VirusPhoto, apprendre la photo ensemble

VirusPhoto, apprendre la photo ensemble (http://www.virusphoto.com/forum-photo.php)
-   Reportages et Interviews (http://www.virusphoto.com/reportages-et-interviews/)
-   -   Interview : Denis Darzacq (http://www.virusphoto.com/137658-interview-denis-darzacq.html)

rozenn 11/03/2010 17h12

Interview : Denis Darzacq
 
Photographe parisien, Denis Darzacq débute sa carrière en suivant la scène rock française puis devient photographe de plateau. C'est en 1994 qu'il commence à montrer ses propres clichés. Exposées en France et à l'étranger, ses photographies sont entrées dans des collections tant publiques que privées.

Comment êtes-vous devenu photographe ?
J'ai été diplômé de l'ENSAC (Ecole Nationale Supérieur des Arts Décoratifs), en 1985. Cela a été ensuite un long parcours. J'ai commencé par être photographe de plateau puis j'ai fait des photographies pour des journaux... Aujourd'hui, j'expose mes clichés qui représentent mon propre univers.


Êtes-vous un passionné de photographies ?
Je n'ai pas vraiment de passion particulière. Pour moi, la photographie est, avant tout, un échange. J'aime partager l'expérience avec des personnes différentes. Quand j'ai travaillé avec les jeunes, ils ont partagé avec moi leur vocabulaire, leur technique ainsi que leur expérience.



Djibril Koita - Bobigny centre ville. © Denis Darzacq


Avec quel matériel travaillez-vous ?
Je ne travaille pas avec un appareil spécifique. J'en possède six ou sept différents mais pour moi, ce n'est pas le plus important. Ce qui prime, c'est l'idée et la technique reste à son service.


En 2004-2005, vous avez fait une série sur Bobigny, situé au nord-est de Paris. Pourquoi avoir choisi cette ville ?
Cette ville nouvelle de l'urbanisme est une espèce de chef d'oeuvre des années 60-80. Elle montre l'échec de l'urbanisation de la France dans ces années-là. Pour une fois qu'on parle de Bobigny en dehors des voitures brûlées ! Dans cette série, il n'y a pas d'histoire particulière mais une vie quotidienne.


Vincent Caberas - Bobigny centre ville. © Denis Darzacq

Comment s'est déroulée votre rencontre avec les habitants ?
En m'y promenant, j'ai fait la connaissance d'un jeune qui m'a ouvert les portes de la ville. L'idée a beaucoup séduit les habitants. Il y a eu beaucoup d'échanges et chacun a apporté ce qu'il avait.


Dans vos séries, «*La chute*» et «*Hyper*», on voit des corps de jeunes en suspension. Comment avez-vous procédé pour créer cette illusion ?

Ce n'est pas une illusion. Etant donné que ce sont des danseurs de Hip Hop, de Capoeira et de danse contemporaine, je leur ai demandé de sauter en l'air. Il n'y a pas de montage, j'ai juste pris la photographie au bon moment. Leurs muscles sont relâchés et du coup, leurs corps n'expriment aucun effort. Ces corps en suspension sont ainsi à jamais suspendus.


La chute. © Denis Darzacq


La chute. © Denis Darzacq


Pourquoi avoir choisi les supermarchés dans votre série, «*Hyper*» ?

J'ai voulu investir un lieu familier. Nous sommes dans une société de consommation où plus de 95% de la population va au supermarché. J'ai voulu montrer cette tension entre la société matérielle et les aspirations des hommes, entre avoir et être. Dans ces photos, les jeunes sont libres de s'évader.


Hyper. © Denis Darzacq

Dans votre série, «*Nu*», on voit des hommes et des femmes qui marchent en costume d'Ève dans des zones pavillonnaires. Pouvez-vous nous en parler ?
J'ai voulu là aussi montrer cette tension entre le corps et l'environnement actuel, en l'occurrence les zones pavillonnaires qui sont une importation des Etats-Unis. Dans une ville moderne et sophistiquée, ces corps simples marchent avec leurs défauts. Il y a ainsi un paradoxe entre la nature et la culture.


Nu. © Denis Darzacq

Votre travail tourne autour de notre époque. Pour quelles raisons ?
Il n'y a pas de raison particulière. C'est tout simplement un long cheminement d'un travail, l'arborescence d'une pensée. Je veux montrer notre quotidien dans la trivialité des choses, et ainsi montrer où on en est. Mais, je propose plusieurs possibilités de lecture aux personnes. Certes, personne, par exemple, ne se promène nu dans la rue, mais ce sont d'abord des images créées mais qui restent proches du réel. Elles ne sont pas, en tout cas, manichéennes.


