.
virusphoto virusphoto

Identifiant

Mot de passe

Derniers messages Messages du jour Sujets sans réponse S'inscrire

Rejoignez-nous !

VirusPhoto » Forum » Discussions sur la photo » Le café VirusPhoto

Aller au premier non-lu
  #1  
non lus 09/08/2007, 16h03
Avatar de h0mer001
Membre
Ma pratique de la photo: Je débute
Matériel: EOS 350D + 18-55 + tamron 55-200
 
Messages: 1 591
9363 Photiz - Faire un don

Découverte du plus vieux laboratoire photo au monde


Un tour de clé et une porte s'est ouverte sur un passé vieux de 152 ans. Un laboratoire de l'un des tout premiers photographes au monde vient d'être redécouvert. Intact



C'est en 1840 que Joseph Fortuné Petiot-Groffier ouvre son laboratoire. Il s'en servira jusqu'en 1855 et décédera mystérieusement, probablement à cause des chimies photographiques. Prudemment, les héritiers fermèrent la porte.
De génération en génération, la demeure des environs de Chalon est restée occupée mais cette pièce restait close sans pourtant être totalement oubliée. Car la famille a toujours eu conscience de conserver ainsi un trésor mais qui restait soigneusement bouclé à double tour derrière sa porte en bois, au deuxième étage - désormais inoccupé - de l'habitation.
Il y a deux ans, le dernier membre de la famille hérite à son tour de la demeure et c'est là qu'il découvre le trésor. Mais il lui faudra deux ans pour déterminer à qui il choisira de la confier, soucieux de le préserver complet, de ne pas le disperser.
C'est ainsi qu'en début d'année, il décide de contacter Pierre-Yves Mahé, l'initiateur de la Maison Nicéphore Niépce, à Saint-Loup de Varennes. « J'ai quelque chose à vous montrer », glisse-t-il. Pierre-Yves Mahé veut venir voir sur place la réalité de cette découverte sans deviner un instant ce qui l'attend.
« Je n'attache pas une importance colossale à cette annonce au départ », confie M. Mahé qui a déjà vu des promesses de découvertes sensationnelles se révéler finalement bien banales.
Pourtant, quand la fameuse porte s'ouvre enfin devant lui, c'est un monde oublié qui apparaît. Un laboratoire complet, intact, tel que l'avait laissé son utilisateur juste avant sa mort en 1855 et laissé en l'état depuis. « Ce fut un instant grisant, on ne sait plus où regarder il y avait des centaines de bouteilles de chimie, souvent pleines, des centaines d'ouvrages, des objets partout dont plusieurs appareils permettant de réaliser des images selon les deux premiers procédés photographiques, le Daguerréotype et le Collodion ».
Et pour lui qui s'investit depuis 1999 dans son projet de Maison Nicéphore Niépce, c'est aussitôt des réponses instantanées à des questions qu'il se pose, des perspectives de recherches. « Tout se bouscule dans la tête en un seul instant ».
Dans l'émotion du moment, une pensée surgit : « et si tout ceci brûlait demain, je m'en voudrais toute ma vie ». Alors Pierre-Yves Mahé photographie. Tout. De façon désordonnée. « Il y avait urgence à sauver quelque chose ».
Le choc de la découverte passé, les responsables de la Maison Nicéphore Niépce, Pierre-Yves Mahé mais aussi Jean-Louis Marignier, Michèle Lourseau, entament l'inventaire complet de ce trésor qui n'en a pas fini de livrer tous ses secrets. « Nous en avons pour plusieurs mois d'études », estime aujourd'hui M. Mahé. Jamais a priori, une telle quantité de chimie d'époque n'avait en effet été retrouvée, plus de 300 flacons encore pleins dont bon nombre encore cachetés. Associé à cela, plus de 400 livres antérieurs aux années 1830 contenant tout le savoir de l'époque sur lequel un photographe pouvait s'appuyer. Bien sûr, tous les accessoires nécessaires à la réalisation de Daguerréotypes et Collodion y sont au complet.
Grâce à ce prodigieux bond dans le temps qu'une ouverture de porte vient de lui faire effectuer, ce laboratoire et les résultats des recherches seront présentés dans la Maison Nicéphore Niépce à Saint-Loup de Varennes, en plein cœur du territoire de naissance de l'aventure photographique. Définitivement bourguignon.
C. Saulnier


Une photographie prise par Petiot-Groffier en 1853 :
l'hôpital de Chalon avec sa nef d'origine aujourd'hui détruite
(coll. Société d'Histoire de Chalon)


La récente découverte du labo photo resté intact de Fortuné-Joseph Petiot-Groffier jette un jour nouveau sur un personnage hors du commun, à qui le Chalonnais a dû beaucoup en son temps.

