Afficher un message
  #20  
non lus 01/04/2010, 10h15
Avatar de Lita_Rulez
Lita_Rulez Lita_Rulez est déconnecté
Membre
Ma pratique de la photo: Pratique occasionnelle
 
Messages: 670
4550 Photiz - Faire un don
Pour moi, il n'y a qu'une méthode pour être à peu près tranquille niveau perte de données.

Par contre c'est contraignant et couteux.

Sauvegarde combinée DVD / HD et redondance sur 2 locations.

=> côté DVD
Gravure des fichiers existants sur le disque en autant de DVD que nécessaires, en 2 exemplaires.
DVD en boitiers individuels ou en classeur (pas de tour, ça met l'encre d'un DVD contre la surface fragile de l'autre).
Boites (ou classeur) scellées (par un truc dramatique, un bout de scotche suffit) histoire de les différencier des autres CD/DVD. Pas de risque de les ouvrir par erreur.
1 set à la maison, 1 set au bureau.
Ensuite, c'est une discipline à avoir. A chaque fois que les photos ajoutées remplissent un DVD, nouveau DVD ajouté à la collection des 2 côtés.

1 fois par an, on ouvre tout, on duplique, et on jette.

De cette façon, les DVD ont toujours au plus 1 an.


2. HDD
Amovible de type MyBook 1To. 1 à la maison, 1 au bureau.
Cela permet une sauvegarde de l'ensemble de la chaine photo en sauvegardant également les catalogues Lightroom.
Synchronisation simple et totale 1 fois par semaine sur le disque de la maison. On emmène le disque dur au bureau, on le laisse et on emporte celui qui était au bureau. Synchro en rentrant.
Ainsi, on a en permanence la totalité de ses photos à jour sur 2 sites, et on perd au maximum 1 semaine de boulot.

Bien entendu, la fréquence dépend de votre capacité à générer de la photo...


Le coût en HDD n'est pas excessif. En DVD, ça monte plus vite.
La rotation permanente permet d'être certain de ne pas avoir de surprise dans 3 ans parce qu'il n'y a plus de disques USB. Si la norme change, on s'en aperçoit à la sauvegarde suivante.
Le plus pénible dans l'histoire, c'est de payer la taxe sur la copie privée à chaque fois...



Après, il faut peut être aussi relativiser un peu ces histoires de sauvegarde.

Parce que du temps de l'argentique, qui faisait doubler ses négatifs pour en laisser une version au bureau, chez des amis, ou dans un coffre à la banque ?
On avait des album photos, avec des tirages dedans, et les négatifs dans des boites au fond d'un placard, en cas de feu ou d'innondation on perdait tout, et on arrivait à dormir quand même.

M'enfin bon, moi j'dis ça, j'dis rien hein...
Réponse avec citation