enfin ca existait déjà, mais dans une moindre mesure), mais l'argentique n'est pas l'âge de pierre de la retouche.

- L'avènement du numérique n'est pas seulement chez les amateurs. Mais les photo-journalistes, et par exemple les photographes de guerre, sont très longtemps restés en argentique (les premiers numériques étaient loin de remplir les critère pour leur activité: robustesse, réactivité, fiabilité etc...). Ils sont ensuite passés au numérique un peu plus tardivement, d'une part parce que ce dernier commençait à corriger ses défaut et offrir de bons produits, tout en permettant de se passer des pellicules: encombrantes, longues à développer etc... d'autre part parce que nous sommes dans une période de changement rapide de la communication et de l'information. A ce titre le numérique répondais aux besoins de réactivité et rapidité des journaux (donc des employeurs), qui voulaient l'info immédiatement. Le numérique, avec internet, le permet. D'ailleurs, Nikon s'est mis assez tard au numérique, en 2004, année de la mort de Bresson, il sortait encore le F6 (un argentique pro). On a déjà, en argentique, des boîtiers avec plus de 40 collimateurs, des systèmes AF extrêmement réactifs pilotés par les yeux, tout ce qu'il faut comme automatismes et modes AF, et des optiques hors norme. Le numérique vient à peine de proposer significativement mieux en terme de performance boitier, et ça fait des années qu'on ne cherche plus à innover sur les boîtiers argentique. Bien entendu les optiques "numériques" (conçues pour le numérique, mais une optique reste une optique) n'apportent rien: les systèmes de stabilisation sont indépendants du type de photo, et la course au piqué est liée à la "gourmandise" des derniers capteurs ou à leur taille. Ce qu'apporte réellement le numérique c'est surtout son potentiel de post-traitement: capteurs hyper-définis (on vient de dépasser les capacités des films 35mm, mais on est pas encore au niveau du moyen format, sauf peut-être avec les derniers Nikon), potentiel énorme en terme de retouche, notamment micro-retouche, rapidité de ces retouches (pour qui sait y faire), développement immédiat et visibilité directe sur écran. Maintenant le numérique et l'argentique ont pris des chemins différents, et l'un n'évolue quasiment plus. Je suis certain que les écarts vont se creuser en terme de boitier de de prise de vue, mais à l'heure actuelle les différences sont minimes à mon sens, sauf si on succombe aux sirènes du marketing qui nous prouvent que que chiffre rajouté à la référence d'un boitier en font une bombe de la mort qui tue qui enterre tous ses prédécesseurs sortis 6 mois plus tôt...

- Pour renchérir dans le marketing: le numérique a surtout été le moyen d'atteindre une plus large gamme de consommateur. Les couleurs qui claquent etc... on savait à peu près faire (mais différemment) et une bonne lentille avec une pellicule moderne pouvait donner un piqué absolument incroyable, mais surtout c'était rarement un choix du photographe. La photo (au sens prise de vue + développement + maîtrise des techniques, je parle pas de la photo de vacance) étant à l'époque plus réservée à une "petite élite" et quelques pro, le but était surtout d'avoir sur le papier un rendu identique à ce qu'on voyais dans le viseur. Depuis, la philosophie à bien changée et n'est plus du tout comparable (même en reportage).

- Autre point important: l'argentique est dédié au développement papier, le numérique s'adapte aussi aux supports numériques. L'argentique rend mal sur écran, on sent qu'il n'est pas fait pour ça et est donc mal adapté à la photo destiné aux supports de communication numérique. Et si tu regarde des photos numériques en impression papier, c'est également un autre monde que de les regarder à l'écran.

- Si je regarde mes photos, mais aussi d'autres que l'on trouve sur internet, classables dans la catégorie "photo-reportage" 98% d'entre elles auraient pu être prise avec un argentique des années 80 ou 90 sans contrainte pour peu qu'on ai une bonne pratique (et j’inclus des appareils sans AF type mon Canon A-1). Une minorité d'entre elles auraient été difficiles en argentique (dans le sens plus délicates). J'ai également, à titre personnel, une minorité de photos numériques ratées qui auraient pu être géniales, car dans certaines conditions particulières mon boitier (pourtant un 7D à l'époque) montrait ses limites. Finalement, avec l'expérience on apprend à relativiser énormément (et compenser) l'importance du matériel.

