.
virusphoto virusphoto

Identifiant

Mot de passe

Derniers messages Messages du jour Sujets sans réponse S'inscrire

Rejoignez-nous !

VirusPhoto » Forum » Les articles VirusPhoto » Reportages et Interviews

Aller au premier non-lu

Interview et photos de Razvan Chiriţa, photographe-reporter international

Article rédigé par Jeff., le 16/01/2007.Voir son profil

Razvan Chiriţa, journaliste-photographe travaillant pour l'agence de presse roumaine Mediafax, a couvert différents théâtres d'opérations internationaux, comme la guerre en Irak, ou le conflit Israëlo-Palestinien, ainsi que des évènements locaux.

Il accorde cette interview à VirusPhoto, que j'ai traduite en français, et me permet de publier quelques-unes de ses images.

Razvan, peux-tu te présenter ?

Je m'appelle Razvan Chirita, j'ai 28 ans, j'ai un diplôme de commerce-tourisme (de l'Académie d'Etudes Economiques de Bucarest), et j'ai maintenant tranformé ma passion de prendre des photos en un emploi permanent à l'agence de presse Mediafax.

Quelles ont été tes expériences personnelles et professionnelles avant d'entrer chez Mediafax ?

Mes expériences professionnelles avant Mediafax :

En tant que photo-journaliste : pendant 1 an 1/2 à l'agence de presse nationale (Rompres), et une longue collaboration avec Academia Catavencu et l'agence de veille média "Academia Catavencu".

En tant consultant informatique : pendant plusieurs années pour le logiciel GeCAD, et après celà j'ai été manager commercial, et finalement manager général chez un éditeur de logiciels.

Expérience personnelle dans le domaine de la photographie : quand j'ai commencé mes études d'économie, je me suis débrouillé pour m'acheter un appareil photo Nikon F60, un coup de foudre, et j'ai commencé à faire des photos meilleures que celles que j'avais prises avant. J'ai toujours cet appareil photo, et je considère actuellement que Nikon est le meilleur choix pour une utilisation professionnelle. Mais j'ai commencé à prendre des photos depuis le lycée, avec n'importe quel appareil photo que je pouvais trouver à ce moment là.

Que fais-tu pendant une journée typique chez Mediafax ?

Une journée de travail type chez Mediafax commence le soir pour le jour d'après, par des discussions.

Le soir, on parle des évènements qui se passeront le lendemain. On choisit les sujets, en collaboration avec le rédacteur en chef, et on établit une documentation brève à propos de l'évènement.

Exemple : on couvre un match de football. On essaye de savoir quel joueur est le plus demandé (par les médias, les fans, ou d'autres équipes intéressées par l'achat du joueur), ou s'il a eu des problèmes médicaux puis joue à nouveau, etc...

Le matin, on arrive à l'agence, on prend un café avec des cigarettes pour commencer, puis on se prépare pour les évènements.
Pendant la journée, d'autres évènements ont lieu (exemple : un accident de voiture, un incendie, une petite manifestation ou autre), et on les couvre aussi, chacun son tour.

Quel appareil photo et objectif est-ce que tu utilises ?

Aujourd'hui je travaille avec un appareil Canon 1Ds Mark II N, et j'ai trois objectifs : un 16-28/2,8, un 24-70/2,8 et un 70-200/2,8. J'ai un 2x aussi, mais je l'utilise rarement (la dernière fois, je l'ai utilisé couplé à un 400/2,8 lors d'un match de tennis).
Pour les matchs de football, on utilise des objectifs 300 ou 400/2,8.

Tu es allé en Irak, en tant que journaliste. Peux-tu nous en dire plus sur cette expérience ?


En Irak, j'étais photo-journaliste pendant la rotation des troupes roumaines, juste avant les premières élections libres là bas.
Un moment très dangereux dans un pays gouverné par la guerre.

La première chose que je devais comprendre, c'est que c'est une autre planète. En commençant par les couleurs (tout était rouge, jaune, ou quelque chose entre les deux), l'aterrissage très abrupt pour ne pas que l'avion soit touché par des missiles, mais aussi le sable partout dans l'air, sur l'appareil photo, dans la bouche, les yeux, la nourriture, etc.. (et nous avons découvert que ce qui nous semblait être une terrible tempête de sable n'était simplement qu'un "petit jour de vent"), les températures à 35° minimum (en Février, quand il faisait -20 ou -25° à Bucarest), raison d'un terrible choc de température lorsqu'on est rentré (imaginez une différence de plus de 60 degrés en 3 heures : 40° à Nassiryiah et -25° à Bucarest), et la dernière chose mais pas la moindre, les gens, avec une mentalité, une culture et des habitudes très différentes.

Qu'en est-il des risques de tels endroits ? C'était un choix d'aller là-bas ?

Les risques dans ce genre d'endroits sont évidemment très élevés, même si on ne le réalise pas dans l'action.

Le danger est d'être si impliqué dans son travail (prenant des photos, écrivant les actualités, etc...) qu'on oublie où l'on est. Et on se détend, on oublie la guerre autour de soi, même si on prend des photos de guerre.