Il était là, dormant dans le silence des décennies, resté parfaitement intact quand tout était bouleversé autour de lui : la découverte récemment révélée du laboratoire photographique de Fortuné-Joseph Petiot-Groffier, dans une maison de la proche périphérie chalonnaise, remet en lumière une vie d'exception qui, commencée en 1788, s'était achevée en 1855.
C'est dans la précipitation des événements révolutionnaires que François-Joseph Petiot avait entamé son existence. Ou plus exactement quelques mois auparavant, le 16 septembre 1788. L'enfant, qui eut deux sœurs et un frère, n'avait pu manquer d'être baigné dans les affaires publiques dès son plus jeune âge car son père, Jean-Baptiste-Joseph, avait été élu en 1789 député du Tiers-Etat aux États généraux et avait épousé une bonne part des événements révolutionnaires avant de devenir, sous Napoléon, juge puis président du tribunal civil de Chalon, enfin conseiller municipal sous la Restauration.
C'est sous cette même Restauration que le jeune avocat Fortuné-Joseph Petiot, époux depuis 1813 d'Olympe Groffier, commença à faire parler de lui, en compagnie d'un groupe de jeunes libéraux qui donnèrent du fil à retordre aux Bourbons de retour sur le trône de France. On comptait notamment parmi eux Moyne, beau-frère de Petiot, ou encore Emiland Menand. La Restauration tombée en 1830, Fortuné-Joseph Petiot-Groffier devait prendre toute sa part au nouveau régime. Il fut ainsi maire de Chalon-sur-Saône de 1832 à 1835 et siégea, au cœur des assemblées parlementaires de Louis-Philippe, sur les bancs du « Juste milieu ».
A cette vie politique s'ajouta un goût particulièrement développé pour les affaires économiques. Dans ce Chalonnais du tout début de l'ère industrielle, on lui doit la mise sur pied de nombreuses entreprises. Outre la constitution en 1823 du moulin à vapeur de Saint-Cosme, l'une des plus fameuses fut la sucrerie des Alouettes, à Châtenoy-le-Royal, société dont il fut le co-fondateur en 1836 et qui se spécialisa pendant de longues années dans la fabrication de sucre indigène à partir de la betterave.
Avant cela, c'est également à Petiot-Groffier que l'on peut être reconnaissant de l'acclimatation en Bourgogne de la méthode de champagnisation des vins. La maison Petiot, propriétaire d'importants domaines viticoles à Rully et à Mercurey, voulut tenter de transformer ses vins blancs en mousseux. En 1822, elle prospecta en Champagne pour obtenir la venue en Bourgogne d'ouvriers spécialisés. L'un d'entre eux, François-Bazile Hubert, tint le pari et fit le chemin jusqu'en Chalonnais. Les premiers essais, à Rully, se soldèrent par un rapide succès : le bourgogne mousseux était né.
Entre toutes ses occupations, Fortuné-Joseph Petiot-Groffier nourrissait un précieux passe-temps : la photographie. Avait-il connu Nicéphore Niépce ? La chose est tout à fait possible car Niépce étant décédé en 1833, Petiot-Groffier et lui furent pour partie des contemporains. Est-ce en vertu de ce possible lien que mûrît chez l'industriel la volonté de fixer les images ? On ne le sait. Ce qu'on tient pour assuré en revanche, c'est que Petiot-Groffier était bien connu à Chalon pour son art de prendre des photographies. C'est ainsi qu'en 1853, ayant appris qu'on avait décidé de démolir la grande nef de l'hôpital de Chalon, la toute jeune Société d'Histoire et d'Archéologie demanda à Petiot-Groffier de faire des « points de vue généraux » de l'édifice (dont un exemplaire est reproduit ci-contre) afin que « ce monument si cher aux Chalonnais depuis des siècles puisse être connu et apprécié de nos descendants ». Le mot de photographie n'apparaît pas encore. On lui préfère alors celui de « point de vue général ». Mais, pour notre bonheur aujourd'hui, c'est bien d'une photographie de Chalon en 1853 qu'il s'agit, digne et émouvant héritage légué par Petiot-Groffier à la postérité.
Gilles Platret

