VirusPhoto, apprendre la photo ensemble

VirusPhoto, apprendre la photo ensemble (http://www.virusphoto.com/forum-photo.php)
-   Tutoriels sur la technique photo (http://www.virusphoto.com/tutoriels-sur-la-technique-photo/)
-   -   Le diaphragme (http://www.virusphoto.com/20-le-diaphragme.html)

23/10/2006 19h59

Le diaphragme
 
Le diaphragme est "un disque opaque percé d'une ouverture réglable, pour faire entrer plus ou moins de lumière" d'après le dictionnaire. En photo il s'agit d'un mécanisme dont l'intérêt principal est la gestion de la profondeur de champ. Le mot "diaphragme" est aussi utilisé pour désigner le résultat de l'action du mécanisme (la taille du trou). On parle aussi d'ouverture de l'objectif.
Diaphragmer est l'action d'agir sur le diaphragme pour diminuer l'ouverture. Ouvrir est l'action inverse.

Structure

Sur les appareils les plus simples ou les plus anciens, le diaphragme est une simple lamelle métallique (elle fut en bois sur les premiers appareils) percée d'un trou. Avoir une lamelle percée de plusieurs trous et mobile permet déjà un réglage. Le diaphragme, sur ces appareils, est souvent couplé avec l'obturateur dans un même mécanisme.


Le plus souvent, il s'agit d'un assemblage de lamelles mobiles (6, 8, 10 suivant la taille de l'objectif et son luxe), disposé entre les groupes de lentilles avant et arrière.
Un mécanisme fait tourner les lamelles et permet donc de règler l'ouverture. La graduation du diaphragme est particulière. Plus le chiffre indiqué (sur l'objectif, dans le viseur) est petit plus l'ouverture est grande.

Les appareils reflex

Avec un appareil réflex, la visée passe par l'objectif et donc par le diaphragme. Si on diaphragme fortement pour augmenter la profondeur de champ, l'image devient sombre et la visée difficile.
Dès les tout premiers réflexs (par exemple l'Alsaflex) on avait donc prévu une "présélection", pour laisser l'objectif ouvert en grand jusqu'au déclenchement.
Mais, du coup, il n'est plus possible de juger "à l'œil" de la profondeur de champ. Les appareils experts sont donc munis d'une commande (levier, bouton...) permettant de fermer manuellement le diaphragme à sa valeur de prise de vue si nécessaire. La visée s'assombrit alors, ce qui est normal et la netteté perçue dans le viseur donne une idée de celle qui se retrouvera sur la photo.

Qualités et défauts d'un diaphragme

La forme de l'ouverture a peu d'influence sur la qualité du diaphragme, tout au plus modifie-t-elle la forme de certains artéfacts dus aux réflexions.
Mais il faut se rappeler que le diaphragme est situé au milieu de l'objectif et que s'il constitue une barrière pour les rayons lumineux qui viennent de l'extérieur, il constitue aussi un réflecteur pour les rayons lumineux qui viennent de la cible.
Cette cible, pellicule ou capteur, est toujours très brillante. Elle renvoie donc une grande quantité de lumière qui revient sur le diaphragme, est réfléchie par les lamelles et retourne vers la cible.

Il est donc de toute première importance que les lamelles soient parfaitement noires et mates. Il est très facile sur les anciens objectifs d'agir sur le levier de présélection du diaphragme et de voir que les objectifs bon marché (Zénith ou Praktica, par exemple) ont des lamelles très réfléchissantes, ce qui n'est pas le cas des objectifs de bonne qualité et beaucoup plus coûteux.
On peut utiliser le testeur de profondeur de champ pour visualiser ce phénomène sur les appareils modernes (en espérant que les deux côtés des lamelles ont le même traitement).

A quoi sert-il ?

Le diaphragme est avant tout un dispositif de réglage de la profondeur de champ, un élément essentiel de la mise au point.
Il a également la particularité d'arrêter une partie de la lumière quand on le ferme. Il ne devrait jamais être nécessaire de l'utiliser pour régler le flux lumineux qui pénètre dans l'appareil (note externe à l'auteur : dans le cas de "pauses longues", destinées à capter un mouvement (l'objectif reste ouvert plus longtemps, et la pellicule ou capteur est donc impressionnée plus longtemps) il est tout à fait judicieux de diaphragmer, afin que l'image ne soit pas surexposée). Chaque fois que c'est possible il est préférable de jouer sur la sensibilité du film (c'est facile avec les capteurs des appareils modernes, dont la sensibilité est réglable au coup par coup), sur la vitesse d'obturation ou d'intercaler un filtre gris neutre sur le trajet des rayons lumineux. C'est d'ailleurs ce qui est prévu sur certains grand angulaires.
Ces deux photos montrent clairement l'influence du diaphragme sur l'étendue de la zone de netteté. La première a été prise avec une ouverture relative de 3,3, la seconde avec une ouverture de 9,9 ; naturellement, la vitesse d'obturation a été ajustée en conséquence, mais tous les autres paramètres sont restés identiques.