- Il y a aussi avec le numérique la possibilité de faire de la quantité, mais ça c'est typiquement une approche qui dépend de la manière dont on a appris à faire de la photo. Cela peut être un avantage, ou non. Ayant commencé en numérique, j'ai fais de la quantité, j'ai appris à shooter comme un âne et réfléchir après. Avec plus d'expérience j'ai finis par me poser, maintenant je peux faire les 2: de la quantité, ou prendre très peu de photos mais de qualité, c'est selon les besoins et le matériel que j'utilise.

Enfin bon je me répète, j'ai déjà expliqué tout ça, la différence c'est surtout la facilité d'accès et de prise en main (et aussi le fait que cela fait plus de 10 ans qu'on ne cherche plus à innover en argentique, du coup le numérique prend forcément durablement le dessus).

On peut aussi marier les 2 technologies sans chercher à se soustraire aux contraintes. Par exemple mon réparateur photo, que je visite de temps à autre, est un vieux de la vieille. Il fait de la photo sous-marine, et pire, de la macro sous-marine, parfois à plusieurs mètres de profondeur. Je peux te dire que c'est très délicat, les conditions sont pourries (ça bouge, la lumière est à chier). Techniquement c'est aussi compliqué, et se balader avec du matériel en caisson, ou même le régler, c'est la misère. Pour enfoncer le clou il est en argentique, et pour enfoncer encore plus le clou, il est en moyen format (un Rollei à 2 lentilles il me semble), ce qui exclu à peu près tout ce que l'argentique à pu connaitre en terme de technologie boitier des 30 dernières années. Il fait de la diapo couleur. L’inconvénient de l'argentique était, entre autre, l'impression très grand format (coût des papiers, complexité etc...), il a passé ses diapos moyen format (je sais plus lequel, probablement du 6"x6") au scan numérique (spécial photo, dernier cri) pour obtenir une image d'une résolution énorme (un truc genre plus de 200 Mpixels). Il a imprimé une anémone de mer en proxi en 2m x 2m. Ecoute, c'est à couper le souffle. Il n'y a pas de bruit (merci le moyen format et l'impression), l'accutence est exceptionnelle, et les couleurs sont splendides. Il a aussi quelques impressions d'aurores boréales faites au 35mm tout aussi belles. Je pense qu'il rigolerais bien de ce poste et viendrait nous expliquer que, ce qu'on imagine être les contraintes de son vieux matériel n'en sont pas, vu que de toute façon la photo est construite et réfléchie différemment. Même le poids et l'encombrement sont très relatifs, vu qu'il est dans l'eau .

Si tu veux vraiment comparer les 2 dans les différents contextes, tu ne peux pas le faire en raisonnant comme un gars qui fait du numérique. Ca ne marche pas, l'approche est trop différente, la réflexion aussi. Un jour un gars ma dit que l'argentique c'était casse-pied parce qu'on était bloqué question sensibilité: une pellicule 400 iso utilisée comme telle, ne peut que rester à 400 iso. Et c'est vrai, changer les iso à la volée en numérique, c'est un sacré confort, mais c'est un faux problème. C'est l'exemple même de la différence de raisonnement entre les deux, en argentique on va anticiper ça puis construire sa photo autrement, en tenant compte de ce critère. En numérique on se posera surtout la question de ne pas oublier sa carte mémoire, recharger la batterie, et on a le choix de ne pas réfléchir du tout, ou bien construire sa photo mais en fonction de critères différents... et s'il y a bien une chose que je trouve terrible chez les photographes qui ont appris avec le numérique (dont moi), c'est cette idée, totalement fausse, de ne pas pouvoir se passer de chaque technologie ou de chaque détail avec lesquels ils ont appris à faire de la photo. Personnellement j'ai du mal à m'en défaire.

Je ne veux pas faire mon snob, car je n'aime aps ça, mais je pense que pour comprendre toute la portée de ce qu'a dit Bresson, il faut être allé un peu plus loin que le remplissage d'une 20ène de cartes mémoires de 550d , et avoir une expérience minimum en photo. Je ne vise personne en particulier, je constate simplement que ce genre de discussion revient souvent dans la vie courante, qu'on retrouve les mêmes sources d'incompréhension, et enfin qu'elles viennent toutes d'individus qu'on n'ont pas encore découvert toutes les facettes de ce que peut être la photographie (ce qui ne veut pas dire toutes les approuver, tous les avis comptent, mais plutôt les entrevoir). Dans ce compte là, il est difficile de raisonner autrement que de la manière dont on l'a appris.