SOURCE
Réponse avec citation

Pour participer aux discussions et avoir accès à tous les outils
proposés sur VirusPhoto, inscrivez-vous en quelques secondes : cliquez ici.

Outils de la discussion Chercher dans ce sujet
Rechercher dans la discussion:

Recherche avancée

Noter la discussion
Evaluez cette discussion :
  #2  
non lus 10/08/2007, 16h09
Avatar de francois40
Membre
Ma pratique de la photo: La photo est mon métier
Matériel: Canon EOS 450D- Canon 500D-Tamron 18-270 Vc
 
Messages: 2 341
34290 Photiz - Faire un don
Super intéressant, merci
Réponse avec citation
  #3  
non lus 10/08/2007, 16h29
Avatar de Goffer
Membre
Ma pratique de la photo: Passionné de photo
Matériel: Reflex numérique
 
Messages: 958
16245 Photiz - Faire un don
excellent... Incroyable que l'on puisse laisser des pieces sans y toucher...
Réponse avec citation
  #4  
non lus 10/08/2007, 16h35
Avatar de Didier
Membre
Ma pratique de la photo: Passionné de photo
Matériel: 400D
 
Messages: 1 414
11358 Photiz - Faire un don
Salut
Il y a 1 ou 2 mois que cette découverte a été faite on en a déjà parlé il me semble ....

Réponse avec citation
  #5  
non lus 10/08/2007, 16h35
Membre
Ma pratique de la photo: Pratique régulière
Matériel: 50D / Tamron 17-50 2.8 / 580EXII + **** et couteaux
 
Messages: 180
2150 Photiz - Faire un don
Merci d'avoir fait partagé cette info !!!
Réponse avec citation
  #6  
non lus 10/08/2007, 18h33
Avatar de Pi Production
Membre
Ma pratique de la photo: Passionné de photo
Matériel: Canon 5D Mark II
 
Messages: 4 591
39354 Photiz - Faire un don
Citation:
Posté par francis40 Voir le message
Super intéressant, merci
+1,merci pour le résumé
Réponse avec citation
  #7  
non lus 10/08/2007, 18h43
Avatar de Fredshome
Membre
Ma pratique de la photo: Pratique régulière
Matériel: Pentax K10 et bidules en verre, Canon G3, 100%Linux
 
Messages: 883
5600 Photiz - Faire un don
Citation:
Posté par Goffer Voir le message
excellent... Incroyable que l'on puisse laisser des pieces sans y toucher...
Je suis moi aussi assez épaté...

"ah oui, on a aussi un étage mais on n'y est pas allé depuis le milieu du XIXè, les escaliers c'est pas trop notre truc dans la famille"
Réponse avec citation
VirusPhoto » Forum » Discussions sur la photo » Le café VirusPhoto

Réponse

Discussion précédente / suivante dans cette rubrique :
« Le plus grand appareil photo du monde ! | Le photophoneur de l'année 2007 »

Non-lu Non-lu  
Bloguer ceci Outils de la discussion Rechercher dans la discussion Note: Note de la discussion : 1 vote(s), moyenne 3,00.

Outils de la discussion Rechercher dans la discussion
Rechercher dans la discussion:

Recherche avancée
Noter la discussion
Noter la discussion:

 


LinkBacks Enabled by vBSEO © 2011, Crawlability, Inc.
Powered by vBulletin® Version 3.8.2 - Copyright ©2000 - 2013, Jelsoft Enterprises Ltd.
2006 - 2017 © ® VirusPhoto. Tous droits réservés.