Diaphragme ouvert :


Diaphragme fermé :


Quand fermer le diaphragme


Pour la macrophoto, la nature morte, etc., une grande profondeur de champ est généralement nécessaire pour bien mettre en valeur le sujet. Des zones floues sur la photo d'un insecte, par exemple, perturbent considérablement la vision.

Trop ouvert : raté ! Certaines parties de cette punaise (une antenne, l'extrémité de l'abdomen) sont floues :


Bonne ouverture : réussi ! Pour cette mouche minuscule (6 mm), l'ensemble du sujet est net :


Quand ouvrir le diaphragme


Dans le cas du portrait, au contraire, une faible profondeur de champ améliore la sensation de relief et met en valeur le sujet principal net bien détaché sur un fond flou.

Trop fermé : raté ! L'arrière-plan est trop net, trop présent et il nuit à la lisibilité de la photo :


Plus ouvert : c'est mieux ! Le sujet se détache du fond, dont les détails ne sont plus guère identifiables :


L'hyperfocale

L'usage du principe de l'hyperfocale est fréquent en photoreportage d'action.
Quel est son principe:
L'hyperfocale est la plus courte distance où l'on assure la netteté d'un sujet donné, lorsqu'on effectue la mise au point sur l'infini. Exemple: en format 24X36 mm., au soleil, équipé d'une optique de 50mm de focale, un film de 125 iso, une vitesse de 1/125 de seconde et un diaphragme de f/16 (cas le plus fréquent) , l'hyperfocale se situe à 5 mètres. En d'autres termes, et dans ces conditions, tout sera net entre 5 mètres et l'infini.
L'hyperfocale présente une propriété que tous les reporters utilisent à leur profit chaque fois qu'ils fotographient une scène d'action et que la mise au point sélective est rendue impossible par la rapidité de déroulement de l'évènement.
Ainsi, au lieu de régler la mise au point sur l'infini, on la règle sur la distance hyperfocale et l'on gagne ainsi la moitié de cette distance. Dans notre précédent exemple, si l'on effectue la mise au point sur 5 mètres au lieu de l'infini, tout sera net entre 2.5mètres et l'infini. Tant que l'action ne se déroule pas à moins de 2.5 mètres de notre objectif, la mise au point ne nécéssite aucune correction.
Avec une optique de 35mm de focale (courante en reportage) , dont la profondeur de champs est plus importante que celle d'une optique de 50mm, et une mise au point effectuée sur 1.75 mètres ( les autres conditions étant identiques), la zone de netteté s'étend de 0.87 mètres jusqu'à l'infini.
Remarque sur l'usage de l'hyperfocale: avec un appareil automatique avec priorité à la vitesse ( on choisit la vitesse et l'appareil règle le diaphragme automatiquement), il est impossible de régler l'hyperfocale en fonctionnement automatique, puisqu'on ne peut pas fixer le diaphragme.

cyrille 05/06/2007 02h23

je suis un peu en retard mais je dois dire que c'est particulièrement calir et interessant

mille merci donc :jap:

shay28 21/07/2007 00h19

merci super

tchoute 07/08/2007 23h33

Plus clair en tout cas que dans certains bouquins...bravo pour cet article, ça aide !:good:

Lysi 24/09/2007 12h49

Je ne cacherai pas que je m'emmêle encore un peu les pinceaux entre ouverture et fermeture et à quels moments les appliquer :confused:...mais en tout cas il est vraiment super! merci!

MrWinny 12/11/2007 14h08

Merci pour ces explications mais j'ai encore quelques flous sur l'hyperfocal qui me parait fort intéressant :hi:

fuceyu 12/11/2007 14h15

Merci pour cet article que j'avais raté.

Juste une question : y a-t-il une formule pour calculer l'hyperfocale ?

double.mike 13/11/2007 11h09

Merci c'est tres clair
:thumbup:

petitefonc 13/11/2007 11h39

merci, toujours très instructif !

Michel Devost 20/11/2007 23h00

Jeff. Bravo pour la vulgarisation et la concision.

scheche 03/02/2008 12h10

Merci bcp, entre ce tuto et ceux sur le diaphragme et la profondeur de champ, j'ai compris plein de truc qui son super important en fait mais dont je ne soupconnait pas l'existence!!

francky 27/04/2008 15h31

Très bon tuto : clair, simple et efficace... merci beaucoup

LOMAXE 01/05/2008 15h39

bien vue

excalibur 05/05/2008 01h40

Merçi Jeff,pour l'explication :)

Micka02840 12/05/2008 00h06

Merci pour ce tuto, j'ai appris plein de chose et je vais pouvoir faire plein de nouvelle photo :cool:


Fuseau horaire GMT +2. Il est actuellement 01h07.

Editeur : VirusPhoto SRL. Plateforme : Jelsoft Enterprises Ltd.

GARS 2.1.4 édité par The vB Geek
Copyright 2005-2006
Version française par Cédric Claerhout


LinkBacks Enabled by vBSEO © 2011, Crawlability, Inc.