Dernière modification par Sylvain.F 15/04/2013 à 20h01.
Réponse avec citation
  #26  
non lus 15/04/2013, 20h30
Avatar de lain
Membre
Ma pratique de la photo: Passionné de photo
Matériel: 35 + 50
 
Messages: 485
3255 Photiz - Faire un don
C'est précis et bien écrit. Ouvert d'esprit. Ni moralisateur, ni dogmatique.
Merci Sylvain
Réponse avec citation
  #27  
non lus 15/04/2013, 21h58
Avatar de Irep
Membre
Ma pratique de la photo: Passionné de photo
 
Messages: 350
3665 Photiz - Faire un don
Et moi qui pensais avoir consacré bien trop de temps à ce troll bien poilu de Ernst… Je constate avec tristesse (empathie) que Sylvain.F a consacré encore plus d'effort que moi.
J'espère Sylvain.F que tu as un bon logiciel de reconnaissance vocale.
Réponse avec citation
  #28  
non lus 16/04/2013, 11h01
Membre
Ma pratique de la photo: Pratique régulière
Matériel: Pentax K5ii, Pentax 17/70 f/4 et 35 f/2,4
 
Messages: 308
1930 Photiz - Faire un don
Citation:
Posté par Sylvain.F Voir le message
Je doute que tu ais lu mes propos.

Alors qu'un bridge ou un APS-C, à moins d'être un débutant total tu vois tout de suite ce qu'il a dans le ventre.

.

C'est pas tout à fait vrai. Beaucoup d'amateurs peinent à exploiter leur matos.

Et sans viser personne, on peut souvent voir, y compris sur le forum, des personnes équipées d'appareils type EOS 5DmkII qui postent des clichés vraiment médiocres.
Réponse avec citation
  #29  
non lus 19/04/2013, 13h28
Avatar de technopathe
Membre
Ma pratique de la photo: Pratique régulière
Matériel: Nikon D80 + 18-70mm + 50 mm 1.8 D
 
Messages: 326
2040 Photiz - Faire un don
Message perso à l'attention d'Ernst

Je ne sais pas si t'es un troll, t'es peut-être sincére mais le ton blasé que tu emploies automatiquement, ta critique systématique de tout (péle-mèle le N & B, les pseudo-maitres à la H.C.B etc...) me fatigue. Je te trouve faussement provocateur et trés poseur.

On est quelques uns ici qui reconnaissent la portée ou se reconnaissent dans plusieurs passages de l'instant décisif. Je ne vais pas les citer ici, ça ne sert à rien.

En tout cas de temps en temps j'essaie de faire de l'instant décisif, des fois j'y arrive le plus souvent je déclenche un poil trop tôt ou un chouïa trop tard, so what ?

Une question STP je me permets de te citer "je crois qu'entre les moyens de son époque et ceux de la nôtre, c'est justement le jour et la nuit" OK c'est une interprétation que je comprends ainsi : les Leica des années 20-30 sont de la ***** à côté des appareils d'aujourd'hui n'est ce pas ? Et puis la couleur surpasse largement, sans discussion possible, le N & B n'est ce pas alors si c'est vrai tout ça

comment ça se fait que n'importe quelle tof qui sort de ton A.P ne dégage pas un dixiéme d'émotion que celle que l'on peut ressentir en regardant le moindre cliché de Capa ou d'H.C.B ?
Réponse avec citation
  #30  
non lus 19/04/2013, 14h18
Avatar de boba
Membre
Ma pratique de la photo: Passionné de photo
Matériel: 5DII, 16-35, 24-105, 70-200 2.8 IS II, 85 1.2, 35 1.4
 
Messages: 5 690
29830 Photiz - Faire un don
Ce serait quand même bien que ça ne tourne pas au lynchage pour ce qui est au départ un débat d'idées.
Nous ne sommes pas tous obligés d'être d'accord.
J'espère qu'il n'y a pas de courant de pensée unique dans le monde de la photographie.
Réponse avec citation
VirusPhoto » Forum » Discussions sur la photo » Le café VirusPhoto

Réponse

Discussion précédente / suivante dans cette rubrique :
« que pensez vous de cette formation | quelle est la meilleur ecole de photo ? »

Non-lu Non-lu  
Bloguer ceci Outils de la discussion Rechercher dans la discussion Note: Note de la discussion : 2 vote(s), moyenne 2,00.

Outils de la discussion Rechercher dans la discussion
Rechercher dans la discussion:

Recherche avancée
Noter la discussion
Noter la discussion:

 


LinkBacks Enabled by vBSEO © 2011, Crawlability, Inc.
Powered by vBulletin® Version 3.8.2 - Copyright ©2000 - 2013, Jelsoft Enterprises Ltd.
2006 - 2017 © ® VirusPhoto. Tous droits réservés.