VirusPhoto, apprendre la photo ensemble

VirusPhoto, apprendre la photo ensemble (http://www.virusphoto.com/forum-photo.php)
-   Hors-sujet (http://www.virusphoto.com/hors-sujet/)
-   -   coup de gueule contre les faux-tographes ! (http://www.virusphoto.com/184049-coup-de-gueule-contre-les-faux-tographes.html)

dolphin 01/02/2011 13h55

coup de gueule contre les faux-tographes !
 
Je trouve inadmissible que des blaireaux se disant photographe réalisent des photos de modèles et sans leur consentement recoupent les images (en coupant la tête) pour les vendre sur des sites payants !! Déjà ça démontre qu'ils on une déontologie frôlant la congélation et un manque total de respect envers les modèles et la photographie.

toine64 01/02/2011 14h32

:D

dolphin 01/02/2011 14h36

.. d'autant curieux quand se sont des photographe pros au CV "impressionnant" .... bizarre, bizarre ... :p

toine64 01/02/2011 16h23

des exemples?

dolphin 01/02/2011 16h27

Si on pouvais.... mais on a po le droit (nos lois précisent que c'est de la diffamation même si on a les preuves).

Caramel 01/02/2011 16h34

par mp... on dira pas que c'est toi...

parce que sinon ton intervention ne veut pas dire grand chose...:p

camarguephotos 01/02/2011 17h30

dolphin,
Si ce que dénonce est véridique et que tu as des preuves incontestables de tes dires, il ne s'agit en aucune manière de propos diffamatoires.
En effet, la loi du 29 juillet 1881 est sansambiguité :
L’article 29 de la loi du 29 juillet 1881 définit la diffamation comme suit :
« toute allégation ou imputation d’un fait qui porte atteinte à l’honneur ou à la considération de la personne…auquel le fait est imputé est une diffamation… »

Pour caractériser la diffamation les allégations doivent porter atteinte :

* à l’honneur et
* à la considération de la personne visée.
* Une simple critique ou appréciation de valeur ne sera pas retenue comme diffamatoire.


La victime d’allégations diffamatoires doit être mise en cause pour un fait précis. Si la liberté d’expression est garantie, il n’en demeure pas moins que des limites ont été posées par le législateur.

L’auteur des allégations incriminées pourra :

* dans certains cas, se défendre en prouvant, dans un délai très court, la réalité des faits diffamatoires

celulsouch 01/02/2011 17h31

comment peux tu savoir si ces photographes ont ou n'ont pas l accord de leurs modèles ??
ca doit pas etre evidant a vendre un tof de modele sans tete, ils la vende a part en option :D

dolphin 02/02/2011 09h47

Citation:

comment peux tu savoir si ces photographes ont ou n'ont pas l accord de leurs modèles ??
Parce que c'est le modèle qui s'est plaint (et pas que elle puisque c'est un autre modèle qui l'a informée du fait) de se retrouver sur un site payant (et non sur le site du photographe lui-même) avec des photos coupées. Le photographe à jouée sur le fait, pour lui répondre et se justifier, que d'avoir coupé la tête lui permet alors de vendre ses photos sans autorisation. C'est pas faux, selon la loi, mais un manque de respect je trouve d'autant que le modèle n'a rien signé ni autorisé cette vente et diffusion et a posé "par respect" pour ce photographe au départ pour un thème et certainement pas pour cette pratique (qu'elle aurait refusée).

Ensuite, le "flagrant délit" là n'existe plus car le photographe a supprimé les photos de ce modèle incriminé suite à la plainte.

On pourra certainement trouver en effet dans les lois quelque chose qui justifiera de dénoncer publiquement le nom de ce photographe.... mais quid des représailles qu'il pourrait avoir contre le modèle.... On sait bien comme dit la citation "les cons ça ose tout...."

D'où cette "alerte" générale d'être prudent(e), même quand on semble avoir à faire à des gens sérieux.

camarguephotos 02/02/2011 10h35

Il convient de savoir si cette publication de la photo sans tête, du modèle, permet de l'identifier?
Si réponse affirmative, cette publication tombe sous le coup de la loi (article 9du code civil). Si la réponse est négative, il sera très difficile, sinon impossible de faire condamner le photographe qui conserve un doit exclusif sur son œuvre, même celui de couper (sur la photo, lol!) la tête du modèle.
Donc à priori de la diffuser sur un site payant!

dolphin 02/02/2011 13h06

Citation:

permet de l'identifier
Le problème de l'identification reste floue.... Si par exemple le photographe expose la photo complète sur son site et recadrées sur un site payant, est-ce que le fait de comparer les deux est considéré comme "identification" ? Chaque être humain est unique, et est-ce qu'un simple grain de beauté ou tache de rousseur peut être pris comme une identification ? Le modèle se reconnait à tous les coups, mais le "client" certainement pas...

Bref. C'est surtout en fait la démarche que je trouve irrespectueuse, plus de déontologie que de règles pures et dures.

camarguephotos 02/02/2011 14h42

En ce qui concerne la première partie de tes "remarques", je ne saurai te répondre de façon certaine. En effet, le modèle se reconnaitra , je pense, sans hésitation, mais qu'en est-il d'une personne des ses connaissances? Je pense que la jurisprudence prend plus en compte le fait d'être reconnue par "lambda" que par soi même.

En ce qui concerne la démarche, je pense que chacun est libre d'agir comme bon lui semble (dans les limites du droit), sachant que moral et droit ne vont pas toujours ensemble!!!

dolphin 02/02/2011 15h22

Tout à fait, sachant que ...

Article 6 - Déclaration des droits de l'Homme et du citoyen

La liberté est le pouvoir qui appartient à l'homme de faire tout ce qui ne nuit pas aux droits d'autrui :
elle a pour principe la nature ; pour règle la justice ; pour sauvegarde la loi ;
sa limite morale est dans cette maxime :
Ne fais pas à un autre ce que tu ne veux pas qu'il te soit fait.

LittleShao 02/02/2011 15h43

Après est ce qu'ils vendent ces photos? C'est ça la réelle question les Faux tographes se font prendre à leur propre jeux... les gens sont pas toujours betes... meme s'il y en a ... mais bon en général les gens ne sont pas dupes...
Donc moi jles laisse faire jm'en fou lol

camarguephotos 02/02/2011 17h58

Dolphin,
Splendide, mais le jour où tu trouveras un tribunal qui condamnera un quidam sur ce la base de cet article, alors même que le fait attaqué n'est pas répréhensible par l'un de nos codes...
Quand bien même, ce tribunal aura de grande chance de voir sa décision annulée par une cour d'appel et en dernier ressort par un arrêt de cassation!
Nombres d'actes pas forcément moraux ne seront jamais sanctionnés par un tribunal car non répréhensible au regard d'une loi par exemple, souffler une place de stationnement à un conducteur qui qui s'apprête à y mettre son véhicule, passer devant tout le monde qui fait la queue, ne pas céder sa place assise à une personne agée, handicapé, une femme enceinte, etc, etc...


Fuseau horaire GMT +2. Il est actuellement 00h04.

Editeur : VirusPhoto SRL. Plateforme : Jelsoft Enterprises Ltd.


LinkBacks Enabled by vBSEO © 2011, Crawlability, Inc.