C'est assez difficile à expliquer, mais je vais essayer de vous donner un exemple : une équipe de National Geographic Roumanie était dans le camp pendant mon séjour là-bas, et ils sont allés dans un village avec la police irakienne pour parler aux gens.
Dans le village, tout était vraiment OK, les gens étaient ouverts à la conversation, souriants, etc...
Ils étaient contents de l'aide que l'équipe de National Geographic avait apporté, mais, alors qu'ils se préparaient à partir, un des membres de la police et un gars de l'équipe National Geographic n'avaient pas mis leur casques sur la tête.
Ainsi, alors qu'ils partaient du village, quelqu'un a lancé une pierre sur eux, en les blessant gravement.

Résultat ? Le policier est mort, et le gars de National Geographic gravement blessé. Donc, ne jamais oublier que tu es sur une zone de guerre, même si tout le monde autour de toi se montre sympathique, peut-être que l'un d'eux attend silencieusement pour agir (ça fait un peu paranoïaque, n'est-ce pas ?)

Quel est ton meilleur et ton pire souvenir, en rapport à ton métier ?

Le pire souvenir : J'étais à Jérusalem à un check-point, avec tous les papiers en règles, et je n'étais pas autorisé à passer. Je me suis disputé avec un des soldats, et a un moment il a fait demi-tour et il est parti. J'étais très énervé et j'ai fait une erreur. J'avais oublié que j'étais en Israël et je me suis comporté comme si j'étais en Roumanie. J'ai passé le check-point pour aller parler du problème avec "des responsables".
Au même moment, tout le monde s'est mis à crier, à lever les mains vers moi et à me viser avec leurs armes, et le gars à qui je parlais jusqu'à un moment a armé son pistolet juste dans mon dos.
Je n'oublierai jamais ce son, et le flash qui est venu dans ma tête. J'ai réalisé en un instant que j'étais dans un pays ou tout le monde est un suspect potentiel, d'autant plus quand on porte un gros sac à dos noir plein de poussière, et une grosse barbe.

Le meilleur souvenir : L'entrée au Stade National de Football en Roumanie, pour un concert de Depeche Mode. Nous sommes entrés (les journalistes) dans le stade juste avant le groupe, et quand les gens nous ont vus, ils ont réalisé que le concert était sur le point de commencer.
Imaginez 50.000 (peut-être) voix hurlant de joie, et ceux devant lesquels on passait en souraint levant les mains vers nous, pleurant, etc, etc.. Ce choeur est quelque chose que je n'oublierai jamais. Et les mots sont pauvres pour expliquer le sentiment que vous avez quand vous faites "exploser" tant de gens (Je peux maintenant imaginer ce que ressent Dave Gahan quand lors d'un concert).

Comment est-ce que tu prépares un reportage ?

Documentation, documentation, documentation.
Surtout quand on est dans un endroit isolé -les villages affectés par des innondations, par exemple.
Prendre des photos est la seule chose à faire pour illustrer l'histoire. Mais si on n'a pas d'histoire, on aura seulement des images (peut-être bonnes).

Est-ce que tu connais l'organisation française "Reporters Sans Frontières" ? Si oui, quelle est ton opinion sur leur action ?

Je ne peux pas dire que je les "connais". J'ai entendu parler d'eux, en particulier quand ils étaient en Roumanie pour aider les journalistes d'ici. De ce que j'en sais, Reporters Sans Frontières travaille ici avec l'agence de veille média "Academia Catavencu" et j'ai une très bonne opinon à propos de cette agence. Donc, je peux dire que j'ai une très bonne opinion sur RSF également.

Quel est le meilleur conseil que tu donnerais à un photographe débutant ?

Pense à ce que tu veux montrer dans les images que tu prends.
Je crois que la photographie (la photographie de presse), c'est de montrer à tout le monde l'essence du lieu, et les actions qui s'y déroulent.

Ce n'est pas de montrer ton opinion dessus. Celà ne compte pas si on veut informer les gens de manière correcte. Ils doivent avoir leurs propres opinions sur ce qu'ils voient, donc on doit juste montrer la réalité et les laisser faire le reste.

Et si tu es un débutant débutant débutant (), n'aies pas peur de prendre des milliers de photos.
C'est le seul moyen d'apprendre comment travailler avec son appareil photo. Lis le manuel avec attention, et avec l'appareil photo en mains, et essaye de faire la même image en utilisant beaucoup de réglages différents. Vois comment donner plus de lumière au sujet, un plus long temps de pose, etc, etc, etc. Essaye de tout apprendre sur l'exposition, la sous-exposition, la sur-exposition, le bracketing, les ISO, l'ouverture, etc.

