.
virusphoto virusphoto

Identifiant

Mot de passe

Derniers messages Messages du jour Sujets sans réponse S'inscrire

Rejoignez-nous !

VirusPhoto » Forum » La communauté » Hors-sujet

Noter la discussion : Coup de coeur ciné du mois de Septembre.

Aller au premier non-lu
  #1  
non lus 22/09/2009, 10h15
Avatar de zem
zem zem est déconnecté
Membre
Ma pratique de la photo: Pratique occasionnelle
Matériel: canon eos 1000d
 
Messages: 33
745 Photiz - Faire un don

Coup de coeur ciné du mois de Septembre.


Bonjour à toutes et tous!

Le monde de la photographie me passionne énormément, que ce soit la pratique (en amateur), mais aussi en découvrant le travail d'autres photographes, mais j'ai aussi une autre très grande passion depuis des années, c'est le cinéma! Tous les cinémas! Tous les genres, toutes les origines. Armée de ma carte illimitée, je vois à peu-près trois films en salle par semaine, (une hygiène de vie indispensable à mon équilibre). Je ne peux pas tout voir (manque de temps), je n'ai d'ailleurs pas envie de tout voir, je fais donc un tri personnel en fonction du réalisateur, du sujet et de mon instinct.
Le cinéma m'inspire aussi beaucoup pour me faire avancer dans ma pratique photographique.

Je voulais ouvrir ce topic le 1er septembre (pour la rentrée cinématographique),afin de partager et d'échanger dans la joie et la bonne humeur sur les sorties ciné du mois avec vous tous, mais je n'ai pas eu le temps!
Je le débute donc aujourd'hui avec ma critique perso du premier film d'un jeune réalisateur israélien:

Tu n'aimeras point d'Haim Tabakman.

Quelques semaines après l’attentat meurtrier perpétré contre la communauté homosexuelle de Tel-Aviv, est sortis sur nos écrans un film israélien dont le sujet est justement centré autour de l’épineux problème de l’homosexualité au sein de la religion juive orthodoxe.

Aaron, marié à Rivka et père de cinq jeunes enfants, vient de reprendre la boucherie familiale après le décès de son père. Il habite Mea Shearim, le quartier juif ultraorthodoxe de Jérusalem. Connu et apprécié de tous, c’est aussi un proche du rabbin et un membre actif de sa synagogue. Par un jour sombre et pluvieux, Aaron voit arriver dans sa boutique Ezra, un jeune étudiant d'une école talmudique qui lui demande s’il peut s’y abriter le temps que la pluie cesse. Aaron, dont toute son existence est strictement rythmée par les commandements de sa Foi et les rituels de sa communauté, vas voir son existence totalement bouleversée par ce nouvel arrivant.

Sur un sujet plus que délicat, Haim Tabakman nous entraîne dans un chemin éprouvant au côté d’Aaron, qui vas se retrouver au cœur d’un dilemme personnel : sacrifier son honneur et son intégrité physique, voire sa Foi elle-même, pour basculer dans une passion amoureuse sans frein avec Ezra. Le problème c’est que chez les Haredim « Les craignant-Dieu » de Jérusalem, la communauté dont fait partie Aaron, toute existence humaine doit être régie par la Loi Divine, et l’homosexualité N’EXISTE PAS. Elle serait tout au plus une tentation envoyée par Dieu qu’il faut repoussée pour affermir sa croyance et avancée sur le chemin de la connaissance de soi, et tant pis pour ceux qui n’arrive pas à lutter contre, ils seront bannis pour s’être fourvoyé dans un crime inavouable qui les rendent impurs, dont inapprochables.

C’est donc au coeur d'un quartier où chacun épie son voisin, où tout le monde surveille tout le monde, afin que le respect des Lois soit suivi par tous, et ou il n'y a pas de place pour d'autres choix et d'autres conceptions de la vie humaine, qu’Aaron vas subir une pression collective au nom de cette homosexualité qu’on ne peux même pas nommer puisque ce mot n’existe pas aux yeux de ces ultra-religieux.

La puissance d’impact de Tu n’aimeras point est de dépasser son sujet certes passionnant, mais qui aurait pu très vite partir en vrilles incontrôlables, pour tracer en filigrane le véritable chemin de croix d’un homme aveuglé par sa Foi : ou comment cacher la vérité de ses sentiments et les sacrifier sur l’autel des règles religieuses.

Ce drame poignant autour d’une passion homosexuelle interdite, est un vibrant plaidoyer pour le respect d’autrui, et en abordant le sujet tabou de l'homosexualité chez les ultra*religieux, Haïm Tabakman vas sans nul doute créer la polémique et donc peut-être un début de dialogue...ou bien l’hypocrisie foncière de toute communauté fondée sur la religion aura t’elle encore le dernier mot !


Haïm Tabakman : "La force de la Foi et des Règles place les gens dans des situations extrêmes, qui mettent à nu la nature humaine."

Réponse avec citation

Pour participer aux discussions et avoir accès à tous les outils
proposés sur VirusPhoto, inscrivez-vous en quelques secondes : cliquez ici.

Outils de la discussion Chercher dans ce sujet
Rechercher dans la discussion:

Recherche avancée

Noter la discussion
Evaluez cette discussion :
VirusPhoto » Forum » La communauté » Hors-sujet

Réponse

Discussion précédente / suivante dans cette rubrique :
« Noms de vos photos en anglais. | cherche notice Nikon - PS-6 - Duplicateur de diapositives »

Non-lu Non-lu  
Bloguer ceci Outils de la discussion Rechercher dans la discussion Noter la discussion

Outils de la discussion Rechercher dans la discussion
Rechercher dans la discussion:

Recherche avancée
Noter la discussion
Noter la discussion:

 


LinkBacks Enabled by vBSEO © 2011, Crawlability, Inc.
Powered by vBulletin® Version 3.8.2 - Copyright ©2000 - 2013, Jelsoft Enterprises Ltd.
2006 - 2017 © ® VirusPhoto. Tous droits réservés.