.
virusphoto virusphoto

Identifiant

Mot de passe

Derniers messages Messages du jour Sujets sans réponse S'inscrire

Rejoignez-nous !

VirusPhoto » Forum » Les articles VirusPhoto » Reportages et Interviews

Aller au premier non-lu

Agence reportage : Sapiens Sapiens

Article rédigé par Inès, le 24/02/2010.Voir son profil

A l’heure où internet tend à devenir le média le plus en vogue, et ce ne sont pas nos lecteurs qui contesteront cette affirmation, on peut toutefois se demander si la presse n’est pas devenu un dommage collatéral de l’avènement du web.

En effet il est tellement plus simple de consulter des sites d’actualités, indépendants ou appartenant aux grands titres, depuis chez soi ou au bureau plutôt que de se rendre chez le marchand de journaux et de surcroit acheter une information que l’on aurait trouvé gratuite en ligne.

Le réfractaire à Internet, fidèle à sa feuille de choux pourra tenter de se défendre par l’investigation plus approfondie de la presse par rapport au web. Pourtant, de plus en plus de sites d’informations se développent engendrant par là une concurrence beaucoup plus importante que dans le milieu de la presse, la hauteur de la barre devient proportionnelle à la profondeur des recherches pour nous procurer des informations les plus détaillées possibles.

À mi-chemin entre les média traditionnels et les sites d'informations, se trouve l’agence de reportage SapienSapienS agée d'un an et demi, basée à Toulouse, composée de Caroline Carissoni, reporter multimédia et de deux photojournalistes et reporters multimédia : Claire Burgain et Clément Debeir, ainsi qu'une douzaine de personnes sur le restes de leurs points d'ancrage (Bordeaux, Marseille, Montpellier et Paris). L’agence ne se veut pas suppléante de la presse écrite ou des autres média mais bien complémentaire, elle place le multimédia au cœur de ses préoccupations pour servir une information alternative. La particularité de SapienSapienS ? Sa principale priorité, qui reste l’image, comme en témoigne la qualité des photographies illustrant, parfois mieux que les mots, leurs reportages. SapienSapienS accorde également une place très importante à la dimension humaine dans ses reportages, les reporters s'immergent totalement afin de restituer au mieux un reportage de qualité.

Clément Debeir nous parle de cette agence et nous explique le rôle de l'image dans l'actualité et l'avenir de nos média classiques:


Wuna, jeune graffeuse toulousaine, lors d'une session illégale sous le périphérique.
Diffusion sur Canal Street (groupe Canal Plus) ©Claire Burgain, SapienSapienS 2009

Quels sont les principaux clients de l’agence ?

Nous adressons nos reportages aussi bien à des sites internet qu’à des quotidiens, des magazines papier, des télévisions régionales et nationales.

Nous vendons aussi bien des photos à l’unité afin d’illustrer des articles pour la presse écrite que des diaporamas sonores et visuels pour les sites internet, qu’ils soient d’information ou appartenant à des titres (L’Express, Le Monde, etc) ainsi que des reportages multimédia pour la télévision et sonores pour la radio.

Ce marché tend à se développer, nous sommes confiants dans les possibilités de vente, notre clientèle étant très étendue.


Quel est selon vous votre atout qui vous différencie des agences concurrentes ?


L’importance que nous attachons à la qualité de nos visuels est certainement notre principale qualité, mais il y a aussi le point d’honneur que nous mettons à choisir nos sujets et à adopter un angle de vue particulier. Concernant ce dernier point, il est important car il nous permet de nous démarquer de grandes agences comme l’AFP par exemple.


Comment sélectionnez-vous vos sujets ?


Nous essayons d’être présents dans le maximum de villes en France, pour le moment, avec des correspondants basés à Montpellier et Marseille nous couvrons un bon tiers sud, désormais nous pouvons également compter des homologues sur Paris, il est important pour nous de consacrer une place à l’actualité de la capitale.

Nous essayons également de traiter de sujet peu connus, récemment nous avons réalisé un reportage sur les camps d'internement tziganes situés dans le sud de la France pendant la seconde guerre mondiale, certes moins de personnes sont morts là-bas que dans les camps juifs mais cela reste une réalité peu connue en France. Dans un autre registre, une de nos journalistes s'est immergée dans le monde du graffiti, entre art contemporain et illégalité.

Concernant les sujets eux-mêmes, nous essayons de sentir les tendances en lisant assidument les articles dans la presse, ainsi que les événements importants à venir, en tâchant de les aborder avec toujours cet angle de vue qui nous est propre.


Session de vandalisme à Toulouse. Diffusion sur Canal Street (groupe Canal +) ©Claire Burgain, SapienSapienS 2009

Vous précisez que votre site se veut complémentaire de la presse écrite et non suppléante, toutefois quel est votre avis personnel quant à l'avenir de la presse écrite, risque-t-elle de perdre sa crédibilité dans le temps ?

Concernant la presse écrite, comme les autres média traditionnels, je ne pense pas qu’ils soient menacés à partir du moment où ces derniers comprennent tout le bénéfice que peut leur apporter internet. Que ce soit la presse écrite ou la télévision, la plus grande partie des leaders des médias traditionnels possède un site internet, leur « survie » dépend de l’utilisation de ce médium qui peut lui être autant un atout qu’une menace, il est important d’insister sur l’interactivité que propose internet.
En outre, je pense qu’il est bien plus agréable de lire l’actualité sur un support papier que sur un écran.