Mon opinion, c'est que la meilleure façon d'apprendre comment fonctionne l'appareil photo est de prendre la même image, toujours et toujours, avec différents réglages, jusqu'à ce que ça devienne un réflexe.
Et tu verras qu'un jour, tu travailleras en mode manuel, et que quand tu prendras une photo, tu penseras : "Hmmm, j'ai ici assez de lumière pour un 160 si je le mets à 2,8, et peut-être un 80 à 5,6 mais je vais essayer avec un temps plus court "parce que l'ombre est sympa je veux qu'elle soit le sujet". Ou quelque chose comme ça.
Bonne chance !

----------------------

Merci à Razvan pour l'interview

Voici quelques-unes de ses photos qu'il me permet de mettre en ligne ici :

En Irak :
























Sport :









Clin d'oeil (en arrière-plan il s'agit d'une affiche pour le livre de Bill Clinto, "Ma vie" - "Via
ţa Mea" en roumain).



Concert de Billy Idol :



Concert de Depeche Mode :



Photos de football :












Ionel Haiduc, président de l'Académie Roumaine :



Divers :









Vatican, obsèques de Jean-Paul II









Le président Ukrainien, Viktor Iouchtchenko :




Merci à Razvan

N'hésitez pas si vous avez des questions, je lui transmettrai !

Outils de la discussion Rechercher dans la discussion
Outils de la discussion
  #2  
non lus 17/01/2007, 02h06
koko
 
Messages: n/a
Photiz
Génial, vraiment passionnant !
Réponse avec citation
  #3  
non lus 18/01/2007, 17h08
Jeff.
 
Messages: n/a
Photiz
Encore une fois, n'hésitez pas à poser des questions, je lui transmettrai
Réponse avec citation
  #4  
non lus 19/01/2007, 13h53
Avatar de Natacha
Membre
Ma pratique de la photo: Averti
Matériel: Canon 300D
 
Messages: 21
225 Photiz
Super reportage, tres intéressant. J´aime beaucoup ces photos. Merci Razvan et Jeff pour cette interview passionante.
Réponse avec citation
  #5  
non lus 22/01/2007, 23h21
bubul
 
Messages: n/a
Photiz
Smile quel talent

sublime quel realisme phothographique.Merci pour tout ses conseils qui me guiderons dans mes premiers pas.
Réponse avec citation
  #6  
non lus 12/03/2007, 03h09
Avatar de mariusf
Nouveau membre
Ma pratique de la photo: Averti
Matériel: NIKON D50
 
Messages: 14
95 Photiz
Félicitations pour le reportage et félicitations pour ton français, Jeff!
Réponse avec citation
  #7  
non lus 12/03/2007, 07h06
Jeff.
 
Messages: n/a
Photiz
Citation:
Félicitations pour le reportage et félicitations pour ton français, Jeff!
Je n'ai pas trop de mérites pour le français, c'est ma langue natale
Réponse avec citation
  #8  
non lus 12/03/2007, 10h32
Avatar de Pi Production
Membre
Ma pratique de la photo: Passionné de photo
Matériel: Canon 5D Mark II
 
Messages: 4 591
39354 Photiz
Interressant comme interview, je vois que les problèmes rencontrés ne sont pas toujours que des problèmes du à la logistique ou bien d'ordre materiel mais ça peut-être tout simplement humain comme le climat et le problème du "checkpoint".Connaissant Israël je sais qu'il ne faut pas être arrogant avec eux, c'est perdu d'avance.
En tout cas trés belles photos
Réponse avec citation
  #9  
non lus 15/04/2007, 02h55
Avatar de grabiller
Membre
Ma pratique de la photo: Passionné de photo
Matériel: Nikon D200, FM2/T, F5
 
Messages: 55
790 Photiz
Super intéressant ! Merci Jeff.

( je viens juste de découvrir cet interview :-)

Juste un truc quand même, en réponse à la deuxième question il dit, je cite: "../.. et je considère actuellement que Nikon est le meilleur choix pour une utilisation professionnelle ../.. ".

Et quand tu lui demande ce qu'il utilise, il répond, je cite à nouveau: "../.. Aujourd'hui je travaille avec un appareil Canon 1Ds Mark II N, et j'ai trois objectifs : un 16-28/2,8, un 24-70/2,8 et un 70-200/2,8. J'ai un 2x aussi, mais je l'utilise rarement ../.."

N'y aurait-il pas là un paradoxe ?
Réponse avec citation
VirusPhoto » Forum » Les articles VirusPhoto » Reportages et Interviews

Commentaire

Discussion précédente / suivante dans cette rubrique :
« [interview] Marc Chaminade, photographe | Interview de Miloud Kerzazi, photographe en banlieue »

Non-lu Non-lu  
Bloguer ceci Outils de l'article Rechercher dans cet article Note: Note de l'article : 1 votes - moyenne : 4,00.

Outils de l'article Rechercher dans cet article
Rechercher dans cet article:

Recherche avancée
Noter la discussion
Noter la discussion:

 


LinkBacks Enabled by vBSEO © 2011, Crawlability, Inc.
Powered by vBulletin® Version 3.8.2 - Copyright ©2000 - 2013, Jelsoft Enterprises Ltd.
2006 - 2017 © ® VirusPhoto. Tous droits réservés.