Nu. © Denis Darzacq

Retouchez-vous vos clichés ?
Non, jamais ! Si vraiment, il y a une grosse tâche sur la photo, je l'enlèverai mais autrement, je ne fais pas de montage avec deux prises de vue différentes.


Hyper. © Denis Darzacq


Des projets pour cette année ?

Oui, j'ai fait une nouvelle série à New-York qui montre un univers plus mental. Je vais le présenter à la foire internationale d'art moderne et contemporain, à Paris, en mars prochain. J'ai un peu une appréhension mais on fait les choses pour un besoin, alors il faut bien une réaction. On verra bien...

Pour plus d'informations : www.denis-darzacq.com

Merci à Denis Darzacq d'avoir pris de son temps pour répondre à ces questions.

Trashy 11/03/2010 17h37

J adore son travail .
Contemporain realiste et tres imaginatif .

Oxes96 11/03/2010 22h49

Fan depuis que j'ai croisé la série "La chute" il y a quelques années déjà ... J'adore c corps en suspension ...

Jej.e 12/03/2010 19h40

Très très fan de ce contemporain très imaginatif.

Franck C. 12/03/2010 19h51

Bravo...
 
J'ai découvert la série Hyper il y a quelque temps, et c'est vrai que la technique photographique m'avait quelque peu intriguée.... et en fait c'est "tout simple"... mais il faut le faire ! :good:

Et ce que je viens de découvrir d'une autre partie de son travail me donne envie d'en voir encore plus, donc c'est avec plaisir que je vais aller visiter son site de ce pas !

gatfred 12/03/2010 20h18

merci pour ce qui est pour moi une découverte. simple mais chargé en émotion.

sp-graphi 14/03/2010 20h01

J'aime beaucoup son travail qui colle bien à notre époque, son inspiration et surtout le métissage qui est présent systématiquement sur ses galeries.

J'aime beaucoup les séries "La chute", "Hyper" et "Ensembles" même si les autres séries vallent vraiment le coup d'être visualisées, c'est ces trois là qui me parlent le plus et qui retiennent mon attention.

Un artiste à bookmarquer pour voir et revoir son travail.

Stela 15/03/2010 16h04

Contemporain qui s'inscrit... dans son temps.
A suivre.

Nounours78 16/03/2010 18h23

Interview très sympa merci beaucoup

totoor 18/03/2010 19h49

l'idée des sportifs est excellente, cela dit je trouve que les portraits ne sont pas assez travaillés.

Femto 02/04/2010 13h13

Photographe que j'apprécie de plus en plus :) .
3 de ses séries seront à Genève du 15 avril au 22, pour ceux que ça intéresse:
http://www.forum-meyrin.ch/main.php?page=124

Pix-N-Love 18/05/2010 22h05

de très belle photos j'adore !

pegase54 08/11/2010 20h15

Merçi pour cette intervieuw. Je ne connaissai pas ce photographe mais j'aime beaucoup son travail;:)

sp-graphi 09/11/2010 18h01

J'ai vu un reportage sur ce photographe il y a quelques jours (en pleine nuit), c'était sur une des chaines de canal sat mais impossible de me souvenir laquelle…

Doumai 09/11/2010 19h36

A part la série "La Chute", je ne trouve pas grand chose de terrible.
Je mettrai ma main a couper que la moitié de son travail, présenté ici, sans nom, se ferait "tailler".
Je ne trouve pas une recherche de lumière, de cadrage et d’émotion si extraordinaire que ça.
Les photos réalisées à Bobigny sont franchement bof ! Si le mérite est de shooter une banlieue....
Evidemment tout cela n'engage que mon point de vue à ce jour et peux comprendre que certain soit sensible a sa démarche artistique. Je changerai peut-être d'avis un jour. Mais la pour le moment, c'est sans moi.

@micalement


Fuseau horaire GMT +2. Il est actuellement 04h28.

Editeur : VirusPhoto SRL. Plateforme : Jelsoft Enterprises Ltd.

GARS 2.1.4 édité par The vB Geek
Copyright 2005-2006
Version française par Cédric Claerhout


LinkBacks Enabled by vBSEO © 2011, Crawlability, Inc.