À l’inverse, pensez-vous que les sites d’informations qui ne se diversifient pas dans les médias traditionnels aient de l’avenir ?


S’ils optimisent l’utilisation d’internet, je pense qu’ils ne sont pas mencacés, des sites comme Mediapart ou Rue89 ont compris l’importance de l’interactivité que ce médium propose, le fait de pouvoir confronter les avis entre journalistes et internautes est capital et il serait dommage de ne pas mettre cette fonction en avant.


Les outils numériques étant accessibles à tous, vous sentez-vous menacés par les banques d’images alimentées aussi bien par des amateurs que par des professionnels ? La concurrence est-elle réelle ?

Pour les professionnels, ces contenus n'étant pas éditorialisés ils ne considèrent pas réellement une concurrence puisque pour moi une image à un sens à un moment donné.

Concernant les amateurs, bien que certains soient très doués techniquement parlant, ils ne possèdent pas le professionnalisme du journaliste, c’est à dire savoir faire parler les images, cependant leur atout capital est qu’ils peuvent être partout et aux moindres faits de l’actualité.

Il est intéressant lors d’un événement d’une ampleur telle que celle du 11 septembre 2001 ou plus récemment le tremblement de terre en Haïti, d’avoir des réactions à chaud en images avec les photos et vidéos amateurs, toutefois l’information doit ensuite être relayée par des professionnels qui se trouvent plus aptes à commenter les faits.



A l'issue du match ayant opposé les U17 lillois à leurs homologues de Wasquehal (Wasquehal 0 - 2 Losc). Cri de victoire dans les vestiaires. Commande de Géo Ado. ©Clément Debeir, SapienSapienS

Certains journaux ou magazines utilisent d’anciennes photos et les réactualisent pour de nouveaux articles grâce à la retouche numérique, pensez-vous que cette pratique nuise à l’information ?

Me concernant, j’apprécie de lire un article qui comporte des images fraîches et éditorialisées, l’aspect visuel est aussi important que le texte. La grande différence entre la presse gratuite et payante repose majoritairement sur les choix effectués en matière de photographies, pour la première la qualité laisse souvent à désirer et les images sont souvent hors contexte par rapport aux articles. Je ne conçois pas une photographie comme illustration pour un article, c’est davantage une information complémentaire, une plu value, que la presse se doit d’apporter.

Il fut un temps où par économie, nombre de rédactions n’avait pas choisit de faire de l’image une priorité, c’est un tort pour elles de n’avoir pas saisit toute l’influence d’une photographie dans un article.


Vos premiers reportages étaient essentiellement consacrés à la ville de Toulouse, là où est basée l’agence SapienSapienS, elle tend désormais à se nationaliser davantage, pensez-vous faire à terme, de l’actualité nationale ou bien garder tout de même une place pour l’actualité toulousaine ?

Il est primordial de concilier les deux : l’actualité régionale et nationale. Ne serait-ce que pour les sujets, l’actualité locale est souvent mal exploitée, nous l’avons vu ici, après l’explosion de l’usine AZF, SapienSapienS a réalisé de nombreux reportages sur les conséquences que cette catastrophe a impliqué, à tous les niveaux, je ne pense pas que les média nationaux aient traités cette information comme il le fallait.

Il est également important que l’agence reste basée à Toulouse, c’est ce qui fait sa particularité. Pour les agences parisiennes, et elles sont nombreuses, l’actualité régionale représente un budget conséquent, les frais de déplacements sont onéreux, c’est pourquoi SapienSapienS souhaite grossir petit à petit et ainsi s’étendre à d’autres villes pour couvrir une actualité aussi bien locale que nationale.

Nous commençons également à nous intéresser à l’étranger, à moindre mesure, avec la publication d’un article concernant les essais nucléaires de la France à Reggane en 1960, nous avons recherché toutes les conséquences sanitaires et environnementales qu’a engendré une telle bombe.


Dans les vestiaires de l'équipe des U17 du Losc, après la séance de musculation du début d'après-midi. Commande de Géo Ado. ©Clément Debeir, SapienSapienS 2010



Portrait du chef indien Pirakuman. Commande de Géo Ado. ©Clément Debeir, SapienSapienS, 2009

Plus d'informations:
http://www.sapiensapiens.com/




//

Outils de la discussion Rechercher dans la discussion
Outils de la discussion
  #2  
non lus 25/02/2010, 22h03
Membre
Ma pratique de la photo: Pratique régulière
 
Messages: 40
625 Photiz
merci pour ce reportage
Réponse avec citation
VirusPhoto » Forum » Les articles VirusPhoto » Reportages et Interviews

Commentaire

Discussion précédente / suivante dans cette rubrique :
« Dossier : La femme et la photographie | Interview Romain Philippon »

Non-lu Non-lu  
Bloguer ceci Outils de l'article Rechercher dans cet article Note: Note de l'article : 2 votes - moyenne : 5,00.

Outils de l'article Rechercher dans cet article
Rechercher dans cet article:

Recherche avancée
Noter la discussion
Noter la discussion:

 


LinkBacks Enabled by vBSEO © 2011, Crawlability, Inc.
Powered by vBulletin® Version 3.8.2 - Copyright ©2000 - 2013, Jelsoft Enterprises Ltd.
2006 - 2017 © ® VirusPhoto. Tous droits réservés.