.
virusphoto virusphoto

Identifiant

Mot de passe

Derniers messages Messages du jour Sujets sans réponse S'inscrire

Rejoignez-nous !

VirusPhoto » Forum » La communauté » Hors-sujet

Noter la discussion : Ciné coup de coeur: Le guerrier silencieux de Nicolas Winding Refn.

Aller au premier non-lu
  #1  
non lus 15/03/2010, 18h44
Avatar de zem
zem zem est déconnecté
Membre
Ma pratique de la photo: Pratique occasionnelle
Matériel: canon eos 1000d
 
Messages: 33
745 Photiz - Faire un don

Ciné coup de coeur: Le guerrier silencieux de Nicolas Winding Refn.


A peine un an après son virtuose « Bronson », le réalisateur danois au nom imprononçable : Nicolas Winding Refn, nous offre un bien étrange objet cinématographique. Accompagné de son acteur fétiche, Mads Mikkelsen, (la série Pusher en autre...), NWR a décidé de réinventer le film de viking façon Conan le barbare pour en faire une sorte de quête existentielle dans un univers où l’abstrait et le mental joue un rôle prépondérant.

La trame du film de NWR s’inspire d’une découverte archéologique faite en 1960 dans l’Est du Canada où l’on aurait retrouvé le long du fleuve Delaware les traces d’un campement et une étrange stèle de pierre confirmant peut-être que des Vikings auraient pu s'aventurer jusqu'en Amérique du Nord bien avant les premiers conquistadors !
Guerrier-esclave borgne et muet, One Eye (Mads Mikkelsen) appartient à un chef de clan cruel qu’il enrichit en participant à des combats à mort sanglants. Surveillé et gardé comme un trésor car il gagne toujours ses combats, mais traité comme une bête sauvage car il est considéré comme invincible donc très très dangereux ! Un jour pourtant, profitant d’un moment d’inattention de ses geôliers, il réussit à s’évader. Suivi comme une ombre par un jeune garçon, il rejoindra une bande de mercenaires, aveugles justiciers de Dieu, décidés à rejoindre la Terre Promise (Jérusalem), mais leur voyage à bord d’un drakkar perdu dans une brume impénétrable ne se fera pas dans la bonne direction. Arrivée sur une terre inconnue, seule et livrée à elle-même, la bande de mercenaires va se retrouver face à la faim, la folie et la mort.
Dans ce « no man's land » où le danger peut surgir à tout moment au cœur d’une nature sauvage et hostile, le film se métamorphose en une expérience véritablement hallucinogène et pratiquement dépourvu de dialogues en incrustant des passages d’une violence quasi-insupportable, nichés au coeur de longues scènes contemplatives à la beauté irréelle, nous donnant à explorer l’âme humaine dans ses tiraillements les plus violents et ses retranchements les plus vains. La violence dans le cinéma de NWR est le sujet principal par lequel il cherche une explication au fonctionnement de l’Humain. Pourquoi sommes-nous violent ? Pour quelle raison le devient-on ? L’Homme peut-il vivre et survivre sans violence ? Tous les films de Refn sont pétris de ces questions.
Divisé en plusieurs chapitres, façon chemin de croix christique, ce film nous invite sans en avoir l’air à entrer dans la danse. Mais c’est une danse qui demande que l’on s’y abandonne totalement, au risque de se marcher soi-même sur les pieds ! Il faut se laisser glisser en douceur sur le parquet, entre lambeaux de chair sanguinolents et visions mystiques prémonitoires au risque de passé à coté d’un pur moment de cinéma à la limite de l’expérimental. Entre fanatisme religieux et croyance païenne, ce film risque d’en dérouter plus d’un car le rythme est très lent, la narration à la limite du mutisme, mais la réalisation, la mise en scène, la bande-son au tonalité rock et la photographie rouge, acier et bleu prend le spectateur aux tripes et nous hypnotise. Et que dire de l’incroyable performance d’acteur de Mads Mikkelsen, qui arrive à remplir l’écran sans dire un mot pendant 1h30 !
Ce genre d’expérience cinématographique étant plutôt rare, il ne faut pas hésité à la vivre, ne serait-ce que par simple curiosité ! Du début du film jusqu’à la fin, on flotte dans une sorte de léthargie suspendue entre le Paradis des uns et l’Enfer des autres. C’est un poème sublime qu’il faut aller chercher soi-même en se libérant de ses entraves, de ses habitudes, de ses croyances et de ses doutes.

Un vrai geste de cinéma donc !

Réponse avec citation

Pour participer aux discussions et avoir accès à tous les outils
proposés sur VirusPhoto, inscrivez-vous en quelques secondes : cliquez ici.

Outils de la discussion Chercher dans ce sujet
Rechercher dans la discussion:

Recherche avancée

Noter la discussion
Evaluez cette discussion :
VirusPhoto » Forum » La communauté » Hors-sujet

Réponse

Discussion précédente / suivante dans cette rubrique :
« Urbex en Haute Normandie ? Des amateurs ? | Décès de Jean Ferrat »

Non-lu Non-lu  
Bloguer ceci Outils de la discussion Rechercher dans la discussion Noter la discussion

Outils de la discussion Rechercher dans la discussion
Rechercher dans la discussion:

Recherche avancée
Noter la discussion
Noter la discussion:

 


LinkBacks Enabled by vBSEO © 2011, Crawlability, Inc.
Powered by vBulletin® Version 3.8.2 - Copyright ©2000 - 2013, Jelsoft Enterprises Ltd.
2006 - 2015 © ® VirusPhoto. Tous droits réservés.